demeure à vendre périgord - aquitaine

Au coeur d'une bastide du Périgord Pourpre, façonnée par un décorateur célèbre
une maison de maître en position dominante
Beaumont-du-Périgord, DORDOGNE aquitaine 24440 FR

Situation

En Aquitaine, entre Périgord Noir et Périgord Pourpre, au pays des bastides «anglaises» et autres cités médiévales de renom, entre Bergerac et Sarlat. Bénéficiant d’un climat particulièrement tempéré, agréable à vivre en toute saison, le lieu est le point de départ idéal pour la découverte d’une région parmi les plus touristiques de France. Les paysages magnifiques sont exaltés par la vallée de la Dordogne et ponctués par une multitude de châteaux, de pittoresques villages et de sites préhistoriques mondialement connus.
Au coeur d’une ancienne bastide du 13e s., riche d'un remarquable patrimoine architectural et disposant de toutes les commodités. Une bourgade où il fait bon vivre, en profitant des petits marchés gourmands et d’une gastronomie haute en saveurs, et en s’adonnant aux multiples activités de plein air auxquelles les environs sont propices : randonnées pédestres ou équestres, golf (deux sites à moins d'une demi-heure), baignades en rivière ou en lac, canoë... A 2h 00 de Bordeaux, 1 h 15 d'Agen et de sa gare TGV (à 3 h 15 de Paris), et à 30 min de Bergerac et de son aéroport desservant plusieurs villes françaises et européennes.

Description

L'accès à la propriété s'effectue par trois entrées. La première, à l'est, au plus près des bâtiments, par une petite place formant une impasse et donnant sur une rue commerçante de la bourgade. La seconde, au sud, à l'autre extrémité, par le parc épousant les contours des anciens remparts de la ville. La troisième au nord, en contrebas de la terrasse, à proximité d'une petite cabane en pierre adossée au mur d'enceinte. Si l'ensemble de la propriété s'étend sur un peu plus de 4000 m2, le parc à lui seul représente 3000 m2 environ. Parfaitement entretenu, il s’agrémente d'un verger, de massifs, ainsi que d'une belle allée plantée à parcourir en marquant quelques arrêts pour admirer les parterres de cyclamens ou la vue parfaitement dégagée sur une campagne de vertes prairies et de massifs d'arbres. Chênes et tilleuls centenaires se concentrent au plus près de la demeure, apportant ombre et intimité. Différents recoins délimités par les plantations ménagent des espaces de repas ou de repos.Au nord-est, la maison est en position dominante étant donnée la pente du terrain. Une grande terrasse prolonge la façade ouest, alors qu'à quelques pas plus à l'est prend place une dépendance élevée sur deux niveaux (hors combles) et comprenant un appartement de gardien, un garage, un bûcher, et divers pièces dévolues au rangement. Adossée à sa façade ouest : une orangerie.

La demeure

Edifiée au 18e s., la demeure est une maison de maître se présentant comme un quadrilatère élevé sur quatre niveaux, dont un de combles aménagés, avec un soubassement abritant une cave, la chaufferie, et des pièces à usage d'atelier et de stockage. La façade orientale est prolongée d'une extension édifiée sur deux niveaux reliée à la cuisine par un jardin d'hiver devenu une salle de séjour. L'ensemble construit en pierres de taille blondes est couvert en tuile romane. Les façades présentent un nombre important d'ouvertures dotées de hauts volets blancs cloutés. Alignées symétriquement elles prodiguent beaucoup de luminosité à l'intérieur. Acquise au cours des années 80 par Serge Royaux et son épouse Anne, la maison a été repensée dans ses moindres détails par ce décorateur consacré parmi les cent meilleurs au monde de sa corporation par la revue américaine Architectural Digest. Passé par les Beaux-Arts, l'Ecole du Louvre et les Arts décoratifs, Serge Royaux a été repéré par André Malraux et affecté au Mobilier national. Son talent et son œil ont repensé bien des lieux de vie, et il s'est vu confier les mises en scène d'importantes expositions dans les plus grands musées à travers le monde, puis le soin de donner un souffle nouveau à des lieux prestigieux comme Chambord, le Grand Trianon pour les appartements privés du général de Gaulle, ou encore le Palais-Bourbon.
La surface habitable de la demeure est de 460 m2 environ. Les pièces sont spacieuses, l'aménagement harmonieux, avec des volumes de rangement et des salles d'eau en nombre. Pour leur mise en valeur, Serge Royaux s'est inspiré ici du style Louis XVI qu'il affectionnait particulièrement. Les éléments d'ornementation ont été choisis dans un souci de symétrie et trouvent leur inspiration dans la nature et les thèmes antiques. Les boiseries ont été peintes en blanc pour apporter de la luminosité. Les tentures de premier choix contribuent à rendre le lieu à la fois élégant et chaleureux. L'intérieur se répartit en un salon, une salle à manger, une bibliothèque, une cuisine, cinq chambres et leurs salles d'eau, un bureau, ainsi que, dans les combles aménagés, d'autres pièces à usage de chambre, d'archivage et/ou de jeux.
La demeure ne souffre d'aucun vis-à-vis et jouit d'une très belle vue à partir des étages.


Rez-de-chaussée
La première entrée, la plus utilisée, se fait par le jardin d'hiver dans l'extension à l'est de la demeure et la seconde par la façade ouest en traversant la terrasse. Le salon et de la bibliothèque s'ouvrent sur l'extérieur par des portes-fenêtres. Les deux pièces sont placées en vis-à-vis, séparées par une galerie prolongeant l'entrée et desservant l'espace occupé par l'imposant escalier en bois demi-tournant dont la rampe est en fer forgé. Le salon est orné d'un parquet à points-de-Hongrie, de décorations moulurées sur les murs, d'élégants miroirs, ainsi que de volets intérieurs. Dans la bibliothèque, équipée d'un mobilier sur mesure, ainsi que dans la salle à manger placée face à l'escalier, le décor emprunte aux codes du salon, le sol étant toutefois couvert de grands carreaux de terre cuite, comme ailleurs à ce niveau. Plus à l'est, la cuisine fait suite au jardin d'hiver. Agréable, fonctionnelle, elle permet d'y prendre certains repas. Un escalier secondaire donne accès au sous-sol, ainsi qu'à l'étage.
Premier étage
Il est occupé par les chambres et leurs salles d'eau, ainsi que par un bureau. Le sol est couvert d'une épaisse moquette sur laquelle ont été disposés des tapis de teinte claire. Les murs s'agrémentent de tentures dont la qualité ne souffre encore aucune contestation. Les frises sous les corniches sont ici aussi élégamment décorées. Une chambre et salle de bains ouverte a une position très indépendante, juste au-dessus de la cuisine d'où part l'escalier secondaire qui en est l'un des moyens de s'y rendre.
Deuxième étage
Il est composé de diverses pièces à usage de chambres complémentaires, d'archivage et/ou de jeux ainsi que d'une salle d'eau. Ce niveau n'a pas fait l'objet des soins décoratifs apportés aux deux autres. Les murs et plafonds sont enduits ou lambrissés, les sols étant couverts de moquette et/ou de linoléum.
Sous-sol
Il est sain, et accessible tant par l'intérieur, à partir de la cuisine, que par l'extérieur, à partir du jardin situé en contrebas de la terrasse ouest. Il se divise en deux pièces à usage d'atelier-remise et de chaufferie, ainsi qu'en une cave à vin.

Le logis annexe

Il s'agit d'un corps de bâtiment comportant deux niveaux, dont certains éléments d'architecture témoignent d'origines plus anciennes que celles de la demeure principale, probablement des 13e et 15e s. avec des remaniements ultérieurs. Au nord, une partie de l'édifice n'est accessible qu'à l’extérieur du mur d'enceinte marquant l'entrée de la propriété, au niveau de la petite place donnant sur l'une des artères commerçantes de la cité. Cette partie, mitoyenne d'une autre maison plus au nord encore, avait été aménagée pour les besoins d'un logement indépendant à même d'accueillir membres de la famille, amis ou gardiens. Elle constitue un appartement de près de 93 m2 au premier étage, sur un garage au rez-de chaussée (autrefois salle de séjour avec cheminée). L'ensemble est à rénover. Dans le prolongement, côté sud, donnant sur la cour intérieure, et face au jardin d'hiver, la seconde partie du bâtiment comporte sur ses deux niveaux plusieurs pièces supplémentaires à usage de remise ou de bûcher. Une orangerie lui est adossée sur la façade sud. Les deux parties de ce logis annexe sont communicantes par le rez-de-chaussée.

Ce que nous en pensons

L'architecte du 18e s. a dessiné un hôtel particulier d'une élégance classique irréprochable. Il est bien compréhensible qu'un telle demeure, dans son parc, ménageant des vues lointaines sur la campagne, ait attiré le décorateur renommé Serge Royaux, disparu il y a quelques années. Qu'il en ait fait sa maison en dit long sur la qualité du lieu. Il a aussi décoré l'intérieur en raffinant l'existant, en glissant son goût et son savoir-faire dans l'esthétique subtile de la fin du siècle des Lumières. La rénovation du fier logis annexe peut encore faire fructifier l'héritage.

Vente en exclusivité

1 200 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 859213

Surface cadastrale 4176 m2
Surface du bâtiment principal 480 m2
Surface des dépendances 228 m2

Responsable régional
Périgord, Limousin, Quercy


Ilan Libert       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus