appartement à vendre rive-gauche bon marché 7ème arrondissement

A Paris, rue du Bac entre les rues de Varenne et de Grenelle
après une cour pavée, et en contrebas, tel une maison en un jardin privatif.
Paris, PARIS paris 75007 FR

Situation

Sur la rive gauche de la Seine, à Paris, dans l’un des deux seuls sites protégés par un plan de sauvegarde et de mise en valeur, cette rue doit son nom au Bac établi au seizième siècle, qui transbordait des blocs de pierre destinés à la construction du palais des Tuileries, sur la Seine à l’emplacement de l’actuel Pont-Royal. Les seigneurs, qui à l’époque, avaient le droit d’établir des bacs, en percevaient les revenus. La suppression de ce privilège et une volonté de sécurité ont probablement contribué à la construction de nombreux ponts dans la ville. L’accès au bien se fait par un immeuble dit de rapport qui se situe entre l’hôtel de Sainte-Aldegonde et le siège de la délégation catholique, après avoir franchi depuis la rue une haute porte cochère du 18ème siècle.

Description

Derrière un immeuble dit de rapport, une cour pavée et, surprise : un grand jardin anglais en contrebas que l’on devine à travers une grille. Le bien se distribue sur deux niveaux sur caves en demi sous-sol@. Celles-ci, voûtées, sont en pierre de taille et, pour une partie, aménagées en cuisine et office. Les deux niveaux sont éclairés par une cour anglaise et un escalier d’accès au jardin. Une partie se prolonge comme une maison abritant quatre chambres, dont une en suite avec un autre accès au jardin. Les trois autres chambres avec une salle d'eau salle de bain se situent sous les toits, au même niveau cependant que les trois pièces de réception en enfilade, dont une avec cheminée, accessibles de plain-pied depuis l'entrée par les parties communes.

L'intérieur

Comme une maison de deux niveaux, avec son volume sous les combles des toits non dégagés aujourd'hui, dont le niveau supérieur est agencé en trois chambres avec une salle d’eau et une salle de bains. Deux escaliers desservent les niveaux : l’un à l’entrée, proche des trois pièces de réception en enfilade, puis un deuxième, au fond, vers les trois chambres. Un couloir équipé de rangements, reliant ces deux escaliers rend la circulation discrète et préserve la tranquillité et l’indépendance de ce havre de paix. Une quatrième chambre, qui est une suite avec salle de bain et dressing, se situe au niveau bas et accède également au jardin. Une cave à vin climatisée au niveau bas, complète l'ensemble. Accessible depuis l’entrée des parties communes sur cour, se trouve au dernier étage une chambre d’appoint avec coin cuisine. La salle de bain privative et des toilettes séparées sont accessibles depuis le couloir.

Le jardin

Les propriétaires ont fait de ce qui pouvait paraître un jardin de ferme abandonné, un univers mystérieux et comme enchanté. La maîtrise du paysagiste Michel Boulcourt, conjugué à la véritable passion qui amena Madame, en plus d’une recherche documentaire approfondie, à adhérer à la British Royal Horticultural Society et visiter de nombreux jardins célèbres à travers l’Europe, mais surtout en Angleterre : Hidecote, Stourhead, Montacute, les jardins pittoresques et sylvestres de Wistley, et particulièrement Sissinghurst furent une source d’inspiration. L’idée fut de traiter l’espace à la manière d’un jardin pittoresque anglais, avec différentes salles de verdure, l’utilisation répétée de mêmes plantes en plusieurs endroits. Dans ce jardin rectangulaire les fondations encore visibles d’anciennes étables ont donné le tempo à l’implantation d’autres massifs rectangulaires délimités par d’anciennes traversses de chemin de fer. Des coins ombragés invitent à s'y réfugier les soirs d’été. Un bassin octagonal entouré de blocs de granit récupérés dans le jardin jadis autout d’un vieux figuier qui continue de projeter son ombre sur le bassin, a été installé sous les fenêtres de la cuisine. Un parterre ceinturant la cour est ponctué par des bacs plantés de feuillages sombres. Une pelouse rectangulaire, au centre du jardin est, quant à elle, bordée de massifs de fleurs accentuant la symétrie. En face, contre le mur voisin couvert de lierre, une collection importante de camelias à fleurs roses dont certains dépassent les trois mètres de hauteur. De nombreuses fougères sont plantées au fond de la pelouse et soulignent le trait sylvestre de cette partie du jardin. Un sycomore s’élève parmi une fronde de massifs d’orties jaunes. Est-ce par référence aux nombreux lieux de culte, délégations, congrégations catholiques dans les environs qu’au fond du jardin à proximité des grilles, furent plantées des « cœurs de Marie », ou tout simplement pour rappeler les jardins pittoresques ombragés ? Une palette variée et colorée de feuilles persistantes ponctuée de tons pourpre, bleu et rose sont les couleurs choisies par madame. La variation judicieuse des fleurs qui ont chacune leur saison de bourgeonnement donnent à chaque saison une tonalité et des parfums différents à ce jardin remarquable.
Si l’artiste peintre de la fin du 19ème siècle James Abbott McNeill Whistler qui vécut au n°110 de la rue, comme l’écrivain Romain Gary mais lui entre 1963 et 1980 et l’astronome Pierre-Simon Laplace également voisin habitant au 108, avaient connu ce jardin ils l’auraient immortalisé, chacun de son art et une étoile porterait probablement le nom Bac.

Ce que nous en pensons

Ici, c’est la surprise. Une fois pénétré dans une cour pavée, alors que les yeux du visiteur se porteraient naturellement vers le haut et l'extérieur, un coup d'œil à travers une grille révèle la présence d'un jardin en contrebas et, comme une maison qui le longe, perpendiculairement à la façade sur rue. La sensation de curiosité attire, tel un passage du quartier bourgeois et élégant aux délices de la rêverie que procurent les parfums des mahonies d’hiver, des primevères au printemps, des hémérocalles jaune citron en été et, en automne, des couleurs or des feuilles de vigne vierge. La discrétion cachée, derrière une sobre façade, dans cette rue qui compte tous les commerces et boutiques, aussi élégants qu'indispensables, tel le célèbre Bon Marché.

9 900 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 480956

Nombre de pièces 8
Nombre de chambres 4
Surface cadastrale 445 m2
Surface totale intérieure281 m2
Surface Carrez 276 m2

Nombre de lots 48
Montant moyen annuel de la
quote-part de charges courantes
8000 €


Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable


Guillaume Naa       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus