En pays Cathare, maison bourgeoise des 17ème et 19ème siècles,
sa tour médiévale classée MH, sa chapelle, ses glacis, sur 8 ha de bois et de prairies
Mirepoix, ARIEGE midi-pyrenees 09500 FR

Situation

Surplombant la plaine de Mirepoix, ville médiévale, la propriété est située à 1 heure de Toulouse (aéroport et gare TGV), à 45 minutes de Carcassonne, à 1 heure et demie des plages du Roussillon ou des montagnes des Pyrénées. Nature préservée, sites insolites, légendes, festivals et gastronomie locale composent le tableau bucolique et cosmopolite du pays ariégeois.

Description

Une petite route goudronnée bifurque entre bois et prairies jusqu'au plateau. Entre les murs des maisons avoisinantes, un chemin de terre ouvre sur un jardin, le pont de pierre qui enjambe les douves et enfin sur le parc arboré et les bâtis d'époques Médiévale, Renaissance et Empire. La tour carrée, les glacis et les vestiges des remparts datent du 10ème siècle. Le corps de logis et la chapelle sont du 17ème siècle et du 19ème siècle, bâtis sur les ruines des châteaux d'antan. Le domaine est ici cintré par les bois, le chemin de ronde, des douves enherbées et des prairies clôturées.
La maison est campée face à la vallée, comme suspendue. Une vue à 180° sur la chaine des Pyrénées. La piscine est logée sur le chemin de ronde, proche des dépendances. Les lieux témoignent de l'histoire de Mirepoix, des Cathares puis des sires de Lévis rattachés à la couronne de France.

Le site

Deux châteaux s'y sont succédés. Aujourd’hui disparu, le premier datait du Haut Moyen-Âge. Il se situait à l’est du site. Les premiers seigneurs de Lévis l’ont un temps occupé. C’est l’état de délabrement de ce premier château qui a nécessité à la fin du 13ème siècle, l’édification d’un nouveau château à l’ouest du site. Celui-ci comprenait la tour quadrangulaire, toujours debout, superbement visible depuis Mirepoix, et les communs et magasins attenants, dont une partie a été abattue, et l’autre, moyennant une solution de continuité, conservée et augmentée au 17ème siècle. Cet ajout a permis de constituer l’édifice au fronton triangulaire qui sert aujourd’hui de résidence au maître des lieux qui lui aura apporté le confort moderne.

La maison de maître

La demeure au fronton triangulaire, située entre le donjon et la chapelle a été aménagée au 17ème siècle et modifiée au 19ème siècle. Aujourd'hui, un confort moderne a été introduit. L'ensemble est rénové, isolé et chauffé. Sur deux niveaux sous combles aménageables, elle compte huit chambres dont deux seraient à rénover, une autre petite, en enfilade, pouvant se transformer en salle de bain. Une surface de 400 m² est habitable avec les combles à aménager. Un large escalier en pierre à vis dessert le premier étage au centre de la maison : un grand palier et un couloir traversant distribuent cinq chambres et deux salles de bain. Les belles hauteurs sous plafond, les grandes fenêtres à meneau et les portes fenêtres enluminées exaltent les grandes pièces au parquet en chêne et leurs cheminées en marbre et miroirs aux cadres dorés.


Rez-de-chaussée
Passé quelques marches en pierre, la porte d'entrée à double battant en bois ouvre sur un petit vestibule et sur le couloir traversant jusqu'à l'entrée côté terrasse, au sud. Ce vestibule est à rafraîchir, ainsi qu'une ancienne cuisine avec sa cheminée et son sol en tomette. Un escalier en bois de service accède aux combles et deux chambres de services à rénover. Derrière une porte de service, coulissante sous l'escalier, la vaste cuisine équipée est en retour d'équerre avec cheminée à l'âtre : une partie est sous une voûte en pierre du dix-septième siècle, l'autre sous poutres apparentes avec une cheminée à l'âtre, ouverte sur une porte-fenêtre qui accède au jardin. L'autre porte en bois ouvre sur le double salon avec sa cheminée en marbre et fenêtre à meneau avec vue sur les Pyrénées. Au bout du couloir, l'escalier en pierre, puis une chambre avec parquet de chêne et sa cheminée avec, en enfilade, une salle de bain avec douche, et toilettes. Celles-ci précédent la salle à manger côté sud, carrelée, avec cheminée en marbre et fenêtre à meneau côté sud.
Premier étage
Un large palier sur parquet, et sous 3,80 m de hauteur sous plafond, dessert quatre chambres et une autre, plus petite, en enfilade d'une chambre de maître. Elles sont toutes parfaitement restaurées et isolées, avec cheminées en marbre. La chambre de maître, côté sud, a un cabinet de toilettes et une salle de bain indépendante. Ses fenêtres à meneaux et une porte-fenêtre ouvrent sur un petit balcon face à la vallée. D'autres toilettes ainsi qu'une une petite salle d'eau sont accessibles du palier.
Combles
Sous solives, laine de verre au sol, poutres apparentes, les combles (environ 170 m²) avec leurs nombreuses petites fenêtres situées sur toutes la façade sud, pourraient être aménagés. Précédés par une première chambre côté est, puis une autre chambre de service avec mezzanine côté nord sur plancher (à rénover), elles sont accessibles par l'escalier en bois, depuis le petit vestibule d'entrée côté nord.

La tour médiévale

Située dans l’angle ouest de l’enceinte sommitale sur un énorme glacis, la tour du second château affiche en altitude un air de forteresse, symbole de la puissance militaire qui fit au 13ème siècle la fortune de la maison de Lévis. L'entrée de la tour se fait sur le flanc arrière par une porte qui ouvre directement sur le premier étage. Sur trois niveaux sur une base carrée de 90 m². Un escalier en pierre à vis s'enfonce dans les profondeurs d'une cave très ancienne. Deux grandes salles sur plancher, sont chacune flanquée d'une cheminée monumentale en pierre. Des fenêtres ouvrent sur de vastes perspectives côté sud et ouest. Cette tour du 10ème siècle est classée au Monument Historique, ainsi que les ruines du château premier. Au-dessus de cette porte, deux blasons étonnent : l’un affiche quatre chevrons ; l'autre est illisible.

La chapelle

Suite à la destruction du premier château, la chapelle privée, jadis attenante à ce dernier a vu sa structure se fragiliser. Les murs demeurent, édifiés en pierre et en brique rouge. Deux belles croisées d'ogives l'élancent vers le ciel. Une date de rénovation est inscrite dans la pierre « 1891 ». Sur les archivoltes et les piedroits des fenêtres sont tracées des étoiles à huit rais, entre des filets, ou de larges bandes imitant des briques. Dans l’ébrasement se déroulent les linéaments gracieux de rinceaux rouges sur fond blanc et terminés par des palmettes peintes à la chaux, signalées à l’Inventaire Général du Patrimoine comme datant de la fin du 13ème siècle.

Les dépendances

Des ateliers et réserves à usage technique (piscine, réserve de fioul, serre) sont à proximité, sur le chemin de ronde.
La piscine est assainie au sel et dispose d'un auvent télescopique.

Ce que nous en pensons

Un site de contes et légendes qui participe de l'histoire occitane, au cœur d'une nature préservée. Une maison à taille humaine avec ses huit chambres dont deux seraient à rénover, permet à une grande famille de vivre au calme et proche de toutes commodités. La tour médiévale offre des possibilités d'activités culturelles, d'ateliers ; les pelouses la terrasse, des réceptions événementielles. Les fouilles archéologiques et les rénovations peuvent se poursuivre pour les amateurs. Le parc est aussi romantique que la vue est panoramique. Nuit et jour, un site propice à la contemplation, à la création ou à la fête, dans une région où il fait bon vivre toute l'année.
Aussi, une maison de trois pièces, de 140 m² de plain-pied, située à l'entrée du domaine est à vendre et constituerait un apport intéressant à la propriété.

760 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 691491

Surface cadastrale 8 ha
Nombre de chambres 5
Surface du bâtiment principal 400 m2
Surface des dépendances 250 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Est Haute-Garonne & Sud-Ouest Tarn


Elodie Bessé +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus