château à vendre sologne

Au cœur de la Sologne, un château Renaissance,
son remarquable domaine de 155 hectares et sa rivière privée
Lamotte-Beuvron, LOIR-ET-CHER centre-val-de-loire 41600 FR

Situation

A 2 h de Paris et 1 h d’Orléans, dans la Sologne des Etangs, à quelques encablures de Romorantin-Lanthenay, capitale du pays solognot, ville apportant toutes les commodités, les commerces, les écoles et les collèges.

Description

A quelques centaines de mètres de la sortie d'un petit bourg solognot, apparaît le portail principal du domaine entouré de murs de brique. Sur l’allée de la propriété, entre paddocks, bosquets et pelouses, se profile sur la droite l’une des fermes du domaine, puis le vaste bâtiment de stockage du matériel sur la gauche. Passé un parcours entre des tilleuls et l’étang sur la droite, l’allée se poursuit : cachés par de hautes charmilles, l’orangerie et le garage se laissent distinguer furtivement avant l’un des quatre pavillons de brique qui ceinturent le vaste potager. Enfin, au loin, se dresse la silhouette du château entouré de ses douves en eau et de son parc. En contrebas, la rivière privée.

Le château

L’accès au château se fait par un pont enjambant les douves en eau. Des grilles en fer forgé s'ouvrent dans un imposant arc de pierre sculpté. La cour quadrangulaire, partiellement pavée, est encadrée des deux ailes du château et des douves sur les deux autres côtés.
Attesté depuis le 10e s., le château est composé de corps de bâtiment du 18e s. sur deux niveaux : rez-de-chaussée et étage sous toiture. Les façades sont enduites à la chaux, les encadrements de baies sont en tuffeau. Les toitures à deux pans d'ardoise sont percées régulièrement de lucarnes en pierre de taille dites en chapeau de gendarme, au cadre mouluré et aux jambages à volutes. A l’extrémité de l’une des ailes, dominant les douves, un imposant pavillon carré de style Henri II est légèrement surélevé par rapport au reste du château. Il est coiffé d’une toiture à 4 pans d'ardoise, surmontée de deux épis de faîtage. Un double escalier en fer à cheval permet d'accéder à ce pavillon Renaissance. Les fenêtres à meneaux sont en tuffeau, ont des châssis en chêne et des vitraux en losange. A l’angle nord-ouest du pavillon, une échauguette est coiffée d’une toiture en poivrière avec épis de faîtage.
L’ensemble du château a été minutieusement restauré ces dernières années dans les règles de l’art.


Rez-de-chaussée
Le double escalier en fer à cheval conduit à un premier salon situé dans le pavillon Henri II, et qui ouvre sur le grand salon et ses bibliothèques de chêne recouvrant la quasi intégralité des murs. Le sol est en tomettes de terre cuite et carreaux de faïence de Gien, le plafond à la française est peint. Deux imposantes cheminées en pierre trônent dans chacun des salons. Le rez-de-chaussée se poursuit dans les bâtiments du 18e s. contigus du pavillon Renaissance : quelques marches mènent à un dernier salon donnant au nord sur les douves et le parc, au sud sur la cour. Le parquet est à la Versailles et le plafond, aux poutres et solives apparentes, est peint. Une double porte permet d’accéder à la salle à manger dont les murs sont couverts de boiseries peintes et où le sol est en tomettes. Un vestibule, hall d’entrée secondaire duquel part l’un des escaliers menant à l’étage, dessert la chaufferie et des toilettes et permet également d’accéder à une galerie de bois traversant les douves.
A partir de ce dégagement la seconde partie du bâtiment est en retour d’équerre. Elle abrite la cuisine équipée, embellie d’une cheminée en tuffeau, avec des tomettes au sol et un plafond à solivage apparent peint. Puis un dégagement mène à une vaste chambre et à sa salle de bains privative.
Premier étage
Il est desservi par trois escaliers, un à chaque extrémité des ailes et un troisième, le principal, au centre du L formé pas les bâtiments. L'escalier majeur débouche sur un palier où donnent une buanderie ainsi qu’une première chambre et sa salle de bains, puis une seconde chambre et sa salle de bains privative. De cette dernière chambre, un escalier permet de rejoindre la cour du château. Les sols des chambres sont en tomettes, celui des salles de bains en carrelage.
A droite du palier de l’escalier principal, quelques marches rejoignent un couloir qui distribue un dressing puis la troisième chambre de l’étage et sa salle de bains.
Un petit escalier mène à l’étage du pavillon Renaissance. La chambre de maître est coiffée d’une impressionnante charpente en châtaignier qui culmine à plus de 10 m au-dessus du sol. Les murs sont recouverts de boiseries de chêne et le parquet est à la Versailles. Cheminée en tuffeau. Salle de bains et dressing.
Un escalier en chêne redescend au grand salon du rez-de-chaussée, dans l‘espace bureau de ce dernier.

Le parc et le potager

Le château entouré de ses douves est bâti au milieu d’un parc de plus de 4 ha organisé entre le potager, l’orangerie, de vastes pelouses, le labyrinthe de buis, plusieurs point d’eau et la rivière.
Sur la droite de l’allée menant au château, s’étend le remarquable potager entouré de quatre pavillons de brique. D’une superficie de plus de 3700 m2, il regroupe 24 carrés de culture entourés de buis. Les murs sont couverts de fruitiers palissés : pommiers, poiriers, etc. Dominant le potager, le carré des arbres fruitiers : tonnelles d’arbres, bordures de buis, parterres de fruits rouges, etc. A l’opposé : la serre, les huit châssis de semis et la tonnelle de vigne.
Un peu éloignés, entourés de hautes charmilles, le terrain de tennis et son mur sont à restaurer.
Le domaine comprend également des installations équestres : plus de 4.5 ha de paddocks au total, entourés de clôtures en bois. Deux abris regroupent plusieurs boxes et remises. Une carrière mesure 3000 m2.

L' "orangerie"

A proximité du potager, un bâtiment d’habitation, dénommé «orangerie» a été édifié ces dernières années : il s’agit d’une construction de très grande qualité en brique, avec une toiture en tuile de pays et un sol de tomettes. La charpente, les boiseries et les huisseries à double vitrage sont en chêne. Les larges baies en plein cintre ouvrent sur la terrasse et la piscine (15 m x 6m) au sud.
A l’intérieur : une vaste salle de séjour avec plafond cathédrale (7.80 m sous faîtage), une cuisine équipée, deux chambres et leurs salles de bains. L’escalier de chêne en vis mène à l’étage : à gauche à un espace sous toiture restant à aménager ; à droite une passerelle surmontant la salle de séjour du rez-de-chaussée dessert une seconde pièce à aménager. Les raccordements sont prévus pour une éventuelle salle de bains.

La ferme

Non loin de l’entrée du domaine, se dresse la ferme qui, elle aussi, a fait l’objet d’une restauration soignée. Quatre corps de bâtiment forment une cour. Salle de chasse, écuries et sellerie, offices et cuisine, chambres froides, fromagerie, granges, garages, porcherie, poulailler, atelier : rien ne manque et toutes les installations sont récentes et fonctionnelles.
Au nord de la cour : la maison du gardien. La construction, d’un rez-de-chaussée surmonté d’un étage totalise 180 m2 de surface habitable et quatre chambres.

La maison du garde

Au milieu du massif forestier, s’élève une maison construite dans les années 70, d’un plan en L, avec un rez-de-chaussée et un étage sous toiture. Les deux niveaux font 220 m2. La maison dispose de son propre accès depuis la route et de ses propres compteurs d’eau et d’électricité.

Les deux fermes secondaires du domaine

Deux autres fermes sont de dimensions nettement plus modestes que la ferme principale du domaine : la première comprend une maison d’habitation, divers bâtiments et hangars agricoles. La seconde, composée de quatre bâtiments formant cour, est située à l’opposé sur la propriété et est actuellement à l’état de ruine.

Le domaine de chasse

Le domaine est traversé d’est en ouest par une importante rivière privée qu’enjambe un pont-passerelle en lamellé collé peint recouvert de tuiles de bois et permettant le passage de tout véhicule d’une rive à l’autre.
D’une grande diversité, le biotope se compose de bois, taillis, terres cultivables, prairies libres, de plusieurs étangs, mares et cours d’eau, le tout situé en Zone Natura 2000.

Ce que nous en pensons

Le labyrinthe sur un plan de forteresse, le potager aux vingt-quatre carrés bien rangés, la rivière qu'une passerelle couverte enjambe, entièrement privée dans sa traversée du domaine, les douves en eau : tout réjouit l'oeil avant même d'arriver aux ailes du 18e s. et au pavillon Renaissance du château. Les dépendances disséminées dans l'immense propriété sont, pour la plupart, en parfait état d'entretien. La nature est apprivoisée entre les charmilles, sauvage sur le territoire de chasse. Des volumes intérieurs, certains sont théâtraux et d'autres plus intimes. Cette Sologne en miniature, déjà très grande, a de quoi répondre à tous les états d'esprit, à toutes les projections dans l'avenir.

3 950 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 690181

Surface cadastrale 153 ha 47 a 1 ca
Surface du bâtiment principal 580 m2
Surface des dépendances 660 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Sologne


Pierre-Marie Rogez       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus