maison de caractère à vendre 100 km de paris - brie champenoise

À 100 km de Paris, en Brie-Champenoise,
une petite maison dans la prairie
Château-Thierry, AISNE picardie 02400 FR

Situation

Située sur la crête de la colline de Mongon (175 m d’altitude), la propriété domine à la fois la vallée de la Dhuys au nord, et le talweg du ru Bornet à l’ouest. Grâce à cette situation exceptionnelle, la maison et son jardin profitent d’une situation protégée et de vues remarquables vers le grand paysage champenois. La propriété surplombe le paysage alentour sans être isolée puisqu’une ferme voisine est là avec ses vaches. La maison est le point de départ de promenades : les promeneurs pourront aller du côté de Château-Thierry, ou vers Epernay et du vignoble de Champagne.

Description

« Quand nous sommes là, on ne voit pas les enfants de la journée ! » dixit la propriétaire actuelle. C’est vrai que cette ancienne ferme est devenue la maison du bonheur, en particulier pour les enfants. Par-delà son charme champêtre, la maison est un vrai terrain de jeu pour les enfants… et aussi pour les adultes : chambres en forme de cabine de bateau, écurie pour deux chevaux, piscine, balançoire… et prairie à perte de vue. Nous sommes dans cette région toute vallonnée de la vallée de la Dhuis.
Si la région est discrète et si elle a connu les guerres, en particulier la Première Guerre Mondiale, c’est aujourd’hui une terre préservée et profondément rurale. Vivre avec la nature, avec les joies simples des saisons et la vue sur la vallée. Ici, on comprend que la campagne a une âme.

La maison

La période de construction de l’ancienne ferme est incertaine, vraisemblablement du début de 19ème siècle.
La bâtisse initiale est une longère briarde-champenoise de type ferme-étable. L’ouverture principale se situait sur le mur gouttereau. Cette grange était prolongée par l’habitation.
Cette dernière était flanquée d’une aile en retour d'équerre bâtie sur caves, et aussi d’un appentis sur le mur pignon. Une bâtisse annexe, toujours existante devait servir d’étable ou de soue.
Les fenêtres à la française de la façade principale ont été ordonnées avec un rythme régulier. Sur les autres parties du bâtiment les fenêtres sont irrégulières. Quatre lucarnes rampantes aux formes très horizontales, avec débords de toitures latéraux ont été ajoutées sur les versants nord et sud de la toiture.
Les baies de la cuisine sont horizontales et dotées de menuiseries traditionnelles à petits bois. Avec ses fenêtres horizontales et sa toiture pentée vers la vallée, l’aile en retour a un aspect très profilé qui rappelle davantage le cottage anglais que la ferme champenoise. Un escalier extérieur de service accède à la cuisine. Une cloche domestique est encore visible dans l’embrasure de la porte.
L’appentis sur le pignon est à aussi été transformé. Une fenêtre horizontale éclaire la salle de bain en contrebas. Au-dessus, un pigeonnier à deux niches a été installé dans une fenêtre comblée, entouré d’un fin travail de treillage bois.
Une porte fenêtre en plein-cintre a été percée sur le pignon ouest à l’étage et une autre sur la façade nord.
Un treillage de bois a été ajouté et des plantes grimpantes, vignes vierges et rosiers. Les portes d’entrée dites « à la Hollandaise » à deux battants complètent l’éclectisme des inspirations.


Rez-de-chaussée
L’entrée principale s’effectue par le salon avec, en enfilade, la salle à manger. Un confort bourgeois prévaut ici avec des éléments très champêtres : tomette ancienne en rouge, murs blancs, escalier en bois, cheminée avec parement en bois. Une porte ouvre sur la cuisine qui est contiguë à la salle à manger. Cette cuisine est à bien des égards remarquable. Avec sa paillasse et ses éléments intégrés « à l’américaine », elle a été réalisée sur mesure. Les façades en bois verni ont les bords arrondis et les poignées en inox caractéristiques des années 50. Un placard basculant pour la conservation du pain est aujourd’hui une curiosité. La modernité, c’est aussi sa position privilégiée dans la maison, à proximité immédiate de la salle à manger et de la terrasse, et face à la perspective donnant vers le lointain, la vallée de la Dhuys.
Un deuxième salon permet de s’isoler avec une bibliothèque. Dans le prolongement, trois chambres avec deux salles d’eau et à l'extrémité de la bâtisse, un atelier.

Premier étage
À l’étage, un palier dessert quatre chambres avec quatre salles de bains ou salle d’eau. Les deux petites chambres d’enfants sont inspirées des cabines des paquebots transatlantiques, avec leurs portes coulissantes caractéristiques et, pour l’une d’entre elles, avec son minuscule cabinet de toilette, une porte en plein-cintre.
Le jardin
Le jardin et les prés alentours sont en parfaite continuité. Le jardin de la maison, c’est un peu l’ensemble du paysage à perte de vue ! Seules les clôtures équestres à lice blanche délimitent le terrain.
Ecuries
Cet ancien bâtiment de ferme a été transformé en écurie et sellerie. Deux stalles en bois sont toujours là, prêtes à accueillir à nouveau des chevaux.

La piscine
La piscine, construite en 1952, est parmi les plus anciennes piscines privées de France. Ses dimensions (16.83 X 5.48 m) et sa forme sont d’ailleurs hors des standards qui ne se figeront que dans la décennie suivante.
Réalisée en béton coulé sur place, elle affiche avec ses lignes épurées une modernité brute qui contraste avec l’élégance bucolique de la façade en vis-à-vis. Alimentée en eau par une source, la piscine est flanquée d’une plage en béton et de murs en pierre sèche.
Un édicule de pierre où circule l’eau de la source permet de rafraîchir les boissons durant l’été.

Ce que nous en pensons

C’est précisément la petite maison dans la prairie. Le temps s’est arrêté. Tout ici respire la tranquillité. La propriété est entourée de prés et de bosquet qui dévalent en pente douce vers la vallée et le village. Seuls les rires et les jeux des enfants pourront troubler ce calme. Ce sont eux eux qui comprendront les premiers la joie d’être là, courir dans le pré ou monter à poney. Un terrain d’un demi-hectare avec la possibilité d’acquérir deux hectares supplémentaires, de pâture et de bois.
Ce petit paradis bucolique est accessible, en particulier aux Parisiens, les fins de semaine, car nous sommes à 100 km de la capitale. Pour les Rémois, c’est encore plus proche.

Vente en exclusivité

240 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 163965

Surface cadastrale 5000 m2
Surface du bâtiment principal 248 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Pays Du Valois


Jérôme Ferchaud       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus