château à vendre proche alençon

Au sud du Parc Normandie-Maine, dans un écrin vallonné de bois et de prairies,
sur près de 14ha, un château d’origine 18ème siècle, sa chapelle et ses dépendances.
Alençon, ORNE basse-normandie 61000 FR

Situation

À proximité d’Alençon, à moins de 10 km du centre ville ; à 210 km du centre de Paris et 15 km de l’autoroute A28. À 50 mn de la gare TGV du Mans, qui a de très bonnes liaisons ferroviaires (gare Paris-Montparnasse en moins d'une heure, aéroport Roissy Charles de Gaulle en 1h45). Des commerces de proximités et restaurants dans les villages alentour et de nombreuses activités de pleine nature.

Description

Le domaine s'étend sur un peu moins de quatorze hectares de parc, prairies et bois avec, à l’entrée, une maison du gardien. Une longue allée traverse un bois et accède au logis qui est, de ce fait, immergé dans la nature. Les douves asséchées laissent apercevoir le mur d’enceinte. Passé la douve, une entrée marquée par deux piles de pierre et une grille ennuyeuse fer forgé. À l'entrée, un pavillon faisant office de boulangerie, et en son étage, de pigeonnier. De l'autre côté de l'entrée, la chapelle. Se faisant face, coiffé d’un toit à quatre pans avec clocheton et flèche, deux pavillons ont une architecture proche de ceux construits au 17ème siècle tel qu’on les retrouve au Haras du Pin. Passé la grille, un élégant château accessible par une allée qui traverse un premier jardin. À proximité, l’ancienne ferme forme cour entre les hauts murs, les souillardes et une succession de bâtiments de dépendance composée de granges, écuries, garages et logements anciens. Un chemin mène à un jardin que dessinent des haies de charmes et des murs. S’y trouve un verger, un tennis, une ancienne orangerie proche d’une charmille. Une terrasse ouvre sur un autre jardin structuré par des haies et des topiaires. Côté sud, on aborde le logis par quelques marches, sur une terrasse qui court tout le long du bâti. De là, une vue donne au travers du bois vers la campagne environnante. Le bois ceint le domaine. Des allées en font le tour et accède aux prairies.
À l’origine un vaste domaine de plus de 1000 ha, la ferme et les pavillons datent du 17ème siècle. Avec ses façades donnant au nord et au sud, le logis fut construit à la fin du 18ème siècle, et surélevé à la fin du 19ème siècle. D'environ 485 m², il abrite en rez-de-chaussée une succession de pièces de réception. Réparties sur deux étages, sept chambres avec cinq salles de bain ou salle d'eau.
Depuis une vingtaine d’années, le domaine a fait l’objet de nombreux travaux d’extérieurs pour structurer les espaces et re-dessiner les paysages du parc. Plantations en nombre d’essences diverses s’étageant sur divers niveaux, enterrement des fluxs, terrassement des abords et chemins.
Il est composé approximativement d’un bois d'agrément de 8 ha, de prairies (4 ha), de surface de parc et allées (1,5 ha), d’un verger et d’anciennes douves.

Le château

De plan rectangulaire, il est de trois niveaux sur cave et sous combles. La cave est en partie enterrée. Adossé au château, un bâti sur deux étages. Une toiture avec combles à la « Mansart » est couverte en ardoise. Seul le brisis a été refait il y a six ans. Les façades, enduites à la chaux, sont ouvertes de nombreuses baies régulièrement disposées. Les pièces de réception sont lumineuses avec une lumière traversante. Les baies élégamment distribuées, se font double-portes hautes avec impostes cintrés, en rez-de-chaussée avec volets. Habillées de persienne au premier étage, et coiffées d’un fronton rectangulaire au deuxième étage. Un escalier central en bois dessert au premier étage, via un large couloir, trois chambres avec deux salles de bain et toilettes et une salle d’eau. L’escalier continue sa progression jusqu’au deuxième étage où un long couloir dessert quatre chambres avec deux salles de bain et destoilettes.


Rez-de-chaussée
L’entrée ouvre sur le vestibule. Murs peints et carreaux de ciment anciens au sol. Derrière le grand escalier en bois, un cabinet de toilettes. Une spacieuse cuisine avec cheminée en pierre d’Alençon, sol en tomette. À la suite, un office avec le départ de l’escalier de service vers une lingerie à l’étage puis la chaufferie et le débotté. De l'autre côté du vestibule, en enfilade, un premier grand salon, puis une salle à manger, avant d‘aborder un autre grand salon. Les pièces de réception sont décorées de lambris du 18ème siècle. Elles possèdent toutes des cheminées anciennes. Les portes à double vantail reçoivent des trumeaux en partie haute. Les poutraisons des plafonds du 18ème siècle font écho à un parquet en chêne en point-de-Hongrie suivi un dallage de carreau de ciment dans le vestibule d’entrée.
Premier étage
Le palier est large et prend la forme d’une galerie distribuant trois chambres spacieuses et lumineuses dotée chacune d’une salle de bains ou salle d’eau avec toilettes. Les sols sont parquetés soit d’un décor à lame droite, soit d’un parquet en lame droite disposé en épi. Toutes possèdent une cheminée ancienne en pierre d'Alençon ou en marbre. Poutres apparentes au plafond. Volets intérieurs. L’une des chambres, celle ayant des boiseries et placards incorporés accède, en descendant quelques marches, à la lingerie desservie aussi par l‘escalier de service depuis l’office.
Deuxième étage
L’escalier se prolonge jusqu'au deuxième étage et arrive sur un large palier habillé d’un parquet à lame droite. Il dessert quatre chambres et deux salles de bain. Les sols sont en parquet à lame droite en pin naturel ou peint. Les plafonds sont en plâtre. Chaque chambre dispose d’une cheminée en marbre. Les murs sont peints avec des lambris d'appui. Un escalier conduit au grenier.
Combles
Accessibles depuis le deuxième étage par un escalier.
Les caves
Accessibles de l'extérieur, elles se divisent en trois parties.

Les bâtiments de dépendance

Les communs, construits en retour d'équerre, sont clos de hauts murs ou de grilles et possèdent une entrée indépendante entre deux pavillons. Les toitures couvertes d'ardoise ou tuile ont été refaites après la tempête de 1999. Les murs sont en moellon avec des encadrements en pierre d’Alençon, ou de roussard. Au rez-de-chaussée du premier bâtiment, de grands garages surmontés d'un grenier, puis une grange. Les sols sont cimentés. À la suite, un petit local. En retour, une grange, puis des écuries avec cinq boxes ou stalles et une sellerie. Deux bâtisses habitables à rénover.

La chapelle

Elle a conservé de nombreux éléments décoratifs d’origine, un autel, un sol en carreau de ciment avec décor trilobé, un bénitier coquillage, des murs peints en faux marbre. Elle est à rénover.

Le fournil et pigeonnier

Il est composée, en rez-de-chaussée, d’une grande pièce avec un sol dallé en pierre et comprend deux fours, l’un à pain, l’autre à les pâtisserie. Attenante, une salle d’eau avec toilettes. L’étage est accessible par une échelle de meunier et était autrefois à usage de pigeonnier. En partie rénovés, les murs sont percés de nombreux boulins. Une charpente percée de baies apporte de la lumière.

La maison de gardien

Située à l’entrée du domaine, c'est un joli pavillon construit en pierre de moellon enduite et couverte en tuile, la toiture a été refaite. Les encadrements sont habillés de briques, les huisseries sont en PVC. Composée de 4 pièces dont deux chambres. Avec un jardinet sur l'arrière.


Rez-de-chaussée
Une chambre en rez-de chaussée.
Premier étage
une chambre à l'étage.

L'ancienne orangerie

Derrière le terrain de tennis, et à proximité du verger et de l’ancienne charmille.


Rez-de-chaussée
Composé d’une pièce.
Premier étage
accessible par une échelle de meunier, une pièce et une salle d’eau avec toilettes.

Le pavillon

Jouxtant les communs, ce sont deux bâtisses à rénover avec des éléments d’origine (tomettes, escalier, cheminée). L’une comprend un bûcher puis, à la suite, une pièce, et au-dessus des greniers. Un pavillon.


Rez-de-chaussée
deux pièces encadrent une entrée avec un escalier en bois.
Premier étage
composé d'une grande pièce avec une cheminée en pierre d'Alençon.

Le parc à l’anglaise, les prairies et les bois

Les différents espaces et jardins du domaine sont structurés par des murs ; les passages, par des grilles et piliers. De belles perspectives s’offrent tout au long des promenades. Le parc à l’anglaise, d’d'une surface d'environ 1,5 ha est planté d’arbres d'essences diverses (tilleuls, charmes, ifs, glycine). Depuis une vingtaine d’années, le domaine a fait l’objet de nombreux travaux d’extérieurs pour structurer les espaces et re-dessiner les paysages du parc en différents jardins composés de buis et d’ifs taillés en topiaire. Enterrement des fluxs, terrassement des abords et chemins. Les prairies sont libres de toute occupation.

Ce que nous en pensons

La situation géographique est très enviable. Depuis près de vingt ans, de nombreux travaux de fond ont été entrepris sur ce domaine, les extérieurs sont restaurés. Les toitures sont de bonne facture sur le château et sur la plupart des dépendances. Le château a été rénové, exaltant les anciens éléments décoratifs. Il reste à poursuivre le projet par la rénovation de quelques dépendances. Cet ensemble peut être une maison familiale proche de toutes commodités et de nombreuses activités de pleine nature. Il pourrait y avoir un dessein plus vaste, le lieu se prêtant magnifiquement au développement d’une activité de réception, les communs, autant que le château étant des symboles de l’élégance du 18ème siècle. L'environnement en est un des plus beaux atouts.

Vente en exclusivité

1 080 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 507049

Surface cadastrale 13 ha 64 a 28 ca
Surface du bâtiment principal 483 m2
Surface des dépendances 614 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Sarthe


Catherine Boivin       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus