En vallée du Loir, proche d’une forêt domaniale, dans un paisible village, demeure d’origine dix-huitième siècle
dans un jardin d’esprit méditerranéen avec perspective sur les prairies.
Chartre-sur-le-Loir, SARTHE pays-de-loire 72340 FR

Situation

À la frontière des provinces du Maine et de la Touraine. Dans un village situé au cœur d’un triangle urbain Le Mans (45 km) – Tours (50 km) – Vendôme (45 km). À 240 km de Paris. Axes autoroutiers : échangeurs de l’A11 Paris/ LeMans, sortie La-Ferté-Bernard ou A28 Rouen/Tours, sortie Château-du-Loir. TGV à Vendôme (45 km) pour Paris Montparnasse en quarante quatre minutes. La vallée du Loir, pays de gastronomie, d’art et de culture, est une petite région touristique et viticole située à 60 km au nord du val de Loire. À proximité de cités de caractère (centre d’art contemporain, centre artisanal). La douceur du climat et le sol favorisent la production de vins Coteaux-du-Loir. Au pied de la forêt domaniale de Bercé. Activités nautiques sur le Loir.
Dans le village, commerces de proximité de qualité. À proximité, trois villes avec toutes les facilités (marchés, commerces, écoles, collège, lycées, structures culturelles et sportives).

Description

À la sortie du village, cachée derrière de hauts murs, on découvre cette sobre demeure d’origine du18ème siècle, auquel une extension a été apposée au début du 20ème siècle. Passé un portail de bois, on pénètre, côté nord, dans la cour de la propriété. À gauche, des bâtiments de dépendance construits en retour d'angle avec le logis : un garage jouxte une serre froide ouvrant sur une terrasse exposée au sud et embrassant une vue générale sur un jardin d’esprit méditerranéen avec bassin, topiaires et palmiers. Au pied de la terrasse, le jardin est traversé par un ru où s’ébattent des canards sauvages. Il alimentait autrefois une briqueterie. Le tout clos de hauts murs. En bout de jardin, une terrasse avec balcon ouvre une perspective sur les champs. En empruntant un chemin carrossable sur le côté de la propriété, à cent cinquante mètres, un verger. De ce chemin, on part sur des sentiers de randonnées tous connectés et qui mènent loin dans la vallée.

Le logis

Deux époques de construction. Logis dont l'origine remonte au 18e siècle, peut être même au 17e pour une partie, tel qu'en témoignent les balustres d'un escalier. De plan rectangulaire, double niveau avec toiture à deux pans couverte en tuile avec lucarnes rampantes. Adjonction construite au début du 20ème siècle, à toit plat avec terrasse au-dessus du garage, dotée d’oculi habillés de plots de verre laissant passer la lumière. Murs enduits avec crépi, recouverts de vigne vierge sur la partie la plus récente. Ensemble lumineux du fait d'une exposition nord/sud avec lumière traversante. Fenêtres et portes vitrées en chêne. Poutraison. Tomette ancienne hexagonale de Salernes. Radiateurs en fonte brute fleuris anciens.


Rez-de-chaussée
L’entrée se fait directement dans la salle à manger, pièce centrale, ou par la cuisine, à droite de laquelle se situe une serre froide avec l'ensemble des équipements techniques de la maison. À la suite de la salle à manger, un salon avec un espace destiné à un bureau, puis un escalier ancien accédant à l’étage, et sous lequel se situe une salle d’eau avec toilettes. Un salon avec une grande cheminée à foyer ouvert qui a la particularité de pouvoir accueillir deux personnes en vis-à-vis. La cuisine non plus ne man que pas de caractère, ses murs étant habillés en carrelage vernissé de Salernes. L’ensemble des pièces ouvre sur une grande terrasse exposée au sud, avec vue sur jardin avec cours d'eau.
Premier étage
Un premier dégagement distribue des toilettes et une chambre. Un seuil franchi, un spacieux et lumineux couloir dotés de grands placards ouvrent sur deux chambres et une salle de bain avec toilettes. Celle-ci est aussi accessible directement par une troisième chambre, la plus spacieuse, ayant une terrasse. Celle-ci constitue en fait le toit plat d'un garage. Entre deux chambres, en enfilade, un lumineux bureau faisant aussi office de bibliothèque, avec une vue ouverte sur le jardin. Le charme est dans les détails : tomette ancienne de Salernes au sol, huisseries en chêne d’époque avec ferrure ancienne, tapisserie Zuber, carrelage en faïence de salle de bains anciens, oculi avec plots en verre dans un plafond. Toutes les chambres ont chacune un point d’eau individuel. Grands placards.
Combles
Accessibles par un escalier escamotable situé dans un placard, isolés, ils disposent d'une grande place de rangement.

Les dépendances

À la suite, dans la cour d’entrée de la propriété. Dépendances avec un toit à quatre pans couverts d’ardoise. Murs en pierre de tuffeau enduits à la chaux. Une première dépendance marque l’entrée d'une cave, et l’accès à un puits avec pompe immergée utilisé pour la fourniture de l’eau. Suit un local à bicyclettes et deux écuries anciennes de belles surface et hauteur. Une seconde dépendance convertie en chaufferie ; une troisième, en réserve à bois et rangement pour de l’outillage. Un accès à un grenier aménageable se fait à l’arrière de ces bâtiments. Le garage est situé entre les dépendances et la serre froide. On peut envisager une entrée dans le logis, ce qui est assez commode pour décharger des marchandises. Spacieux, il est prévu pour deux véhicules, il possède une fosse à vidange.

Le jardin d’esprit méditerranéen

Au sud, encadré de vieux murs, structuré en terrasse, il est planté de grands arbres, d’ifs taillés en topiaires et de mixed borders sur les côtés. Des vivaces et de nombreux rosiers ont pris place dans ce jardin au centre duquel un bassin planté de nénuphars est apprécié des hérons et canards de passage, de quelques grenouilles aussi. Il est alimenté par un ruisseau, puis se déverse dans la douve. Au nord, une cour à l'entrée de la propriété, est végétalisée. Des rosiers de variétés anciennes habillent les murs hauts.

Le pré avec le verger

À 150 m de la maison, accessible par un chemin carrossable, un pré de quasi 5000 m2 clôturé et pouvant accueillir de petits animaux. Deux hangars en fer y sont construits. L’un avec clapiers, deux écuries, et un garage pour deux voitures ; l’autre pour y entreposer du matériel. L’eau est installée sur ce terrain planté de nombreux fruitiers (cerisiers, pommiers, pruniers, sureau, mûriers, cognassiers, noisetiers, figuiers). Deux coupes d’herbes annuelles fournissent le foin.

Ce que nous en pensons

Quoique proche de Paris grâce à une liaison TGV, le lieu représente un havre de paix. La douceur du climat et la lumière jamais violente de la Touraine imposent ce contraste si recherché avec le tumulte de la ville. La maison apporte par sa situation, à la fois dans la cité et en prise directe avec la campagne, un évident bien-être : tant par la présence d'une forêt domaniale et des chemins de randonnées au seuil de l'entrée, que par des commerces et restaurant, un petit luxe qu'on ne saurait aujourd'hui dédaigner. Autre effet de contraste séduisant : l’aspect méditerranéen du jardin qui nous indique la subtilité du lien entre nord et sud. Un cadre idéal pour vivre un pied dans les champs ; l’autre, dans la ville.

330 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 264986

Surface cadastrale 5848 m2
Surface du bâtiment principal 218.5 m2
Surface des dépendances 168 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Sarthe


Catherine Boivin       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plus