château à vendre lot et garonne

Dans la campagne du Lot-et-Garonne, adossé au Périgord pourpre,
un petit château du 18e s. entouré d’un parc de 4 ha
Monflanquin, LOT-ET-GARONNE aquitaine 47150 FR

Situation

Situé un jet de pierre de la Dordogne et entre deux bastides remarquables, Monflanquin et Villeréal, le petit château ou manoir n'est qu'à 10 minutes de Cancon, la «capitale de la noisette ».
Les aéroports de Bergerac et d’Agen sont à égale distance de la propriété et permettent de rejoindre Orly, l’Angleterre, la Belgique ou les Pays-Bas.
L’aéroport international de Bordeaux est à 140 km, celui de Toulouse à 150 km.
L'offre patrimoniale et touristique du Périgord tout proche l'a rendu justement célèbre à travers des sites comme Lascaux, Les Eyzies, Beynac, Domme et bien d’autres encore.

Description

La route qui mène au manoir traverse un paysage préservé de douces collines, souvent plantées de noisetiers, la production traditionnelle de la région. Une petite église, aujourd'hui désacralisée et exclusivement destinée à accueillir des concerts, des expositions ou des spectacles, se distingue par son fronton triangulaire dans lequel une trouée accueille une cloche. Tout contre, le chemin d’accès à la propriété est empierré, et bordé d’une haie d’arbres. Il longe la façade principale de la maison pour donner sur la grande cour d’accueil.
Tout autour, des prairies et quelques bois dominent la campagne. Le regard porte très loin.

Le manoir

Ce petit château des 17ème et 18ème s. évoque une chartreuse avec sa façade de facture classique, une porte centrale, à imposte en éventail, et encadrement de pilastes de pierre, étage sous combles. Aux deux extrémités un tour à la toiture de tuiles très pentue. Sans doute un exemple de ces «pigeonniers tourelles » du Haut-Quercy. Ces «fermes-manoir » étaient renforcées par des tours aux angles associant ainsi architecture rurale et d’apparat.
La cour d’arrivée donne sur le cœur de la maison où la partie habitation ancienne et les communs ont été reliés, dans les années cinquante, par un corps central, formant ainsi une vaste cour intérieure.
La rénovation de tous les bâtiments a été faite dans les règles de l'art.


Rez-de-chaussée
La partie la plus ancienne, est accessible par une porte-fenêtre à imposte en éventail depuis la cour intérieure. Elle ouvre sur une galerie traversante dallée de terre cuite, avec, en vis-à-vis, la même porte fenêtre donnant sur l’arrivée bordée de lavandes. N’ayant qu’une seule pièce en profondeur, tout ce corps de maison est très lumineux car il bénéficie d’une double exposition.
A gauche en entrant, deux salons en enfilade, dans l’esprit du 18ème s., sont décorés dans un style « gustavien ».
Le premier salon, pavé de terre cuite, présente une cheminée Directoire en bois peint façon faux marbre gris. Deux fenêtres se font face, l’une à l’est, l’autre à l’ouest.
Dans son prolongement, le petit salon, avec moquette au sol, plafond à poutres et solives peintes en blanc, termine ce corps de bâtiment. Eclairé par deux fenêtres, il ouvre sur la cour intérieure par une large porte-fenêtre. Cette pièce carrée constitue la base de la tour-pigeonnier. Un escalier en colimaçon, rampe en ferronnerie, mène à la bibliothèque au-dessus.
A droite dans l'entrée se trouve la salle à manger. Plafond droit et sol en terre cuite. Un ancien placard à la double porte moulurée à droite de la fenêtre et une cheminée de pierre utilisée régulièrement.
Une porte vers la chambre en bout de cette aile, précédée d’un petit hall où a été logé l’escalier vers l’étage et desservant la petite salle de bain aux murs et sol carrelés.
Comme la bibliothèque, cette pièce carrée est la base de l'autre tour d’angle. Elle est vaste et lumineuse avec ses fenêtres, un plancher à larges lames et un plafond à solives avec poutres peintes en blanc. Grands placards de part et d’autre de la cheminée de marbre gris qui a été fermée.
Sous la montée de l’escalier, une porte donne vers la cave située sous la chambre. Bonne cave pour le vin car le sol est en terre battue, avec deux soupiraux et une sortie vers le sud.
En retour d'équerre, une aile relie le manoir aux communs, formant une cour quasi fermée. Une petite salle à manger, dite des enfants, donne à la fois sur une buanderie, vers la cuisine et vers la cour. Tout le long de la façade sur cour, l'avancée de la toiture sur des piliers de bois forme comme un préau. C'est sur lui que donne, par plusieurs portes-fenêtres, la cuisine dont tous les éléments sont alignés sur le mur en face.
A l’extrémité de la cuisine, une porte la fait communiquer avec une courette prise entre les corps de bâtiment. La pergola couverte d’une glycine apporte ombre et fraîcheur l’été. L’un des murs qui l’entoure montre l’ouverture de vieux fours à pain, témoin d’une ancienne activité rurale. La vue sous le grand tilleul vers la campagne qui se déploie en fond apporte douceur et sérénité.
Une chambre d’enfant prolonge la cuisine avec un dénivelé de trois marches. Fenêtre sur la cour intérieure, sol cimenté couvert de sisal et plafond lambrissé peint.
A la suite et accessible par une porte au nord, une pièce à usage de cave dans l'ancienne aile des communs. Sol couvert de vieux carreaux de terre cuite, plafond à solives, murs en pierres apparentes.
Premier étage
A l’aplomb du petit salon du rez-de-chaussée, et toujours dans la tour-pigeonnier, une bibliothèque est éclairée par trois côtés.
L’escalier en colimaçon qui la dessert monte jusqu’au dernier étage vers une chambre et sa salle de bain précédées d’un petit palier avec fenêtre sur cour.
Au niveau de la bibliothèque en-dessous, une porte donne sur le grenier : il couvre toute la longueur du corps principal du manoir, reliant les deux tours-pigeonniers. La charpente est apparente et laisse voir l’isolation soignée de cette partie. Ici ont été installés des espaces de rangement, une salle de jeux pour les enfants. La création de chambres supplémentaires pour une famille très nombreuse est évidemment possible.
Le grenier communique à son extrémité avec un petit palier où se trouve, à l’identique du rez-de-chaussée, un accès à une petite salle de bain, une grande chambre équipée d’une étonnante cheminée prussienne et l’escalier qui redescend.

Les communs

Les garages sont ouverts sur la cour par de larges portes de planches à claire-voies. Le premier, le plus vaste, a un sol cimenté. Deux voitures, au moins, peuvent y trouver place. Dans un angle la pompe reliée au puits servant à l’arrosage du jardin. Le deuxième garage, à la suite et plus petit, donne sur la cour par une belle arche de pierre. Le sol est en terre battue. Cet ensemble fut, un temps, l’objet de projets d’aménagement pour séparer les générations.
Un troisième garage - l'actuel occupant des lieux est amateur de voitures -, a été construit en appui, à l’arrière, prolongé par une petite écurie, de facture très modeste.
Un imposant puits, de forme circulaire et en pierre, constitue l’ornement de la cour intérieure. Profond et toujours en eau il est précieux pour l’arrosage du parc-jardin qui entoure la maison.
A proximité de la grande piscine, un ancien et petit bâtiment devait être le poulailler du manoir : on voit encore les niches de pierre dans les murs, à hauteur d’homme, pour protéger les couvées des prédateurs. Il a été reconverti en local technique pour la piscine. Dans son prolongement, une remise pour les installations d’été.
De la cour intérieure une haute urne de pierre occupe la perspective d'une allée, créant ainsi un décor italianisant.
Le sol, très calcaire, convient à la magnifique glycine qui habille tout un angle de la maison. Trois hauts cèdres ombragent la prairie. La vue, de ce côté, s’étend vers les douces collines, les champs et les bois.

Ce que nous en pensons

Le regard porte loin sur les champs doucement ondulés, les bois, le relief du lointain. Les deux solides tours carrées portent leurs toitures comme de hauts chapeaux. L'une est plus haute que l'autre, rompant ainsi toute monotonie. Les lignes horizontales ont investi, elles, le corps central et l'aile : dans celle-ci le portique que forme l'avancée du toit accueillera, dans la tiédeur des soir d'été, les commentaires sur la balade du jour, dans une région profuse en sites patrimoniaux. A l'intérieur règne l'esprit d'une vieille maison de famille qui tend les bras aux nouveaux venus.

820 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 336194

Surface cadastrale 4 ha 35 a 10 ca
Surface du bâtiment principal 390 m2
Surface des dépendances 110 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Lot-et-garonne


Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus