château à vendre aquitaine agen

Proche d’Agen en Aquitaine, pour une grande famille ou une activité para-hôtelière,
une élégante demeure du 18e s. dans un parc d’environ huit hectares
Agen, LOT-ET-GARONNE aquitaine 47000 FR

Situation

La demeure se trouve à proximité d’Agen, ville située entre Bordeaux et Toulouse, desservie par l’autoroute, le TGV, et un aéroport assurant plusieurs liaisons quotidiennes avec Paris.
Les coteaux de Gascogne sont réputés pour leur douceur de vivre et leur riche patrimoine comme l’abbaye clunisienne de Moirax ou collégiale de La Romieu, proches de la propriété.

Description

Une allée traversant une haute futaie mène à cette grande demeure du 18e s., dont une partie, à l’angle de la cour d’arrivée, serait les vestiges d'une maison forte du 11e s.
L’aire de stationnement est située devant le corps des communs, percé en son centre par un large passage voûté ouvrant sur la cour intérieure. Au fond, le château, avec sa façade prise entre deux longues ailes qui lui donnent la forme d’un U, créant ainsi une étroite cour centrale. Une large allée bordée d’une rangée de petits palmiers y conduit. Au centre de la cour, un vieil olivier toujours fructifiant.
La belle porte d’entrée est encadrée de colonnes de pierre plates et surmontée d’un trumeau de pierre. Les ferronneries sont anciennes et la grille de l’imposte porte les initiales d’une famille jadis installée ici. Le style Directoire, sobre et raffiné, se retrouve dans toute la décoration intérieure. Le corps central montre est en pierres calcaires régulières. Les ailes ont gardé leur enduit ancien.

Le château et ses ailes

L’entrée du château est au cœur de la partie centrale, distribuant les deux ailes en retour, carrelées de terre cuite ancienne : celle de gauche était certainement destinée aux maîtres de la maison, le traitement décoratif des portes et les cheminées en témoignent. L’aile droite était, sans doute, dévolue au personnel.


Rez-de-chaussée
La spectaculaire cage d’escalier, avec sa rampe de métal et ses lambris d’appui, laisse apparaître le palier du premier étage où un comptoir d’accueil a été installé.
Dans l’aile la plus élégante, une longue galerie traversante distribue quatre grandes pièces, toutes ouvertes sur la terrasse vers le couchant. Les plafonds sont hauts et les portes à double battant de style Directoire.
La première pièce, autrefois salon et aujourd’hui salle des petits déjeuners, a un plafond droit, un plancher neuf à larges lames et une cheminée à décor de gypseries. De deux doubles portes, l’une ferme un placard et l’autre ouvre sur la salle à manger où le parquet est à points-de-Hongrie, le plafond droit, et qui possède une grande cheminée de marbre. Des lambris d’appui à filets dorés, donnent à la pièce un style baroque. A droite de la cheminée, la porte à double battant reprend le même décor : filets et moulures dorées.
Sans communication directe avec la salle à manger, la bibliothèque a été convertie en chambre. Plafond plâtré, plancher à lames droites et grande cheminée de marbre gris, porte-fenêtre sur la terrasse. La salle de bain comporte des toilettes.
Le sol est un carrelage ancien et les murs recouverts de voliges en bois naturel.
Une grande chambre, dite «des jeunes mariés», termine cette aile. Elle est précédée d’un petit hall pavé de terre cuite sur lequel donne la salle de bain. La chambre a un parquet à lames droites, un plafond plâtré et est ornée d'une cheminée de marbre gris. Une porte-fenêtre donne sur la cour d’arrivée et une fenêtre sur la cour intérieure. La salle de bain est éclairée par deux fenêtres et le double lavabo ancien est sur piètement de bois. Les toilettes sont indépendantes. Au sol, grands carreaux blancs à cabochons noirs.
Du hall, une grande pièce fait tout l’angle de l'aile droite. Sans doute était-ce l’ancienne cuisine du château comme en témoignent le sol dallé de terre cuite, le plafond à la française aux poutres peintes en blanc, la grande cheminée traditionnelle avec ses jambages de pierre, un linteau de bois et un manteau de briquettes. Cette pièce ouvre au nord et à l’est par deux portes-fenêtres. Adaptée à notre époque, une toute petite cuisine a été créée le long du mur nord, séparée de la pièce par un comptoir. Derrière elle, une grande baie vitrée fixe, ouverte dans le mur ancien, lui apporte la lumière extérieure. Côté nord, dans le vieux carrelage, une trappe en bois devait donner commander l'accès à une petite cave à vin.
De part et d’autre de la cheminée, deux hautes portes à double battant. Celle de gauche donne sur un dégagement avec une porte vitrée ouvrant sur le jardin. Celle de droite sur le couloir qui distribue l'aile. Le plafond est à voliges peintes en blanc, le sol dallé de terre cuite. A droite, une fenêtre sur cour. A gauche, porte de toilettes. Puis un bureau avec cheminée de marbre en angle. Entre le bureau et la grande cuisine, une pièce aveugle à usage de rangement.
Deux chambres terminent cette aile. La première, avec une mezzanine, a une fenêtre donnant sur la campagne. Le sol est en terre cuite. Sous la mezzanine une salle de bain avec douche, lavabo et toilettes.
La dernière chambre a une fenêtre sur la cour intérieure et une autre sur la cour d’arrivée. Moquette au sol et plafond droit. Dans l’angle, porte vers une salle de bain avec douche, lavabo et toilettes.
La cage de l’escalier étroit et droit desservant une partie du premier étage prend place entre ces deux chambres. Sur le palier une porte-fenêtre donne sur un escalier tournant métallique pour la sécurité incendie. Quatre chambres se trouvent à ce niveau. Planchers à larges lames ou jonc de mer au sol. Ferme de la charpente apparente pour deux d’entre elles. Chacune a sa salle de bain avec lavabo, baignoire et toilettes. Lumineuses, elles donnent sur la cour intérieure, la cour d’arrivée ou sur la campagne.

Premier étage
Accès par le large escalier du grand hall, qui dessert l’aile gauche, et le début de l’aile droite. La disposition est la même qu’au rez-de-chaussée : la galerie en retour dessert au nord une petite chambre avec salle de bain et toilettes indépendantes. Le plafond est à voliges peintes et le sol couvert de sisal. Puis la grande galerie de l’aile en retour distribue quatre chambres. Les trois premières présentent le même caractère de raffinement dans leur décoration et le confort des sanitaires : planchers à larges lames anciennes ou recouverts de sisal, plafonds plâtrés ou à voliges peintes en blanc. L’une d’elle a une cheminée en bois ciré surmontée par un miroir dans son trumeau. Toutes les fenêtres ouvrent sur la terrasse à l’ouest. Chaque chambre dispose d’une salle de bain : baignoire et lavabo, toilettes indépendantes.
La dernière chambre occupe le fond de la galerie. Sa décoration est particulièrement soignée : parquet ancien à larges lames, plafond droit plâtré, murs tendus d’un papier blanc à relief «plumetis». Deux fenêtres, l’une au sud, l’autre à l’ouest, une grande cheminée droite en marbre gris. Séparée de la chambre par un petit hall, la salle de bain donne au sud et à l’est. Le double lavabo est posé sur un meuble de toilette ancien, la baignoire est en résine. Toilettes indépendantes.
Sur le palier du grand escalier, vers l’aile droite, une grande salle de réunion forme l’angle du bâtiment, juste au-dessus de la grande cuisine : moquette en sisal et charpente apparente, murs blanchis à la chaux et fenêtre sur le vallon, à l’est. Un peu à l’écart et avant la salle de réunion, une pièce aménagée avec coin cuisine. Dans le fond, des toilettes.
Dans le prolongement du petit palier, une grande chambre "dortoir" dotée d’une mezzanine avec salle de bain au sol carrelé, baignoire, lavabo. Toilettes indépendantes.
La suite de cette aile n’est accessible que par l’escalier de bois du rez-de-chaussée.

Les bâtiments extérieurs

Le château apparait comme le point d’orgue de la vaste cour d’arrivée qui se déploie en arrondi, ouvrant à l’ouest sur une terrasse délimitée par un mur et dominant la piscine protégée des vents tout en bénéficiant d’une superbe vue sur la campagne environnante.
A l’est, le pigeonnier et une partie des communs transformés en gîtes ou chambres d’hôtes. Face au château, un long corps de bâtiment ferme la cour, ouvert en son milieu par un passage voûté et pavé. Puis, pour fermer le tour, la partie professionnelle avec salles de restaurant et cuisine.


Pigeonnier
La porte d’entrée est abritée par une marquise vitrée. Devant, une terrasse à plancher de bois.
Au rez-de-chaussée, petite salle de séjour avec cuisine intégrée. Sol carrelé de terre cuite et plafond à voliges. Petite fenêtre au sud. Sous l’escalier vers l’étage, des toilettes. Au premier, une chambre agréablement rustique avec son vieux plancher et la ferme du toit apparente. Une fenêtre à l’est. Deux placards en encoignure. Salle de bain en angle, fermée par un rideau, avec baignoire, lavabo sur meuble.
Bâtiment de dépendances
Deux chambres, dont une avec cheminée, y ont été aménagées pour accueillir des personnes à mobilité réduite : tout est de plain-pied. Les sols sont en terre cuite. Salle de bain avec douche à l’italienne, lavabo et toilettes. Devant, un jardinet enchanté par le murmure d'une fontaine.
Bâtiment de réception
Face au château, et en retour des deux petites chambres pour personnes à mobilité réduite, un long corps de bâtiment ferme la cour. Il est destiné à la partie restauration et professionnelle.
D'un côté du porche, une longue pièce voûtée en plein cintre de briquettes est dallée de pierre, éclairée par des soupiraux et dotée de sanitaires contigus. Sans doute un chai devenu maintenant salle de conférence et de projection. Derrière cette longue pièce voûtée, donnant sur le parking d’arrivée, des petites chambres ont été créées dans les communs. Très rustiques, elles étaient destinées à l’accueil des "extras" en cas de coup de feu.
De l’autre côté du porche, une grande salle de restaurant a été créée. Entièrement vitrée dans un esprit jardin d’hiver, elle donne sur la cour intérieure. Au sol, des carreaux façon pierre. Des vélums au plafond.
En contrebas de cette pièce, une autre salle appelée « salle gasconne » est aussi destinée à la restauration. Sans doute la partie la plus ancienne de l'ensemble : traces de fenêtres à meneaux, vestiges d’une importante cheminée médiévale. Plancher au sol et plafond à grosses poutres rustiques et voliges. Dans l’angle, la porte des toilettes est en plein cintre.
Au niveau primitif de cette ancienne salle se trouvent les cuisines professionnelles, modernes et très fonctionnelles.

Petit logement
A l’aplomb des cuisines, donnant sur la cour-parking, un logement indépendant traité d’une façon très contemporaine, dans un esprit loft. Une immense pièce sous charpente apparente, ouverte sur la campagne par deux baies vitrées prenant tout le mur occidental. La chambre, au fond, construite en surplomb, donne sur la salle de séjour par une baie vitrée coulissante, bénéficiant ainsi de toute la lumière et de la vue sur les coteaux. A côté, salle de bain avec une douche à l’italienne, lavabo et toilettes. Sol carrelé. Longeant la chambre, un couloir avec un placard de rangement donne sur deux chambres éclairées par des fenêtres de toit. Avec une salle d’eau commune.

Ce que nous en pensons

Comme deux U ouverts l'un en face de l'autre - le pigeonnier n'ayant pas choisi son camp -, le château et ses dépendances s'inscrivent, en toute tranquillité, dans une partie bocagère des coteaux de Gascogne. Il est à la fois une résidence privée de grande classe et le siège d'une activité hôtelière de prestige. Une rénovation soignée a rendu cette dualité possible. Le traitement décoratif, en optant pour la noble simplicité du style Directoire, a préservé l'esprit de la maison de famille que fut longtemps la propriété. Les nouveaux occupants auront tout en main pour privilégier tel ou tel projet.

1 300 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 472849

Surface cadastrale 7 ha 98 a 24 ca
Surface du bâtiment principal 840 m2
Surface des dépendances 1000 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Lot-et-garonne


Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus