château à vendre gascogne

Au cœur de la Gascogne, dans un parc luxuriant avec deux étangs,
un château et d'importantes dépendances, face aux Pyrénées

Auch, GERS midi-pyrenees 32000 FR
Midi-Pyrénées

Situation

La propriété, qui s'étend sur six hectares, se situe à une quarantaine de minutes d'Auch (préfecture du Gers), une heure et demi de Toulouse et à un quart d'heure d'une petite ville avec toutes les facilités (boutiques, restaurants, écoles et collège, médecins etc.). Un petit village fut construit dès le Moyen-Âge à proximité du château. A peine plus grand qu'un hameau, il dispose d'une église à clocher-mur, située au nord du château, qui fut bâtie à l'époque de la Renaissance. Lupiac, lieu où naquit d'Artagnan, n'est qu'à quelques kilomètres.
La campagne environnante est aussi verdoyante que vallonnée. Arrosée par de nombreux petits cours d'eau, elle présente une alternance de prairies, de champs, de forêts et de bosquets.

Description

En position dominante, le château et les dépendances qui l'environnent apparaissent au bout d'une allée bordée de tilleuls. Celle-ci débouche sur une esplanade précédée d'un boulingrin parsemé de quelques arbres aux essences choisies (pins parasol, cyprès). Un portail en fer forgé ouvre sur une cour carrée autour de laquelle s'organisent les différents bâtiments : l'ancienne chapelle du côté septentrional; les parties d'habitation sur les côtés ouest et sud. Une seconde cour à usage domestique se situe au nord de la chapelle et permet d'accéder à l'actuel logement de gardien ainsi qu'à divers appentis et auvents marquant par un long mur la délimitation nord de l'ensemble. Un mur de séparation percé d'une ouverture délimite cette cour de la partie occidentale du parc. Celui-ci se développe au pied de ce qui apparaît, vu de l'ouest, comme un imposant mur de défense avec échauguette et qui cache en fait un chai dissimulé sous un remblai, l'actuel belvédère sur la façade ouest du château.
Accessible de l'esplanade orientale par une passerelle en maçonnerie de pierre, un pigeonnier hexagonal est juché sur des colonnes, la déclivité du terrain imposant cette configuration commode et esthétiquement réussie.
Une très grande et ancienne mare en maçonnerie se situe à l'ouest du pigeonnier, en contrebas de la façade sud du château. Une seconde mare du même type fait face à l'ancien mur défense où un imposant portail ouvre sur le chai.
Légèrement à l'écart et en contrebas, une majestueuse orangerie s'étend vers le sud, sa face nord étant adossée au talus. Une piscine a été aménagée au pied de l'orangerie et, comme elle est légèrement plus bas, sa présence n'offusque pas la vue.
La disposition des bâtiments a visiblement été bien pensée et une forme de beauté n'a pas été sacrifiée à l'aspect pratique des choses. L'ensemble ainsi constitué invite à des promenades dont il semble difficile de se lasser.
La vue sur les Pyrénées et les vallonnements de la campagne est irrésistible.

La résidence noble

Très sobre, l'aspect général du corps de logis est d'une époque assez mal définie. La présence d'une impressionnante salle à manger lambrissée de style Louis XIV suggérerait que l'ensemble des parties habitées daterait de cette même époque, quelques remises au goût du jour ayant été réalisées ici et là, ne modifiant en rien l'aspect général. Au rez-de-chaussée, la disposition des pièces en enfilade indique nettement une conception très Grand Siècle de l'architecture.
Sur deux niveaux sous combles non aménagés, les ailes sud et ouest, avec deux pièces donnant sur le pignon est, abritent les parties habitées.
Dans la cour, la cuisine est en face, occupant la totalité de ce côté. (Son importance est telle qu'elle est traversante, ce qui est exceptionnel.) Sur cette façade, de faux demi-contrevents donnent l'illusion que les fenêtres sont à moitié fermées alors qu'elles sont de fait plus étroites qu'elles n'en donnent l'impression.
Du côté gauche de la cour, des ouvertures traditionnelles, sans trompe-l'œil, et deux portes à deux vantaux à chaque extrémité, rythment la façade.
Le côté gauche de la cour est occupé par l'ancienne chapelle dont la construction initiale daterait de l'époque carolingienne, voire même mérovingienne. Une antique inscription en ce qui semble être du bas-latin y est toujours visible et aucun linguiste ou historien n'a jusqu'à présent réussi à en saisir le sens.
La toiture est on ne peut plus traditionnel, à faible déclivité et en tuile canal.


Rez-de-chaussée
Ce qui devrait être l'entrée principale du logis de maître est en fait une cuisine aux dimensions que seuls connaissent les châteaux (51 m2), avec une grande cheminée très sobre, et fonctionnelle, et un ancien et traditionnel carrelage de terre cuite au sol. Elle occupe non seulement toute la façade centrale de la cour mais est aussi une pièce traversante, chose assez exceptionnelle.
À l'opposé de la cheminée, un passage mène à une vaste entrée d'où part l'escalier principal de la demeure. Le sol y est dallé de carreaux à motifs géométriques datant de l'époque de la Monarchie de Juillet. Une porte dérobée aménagée dans le passage accède à des toilettes.
Une étonnante salle à manger Louis XIV lambrissée de noyer représente un des éléments les plus précieux du lieu. Non seulement la qualité de l'artisanat, tant de la menuiserie que de la serrurerie, mais aussi la largeur des panneaux de noyer sont exceptionnelles. Le plancher de pin à encadrements de châtaignier date de la même époque et contraste par sa rusticité. Située dans l'angle sud-ouest, la salle à manger est ainsi éclairée de deux directions différentes, ce qui a pour effet d'exalter le ton chaud du lambris.
Deux portes à deux vantaux communiquent avec un grand salon voisin (57 m2) qui est traversant, une grande ouverture donnant au sud, une plus petite côté cour. De ce salon, en vis-à-vis des accès de la salle à manger, deux portes sont celles, d'un côté, d'un salon de musique situé au sud, de l'autre, côté cour, d'une bibliothèque. Salons et bibliothèques ont un parquet Versailles en chêne, élément peu courant dans l'habitat en Gascogne.
Dans le prolongement du salon de musique, une chambre à coucher a été aménagée dans une pièce qui n'avait initialement pas cette fonction, les chambres à coucher étant toujours situées à l'étage.

Deuxième niveau
Traditionnellement, il est celui des chambres. Celles-ci sont situées sur la façade sud et distribuées par un couloir d'une longueur de trente-quatre mètres pourvu d'un type de plancher caractéristique de la région : en peuplier et châtaignier. La combinaison et la chaleur de leurs tons produisent un chatoiement particulièrement lumineux, chaleureux. En outre, un bureau à lumière traversante a été aménagé au-dessus de la cuisine, dans une pièce dont le trumeau de cheminée est de style Louis XVI.
Toutes les chambres sont pourvues d'une salle de bain ou de douche avec des toilettes. Elles comportent toutes une cheminées dont seuls les trumeaux semblent être anciens, d'époque Louis XVI d'inspiration antique, les manteaux d'origine ayant disparu. Ceux qui les ont remplacés sont très sobres et de bon goût.
Deux des quatre chambres sont situées aux extrémités de la façade sud et reçoivent, outre la lumière du sud, un bel éclairage soit de l'est, soit de l'ouest.

L'orangerie

Sans doute l'élément le plus noble, autant par sa situation que par son architecture, l'orangerie avec ses sept arcades parfaitement équidistantes, s'impose par l'effet de la profonde sérénité qui s'en dégage. Pour paraphraser Paul Claudel parlant de la Galerie des Glaces, c'est une terrasse sur la nature. Le point de vue est particulièrement bien choisi, étudié. Une piscine, placée légèrement en contrebas, n'offusque en rien la vue.
Surface : 157 m2
La hauteur sous faîte est de 7 m; sous poutre, de 3.65 m.

Le pigeonnier

Construit sur des piles de calcaire, il est néanmoins accessible de plain-pied par le côté situé vers l'esplanade d'arrivée. Ouvrage de charpente, c'est de la brique, non du torchis qui en remplit les espaces. Il a été restauré afin de créer un salon d'appoint, à l'écart face à la nature et un des deux étangs.
Surface : ≠ 7 m2

La chaufferie

Dans la cour des communs, elle est attenante au bûcher.
Surface : 12 m2

Le bûcher

Sous auvent, il se situe dans la cour des communs.
Surface : 73 m2

La maison de gardien

Accolée à la chapelle et donnant à la fois dans la cour des communs et l'esplanade est, elle est parfaitement indépendante de la demeure, possédant sa propre entrée et sa propre cour. Elle est construite sur deux niveaux.


Rez-de-chaussée
Une entrée couverte (66 m2) accède à la cour des communs (166 m2).
L'entrée (10 m2) se fait dans une cuisine (31 m2) faisant aussi office de salle à manger.
Une salle de séjour (25 m2), une salle de bain (4 m2) et une chambre (9 m2).
Deuxième niveau
Sur un palier donnent trois chambres sous les pans du toit (12 m2, 9 m2 et 29 m2).

Petite remise, ancienne forge, auvent

De colombage et torchis, le bâtiment se situe un peu à l'écart des constructions de pierre et sert actuellement de remise pour matériels divers et pourrait à l'avenir être restauré à d'autres fins. Sa surface est de 33 m2. Y est accolé un petit auvent (≠ 16 m2).

Garage et atelier

Ouvrant sur la façade est, à droite du porche accédant à la cour des communs, un garage et un atelier d'une surface de 55 m2.

La buanderie

Une buanderie (74 m2) se situe à l'arrière de la chapelle, dans l'angle nord-ouest du château.

La chapelle

Élément le plus ancien du lieu, la chapelle mériterait une réhabilitation. Elle se compose actuellement d'une entrée, sorte de narthex duquel on accède à l'intérieur de l'édifice par une porte dont l'emplacement d'origine demeure incertain. Les murs sont de moellons recouverts d'un fin enduit à la chaux. Le sol de l'entrée est dallé de brique; celui de la chapelle, de ciment.
Un escalier de bois partant d'une pièce qui est actuellement une buanderie accède à l'étage de la chapelle. Ce niveau est d'une hauteur sous poutre de 2.50 m.

Le chai

Nul ne se douterait de la présence d'un chai là où il se situe : derrière ce qui fut un mur de défense avec échauguette, et sous le remblai du belvédère donnant à l'ouest. Entièrement caché, il est accessible soit par un portail pratiqué dans la muraille, soit par un étroit escalier descendant du belvédère, dissimulé derrière un muret.
Surface : 160 m2

Ce que nous en pensons

Pour un château à la campagne, la qualité du site est primordiale. A l'immersion dans la nature s'ajoute ici le confort, mais surtout peut-être le nombre, la variété et le bon état des bâtiments. A la maison de gardien sera affecté ce rôle, ou celui de loger agréablement les amis. Et elle n'est pas seule : les dépendances stimulent l'imagination. C'est comme si cette propriété aux multiples repères était ouverte à tous les projets de vie et d'activité.

1 590 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 157382

Surface cadastrale 5 ha 90 a 65 ca
Surface du bâtiment principal 521 m2
Surface des dépendances 722 m2

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Gers

Philippe Fritsch       +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus