demeure à vendre à proximité d'uzès

Aux portes d'Uzès dans le Gard,
un hôtel particulier du 17ème siècle à la campagne
Uzès, GARD languedoc-roussillon 30700 FR

Situation

Dans le Gard provençal, à moins de cinq minutes d'Uzès (ville d'art et histoire entièrement classée), au cœur d'un village qui est vivant toute l'année et dont l'origine gallo-romaine est encore perceptible (l'illustre aqueduc romain du Pont-du-Gard n'est qu'à quelques lieues de là). L'hôtel particulier borde une place piétonnière surélevée du village, à l'intérieur du fort. Plusieurs commerces et services (agence postale, écoles, médecins) sont à un jet de pierre. Nîmes (gare TGV et aéroport) est à trente minutes et Avignon (gare TGV) à trois-quart d'heures, tandis que les grands axes de circulation autoroutiers se trouvent à moins de vingt minutes.

Description

Confortable et vaste demeure du 17ème siècle bâtie à l'emplacement de l'ancienne tour du duc de Crussol d'Uzès, l'hôtel particulier qui confronte l'actuel château du village rappelle par son emplacement les belles résidences des nombreux seigneurs entourant le duché d'Uzès.
Surmonté d'un pigeonnier visible de loin et attestant jadis de la condition de co-seigneur de ses propriétaires, l'hôtel particulier se développe autour d'une petite cour longée par une ancienne voie permettant de gagner le cœur du fort et transformée aujourd'hui en un petit jardin méditerranéen au milieu des tours et bâtiments alentours.
Les deux corps de logis sud et nord sont reliés par deux coursives couvertes au premier et second niveaux s'articulant autour de la cour.
La façade sud, large et symétrique, donnant sur la place piétonnière, présente deux appareils distincts de parement. Le rez-de-chaussée comprend des pierres de calcaire simplement équarries, tandis que le premier et second niveau est constitué de pierre de taille en molasse, avec ponctuellement du calcaire, en particulier pour la corniche soulignant les quatre grandes baies au premier niveau, dont les linteaux esquissent des arcs. Les châssis à croisées aux vitres à petit bois et les grands volets couleur « sang de bœuf » de l'étage noble contrastent élégamment avec la simplicité des percements du rez-de-chaussée, de part et d'autre de l'imposante porte d'entrée à bossages. L'avant-toit recouvre de petites ouvertures alignées sur les baies du premier niveau.
Les façades côté cour sont de nature similaires, si ce n'est que l'ensemble du rez-de-chaussée est composé d'arcades, à l'instar de la « place aux herbes » d'Uzès, et que le corps de logis nord est percé au sud et au couchant de deux croisées de meneaux. Tous les couverts sont en tuiles canal anciennes.

L'hôtel particulier du 17ème siècle

L'hôtel particulier est bâti sur trois niveaux sur caves. Le bâtiment situé au sud dispose de pièces voûtées au rez-de-chaussée. Le premier niveau dispose de réceptions en enfilade à hauts plafonds ainsi que de nombreuses pièces donnant sur cour. Au second, la répartition est essentiellement identique à celle de l'étage inférieur avec des pièces à plafonds rampants sous les combles. Une cage d'escalier unique accède aux caves et aux étages. L'accès à la cour intérieure et au jardin est assuré, soit par une grille depuis la voie publique, soit par une porte au rez-de-chaussée depuis la cage d'escalier. L'accès au bâtiment nord est assuré au premier et second niveau par les coursives couvertes surplombant la cour.


Rez-de-chaussée
Le rez-de-chaussée est composé de trois pièces situées dans le corps de bâtiment sud : une vaste salle à voûte d’arêtes dont la clé porte la date de 1679, une deuxième pièce faisant office de cuisine, prolongée par un petit cellier et enfin la cage d’escalier.
Côté cour, un porche et une salle à manger extérieure voûtés composent le solde des espaces du rez-de-chaussée.
Les sols intérieurs sont de facture récente. Les dallages de la cour sont en revanche composés de grands bars de gris anciens. Les murs sont enduits et chaulés à l'exception de la cage d'escalier et les voûtes qui sont toutes en pierre apparente.
Entresol
Une pièce unique compose l'entresol. Elle dispose d'une cheminée surmontée d'un élégant trumeau en gypse et de plusieurs niches. Une haute fenêtre à larges carreaux éclaire la pièce qui surplombe la cour intérieure et fait face au bâtiment nord. Le sol est couvert d'anciennes tomettes rouges.
Premier étage
Le palier du premier étage dessert au sud une enfilade de pièces (un grand salon et une bibliothèque avec cheminées et plafonds « à la française », une chambre avec salle d’eau et garde-robe en suite) orientée au midi, éclairées par les quatre baies de la façade sud. Une buanderie et une salle d’eau attenante, ainsi qu’une chambre avec salle d’eau en suite occupent l'arrière-corps du logis sud, tandis que la coursive sous arcade de pierre surplombant la cour permet de rejoindre le corps de bâtiment nord composé d'une unique et vaste pièce avec « plafond à la française » et cheminée monumentale, éclairée par deux croisées de meneaux au midi et au couchant. Cette pièce recèle plusieurs niches, ainsi qu'un ancien évier surmonté d'un arc à plein cintre formant une alcôve. Un escalier à vis contemporain en métal accède à l'étage supérieur.
À l'exception du logis nord, tous les sols sont anciens (tomettes, carreaux de terre cuite) et l'ensemble des murs sont enduits et chaulés. La plupart des menuiseries anciennes ont été conservées, comportant encore pour certaines quelques vitrages d'origine. Les nombreuses portes de communication ou de placards des 17ème et 18ème siècle ont été soigneusement restaurées.
Deuxième étage
Le second niveau dispose dans le corps sud de deux appartements sous les combles, composés chacun d’un salon, d’une chambre à coucher et d’une salle de bain. Éclairées par des fenêtres de toit et de petites ouvertures sous l’avant-toit, les pièces bénéficient d’une vue plein sud surplombant le village. Un des appartements possède un escalier intérieur contemporain de forme elliptique permettant d’accéder au pigeonnier qui a conservé ses cinq-cents nichoirs dans leur état d’origine. Le deuxième étage est complété par une chambre avec salle d’eau ainsi qu’un petit grenier, tandis qu’en traversant la coursive extérieure couverte, les combles du corps de bâtiment nord ont été aménagés en chambre communiquant avec l’étage inférieur. Cette chambre qui dispose d’une salle d’eau en suite jouit d’une vue dégagée au couchant sur la campagne alentour.
Le jardin
L’allée conduisant au jardin, autrefois ancien passage permettant de remonter vers le cœur du fort, est aujourd'hui abritée des regards et protégée depuis la voie publique par une grande porte en fer à deux battants, surmontée d'un dormant en ferronnerie. Plusieurs éléments attestent de l'usage passé de cette voie de circulation, à l'instar d'une des arcades de la cour intérieure dont les pierres taillées en biais permettaient à de petits véhicules de tourner sous le porche.
L'enfilade de pièces voûtées entourant la cour avec son puits et bordant l'ancienne ruelle, la succession de massifs et plantes grimpantes sont un paradis pour les hirondelles qui offrent durant les mois les plus chauds un havre de paix et de fraîcheur. Aménagé derrière le corps de bâtiment nord, le petit jardin entre les tours dissimule dans une restanque un bassin en pierre noyé dans la végétation au pied du château.
Les caves
Accessibles soit par la cage d'escalier du corps de bâtiment sud, soit par une trappe à deux vantaux sous le logis nord, les caves sont composées d'une première pièce accueillant la chaufferie, suivie d'une seconde plus vaste et entièrement voûtée. Partiellement creusées à même la roche, elles bénéficient de deux petits jours et d'un oculus en partie basse de la cage d'escalier. Le puits de la cour est également accessible depuis ce niveau.
Terre à planter

Petit jardin du temple

Non attenante à l'hôtel particulier, la propriété contient également une petite terre cultivable entièrement close de murs en pierre sèche et possédant un puits. Elle appartient à un ensemble de petits jardins aménagés vers 1830 avec le reliquat de pierres offertes par le roi Louis-Philippe pour permettre la construction du temple protestant.

Ce que nous en pensons

L'Uzège exerce un magnétisme particulier que ses collines couvertes de garrigue alternant avec des plaines fertiles et un patrimoine bâti exceptionnel contribuent à expliquer.
Belle demeure familiale naturellement tournée vers l’accueil et la réception en terre de tolérance (l’édit de tolérance de 1598 ouvre la voie à un dynamisme sans précédent), cet hôtel particulier a été restauré avec un goût sûr et un respect absolu des techniques et matériaux d’origine. Il pourra satisfaire les férus d’histoire et de patrimoine aussi bien qu'accueillir un projet touristique, jouissant en l’espèce d’une fructueuse expérience.

Vente en exclusivité

1 290 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 544426

Surface cadastrale 360 m2
Surface du bâtiment principal 550 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Uzès et Sa Région


Ménélik Plojoux       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus