Dans les environs de Sarlat, ceinturé par les bois,
un manoir des 15e et 18e s. sur une douzaine d'hectares
Sarlat-la-Canéda, DORDOGNE aquitaine 24200 FR

Situation

Dans le Périgord Noir, au cœur d’une campagne au relief vallonné, ponctuée d’étendues de bois aux essences variées, la situation de la propriété est paisible, privilégiée, légèrement en retrait des turbulences touristiques de l’une des régions les plus appréciées de France. La vallée de la Dordogne, les sites préhistoriques de renommée mondiale, les joyaux médiévaux ne sont qu’à quelques kilomètres. Sarlat n’est pas en reste : la ville possède un imposant secteur sauvegardé justifié par une concentration exceptionnelle de monuments historiques au mètre carré. Il fait bon y flâner dans les ruelles pavées bordées de vieilles demeures chargées d’histoire, partir à la découverte des petits marchés, participer aux animations culturelles, ou goûter au plaisir d’une halte pour savourer les spécialités locales. A deux heures environ de Bordeaux. Périgueux, Brive-la-Gaillarde et Bergerac ne sont qu’à un peu plus d’une heure. Aéroports, gares ferroviaires et autoroutes rendent le secteur particulièrement accessible.

Description

L'accès à la propriété s’effectue par un long chemin de terre sinueux de près de 500 m traversant un bois dense et protecteur. La distance parcourue ne laisse pas présager l’existence d'une habitation : l'effet de surprise est total. Au cœur d'une clairière, le manoir a été érigé sur une petite éminence rocheuse dominant un verdoyant vallon. En contrebas, la roche abrite un cluzeau dont la résurgence déverse son trop-plein vers l'extérieur en traçant les contours d'un ru qui deviendra plus loin ruisseau. Un puits a été creusé à quelques pas de là. De larges bandes de prairies entrecoupant le bois semblent converger vers l'édifice. Un sentier en croise un autre aux abords, comme une invitation à la promenade. L’emplacement constitue une impasse naturelle et sécurisante. A l’extérieur de l'enceinte, aujourd'hui pour partie disparue, se trouve l'ancien garde-pile (lieu où était entreposé le blé non vanné), couvert en lauze , sans doute autrefois pigeonnier ainsi qu'une imposante grange. Celle-ci épouse le dénivelé du terrain si bien que ses deux niveaux sont tous deux de plain-pied. Elle est couverte en tuile mécanique. Les restes d'une ancienne tour de guet à l'angle sud-est de la muraille rappellent le caractère défensif des lieux. Un haut portail donne accès à l'ancienne cour, aujourd'hui enherbée et formant une esplanade ouverte sur le sud. Adossés à la façade méridionale du manoir se distinguent les murs seuls d'une ancienne étable. De larges marches taillées dans le rocher permettent d’accéder aux terrasses supérieures par le nord, ainsi qu'à de petites remises placées en enfilade, construites en pierre et couvertes en tuile canal.

Le manoir

Jadis repaire noble d'une lignée de seigneurs promus de père en fils au rang de Capitaine, la propriété fut ensuite investie par des cultivateurs peu après la Révolution. Laissée à l'abandon, dans un triste état après la seconde Guerre mondiale, elle fut reprise et sauvée à partir des années 60 par un couple de passionnés soucieux de redonner au lieu le lustre qui était le sien au 18e s., dans le plus grand respect de son authenticité.
Le manoir a été édifié à même le rocher à la fin du 15e s. Son architecture d'origine comporte un corps de bâtiment rectangulaire de trois niveaux sous une toiture à quatre pans en ardoise. Au centre de la façade est, une tour d'escalier en vis placée hors-oeuvre, s'élève sur une vingtaine de mètres et se coiffe d'une toiture de lauzes en éteignoir. Deux lucarnes reposant sur des corbeaux en pierre regardent dans des directions opposées, au nord et au sud. Des percements défensifs ponctuent la construction. Au 18e s., le premier niveau fut étendu à l'ouest par un second corps de bâtiment placé en retour d'équerre, d'un seul niveau surmonté d'une toiture à deux pans en tuiles plates. Celui-ci s'entoure au sud de deux vastes terrasses permettant de profiter en surplomb du panorama en toute quiétude et, au nord, d'une troisième terrasse, plus petite, taillée dans le rocher et placée à l'ombre d'un cognassier. L'entrée principale se situe en rez-de-cour. L'accès au logis est toutefois possible directement à partir du premier niveau (couloir, salle à manger-cuisine, chambre). Les quarante-cinq marches de l'escalier en vis desservent toutes les pièces du corps de bâtiment principal, du cellier au grenier. Les intérieurs témoignent du fait que l'esprit du lieu a bien été respecté. Ici, point d'exubérance, mais de la simplicité mettant en avant tant les éléments d'architecture que les matériaux employés : cheminées en pierre, sol en pisé, portes d'origine, fenêtres à petits carreaux, niches murales, éviers en pierre, enduits à la chaux, poutres apparentes... La superficie totale représente 200 m2 environ (hors combles). Non chauffée, la demeure doit être actuellement perçue comme une résidence d’été, ce qui n'enlève rien d'autre à son confort compte tenu de la qualité des travaux réalisés. Elle compte trois grandes chambres (30 m2 environ chacune), dont deux avec des cabinets de toilette indépendants, et une ouverte sur la terrasse supérieure, une salle de douche avec coin buanderie, un salon (25m2 environ), et dans son prolongement, une vaste cuisine où se prennent également les repas (26 m2 environ), ouverte sur les deux terrasses supérieures. Un cellier a été confortablement aménagé au rez-de-jardin. Baigné d'une lumière tamisée, le lieu est parfaitement adapté tant à la conservation du vin qu'à sa dégustation immédiate dans une ambiance conviviale.

La grange

A quelques mètres du manoir, l'imposante grange épouse le dénivelé du terrain, et s'élève sur deux niveaux, tous deux de plain-pied. Couvert en tuile mécanique, le bâtiment offre en tout une surface de 186 m2 environ. Le rez-de-jardin, au sol carrelé et aux murs enduits à la chaux, avait été aménagé pour y exposer des objets en tout genre. Il comporte deux pièces (77 m2 et 13 m2 environ), la plus grande étant équipée d'une cheminée. Les entrées sont au nombre de trois, celles de la pièce principale étant des portes vitrées. A l'étage, le grenier (96 m2 environ), où était entreposé le foin, permet d’apprécier tant la qualité de la charpente que celle du plancher ou des pierres apparentes des murs. Dans tout cet espace peuvent être créés de nouvelles chambres, un logement ou un lieu de travail totalement indépendant.

L'ancienne étable

Adossés à la façade sud du manoir, les murs de l'ancienne étable dressent les contours de ce qui pourrait devenir une extension si nécessaire, avec une surface totale au sol de 28 m2 environ.

Ce que nous en pensons

Le manoir est un de ces morceaux d'anthologie architecturale qui rendent la France si attirante. Au fil des siècles son système défensif s'est abaissé pour le laisser apparaître dans toute sa majesté simple. D'ailleurs les arbres du bois tout autour sont de bons auxiliaires en matière de protection. Comme il se doit, la tour ronde d'escalier, coiffée en poivrière, dépasse le logis d'une tête. La restauration de l'intérieur par un couple de passionnés n'a pas badiné avec l'esprit et l'authenticité des lieux. Des espaces supplémentaires peuvent être gagnés dans les dépendances tout comme une petite propriété voisine est disponible à l'acquisition. Voici une des pages du livre d'images qu'est le Périgord Noir.

Vente en exclusivité

950 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 229018

Surface cadastrale 12 ha 25 a 60 ca
Surface du bâtiment principal 200 m2
Surface des dépendances 230 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Périgord, Limousin, Quercy


Ilan Libert       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus