architecture du 20ème s. à vendre caen - calvados - saint-lô

Dans le Calvados, à mi-chemin entre Caen et Saint-Lô
une orangerie du 19e s., modernisée, sur un parc à l’anglaise de 1,5 ha
, CALVADOS basse-normandie FR

Situation

Au cœur du Calvados, la gare de Bayeux est à 17 km, celle de Caen à 30. Villers-Bocage offre tous les commerces et services d'une ville de trois mille habitants à moins de 10 km. Grâce à la proximité de l'autoroute A84, Deauville, Caen et Rennes sont facilement accessibles. Omaha Beach et Arromanches, lieux emblématiques des événements de la Deuxième Guerre mondiale, sont à 30 min.

Description

En quittant une départementale en direction de l’ouest, une petite route serpente entre champs et prairies. Dans un creux ombragé, deux bornes délimitent l’entrée de la propriété. Bordé par un petit bois, le chemin débouche sur l’arrière de la demeure dont la façade principale est ouverte sur la totalité du parc, au sud. Deux préaux logés sous l'agrandissement bardé de pin Douglas sont séparés par un cube translucide qui sert de lanterne le soir. L'un fait office de sas d'entrée et l'autre de charretterie.

La demeure

L’ancienne seigneurie dont elle dépendait remonte au 14e s. Trois châteaux se succèdent du moyen-âge jusqu'au 19e s. C’est alors la création de l’allée, d’un parc d’agrément à l’anglaise, des communs et de l’orangerie. A ce jour, le temps et le destin ont œuvré et le château n’existe plus. L’orangerie est d’abord aménagée en maison d’habitation. Longée par une véranda ouverte reposant sur des piliers de brique, elle est percée de hautes ouvertures. Récemment, une extension contemporaine en ossature bois a été ajoutée. Elle a été pensée en respectant les codes de l’orangerie : fermée au nord, largement ouverte au sud. Un petit jardin d’hiver rappelle l’origine du lieu. La transformation de l’orangerie et la construction de l’extension ont été confiées à un architecte de renom qui a veillé à préserver l’harmonie entre les bâtiments et avec le parc. La maison est flanquée d’un côté par une extension à usage de garage, d'atelier et de buanderie. L’extension contemporaine a été construite à l’opposé.


Rez-de-chaussée
Dans l’orangerie, un couloir dessert deux chambres et leur salle d'eau et débouche dans une vaste pièce de vie avec une cuisine ouverte. Ces trois pièces sont abondamment éclairées par les baies qui ouvrent sur la véranda. Quelques marches plus bas, dans la nouvelle extension, le salon s’ouvre sur une terrasse par une large baie vitrée à galandage. Le chauffage est assuré par un poêle à bois. Une ouverture mène au hall d’entrée pourvu de toilettes. Une baie vitrée permet d’accéder au petit jardin d’hiver qui débouche directement sur le parc.
Premier étage
Dans le salon un escalier monte vers la chambre principale. Celle-ci est totalement ouverte sur le parc par des baies vitrées doublées de claustras coulissants. L’espace est modulable grâce à des panneaux coulissants. La salle d'eau, dissimulée, est éclairée par un puits de lumière.
Garage
Dans le prolongement de l'orangerie, il est parfaitement dissimulé par de hauts massifs et les arbres qui l'entourent.
Atelier
Au fond du parc, un grand atelier possède sur un de ses murs une meurtrière, probable dernier vestige du château médiéval.
En face, un abri grillagé, qui fait également office de réserve de bois, peut accueillir ces dames et leurs poussins.
Le parc
Il est largement boisé, notamment par des arbres autochtones multicentenaires. Mais aussi exotiques. A une extrémité, un verger typique du bocage normand côtoie l’église. A l'opposé, le parc est séparé du champ où se trouvait le château par un saut de loup (mais on peut dire aussi "haha" !) qui empêchait les animaux sauvages ou domestiques d'y pénétrer.
Il est également largement fleuri, et ce à chaque saison.
A l'arrière de l'orangerie, le petit bois était autrefois l'ancienne allée du château bordée d'un triple alignement de tilleuls. Il est traversé par le chemin d'accès à la propriété et descend jusqu'à la vallée de l'Aure.

Ce que nous en pensons

Isolée mais pas esseulée, la demeure, bien que proche de l'autoroute, semble au bout du monde. En parcourant le chemin d'accès, le long du petit bois dense, l'attention est de mise. L'esprit est en alerte quand il faut s'immobiliser car alors seule se devine l'addition du moderne et de l'ancien. Les indices sont minimes mais le désir de la découverte certain. Et il sera largement comblé. La sérénité du parc et des pelouses se reflète dans les larges ouvertures de la demeure, tant celle d'origine que celle d'aujourd'hui.
Pour la vie au quotidien, à proximité de trois pôles économiques, l'orangerie et sa minéralité inspireront des sentiments de protection et l'extension moderne une sensation de chaleur et de confort. Pour d'autres, en quête d'apaisement, l'harmonie est de mise. Tout autant que le calme, la quiétude, la tranquillité et le repos.

475 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 115062

Surface cadastrale 14695 m2
Surface du bâtiment principal 204 m2
Surface des dépendances 98 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Ouest Basse-normandie


Brune Boivieux       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus