Fief familial depuis mille ans des La Rochefoucauld,
en Angoumois, un éminent château classé MH
Angoulême, CHARENTE poitou-charentes 16000 FR

Situation

À la limite du Poitou et de la Charente, au milieu d'un paysage au relief marqué, fait de plaines et de bois, le château est situé dans un village, au bord de la Charente. Celui-ci a su conserver tout son charme, son authenticité et son animation. La ville d'Angoulême et son célèbre festival de la bande dessinée ne sont qu'à trente minutes. Une gare située à un quart d'heure du village permet de rejoindre celle de Poitiers et la ligne LGV (1h15 pour Paris et 2h30 pour l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle) ou encore, celle d'Angoulême desservie par la ligne TGV (2h pour Paris).

Description

Fief familial des La Rochefoucauld depuis mille ans, le château ne se révèle que tardivement au regard du visiteur. La grille d'entrée (automatisée) une fois franchie, c'est une longue allée cavalière bordée de cèdres qui laisse le parc et les bois d'un côté et les dépendances de l'autre pour, en son extrémité, tourner et enfin découvrir l'imposante façade. Le domaine s'étend sur toute la longueur du village à moins que ce ne soit l'inverse. Derrière le château, sur un plan triangulaire, se déploient autour d'une cour d'honneur la bibliothèque, la chapelle et l'intendance, composant un ensemble à la fois élégant et raffiné. Cet ensemble surplombe le village et la rivière, ouvrant des perspectives très variées.

Le château

Très tôt, le château devint la résidence familiale des La Rochefoucauld, laissant au château du village de La Rochefoucauld, les fastes des réceptions officielles. La place prépondérante de la famille dans l'histoire de France, est aussi liée aux relations qu'elle a créées avec d'autres pays comme les Etats-Unis et notamment Jefferson, grand ami de François de La Rochefoucauld ou encore lorsqu'en 1929, Rockefeller fit l'acquisition des tapisseries de la "Chasse à la licorne" maintenant exposées au Cloister Museum de New York. Ces liens et bien d'autres font toute l'originalité et la force d'un lieu comme celui-ci.

De plan en V, le pavillon de la partie centrale, marquée par deux tours, relie les deux ailes du logis, fermées chacune par une imposante tour. Sur trois niveaux avec, au sous-sol, les anciennes cuisines à la hauteur sous plafond stupéfiante (près de 5m). La première pierre est posée au 11ème siècle et de cette époque datent les tours, les mâchicoulis, les murs d'enceinte qui rappellent les fonctions défensives. Au15ème siècle, Le château est remis
en état après les nombreux sièges de la Guerre de Cent ans.
Au 16ème siècle, François 2 de La Rochefoucauld et sa femme Anne de Polignac, ramènent des Guerres d'Italie, auprès du Roi François 1er, des ouvriers italiens pour transformer le château dans le goût de la renaissance Italienne. Mais c'est la Duchesse d'Anville qui transforma au 18ème siècle le château en appartements, avec ses grandes fenêtres créées sur les deux façades, ouvrant ainsi le château à la lumière. Au 19ème siècle, après les destructions de la Révolution, une importante campagne de travaux a été réalisée.
Un appareil de pierre orne la façade, côté parc. Les toitures, à deux pans et à poivrière, sont couvertes d'ardoise, et ont été refaites en 2001et 2013. Franchi le large porche de bois, la voute d'entrée, couverte d'une mosaïque aux motifs végétaux, est fermée par une verrière qui ne gâche en aucune manière les points de vue sur la cour d'honneur et évoque un jardin courtois. La façade de ce côté est enduite. Depuis 2003, les fenêtres sont changées progressivement. Le chauffage n'a été installé que dans une partie du château, intégrant au rez-de-chaussée, la cuisine, le petit salon, et les toilettes ; au premier étage, une chambre et sa salle de bain et au-dessus de cette chambre, au deuxième étage, une autre chambre avec sa salle de bain.


Rez-de-chaussée
La voute d'entrée, au sol couvert d'une mosaïque, commande, d'un côté, un petit salon qui distribue la salle à manger traversante, coiffée d'un plafond à caissons peint, et la cuisine, montée à ce niveau au 19ème siècle. Derrière la salle à manger un des quatre escaliers et une petite chambre avec sa salle de bain. De l'autre côté de la voute d'entrée, un grand escalier monumental couronné d'une large coupole, fut créé après la Révolution, par des ouvriers venus à nouveau d'Italie. En effet, les La Rochefoucauld étaient alors Ambassadeurs à Florence, d'où son inspiration qui renvoie à la Renaissance italienne,
qu'elle soit romaine ou florentine.
Puis deux salons, dont les fenêtres donnent sur le parc, et distribués par un couloir, ouvrant lui sur la cour d'honneur. L'un des salons, dit "Renaissance", au plafond à caissons à la forme hexagonale, habité de rinceaux végétaux et des L R entrelacés pour La Rochefoucauld, et habillé de murs lambrissés ; l'autre salon dit "Louis XVI", au plafond peint représentant un ciel, est habillé sur ses murs de boiseries, toujours en partie basse et de tapisseries. À l'extrémité, un cabinet relatant l'histoire de la famille "Richelieu" (Alliance).
Des boiseries ornent également les parties basses des murs des autres pièces. Parquets à points-de-Hongrie dans les pièces de réception et dalles de pierre pour la cuisine. Des toilettes pour les invités ont été aménagés dans l'ancienne "Lampisterie" du château. Les plafonds culminent à 4,30 m.
Premier étage
Deux salons plus intimes par leurs dimensions que ceux du rez-de-chaussée permettent une vie plus conviviale et familiale. Quatre chambres avec salle de bain dont deux ont leurs propres toilettes et une cinquième avec un cabinet de toilettes. Deux chambres sont dites d'apparat, tant leur histoire et leur décor rappellent leur noble fonction : accueillir d'illustres visiteurs comme Charles Quint au 16ème siècle et Queen Mum au 20ème siècle. Elles ont chacune une salle de bain dont une avec des toilettes. Un parquet à point-de-Hongrie couvre l'ensemble des sols et la hauteur sous plafond est de plus de quatre mètres. Cet étage est accessible par trois escaliers.
Deuxième étage
Neuf chambres, distribuées par un couloir, dont cinq avec leur propre salle de bain. Une lingerie et des toilettes. Des cheminées en marbre en constituent leur décor et un parquet couvre le sol. Elles ouvrent sur un couloir donnant sur la cour d'honneur.

La bibliothèque

À l'origine, une galerie renaissance reliait le château à la bibliothèque et à la chapelle. La bibliothèque avait toujours fait partie
d'un ensemble. De plan centré et édifiée sur une ancienne tour de guet, sa toiture est voûtée. Une tribune y a été installée à la fin du
19ème siècle, courant le long des murs. Des tapisseries aux armes des Médicis, représentant différentes scènes mythologiques, couvrent les murs de cette partie supérieure. Depuis le rez-de-chaussée, un escalier dérobé en permet l'accès. Les rayonnages accueillent plus de mille ouvrages.

Les chapelles

La principale a été restaurée à la fin du 19ème siècle. Ses toitures ont été refaites en 2013. Des motifs peints ornent les murs et des cartouches recensent les différentes gloires de la famille. Elle était rattachée au château par une galerie. Sous cette chapelle, une absidiole du 12ème siècle a été découverte au 20ème siècle, ainsi qu'une chapelle du 11ème siècle.

L'intendance

Elle est la proue de la cour d'honneur, constituée d'une tour et ornée de mâchicoulis. L'appareil est visible. Ses fenêtres à meneaux ouvrent sur la rivière. Ses pièces sont actuellement utilisées comme remise.

La cour d'honneur

Le bassin est alimenté en eau par la rivière grâce à un astucieux mécanisme qui fait monter l'eau dans le toit de la bibliothèque d'où il se déverse. Sous une partie de la cour d'honneur, des grandes voûtes, construites au 15ème siècle, avec l'autorisation du roi Charles VII, de construire un mur de défense supplémentaire (d'où le nom de grandes voutes), après avoir aider les La Rochefoucauld à reconquérir leur château. Elles sont un témoignage rare d'une architecture défensive, et avaient été doublées en épaisseur, notamment pour assurer la protection des villageois qui pouvaient venir s'y réfugier en cas de menace imminente. La cour d'honneur surplombe le village et la rivière. On y trouve également une citerne du 13ème siècle.

Les dépendances

Elles ont été complètement réaménagées pour l'organisation d'événements, concerts, colloques, mariages et peuvent accueillir jusqu'à deux-cents cinquante personnes assises. À l'intérieur,
elles ont conservé les pierres en apparence et la structure de la charpente. Le sol est couvert d'un béton ciré. Elles sont équipées d'une cuisine professionnelle et de toilettes aux normes, pour accueillir tout public. À l'extérieur, un enduit caractérise l'ornementation.

Le parc

Depuis la grille d'entrée une allée de cèdres guide le visiteur vers le château, entre de larges parties en herbe, vastes horizontales contrastant avec les verticales des résineux. Des ifs en topiaire créent avec la façade du château une élégance tout en retenue. Des allées de buis viennent structurer cette partie du parc. Côté rivière, deux terrasses y accèdent et ce, grâce à deux escaliers en pierre. Anciennement, un jeu de paume avait été aménagé sur l'une d'elles. En contrebas, un lavoir et un vivier avaient été construits et ont été restaurés par les actuels propriétaires.
Un if, vieux de cinq-cents ans et classé "Arbre Remarquable", car planté par Charles Quint, remontant d'Espagne pour se rendre aux Pays-Bas.
La partie boisée est composée essentiellement de chênes, avec de grandes allées cavalières. Une servitude de passage est établie pour un agriculteur qui exploite les terres situées dans la boucle de la rivière. Cette dernière partie (cent hectares avec une ferme) est proposée en sus à la vente et pourra être récupérée entièrement, et sans fermage, en donnant congé à l'exploitant agricole.

Ce que nous en pensons

« Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit », une maxime de François de la Rochefoucauld, dont une statue orne le parc, pourrait devenir celle des futurs occupants. Car il n'y a point ici de petite histoire : tout relève de la grande. La lecture ornementale atteste de l'importance du lieu et chaque époque y a laissé un précieux témoignage, toujours pour le servir. Les châtelains actuels ont rénové toutes les toitures et mis beaucoup de confort dans le château. Comme toujours, dans ces grandes maisons, l'entreprise de nouveaux travaux incombera désormais aux futurs occupants.
De plus, et pour éventuellement conserver l'esprit des lieux, il est possible d'acquérir du mobilier.
Enfin, la protection au titre des monuments historiques dont bénéficie le château permet d'obtenir des subventions et son futur occupant pourra déduire de son revenu imposable tout ou partie des travaux effectués par des entreprises qualifiées. Il en va ainsi de l'indispensable sauvegarde de notre patrimoine.

2 800 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 917282

Surface cadastrale 44 ha
Surface du bâtiment principal 1000 m2
Surface des dépendances 600 m2
Nombre de chambres 14

Responsable régional
Vienne


Jérôme Broun +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus