Dans le Calvados, au cœur du Bessin,
une élégante demeure du début du 18e s. et son parc de 1.6 ha
Bayeux, CALVADOS basse-normandie 14400 FR

Situation

La demeure est à mi-chemin entre la presqu’île du Cotentin et le pays d'Auge et Deauville. L’autoroute qui mène à Paris (A13) en 275 km ou au Mont-Saint-Michel (A84) en une heure, est à 20 min. Omaha Beach et Caen, avec son aéroport vers Londres et le sud de la France, sont à moins de 30 km.
Le premier bourg avec tous les commerces de proximité est à 3 km. Toutes les infrastructures utiles (lycées, gare et grands commerces) sont dans une ville réputée à 15 km.

Description

Environnée par les champs et le bocage normand, la grande demeure bourgeoise de 1730 est implantée dans un parc de 1.6 ha clos de haies bocagères et d'arbres. Le chemin d'accès sépare la propriété des champs environnants et aboutit plus loin à la ferme typique de ce bocage qui en dépendait à l’origine. La demeure est composée d'une part d’un corps de logis central et de deux courtes ailes à chaque extrémité et d’autre part, accolée, d’une orangerie et d’une extension aveugle dans son prolongement. La totalité du parc se déploie devant et à droite de la façade de la demeure longée par une terrasse et exposée au sud. La plus grande dépendance est dans l'alignement de la demeure, au fond du parc.

La demeure

Elle est composée d'un corps de logis central, recouvert d’un enduit clair, surmonté d’un fronton triangulaire percé d’un œil-de-bœuf, d'une orangerie attenante puis d'une extension, toutes deux en moellons de schiste partiellement enduits, et séparées d'une manière figurative par deux œils-de-bœuf situés l’un au-dessus de l’autre. Les toits sont en ardoise, ceux du corps central à deux pans, ceux des ailes à trois pans. Les ouvertures de la demeure sont rectangulaires à petits carreaux tandis que celles de l’orangerie sont en plein cintre comme l'étaient les fenêtres désormais bouchées de l’extension. La restauration des éléments d'origine, cheminées, dallages de pierre anciens au sol, menuiseries encastrées dans les murs, portes de communication, a respecté l'esthétique d'origine tout en apportant une touche de modernité. Les pièces sont lumineuses et leur décor est sobre.


Rez-de-chaussée
Depuis le petit hall situé dans l’aile droite de la demeure, les salles de séjour se succèdent en enfilade. Un petit office sépare la première de la cuisine installée dans la partie arrière de l'aile, la façade à laquelle elle appartient se présentant comme la façade principale. Se suivent ensuite un salon de lecture, le salon principal qui occupe aussi l'aile gauche et est orné d'une cheminée en pierre. De là, un couloir mène au rez-de-chaussée de l’orangerie.
Il est dévolu à une pièce de réception, avec une mezzanine sur le tiers de la surface et éclairée par les ouvertures en plein cintre des premier et second niveaux. Le dallage contemporain est sobre. Les murs de la partie basse sont partiellement recouverts d’enduit. Un escalier monumental sans support en pierre de Caen permet d'accéder à un balcon et à la mezzanine, tous deux protégés par un garde-corps en bois. A cette hauteur les murs ont été rénovés.
Premier étage
Un couloir dessert les cinq chambres, généreusement éclairé par les grandes fenêtre qui le bordent. Son sol ainsi que celui des trois premières chambres (chacune avec un point d'eau), est un parquet à larges lames de chêne clair. La quatrième chambre, la plus grande, décorée d'une cheminée en marbre et trumeau en bois, possède sa propre salle de bains avec douche et toilettes. La dernière chambre, située dans l’aile droite, dispose une salle de douches avec toilettes. La mezzanine quant à elle est suffisamment vaste pour y aménager une salle de séjour et ouvre sur un petit hall comportant une salle de douches et des toilettes ainsi que l’escalier qui débouche sur une petite chambre d’été, à finir de rénover, dans les combles.
Combles
Leur accès se trouve dans la chambre d’été. Ils couvrent toute la surface du corps de logis central, sont aménageables, éclairés par des ouvertures au niveau du sol. La charpente et la toiture d'ardoise sont apparentes.

Les dépendances

Une première petite dépendance en moellons de schiste et brique, à proximité de la demeure, sous un toit recouvert d'ardoise, est percée de plusieurs petites ouvertures. Elle est à usage de stockage et non visible depuis le logis principal puisque dissimulée par de la végétation.
Une seconde dépendance, à l’arrière de la propriété, pouvant accepter un second niveau, servait autrefois d’écuries. Elle comporte dans sa partie haute des ouvertures rectangulaires, et de part et d’autre de l’entrée, deux autres en arc de cercle.

Le parc

Entouré de haies bocagères et d'arbres de diverses essences, il est largement boisé, notamment par des marronniers séculaires ainsi que par une rangée de hautes tiges qui le divise partiellement en deux. Sa profondeur est accentuée par un dénivélation qui éloigne l’horizontalité. Il est séparé de l’ancienne ferme par un mur de pierre et des haies de buis.

Ce que nous en pensons

Avec ses deux départs d'aile bien symétriques, le motif de travée centrale à pilastres et fronton, la demeure a des allures de petit château. L'ancienne orangerie qui la prolonge ne la dépare pas. Il y a beaucoup d'élégance et d'évidence dans la façade dont la sobriété se retrouve à l'intérieur de la maison. Le confortable aménagement actuel n'a pas privé les futurs occupants d'initiatives dans les espaces qui ne sont pas encore pleinement utilisés. Le parc semble avoir fait sien le mot d'ordre d'équilibre et de bon goût : la pente sur laquelle il s'étire est aussi douce que l'ensemble de la propriété.

620 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 637916

Surface cadastrale 15494 m2
Surface du bâtiment principal 350 m2
Surface des dépendances 80 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Ouest Basse-normandie


Brune Boivieux       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus