Au cœur du quartier médiéval de Crépy-en-Valois, à 1 heure de Paris,
un ancien monastère du 16ème siècle protégé par ses murs et ses remparts
Compiègne, OISE picardie 60200 FR

Situation

Pour vivre heureux, vivons caché ! Cette vieille expression française convient parfaitement à cet ancien couvent à l’abri derrière ses grands murs en pierres de Saint Maximin. C'est un havre de paix, protégé par une lourde porte du XVIIème siècle … et pourtant localisé au cœur d’un entrelacs de rues médiévales. Le couvent des Ursulines est au cœur du vieux Crépy-en-Valois.
La grande histoire de Crépy-en-Valois débute au bas Moyen Âge quand la ville devient la capitale des puissants comtes de Crépy. Souvent fidèles, parfois rivaux des rois de France, les seigneurs de Crépy dotent leur cité d’un château, siège de leur pouvoir, et d’une abbaye, Saint-Arnoul, symbole de leur foi et lieu de pèlerinage. À partir de ce noyau fortifié, la ville s’étend rapidement et érige de nouveaux remparts. C’est là, dominant ces remparts toujours debout, entre le château et l’abbaye que se trouve la propriété.
Crépy-en-Valois est à une heure de Paris en voiture, 40 minutes par le train. L'aéroport Charles de Gaulle est à 30 minutes, Senlis à 15 minutes. Les commerces de bouche sont à 2 minutes à pieds,. Mais surtout la ville est entourée par les forêts de Compiègne, de Retz, d’Ermenonville et du Bois du Roy, anciens terrains de chasse de nos Rois de France.

Description

Le beau jardin qui apparait en franchissant le portail d'honneur est d’abord marqué par l’histoire. Situé sur l’emplacement de l’ancien château féodal, c’est un haut lieu du pouvoir médiéval. Pendant la guerre de cent ans, anglais et français, bourguignons et armagnacs prennent et reprennent la ville. En 1429, Jeanne d’Arc libère le château et délivre le Valois des anglais. On se bat héroïquement dans ce jardin mais à la fin de la guerre, la richesse de Crépy est anéantie. C’est en 1470 avec l’arrivée de Madame de Clèves que le fief et le château se relèvent et sont rattachés à la couronne de France. En 1623 Louis XIII donne le « château de Crépy » à un couvent de l’ordre des Ursulines qui se développe en osmose avec les crépinois mais qui est supprimé à la Révolution et les bâtiments sont vendus et détruits. Au XIXème et XXème siècle, le château et les restes du couvent servent de prison, de théâtre, et même de cinéma.
L’histoire est omniprésente : d’un côté les gros murs d’enceinte, de l’autre les remparts de la guerre de cent ans mais aussi l’ancienne porte fortifiée de la ville et un réseau de souterrains médiévaux. Néanmoins, du couvent, des bâtiments conventuels et de la chapelle, il ne reste rien. Il ne subsiste que l’imposant portail aux deux pilastres monumentaux. Tout a disparu lors de la Révolution française. Malgré cette absence, l’Histoire est là.
Ce poids historique n’empêche pas le charme du jardin de 8 000 m2 d’agir. A partir de l’allée pavée, les chemins sont multiples vers la vue des remparts, vers le vieux château, vers les souterrains, vers le terrain de tennis …Au centre, une vaste pelouse fait face à la maison d’architecture contemporaine qui a remplacée les bâtiments des sœurs.

La demeure

Elle est de conception moderne, construite à la fin des années 70. Elle reprend pourtant, en façade, le vocabulaire de l’architecture classique française. Une façade en pierre, une terrasse avec garde-corps de style Louis XV, des huisseries en bois de chêne, des fenêtres cintrées à l’étage sont des signes du respect de l’architecte pour ce lieu chargé d’histoire. Respect aussi avec l’utilisation de matériaux nobles tels que le cuivre, le bronze, et l’ardoise pour la couverture.


Rez-de-chaussée
Le bâtiment à droite du portail d'honneur est le lieu principal de l’habitation. Il est orienté au sud. L’entrée, de plain- pied, est délimitée par deux piliers de pierre. Elle distribue, à gauche, la cuisine équipée d'éléments en chêne, avec son coin repas, et la lingerie. Et à droite, la salle de réception de 60m2 organisée autour de la cheminée. Cette pièce, ouverte jusqu’au faitage, est dominée par une mezzanine et une galerie largement éclairée par trois ouvertures. L’ambiance joue le contraste entre la pierre du XVIème et celle d’aujourd’hui. Et pourtant, il s’agit d’une pierre provenant des mêmes carrières proches de Crépy. Si la taille est différente, le coloris blanc-crème est identique. Une chambre principale est à l'étage. Mais pour accéder aux autres chambres, un passage souterrain mène au second bâtiment qui est en appui sur le mur d’enceinte, éclairé sur la façade Sud par de larges portes-fenêtres.
A l’intérieur, deux chambres parquetées, avec salle de bain carrelée, complétées par une vaste salle de billard au sol recouvert de vieilles tomettes.

Premier étage
A l’étage, une pièce en mezzanine à usage de bureau est prolongée par une galerie permettant de sortir sur le balcon. Cette partie communique avec une suite principale composée d’une chambre sur un sol parqueté, d’une garde-robe et d’une salle de bains particulièrement éclairée par plusieurs fenêtres et par une porte vitrée donnant accès au jardin via un escalier de pierre.
Sous-sol
Sous le salon, une salle de projection et un bar se nichent sous des voutes de pierres de l’époque médiévale, trace de l’ancien château. Au fond, une solide grille en fer forgé mène à l’entrée des souterrains qui s’enfoncent sous la cité. A l’opposé, pour rejoindre l’autre partie de l’habitation, un tunnel passant sous l’allée pavée apporte une note ludique, et en tout cas originale à la configuration de cette grande maison.
Maison d'amis
Un troisième bâtiment indépendant mais dans le prolongement de l'habitation conserve l'harmonie générale des façades : pierres de Saint Maximin, porte-fenêtres en chêne, couverture en ardoise. L'entrée toujours de plain-pied, donne directement sur une grande pièce de réception, avec un espace cuisine aménagé. A l’étage, deux chambres au sol parqueté avec salle de bain sont reliées par une longue mezzanine.
Garage
Deux garages permettent d’accueillir 5 voitures. L’un est dans les anciennes caves du château des comtes de Crépy, l’autre est en rez-de-chaussée de l'habitation. Ces parkings sont tous les deux équipés de portes automatiques et offrent un accès dans deux rues différentes.
Le parc
C’est un lieu magique qui dégage plein de surprise avec un plan d’eau, un tennis, la vieille porte fortifié de Crépy, un escalier caché derrière les buissons pour s’enfoncer dans les souterrains, une pelouse à l’ombre de la chapelle du vieux château. Mais le plus extraordinaire, c’est, derrière les frondaisons, une vue sur la vallée et la campagne du Valois. Si ce n'est pas Babylone, c'est pourtant bien un jardin suspendu, créé au sommet des remparts de la ville féodale.

Ce que nous en pensons

Cette propriété semble inaccessible. Elle l’est par ses gros murs d’enceinte et par sa hauteur, au sommet des remparts. Elle l’est aussi par la discrétion du lieu, insoupçonnable pour celui qui passe à proximité. La demeure est cachée derrière ses murs clos et ses remparts. Et pourtant, sa situation géographique offre une grande accessibilité pour celui qui l’acquerra.
Les qualités de la construction et des finitions en font une demeure confortable. L’ensemble du bâti est en parfaite état et le parc est entretenu par un jardinier. Mais, ne vous y trompez pas, le bouillonnement de l’histoire est dans ses entrailles. Le choix d’y vivre ne sera jamais anodin.

Vente en exclusivité

1 195 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 365951

Surface cadastrale 8000 m2
Surface du bâtiment principal 482 m2
Surface des dépendances 185 m2
Nombre de chambres 6

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Pays du Valois


Jérôme Ferchaud +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus