demeure à vendre pays tardenois

À 100 km de Paris, dans le pays Tardenois,
une maison de famille vieille de huit siècles
Soissons, AISNE picardie 02200 FR

Situation

C’est un pays de culture avec la maison des Claudel, et celle de La Fontaine. C’est aussi un pays de guerre, avec en particulier la bataille de la Marne qui a laissé de nombreuses traces dans le paysage, en particulier les cimetières militaires. Ils représentent la mémoire de cette guerre. La butte Chalmont, non loin du bourg, représente un monument du souvenir qui offre des vues panoramiques à 360° sur le paysage alentour. Ce site est aujourd’hui marqué par un mémorial de grande ampleur, classé Monument Historique dès sa création en 1934, appelé « Monument des Fantômes » du sculpteur Paul Landowski.
Nous sommes aux marches du pays Tardenois entre Paris et Reims. Ce sont de vastes paysages vallonnés entre cultures agricoles et forêts où la révolution industrielle n’a pas eu prise.

Description

Le bourg doit sa renommée à la présence imposante de son église, qui surplombe le village. Le centre ancien s’est développé le long de deux axes principaux dans la partie basse du relief, formant des rues étroites aux maisons accolées et alignées sur la voie. Dans la partie haute, l’ancien emplacement du château abrite toujours l’église. En contrebas de cette dernière, les mails circulaires de tilleuls délimitent l’espace et s’échelonnent sur plusieurs niveaux. De nombreuses creuttes, situées à l’est de la commune, servent encore d’entrepôts aux habitants. Il subsiste également une halle couverte. Aujourd’hui, ce petit bourg avec commerces et écoles, sert d’écrin à la propriété qui est totalement ceinte d’une clôture du dix-neuvième siècle.
Depuis le douzième siècle, les Templiers furent très présents dans la région avec de nombreuses commanderies. Ils fondèrent un établissement en 1177 au cœur du village. C’est à cette époque que débute la construction de cette grande maison avec son rez-de-chaussée d'origine, d’époque médiévale. Ensuite, elle devint la maison de notables locaux avec des transformations importantes aux dix-septième et dix-huitième siècles. Un réaménagement intérieur au dix-neuvième siècle a également été conduit. Elle a conservé de ses origines chrétiennes un calvaire qui date, lui, du dix-neuvième siècle et qui se trouve accolé à la clôture. Il fait partie intégrante de la propriété.
Quoi qu'il en soit, c’est la maison de ville et la maison des champs comme aurait pu le dire Jean de la Fontaine qui habitait dans la ville voisine de Château-Thierry. En effet, d’un côté, la demeure est au centre du bourg faisant face à la mairie et de l’autre, au fond du parc, un portail ouvre sur les champs environnants. Cette dimension magique d’une double face opposée donne tout son charme à ces lieux. Vous êtes au cœur de la vie du village et, en même temps, vous pouvez vous échapper dans la belle campagne du Tardenois.

La maison

Elle laisse entrevoir les différentes époques de sa longue vie depuis les templiers au Moyen-Âge jusqu’au salon bourgeois du dix-neuvième siècle. La bâtisse, construite en grosse pierre de pays, couverte d’un enduit sur la façade et apparente sur les pignons, est protégée par une couverture en ardoise. Elle fait face à un jardin engazonné avec, en son centre, une allée en pavée menant à la porte principale. On peut lire les différentes époques par le style des ouvertures. La façade présente une véritable harmonie et ce, malgré les différences d’étagement puisque, d’un côté, il se trouve deux niveaux apparents, contre trois de l’autre. Sinon, cette façade est sobre, sans ornementation particulière, si ce n'est deux corniches filantes et une vieille glycine jouxtant la porte d’entrée.


Rez-de-chaussée
L'entrée principale s'effectue par le vestibule dont le sol est en carreau de ciment de couleur avec, en majesté, un escalier droit de pierre qui ouvre une perspective. D’un côté de cette entrée, un double salon d’architecture remarquable puisqu’il s’agit de la trace de l’ancienne demeure templière avec des piliers supportant des voutes de pierre en berceau, caractéristiques de l’architecture romane. Au fond du salon, derrière une petite porte, se cache un souterrain qui menait à l’ancien château et mène aujourd'hui Dieu sait où.
De l’autre côté de l’entrée, une cuisine, grande pièce à vivre avec la possibilité de se retrouver autour d’une grande table de ferme. Elle ouvre directement sur le jardin et rejoint la cave à vin troglodyte.

Premier étage
En haut de l’escalier, le couloir dessert quatre chambres dont une, très grande, servait aux propriétaires actuels de salon d’hiver, là où se déroulait le réveillon de Noël avec cheminée et sapin. Toutes les chambres sont très claires. Elles ouvrent sur le jardin et certaines bénéficient de deux fenêtres. La hauteur sous plafond, les cheminées, le parquet nous restituent l’ambiance du siècle des Lumières. À noter : la présence d’un élégant poêle en faïence autrichien dans une des chambres. Deux salles de bain complètent ce niveau.
Deuxième étage
À ce niveau, cinq chambres sont disponibles pour accueillir une grande famille, invités ou amis. Elles sont plus rustiques qu’à l’étage inférieur mais s'y dégage une atmosphère chaleureuse : pièces sous combles avec des vues très différentes sur les jardins. Une salle d’eau y a été aménagée.
Le jardin
La maison est au centre de plusieurs jardins avec chacun leur atmosphère propre : le jardin principal à l'entrée, le jardin d’été sur la façade opposé. Ce dernier est surélevé et se rejoint, via un petit chemin pavé qui contourne la bâtisse, un verger, lui aussi surélevé. De là, la vue s'étend sur les toits du village. Enfin, en surplomb de la bâtisse, un parc boisé que l’on rejoint par un pittoresque escalier de pierre et qui invite à s’évader au sens figuré comme au sens propre. Il existe, en effet, une sortie avec un portail donnant sur les champs qui s’offrent aux promeneurs pour traverser les étendues cultivées et les boisements qui règnent en maître sur le paysage.
Bâtiment de dépendances
Cette propriété est pourvue de communs troglodytes avec une cave à vin et un atelier.
Une petite grange vient compléter ces espaces de service.

Ce que nous en pensons

C’est une maison de famille qui a une âme. Celle de sa longue histoire et celle de ses propriétaires actuels qui y habitent depuis cent-vingt ans. Cette maison pétrie d’humanité atteindra droit au cœur celui qui se donnera la peine de s’y intéresser. Elle est effectivement plus complexe qu’on pourrait le croire. Avec ses différents jardins, ses multiples époques de construction, sa double face « bourg versus campagne », cette demeure n’est pas une simple maison de maître. Vous pourrez en approcher la vérité en comprenant qu’elle puise sa longévité dans le bonheur familiale qu’elle a pu connaître, voire susciter.

495 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 686215

Surface cadastrale 9730 m2
Surface du bâtiment principal 520 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Pays Du Valois


Jérôme Ferchaud       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus