château à vendre gascogne nouvelle aquitaine

Dans la campagne gasconne en Nouvelle-Aquitaine, château des 13ème, 15ème et 16ème siècle, inscrit MH,
entièrement restauré et entouré d'environ 12 ha de bois et prairie avec piscine et tennis
Agen, LOT-ET-GARONNE aquitaine 47000 FR

Situation

En plein cœur de l’Aquitaine, à proximité de la ville d’Agen, dotée d’une gare TGV et d’un aéroport qui relient Paris respectivement en 3h10mn ou 1h20mn. Une sortie de l’autoroute Bordeaux-Toulouse est toute proche. La richesse du Lot-et-Garonne se découvre, tout à l'entour : bastides, paysages d'une grnde variété, s'étendant des coteaux du Pays de Serre, et de la grande plaine de la Garonne aux Landes, toutes proches.

Description

Située au cœur du Néracais, le pays d’Henri IV si riche en châteaux, cette grande demeure gasconne se découvre, secrète, au bout d’une allée plantée de marronniers roses et blancs.
Devant une prairie ombragée qui fait office de parc de stationnement, un haut mur d’enceinte médiévale est ouvert en son milieu par un porche surmonté d’une bretèche.
Un petit hameau, non visible du château, est tout proche et les allées bordées de marronniers se perdent dans la garenne.
L’histoire de cette demeure est ancienne : sa tour, donjon carré date du 13ème siècle fut intégrée à un logis en retour d'angle avec une tour ronde au 15ème siècle. Le mur d’enceinte, avec un châtelet d’entrée, date de la même époque ; de même, les fenêtres à meneaux, archères, ou échauguettes encore visibles.
Un logis et des dépendances lui furent ajoutés, formant ainsi une cour intérieure. On y pénètre par le porche et un long passage voûté au bel appareillage de pierre. Contre le mur du châtelet, un escalier de pierre monte vers une salle de jeux. L’autre côté abrite un grand bucher.
Le corps du château, long bâtiment de facture classique : une haute porte centrale, deux fenêtres de part et d’autre et cinq fenêtres au premier étage. Deux ailes en retour, prolongées par des bâtiments de communs aux murs couverts d’ampélopsis bien taillé. D’un côté, un passage voûté, entre un garage et une écurie, ouvre sur un espace surplombant la prairie en contrebas ; de l’autre, près d’une petite tour ronde en angle, un escalier de pierre aux marches arrondies s’échappe vers la prairie en contrebas. Le paysage s’étend à perte de vue. Ici se situe une piscine, discrète, dans un dénivelé et, un peu plus loin, un tennis, complément d'installations sportives.
Tous les axes de circulation sont en gravillon et les pelouses bien dessinées. Des althéas, rosiers, hortensias grimpants adoucissent l'aspect quelque peu imposant de cette demeure.

Le Logis principal

Au milieu du corps central, une haute porte au linteau cintré, comme toutes les fenêtres de cette façade, donne sur une galerie traversante. Celle-ci commande deux salons qui se font face. Les quatre fenêtres qui ouvrent sur la cour, de part et d’autre, lui apporte une forte luminosité. Sur la façade arrière, l'appareillage en grosse pierre taillée du donjon, pris dans le bâti plus récent, est bien visible. Au centre de la galerie, un long passage, longeant le mur du donjon, ouvre sur la partie arrière du château. Un escalier de pierre aux larges marches monte vers l’étage.
La plupart des plafonds de cette demeure sont à la française.


Rez-de-chaussée
De la galerie, quelques marches descendent vers un grand salon très lumineux : trois fenêtres à meneaux et volets intérieurs ouvrent au nord. Carreau de terre cuite ancien au sol et grande cheminée droite au manteau de briquette et linteau de pierre, en état de fonctionnement, comme toutes les cheminées de la maison.
Cette pièce donne sur une salle à manger et un petit salon qui fait l’angle de cette aile et ouvre sur la terrasse bordant cette façade. Une pièce raffinée avec un plancher à larges lames, les murs lambrissés et peints en rose poudré et un plafond à la française en gris. La cheminée du 18ème siècle possède un manteau de bois ciré, à cannelures, surmonté d’un trumeau. En angle, un petit bureau pris dans la tour ronde et, attenant, un grand bureau ouvre sur le petit salon et la galerie.
La salle à manger est traversante. Une fenêtre à meneaux donne sur la piscine et une autre, sur la cour intérieure. Carreau de terre cuite au sol, cheminée au linteau sculpté surmonté d’un trumeau. Haut placard en bois ciré. Proche d'une cuisine, un couloir étroit distribue buanderie, laverie, toilettes, chaufferie et lingerie.
Une vaste cuisine, à l'extrémité de cette aile, donne sur la cour intérieure. Elle a gardé son caractère traditionnel avec un potager et un grand évier de pierre ainsi qu'une grande cheminée paysanne avec manteau de briquette et poutre en linteau.
Dans la galerie, comme un écho au grand salon qui lui fait face, un autre salon plus intime avec des murs en pierre apparente : une porte-fenêtre donne sur la cour mise en prairie qui borde l’aile sud. Importante cheminée au manteau de briquette et linteau de pierre sur consoles. Ce salon chaleureux rassemble autour de lui un billard et trois chambres. Le billard est éclairé par deux fenêtres donnant sur la cour. Sa cheminée d’angle est en bois sculpté, comme le trumeau à miroir placé au-dessus. Les trois chambres, spacieuses et toutes indépendantes ont chacune une petite entrée avec rangements, une cheminée et une salle de bain.
Entre deux chambres, un dégagement avec un escalier à quart tournant en bois monte vers le premier étage.
Premier étage
Au centre de la galerie du rez-de-chaussée, un large escalier de pierre s’élève vers la galerie du haut. Le palier, à mi étage, est dallé de grande pierre. Une fenêtre à meneaux à vitraux colorés. À l’étage, cinq fenêtres cintrées et exposées sur la cour d’arrivée rendent cette galerie lumineuse.
Ici aussi, est visible la structure en grosse pierre de taille du donjon carré, percée à hauteur d’homme d’une arbalétière. Cette galerie distribue trois chambres et une bibliothèque dans l'aile nord, et cinq chambres dans l'aile sud.
De la galerie, quelques marches descendent vers une bibliothèque. Une pièce ouvrant au nord par une fenêtre à meneaux à vitraux armoriés et volets intérieurs. Le sol en terre cuite met en valeur la grande cheminée de pierre au manteau de tuilots. Des rayonnages couvrent tout un angle. Ils sont habillés de larges colonnes plates cannelées qui apportent beaucoup de raffinement à ce meuble.
Une chambre à double exposition ouvre sur la bibliothèque. Grande cheminée de pierre et moquette en sisal. Dans un angle, une porte ouvre sur une salle de bain logée dans la tour d’angle, au-dessus du petit bureau du rez-de-chaussée. Quelques marches mènent à une chambre mitoyenne : elle a vue sur la terrasse par une grande fenêtre à petits carreaux ornée d’une rambarde en fer forgé ancienne. Cette chambre communique avec la galerie par une pièce en tambour où se situe l’escalier de bois qui monte au dernier niveau. De l’autre côté de la bibliothèque, la dernière chambre de cette aile est dotée d’une salle de bain.
À l’autre extrémité de la galerie, l’aile en retour distribuant cinq chambres. Un premier palier distribue deux chambres. L’escalier tournant, dans un angle du palier, donne un accès privé à cet appartement depuis le salon du rez-de-chaussée. Un couloir avec un grand placard en boiserie à panneaux distribue trois grandes chambres lumineuses à double exposition.
La salle de bain commune à cette aile de maison se situe en contrebas, accessible à partir de la galerie par un escalier de bois. Quelques marches plus haut, l’escalier donne, par une porte en ogive, dans la pièce carrée du donjon médiéval. Les murs sont en pierre de taille. Au sol, les petits carreaux de cette époque (10 cm x 10 cm). Les solives sont posées sur une corniche de pierre. Une étroite fenêtre ogivale, accessible par une volée de marches et une archère donnant sur la galerie. Une ouverture chanfreinée fermée par une porte de bois correspond à l’ancienne entrée de ces donjons, toujours situées au niveau supérieur. Au-dessus, une pièce-refuge, accessible par un escalier de bois avec deux fenêtres-lucarnes d’où l’on peut voir la toiture de la petite tour ronde.

Deuxième étage
L’escalier dérobé du deuxième étage accède à la salle de jeu, vaste, et éclairée par un velux. Quatre chambres. La première, donnant sur le palier, partage une salle de bain (baignoire, double-lavabo et douche) avec les deux premières chambres, les toilettes étant indépendantes. La troisième, en bout de couloir, occupe toute la largeur de l’aile. Elle possède sa propre salle de bain.
Toutes ces chambres ont des petites fenêtres carrées. Peintes en blanc, elles diffusent la lumière remarquablement bien.
Bâtiment de dépendances
Destinés à fermer la cour, les dépendances abritent un garage séparé des écuries par un porche. Un bûcher accolé à l'entrée du châtelet.

Ce que nous en pensons

D’une franche noblesse, à la fois imposante et facile à vivre, cette vaste et pourtant intime propriété a repris toute son élégance grâce à l’apport et l'engagement constant des propriétaires. Elle constitue indéniablement une restauration sans défaut, un compromis respectueux entre exigences architecturales et confort moderne.
La proximité d'un hameau est rassurante sans être une gêne et les thermes de Casteljaloux, tout proches, ajoutent ici un confort médical. Deux possibilités en particulier se présentent pour investir ce lieu : y vivre à demeure ou y passer en villégiature, les dimensions et proportions se prêtant parfaitement à l'une comme à l'autre.

2 395 000 € Honoraires de négociation inclus
2 280 952 € Honoraires exclus
Honoraires de 5% TTC à la charge de l'acquéreur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 583974

Surface cadastrale 12 ha 10 a 55 ca
Surface du bâtiment principal 1300 m2
Surface des dépendances 6310 m2

Responsable régional
Lot-et-garonne


Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus