Dans le Gard provençal, dans son clos,
une maison du 17ème siècle et ses dépendances
Uzès, GARD languedoc-roussillon 30700 FR

Situation

Dans un village à huit kilomètres au nord d'Uzès, à vingt minutes des axes autoroutiers, à trois-quarts d'heure d'Avignon (gare TGV) et de Nîmes (Gare TGV et aéroport). Une école, une médiathèque et un bar-épicerie associatif animent le village qui s'étend entre deux mondes minéralogiques : campé sur une barre rocheuse de calcaire et une délimité au sud par une colline de pierre rouge (déjà exploitée pour ses filons d’ocre par les Romains).
Les paysages sont marqués par les vignes et plaines cultivées et le désert vert de garrigue qui s'étend au cœur du Triangle d'Or du Gard, entre les vallées du Rhône, de la Cèze et du Gardon.

Description

La paroisse qui s'implante à l'emplacement d'un oppidum, connaît un essor notable au 17ème siècle et de confortables résidences sont construites hors les remparts, tout autour de l'ancienne citadelle. Les vestiges du château féodal attestent d'une richesse architecturale singulière et conservent notamment une remarquable façade Renaissance. La propriété se situe à l'est des fossés, au pied du rempart, aux abords de l'église et du château. Entièrement ceinte de hauts murs, elle est construite sur un talus ayant pour effet sa position dominante avec, à l'horizon, le Brugas (colline d'ocre), et une vaste étendue de champs dans le prolongement de vergers.
Le clos contient dans sa partie occidentale, une élégante maison de ville en retour d'équerre entourant une cour haute. En contrebas, au levant, la propriété ouvre sur un jardin aménagé en restanques, délimité au nord par un long bâtiment de dépendance de deux niveaux. Le clos est refermé au sud-ouest par une vaste remise donnant sur le jardin.
Les élévations de la maison sont enduites à la chaux. La façade principale au sud, qui arbore un discret cadran solaire au second niveau, est percée de baies soigneusement alignées : hautes et étroites au rez-de-chaussée ainsi qu'au premier niveau ; carrées sous l'avant-toit.
Les différents corps de bâtiments sont couverts de tuile canal. Ils semblent former un ensemble homogène pourtant marqué par la césure du retour d'équerre de la maison, de sorte que la propriété présente deux visages distincts. L'un affiche une expression classique, toute en retenue, tandis que l'autre emprunte au language théâtral avec ses terrasses en cascades et l'alignement spectaculaire des sept baies plein-cintre de la galerie couverte au premier niveau des dépendances.

La maison

Si le style classique de la façade sud témoigne de réaménagements vraisemblablement réalisés au 18ème siècle (à l'instar des baies qui esquissent de légers arcs surbaissés), de nombreux éléments, notamment les deux cheminées Renaissance du premier niveaux ainsi que l'encadrement de la porte d'entrée surmontée d'un oculus, témoignent d'aménagements caractéristiques du 17ème siècle. Âge d'or de l'Uzège, l'époque voit de simples maisons et corps de ferme, se métamorphoser en d'élégantes demeures. L'absence de pigeonnier ou d'élément attestant de la qualité des propriétaires, tend à indiquer qu'il s'agirait de la propriété d'un des nombreux négociants qui s'installèrent dans le village, sous l'impulsion de Mathieu de Bargeton Le Jeune, fraîchement anobli par François Ier, et qui acquit la totalité de la seigneurie et son domaine en 1536.


Rez-de-jardin
Les pièces d'habitation du corps central sont essentiellement exposées au sud. La porte d'entrée est percée contre l'angle de l'avant-corps contenant l'escalier sur-rampe construit entre les deux murs de cage parallèles. Au nord, un vestibule accède à la salle à manger et la cuisine dont les portes-fenêtres ouvrent sur la cour. Le décor de la salle à manger est particulièrement soigné avec ses murs couverts de boiseries du 18ème siècle en réemploi, sa cheminée et son plafond à solives apparentes. La salle à manger débouche au nord sur une pièce éclairée au couchant à usage de chambre à coucher. La cuisine, dont le niveau est légèrement plus bas, témoigne d'une construction plus ancienne, notamment perceptible à la rencontre entre la voûte d'arête en pierre et la porte-fenêtre. Les sols en pierre qui sont de facture récente prêteraient à penser le contraire, démonstration du grand soin apporté à la restauration récente de la maison. Depuis le vestibule, ce niveau est complété par une salle d'eau avec cabinet de toilette et d'une salle voûtée à usage de cave à vin partiellement creusée dans la roche.
Premier étage
Il se constitue pour l'essentiel des pièces de réception de la maison, à commencer par une longue et vaste salle à usage de salon éclairée : au sud, par deux hautes baies qui offrent une vue au loin sur les collines ; à l'est, par une large et haute porte-fenêtre donnant sur le jardin. Cette salle accède à une seconde pièce en suite : au couchant, à usage de chambre ; au nord, à une salle d'eau avec cabinet de toilette. Accessible également depuis le grand salon, la dernière pièce du premier niveau est aménagée en bibliothèque et une porte à l'angle nord-est permet de gagner la galerie couverte du corps de ferme. Toutes les pièces de ce niveau ont des cheminées. Deux d'entre elles demeurent de remarquables exemples du 17ème siècle par la grande qualité de leur sculpture quoiqu'elles aient perdu leur polychromie d'origine. La restauration des pièces s'est attachée à ne rien dénaturer et à intervenir de la façon la plus intègre qui soit, de sorte que les éléments de facture récente (notamment certains sols) voisinent admirablement avec ceux qui ont été conservés intacts. Le plafond du salon dont la disposition des solives n'obéit certes pas à la règle « tant-plein-que-vide » conserve toutefois les traces de décors peints.
Dernier étage
Sous les combles, il développe un plan sensiblement identique à celui du premier étage avec deux pièces à plafonds rampants éclairées au sud par les petite baies carrée sous l'avant-toit. Une salle de bain avec douche et cabinet de toilette en demi niveau inférieur reprend la même disposition que celle de l'étage en-dessous. Le volume correspondant à la bibliothèque au premier niveau a, quant à lui, été dégagé de sa couverture et offre une vaste terrasse-solarium, à l'abri des regards et du mistral. La cage d'escalier représente également une pièce supplémentaire, correspondant à l'absence de volée perpendiculaire au dernier niveau.

L'ancien corps de ferme

Long bâtiment en pierre de taille construit sur le talus délimitant la propriété au nord, l'ancien corps de ferme est percé sur rue de nombreuses de baies et portes charretière. L'élévation méridionale affiche quant à elle une architecture plus spectaculaire avec une galerie couverte au premier niveau formée d'une succession de sept arcs plein-cintre. Les percement du mur intérieur de la galerie témoignent d'usage divers : portes d'étable et trous de pigeonnier.
Accessible exclusivement depuis l'intérieur du clos, le niveau de plein pied avec le jardin est composé de salles voûtées (à usage d'étables et de chai pour l'une d'elle). Le premier niveau est divisé en trois vastes et haute salles à charpente apparente conservant des sols en calades de pierres posées à plat.

Le jardin, ses restanques et son bassin

Le jardin a été aménagé au cœur de l'ancienne cour délimitée au bord par les dépendances agricole et au sud par le mur du clos et une vaste remise. Son aménagement récent a dégagé, et restitué, un chemin en calade formant une allée entre la remise et le corps de ferme. Plus à l'est, le jardin se développe sur trois plans en restanques, plantés d'essences méditerranéennes (olivier, cyprès et figuier) avec en son centre un bassin contemporain en pierre surmonté d'une terrasse. Un allée biaise pénètre à couvert jusqu'à un parterre de buis avant de rejoindre la pente naturelle du terrain couvert d'une pelouse. La scénographie des espaces extérieurs se décline en autant de tableaux suivant les expositions du jour.

La remise

Formant l'angle sud-ouest du clos et accessible depuis le rue par deux portes (une piétonne et une charretière), la remise à usage de garage est percée de deux arcades ouvrant sur le jardin, séparée par un pilier en pierre de taille aux dimensions surprenantes. Cette curiosité semble s'expliquer par le montage de la charpente qui ne s'appuie, non pas une ou plusieurs fermes mais, sur un unique arbalétrier reliant le pilier au mur.

Ce que nous en pensons

Cette terre, sur laquelle les Volques Arécomiques s'installèrent il y a près de trois millénaires, colonisée par les Romains, envahie à plusieurs reprises par les Sarrasins, maintes fois brûlée lors des Guerres de Religion, porte en elle une énergie tellurique qui se trouve ici théâtralisée par l'esprit du Grand Siècle. Deux visages d'une même face se donnent la réplique côté cour et côté jardin, dans une mise en scène à la fois sobre et opulente, baignée de soleil et abritée de ses ardeurs. Dans ses « Lettres d'Uzès », le poète et dramaturge Jean Racine écrivit le 17 janvier 1662 à M Vitart : « Le ciel est toujours clair tant que dure son cours, Et nous avons des nuits plus belles que vos jours. » Est-ce un hasard si son séjour uzégeois augura la bienheureuse métamorphose qui, à son retour à Paris, le détermina à s’engager entièrement dans le théâtre ?

1 890 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 989022

Surface cadastrale 1722 m2
Surface du bâtiment principal 415.7 m2
Surface des dépendances 680 m2
Nombre de chambres 3

Responsable régional
Uzès et sa région


Ménélik Plojoux +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus