château à vendre anjou

Dans le nord de l'Anjou, dans un éco-système préservé de 93ha,
un château du 17ème siècle et ses installations équestres
, SARTHE pays-de-loire FR

Situation

Située à 50 km au nord d’Angers, à 250 km de Paris et à 10 km d'un échangeur de l’autoroute A10. À 20 km de là, un aérodrome, une gare pour Paris-Montparnasse en 1h15 et de très bonnes liaisons TGV pour l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en deux heures.
À moins d’une heure de la vallée de la Loire (Anjou) et du Mans, de sa vieille cité médiévale Plantagenêt avec ses différentes manifestations (Cours et Jardins…)
À moins de 10 km, une petite ville au riche passé historique propose tous les services. À 30 minutes, un parcours de golf.

Description

Le domaine s'étend sur quatre-vingt treize hectares de terres vallonnées, boisées et agrémentées de plusieurs pièces d'eau. C’est un ensemble travaillé depuis plus de dix ans dans le respect de la nature et du vivant.
Deux longues allées accèdent aux logis qui sont, de ce fait, pleinement immergés dans la nature. Sur la partie haute, de conséquentes installations avec plusieurs bâtiments et équipements accueillent une activité équestre. En poursuivant le cheminement, se dévoile un château intimiste, élégant et confortable, totalement rénové. Le logis fut construit au milieu du 17ème siècle sous la direction de maîtres maçons et charpentiers. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, les élévations du logis furent remaniées. D'environ 500 m², il abrite six chambres avec salle de bain et salles d'eau, et des pièces de réception. À proximité, une chapelle, un bâtiment de dépendance et, formant cour, une maison d'appoint, une maison d’été et une chaufferie.

Le domaine peut être divisé en deux parties distinctes, à acquérir séparément, où chaque lot possèderait ses propres accès. Lot 1 composé du Château, de prairie et de son domaine forestier de 67 hectares environ à 1 895 000€ honoraires inclus ( vendu avant le lot 2). Lot 2, composé des équipements équestres, de deux logis et de 27 hectares environ à 883 000€ honoraires inclus.

Le château

Il a été complètement rénové dans les règles de l’art entre 2011 et 2015. Le corps central, de plan rectangulaire, est agrémenté en ses extrémités de deux pavillons avancés. Le logis s'élève sur trois niveaux. Les toitures sont couvertes d'ardoise de Trélazé. Les façades enduites à la chaux sont ouvertes de nombreuses baies régulièrement disposées. En rez-de-chaussée, les pièces de réception et la cuisine diffusent une lumière traversante. Un large escalier en bois dessert six chambres et leurs salles de bain réparties sur deux étages. À l’arrière, une esplanade gravillonnée s'étire sur tout le long de la façade du château. Elle est aménagée en terrasse avec des carrés de pelouse ponctués de topiaires. Dotée d’un degré rectangulaire qui descend vers un bassin, il y a d’ici, vers le sud est, une vue qui porte sur l’ensemble du domaine.


Rez-de-chaussée
L’entrée spacieuse ouvre sur un vestibule habillé de boiseries peintes et parquet en chêne à lame droite. Les pièces de réception du rez-de-chaussée s'articulent autour de ce vestibule d'où part un large escalier tournant à quatre volées droites en bois. Le haut plafond renforce le sentiment d'espace et met en valeur les portes à double vantaux des différentes pièces. D'un côté, un salon de réception communique avec la spacieuse cuisine. En retrait, côté terrasse, un bureau. De l'autre côté, un couloir mène au salon-bibliothèque, à la suite duquel se trouve une salle à manger de style Louis XIII. Les trois pièces d'apparat sont spacieuses et lumineuses. Elles ouvrent sur une terrasse côté jardin et bénéficient d'une vue dégagée sur le domaine forestier, les plans d’eau. Elles sont décorées de boiseries murales d'époque Louis XV et agrémentées de cheminées anciennes. Dans le grand salon, le plafond mouluré fait écho à un parquet à point-de-Hongrie qui se transforme en un dallage de tomette ancienne dans la salle à manger et la cuisine. De la cuisine, deux portes extérieures accèdent à deux terrasses. Un escalier de service mène à l’étage. Huisseries en double vitrage avec crémones refaites à l'identique. Volets intérieurs. Corniches, travail du plâtre à l'ancienne. Electricité neuve encastrée.
Premier étage
Y mène un escalier en bois, ponctué d’un repos et largement éclairé par des baies. Le palier est large et fermé de lourdes portes à double vantail. D'un côté, un couloir dessert deux chambres confortables dotées d'une salle de bain et de toilettes, ainsi qu'une lingerie ; de l'autre, deux chambres en enfilade dotées d'une salle de bain et de toilettes, ainsi qu'un garde-robe. Les sols sont parquetés d’un décor à lame droite, excepté l’une des chambres qui est carrelé de tomette ancienne. Chaque chambre possède une cheminée ancienne, en bois, ou en marbre. Les plafonds sont ornés de moulures. À l’étage, un escalier de service, dessert un palier et des toilettes, à la suite de l’une des chambres.
Deuxième étage
Le large escalier en bois se prolonge jusqu'au deuxième étage, aménagé sous les toits où la charpente est apparente par endroit. Deux chambres spacieuses et lumineuses sont disposées à ce niveau. Équipées de salle d'eau avec toilettes, dont l’une est à finir d’aménager, les chambres sont très légèrement en soupente. Les sols sont tous en tomette ancienne. Les soubassements des murs sont peints.
Les caves
Le château est élevé sur une cave voûtée datant de la construction d’origine au 16ème siècle. Elle est accessible de l’extérieur.

La petite maison d'appoint

La maison, ancienne elle aussi, a été rénovée. De plan rectangulaire, elle a une couverture en tuile et une zinguerie en cuivre. Murs intérieurs et extérieurs enduits à la chaux. Elle bénéficie d’un chauffage au sol alimenté par la chaudière centrale fonctionnant à l'aide du bois du domaine. Dans une démarche écologique, elle a été isolée avec de la laine de mouton. Située à proximité de la maison d’été et en retrait de la chaufferie, elle s'élève sur deux niveaux d'habitation.


Rez-de-chaussée
Il abrite un salon avec un poêle à bois, une cuisine et une salle d’eau avec toilettes. Un escalier accède à l'étage où se situe une septième chambre.
Premier étage
Eléments de charpente apparents, habillés de bois chaulé.

La maison d’été

Reconstruite et ouverte en partie, elle fait office de salle à manger d'été. À côté, une pièce fermée à usage de cuisine pour le retour de chasse. Ce bâti pourrait, si tel est le besoin, être aménagé en une nouvelle maison avec étage pour l'accueil d'hôtes. Il est raccordé à l'assainissement. À l’arrière du bâtiment, le potager.

La chapelle

Construite au 16ème siècle, elle a été remaniée aux 18ème et 19ème siècles. Elle a été édifiée par Jérôme de la Dauvessière, petit-fils du fondateur de la ville de Montréal.

Une éolienne

Un puits dont l'eau est puisée par une éolienne métallique, œuvre du fondeur manceau Ernest Bollée, fut aménagé dans le parc durant la seconde moitié du 19ème siècle. Le bâti et la couverture de l’abri ont été rénovés récemment.

Un bâtiment à usage de chaufferie

La nouvelle chaudière Fröling installée à l’automne 2018 chauffe le château et la maison d’appoint. Ce bâtiment est situé entre les deux autres. Un auvent accueille l'entreposage du bois issu des coupes faites en forêt.

Le bâtiment de dépendances

Un peu en retrait du potager, un autre bâtiment de dépendance ayant fonction d'entrepôt.

Le parc à l'anglaise

Il est planté de grands arbres d'essences diverses (chênes, cèdres, marronniers...).
Une terrasse, habillée en contrebas de rosiers, lavandes et buis taillés en topiaire, s’étage devant un bassin alimenté par l’eau d’un puits. Une allée de tilleuls mène à la chapelle, puis rejoint un chemin ancien au bord du grand étang.

Les bois et la lande

Au-delà, la vue porte sur les prairies sauvages, les bois d’environ vingt-et-un hectares percés d'allées, autant pour des promenades que pour l’exploitation forestière et la chasse. La lande d’environ six hectares, réserve cynégétique, est traversée d’un réseau d'allées pour des promenades à cheval.

Les étangs

Alimentés par des sources vives et des eaux de ruissellement, leurs eaux sont ainsi de première qualité, sans aucun nitrate. Ils sont cadastrés. Celui du haut a une surface de 2,5 ha. À la suite, un plus petit, posé en contrebas du château a une surface d’environ 4000 m2. Peuplés de brochets, gardons, ils sont régulièrement ensemencés de vairons. Au-delà, une zone humide s'étend d'un ruisseau en direction du Loir.

Les installations équestres

À l’entrée du domaine, un long chemin mène à un ensemble de bâtiments composés d’installations équestres et de deux logis pour le personnel. Coupe de foin et location sportive à des équipes nationales sont des activités produisant un CA de 83.000 €/ annuel. Les installations datent de 2008. Les logis ont été rénovés en 2009. C’est un équipement mixte avec piste d’entraînement, allées forestières, manège et paddocks amendés.
Ces bâtis forment une grande cour. Les paddocks sont clos de lices en pin douglas non traités et chacun possède un abri. Les prairies fournissent un foin de qualité tant les lieux sont préservés.
L'installation équestre comprend trois bâtiments abritant :
- dix-huit boxes modernes avec sellerie, salle de soins
- huit boxes
- douze boxes avec salle de soins
Hangar à foin (40 x 20m), Manège (61 x 24m), Maison d'habitation (150m² ; chauffage au bois) avec quatre chambres, une autre habitation avec deux chambres et à proximité de l'écurie, un studio pour le personnel. Marcheur pour six chevaux, carrière de sable (75 m x 45 m), rond d'Havrincourt et une piste de galop en sable de 800 m.

Ce que nous en pensons

Ce devait être une maison familiale à transmettre, il en a été tout autrement, et cela a bénéficié à la qualité des lieux. Dix années de travaux de fond ont été nécessaires pour remettre en état ce domaine et en faire un biotope équilibré d’une rare qualité, tant en ce qui concerne le bâti que l’environnement. Tout a été poussé aussi loin que faire se peut : les matières premières utilisées tel le sable pour les enduits extérieurs ou les tablettes en bois qui proviennent des chênes de la propriété. L’ensemble des plâtres du grand escalier travaillés par un artisan plâtrier staffeur. Toutes les crémones des huisseries refaites à l’identique... Rien n’a été négligé, l’ensemble touche la discrète perfection d’un ensemble d’une rare élégance. Ici, on se garde des vicissitudes du monde.

2 778 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 338194

Surface cadastrale 93 ha 16 a 25 ca
Surface du bâtiment principal 487 m2
Surface des dépendances 3235 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Sarthe


Catherine Boivin       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus