Sur le chemin des volcans d'Auvergne, à quelques minutes de Clermont-Ferrand,
un château classé MH, ses jardins et son parc de 4 ha inscrits MH
Clermont-Ferrand, PUY-DE-DOME auvergne 63000 FR

Situation

À l’entrée du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne, à vingt-cinq minutes de Clermont-Ferrand, le château du 13ème siècle domine un bourg médiéval, côtoie une église romane majeure et quelques maisons d'époque Renaissance. Le Parc Régional constitue le plus grand ensemble volcanique d’Europe et le plus grand parc de France métropolitaine. Quant au château, il est bâti sur une table basaltique, ancré dans un paysage d'une nature préservée et surplombe gorges et vallée. Trait d’union idéal entre plaine et montagne, il est un lieu idéal en toutes saisons pour la pratique d'activités diverses. Le village, lui-même, promeut une grande qualité de vie en agissant pour la protection du patrimoine naturel avec son label national « Terre saine, commune sans pesticide ».

Description

Lors d’une première rencontre avec le château, il sait se jouer du regard en préservant ses secrets en arrière-plan. Pour une première lecture, il suffit de franchir un étroit pont de pierre, construit sur des caves voûtées, pour pénétrer dans une cour d'honneur ouverte. Trois niveaux d’élévation se dessinent sur la façade, plus celui des combles qui se devinent. Quelques accès en partie basse laissent présager un niveau inférieur. La toiture est haute, massive tout en s’élevant vers le ciel. Les matériaux confortent le visiteur quant à leurs origines, entre plaine et volcans, alliant des pierres taillées de lave ou d’arkose, notamment pour l’encadrement des baies. Le bâti principal épouse un plan en forme de U, avec un corps de logis principal avec deux ailes en retour d’équerre et trois tours cantonnées aux angles. Son architecture, ses techniques de construction ont été rythmées par le 13ème siècle, la fin du 15ème, le 16ème puis les 17ème et 18ème siècles.
Après avoir quitté la cour ouverte, la surprise est d’autant plus grande lorsque la topographie s’apprivoise, que les dernières restaurations et l’ensemble du terrain se révèlent. L’ancienne forteresse se dessine alors. La remise en état des fossés, le pont enjambant les douves sèches entre la terrasse arrière et le parc, la découverte d’un passage secret à travers le fossé reliant l’une des ailes à un jardin clos, sont autant d’éléments rappelant alors toutes les vies passées de cette illustre demeure seigneuriale. Aussi, la perspective sur le parc est soigneusement orchestrée entre le bâti lui-même, les étagements supérieurs, les jeux de niveaux et une pelouse en contrebas. Là encore, la propriété s’amuse d’une vision trop simpliste : il faut s’attarder sur les détails dissimulés sur les flancs du parc. Se dessinent alors un jardin clos et aussi, une terrasse naturelle, un belvédère donnant sur la vallée et les gorges, et d’autres espaces bien dissimulés animant l’imaginaire et invitant à la promenade.

Le château

Le château est formé d'un corps de logis allongé, avec deux ailes en retour d'équerre. L'axe principal de celui-ci épouse une orientation nord-sud avec une cour d'honneur à l'est et une terrasse plus les jardins sur la partie occidentale. À l'aile nord, deux tours rondes sont cantonnées dans les angles plus une pour l'aile sud à l'angle sud-ouest. Une tour carrée se présente engagée à mi-façade occidentale et une dernière, polygonale, prend place dans l'angle sud-ouest de la cour d'honneur. L'édifice est attesté au 13ème siècle, avec des remaniements successifs datant de la fin du 15ème pour l'agrandissement du logis résidentiel et la modernisation de l'ensemble de l'appareil militaire jusqu'au début du 16ème, puis divers autres au 18ème siècle.
Les restaurations ont commencé dès les années 1990 et n'ont pas cessé depuis.


Rez-de-chaussée
Le château pour sa distribution intérieure se décompose en trois ensembles, le logis médiéval au nord avec ses cuisines et arrière-cuisine plus un petit salon puis le corps de logis Renaissance au centre offre une très grande salle de réception semi-enterrée dite salle des gardes. L'aile sud est séparée, pour le rez-de-chaussée, de l'ensemble bâti par l'aménagement de toilettes et d'un espace traiteur pour cette dernière salle. Cette aile sud permet aux occupants actuels de vivre en toute intimité avec une cuisine privée tout en étant à proximité des diverses activités du château. Par exemple, les activités culturelles et de réception sont données majoritairement dans le parc, le logis Renaissance et la salle des gardes puis, celles d'hébergement touristique, comme chambres d'hôtes, sont situées dans le logis médiéval au nord pour les suites du premier et deuxième étage.
Premier étage
De la même manière que pour le rez-de-chaussée, la lecture reste identique en divisant les espaces par trois. Pour le logis nord, les suites résidentielles se succèdent entre le premier et le deuxième étage jusqu'à la tour dite « des Rois ». Une bibliothèque accueille les hôtes, s'en suivent un salon avec un parquet en chêne à panneaux Versailles et Chantilly puis des chambres avec une importante hauteur sous-plafond et un mobilier respectueux du bâti. Chacune de ces suites dispose d'une salle de bain particulière aménagée ; elles sont au nombre de cinq et proposent des styles d'ameublement et de décorations variés allant du style Louis XIII, Louis XVI et du 18ème siècle. L'une d'entre elles est située dans une tour du 14ème siècle, sous une voûte décorée du blason à fleurs de lys de la Tour d’Auvergne ; une autre loge sa salle de bain dans la tour carrée de la façade occidentale et une troisième possède même une impressionnante salle de bain voûtée située dans une tour du 13ème siècle jouissant d'une vue sur une église romane majeure d'Auvergne. Sa douche a même été créée dans le volume des anciennes latrines situées dans l'épaisseur des murs médiévaux. Pour la partie centrale, au-dessus de la salle des gardes, s'ouvre la grande salle royale où trône une cheminée monumentale, accessible par la terrasse occidentale. Il est à noter que se dissimule une arrière-salle, pourvue d'un sol en damier de dalles sombres et blanches et d'une cheminée sculptée dans la pierre volcanique. Concernant l'aile sud, privée, celle-ci est séparée du logis Renaissance par un passage vers la terrasse sud, matérialisé par un couloir remarquable au sol de pierres sombres et claires menant tout droit au jardinet médiéval et à son passage secret à travers les douves sèches. Se superposant alors à la cuisine privée du rez-de-chaussée, se présente alors un salon voûté en arrêtes où le temps semble s'être arrêté et où le calme règne face au vicissitudes du siècle.
Deuxième étage
Ici se situe la majorité des suites précitées. Se retrouve aussi le prolongement de la suite du premier étage pour la partie nord. Quant à la partie sud, appartenant au circuit de visite, s'y ouvre la salle du comte au sein de ses appartements meublés avec, au sol, des tomettes en terre cuite à forme hexagonale, un plafond à la française, des tentures et un mobilier appelant à se remémorer l'histoire du lieu. Cette salle étant la dernière étape avant l'accès à la charpente du 15ème siècle et la tour de l'angle sud-ouest.
Combles
De l'extérieur, ce qui marque l'esprit du visiteur auquel on propose d'imaginer de retirer la toiture de tuile plate aux multiples reflets, c'est d'être stupéfait par ce crénelage qui par magie se devine et dessine le chemin de ronde médiéval qui couronnait le logis. Par l'intérieur, celui-ci est très accessible et permet une visite inédite de la charpente 15ème siècle avec une première grande salle aisément aménageable pour des expositions, puis une seconde salle au nord telle une réserve archéologique où le temps s'est figé depuis des siècles pour aboutir à la terrasse de la tour nord-est où la vue, cette fois-ci, donne sur le village médiéval en contrebas. L'une des tours se distingue très nettement des autres, celle dite « des Reines ». De par sa restauration et son implantation dans l'angle sud-ouest, elle domine très largement la terrasse sud, le jardin Renaissance, la terrasse occidentale et le parc tout en invitant le spectateur à se délecter d'une vue imprenable sur la vallée. Crénelée, non coiffée, excepté pour son accès par l'escalier des gardes, elle propose une terrasse hors du commun pour l'agrément des convives.
Les caves
Par la cour d'honneur, deux accès sont possibles pour la cave du logis. L'un par la cage d'escalier de la grande vis dans le logis et le second par un accès direct et indépendant percé à travers le mur pignon nord-est du logis. Par celui-ci, en descendant quelques marches abritées par une voûte rampante, s'ouvre alors une cave voûtée avec un imposant arc-doubleau à mi-profondeur.

Tour d'angle isolée nord-ouest et terrasse

À l'entrée de la cour d'honneur, reliée au château par un bâtiment d'un seul niveau percé de deux grandes baies en anse de panier supportant la terrasse nord, la tour d'angle nord-ouest accueille le visiteur. Celle-ci, bâtie sur quatre niveaux, est rythmée par le donjon bas pour la billetterie, le donjon haut possédant un décor de cuisine médiévale avec archère canonnière et cheminée et enfin, le dernier niveau indépendant avec un accès par la terrasse nord ouvre sur un gîte avec mezzanine où le calme règne en toute quiétude. Celui-ci est assez dissimulé dans l'architecture générale, il ouvre une perspective au sud sur la cour d'honneur par une grande baie vitrée et offre toutes les commodités nécessaires pour un hébergement indépendant.

Le parc et le jardin de style Renaissance italienne

Les atours du château sont dessinés autour du rempart et de ses douves sèches qui encerclent le bâti sur ses flancs sud, ouest et nord. À proximité immédiate de celui-ci, excepté la cour d'honneur, existent une terrasse ombragée pour un jardinet médiéval au sud cohabitant avec la partie privée du château et, à l'ouest, la terrasse de plain-pied avec la salle royale et, au nord, une terrasse haute.
Après les douves, se dévoilent au sud un jardin clos, de style Renaissance italienne puis, à l'ouest, une très grande perspective avec deux parterres et une pelouse finale, constituant un jardin de style régulier du 17ème siècle, délimitée au nord et au sud par deux promenades boisées. L'une d'elles accède à un belvédère naturel sur la vallée, à l'extrême sud-ouest. Enfin, au nord, se dessinent très discrètement des espaces clos, chambres vertes préservées des regards, accédant à la terrasse haute ou aux douves.


Jardin
Exposé au sud, l'espace, clos de murs d'origine militaire bâtis entre les 14 et 15ème siècles, fut au 16ème siècle un jardin caractéristique de la Renaissance. Les propriétaires actuels eurent à cœur de redonner vie à ce lieu, en lui insufflant l'esprit de la Renaissance italienne tout en l'envisageant dans une conception plus générale du parc. Depuis 2012, le lieu a été entièrement restauré jusqu'à l'implantation d'un bassin miroir contemporain se jouant des couleurs saisonnières et offrant fraîcheur l'été venu. Pensé comme un jardin Renaissance avec une composante médiévale, plantes aromatiques, médicinales et potagères, il s'invite aussi dans le parcours de visite. Pour une flânerie, une errance méditative, ou encore avec l'intention d'œuvrer dans ce lieu, il suffit de franchir son seuil ombragé par une pergola, conçue comme une antichambre naturelle au jardin. Au gré des pas et de l'inspiration, se découvrent alors les boulingrins, des jeux d'étagement, un belvédère et un studiolo, logé dans une ancienne casemate militaire du 14ème siècle, formant un espace ouvert aux parfums, prolongeant une chambre verte où trône une fontaine et bien d'autres aménagements cachés - révélés.
Le parc
Conçu ex nihilo, car n'ayant aucune source capitale à son propos, il prend lieu et place d'un jardin régulier historique disparu. Ce parc, ou plutôt ce jardin simplifié dans le style des jardins réguliers du XVIIe siècle a été pensé en étroite et intime relation avec la terrasse occidentale du château pour sa grande perspective, mais aussi avec le jardin de style Renaissance italienne. De la même manière, il est devenu un atout pour l'attractivité touristique et événementielle du château permettant toutes les commodités techniques et d'accueil. Ce jardin est rythmé par trois parterres sur deux niveaux, ne limitant pas les points de vue et ses différents chemins pour le découvrir. Il est organisé en trois tableaux s'échelonnant à partir de la terrasse occidentale et du pont en pierre enjambant les douves sèches, avec au premier plan, une terrasse bordée par des cerisiers, puis un grand parterre séparé de la pelouse finale par un bassin en grès au motif gothique polylobé. Cet ensemble dessinant alors une perspective soutenue par les alignements d'arbres en périphérie soulignant la relation au paysage et le paysage préservé qui la termine. Dès lors et selon votre envie, il est possible de franchir ces tableaux en empruntant l'allée centrale ou de se détourner de la grande perspective en profitant de l'ombrage offert par les promenades boisées.

Ce que nous en pensons

Un très bel exemple de restauration patrimoniale encadrée par un Architecte en Chef des Monuments Historiques, un historien de l’architecture et un atelier de paysagistes. Toute l’énergie des actuels occupants a permis de vivifier le lieu et ses activités tout en le modernisant sans dénaturer son architecture. L’écrin naturel dans lequel il se situe, le bâtiment lui-même, ses grandes salles et espaces d’accueil, le jeu des perspectives paysagères, les jardins, le bassin miroir jusqu’à son passage secret pénétrant les douves sèches, sont tout autant d’atouts et de plaisirs à découvrir.
Le village, lui-même, est un havre de paix à proximité de Clermont-Ferrand, capitale régionale, où toutes les commodités sont réunies sans oublier le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne.
En bref, ce château bâti au 13ème siècle est une figure incontournable du Puy-de-Dôme et possède un riche passé intimement lié à l'histoire royale française.

Vente en exclusivité

2 650 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 940529

Surface cadastrale 4 ha 50 a
Surface du bâtiment principal 2200 m2
Nombre de chambres 8
Surface des dépendances 150 m2
dont aménagées127 m2


Conseiller
Nord Puy-de-Dôme & Sud Allier


Olivier Paradis +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus