Dans le département de l'Ain, au cœur du Bugey,
une maison du 18ème siècle dans un parc de plus de trois hectares
Annecy, AIN rhones-alpes 74000 FR

Situation

La région faisait partie du patrimoine des comtes de Savoie et en l'an 1601, le traité de Lyon la rattache à la France. Véritable enclave en terre bugiste, elle constitue une micro-région avec pour décor le dernier mont de la chaîne du Jura et les Alpes au loin. L'orientation largement ouverte aux influences méridionales constitue un ensemble naturel préservé, marqué par un paysage rural de bocage. Les vaux, les crêts et cluses s'enchaînent et les rivières y ont façonné le terrain.
Idéalement située à 500 m d'altitude, la propriété est à peine plus d'une heure de Lyon, Genève, Chambéry. À quinze kilomètres, une gare dessert ces villes avec une douzaine de trains par jour. À quelques minutes, une commune voisine avec tous les services et commodités.

Description

La propriété de plus de trois hectares se situe dans un petit hameau d'une grande tranquillité. Le portail en fer peint ouvre sur la cour laissant d'un côté la maison de gardiens. Un peu plus loin, à son opposé, le pigeonnier enrubanné d'une glycine accompagne l'allée de la maison. La façade nord du bâtiment principal est flanquée d'une tour carrée alors que la façade plein sud s'impose par sa taille et sa sobriété. Le pignon découvert lui confère plus encore cette impression de grandeur. L'ensemble des ouvertures, parfaitement symétriques, rythment la façade, les trois lucarnes jacobines modérant la longueur du toit. Le bâtiment est lié à l'atelier par une galerie couverte, cloisonnant ainsi l'espace en retour d'équerre pour ensuite ouvrir sur le parc aux allures bucoliques. Un grand pré cerné d'arbres plus que centenaires, aux essences endémiques diverses s'étend jusqu'à laisser place à un véritable bois. Ça et là, un pré, une petite cabane, un verger, un chemin, un potager.

La maison

Aujourd'hui en pierre apparente, elle date du 18ème siècle, seul le pignon pouvant être antérieur car plusieurs aspects rappellent la chapelle du 12ème siècle située à proximité. Afin de créer une colonie de vacances, une extension a été réalisée dans les années 60, des ouvertures sur le toit et les murs existants avaient modifié l'aspect originel. Les propriétaire actuels l'ont restaurée de façon remarquable en privilégiant son caractère initial. La surface habitable est de 860 m² environ sur trois niveaux dont le dernier est à rénover. L'escalier principal accède aux étages. Un escalier de service crée un double sens de circulation. Les charpentes ont été refaites et la couverture est en tuile plate. L'isolation du grenier est en laine de bois et celle des murs nord, est et ouest est en lin et chanvre. L'installation d'une chaudière alimentée au bois déchiqueté et de panneaux solaires fait partie du programme européen INTERREG IIIA franco-suisse - AMETER (Aménagement du Territoire et Energies Renouvelable). Les eaux pluviales sont récupérées dans des fosses et citernes enterrées.


Rez-de-jardin
L'entrée, au centre du bâtiment se fait par le hall traversant. En face, l'escalier suspendu est en pierre et daté sur le limon extérieur de 1773. La rampe d'appui en fer forgé donne de la légèreté à l'ensemble. Au fond, un passage mène au petit espace de la tour à usage de toilettes, ainsi qu'à l'escalier conduisant au sous-sol.
D'un côté, un vestiaire donne sur une pièce de rangement, puis le petit salon aux murs lambrissés et peints en clair, contrastant avec la couleur sombre du plafond à la française. Une cheminée en marbre fait face aux deux baies. Une autre porte ouvre sur le grand salon en cours de réfection avec son plafond aux poutres apparentes et son sol en caisson de béton ciré et bois. Deux portes donnent sur le bureau et l'escalier de service.
De l'autre côté, la salle à manger aux tons jaune clair et au parquet à bâtons rompus qui fait écho au plafond à la française et son ton naturel. La cheminée en marbre fait également face aux deux ouvertures. De la porte vitrée à deux vantaux, le jardin d'hiver se dévoile. Quatre baies de second jour avec châssis en éventail éclairent la pièce. L'une d'elles accède à la galerie ouverte. Derrière la salle à manger, la cuisine et son coin repas est ouverte au nord. Le sol est composé de caissons de carreaux en terre cuite et de bois, le plafond est tant-plein-que-vide. Dans sa continuité, l'office et la buanderie.

Premier étage
Le palier au centre de l'étage dessert les deux côtés ainsi que l'antichambre en face de l'escalier. Des toilettes à mi-niveau sont situées dans la tour. D'un côté, un couloir donne sur la salle de bain et, en face, sur la première chambre, sobre, claire, avec son bureau. Au fond, laissant l'escalier de service, la grande chambre de maître, dans l'angle sud/ouest, est éclairée par quatre ouvertures. Les murs et le plafond de couleur blanche agrandissent encore l'espace. Elle a sa garde-robe et une salle de bain reste à aménager, tous les branchements d'eau et d'électricité étant réalisés. De l'autre côté, une chambre spacieuse et son plafond à la française est à rafraîchir. Un salon, où la clarté diaphane du nord joue de façon subtile avec les surfaces, mène aux trois chambres et leurs salles de bain et toilettes. Elles ont chacune leur particularité due à leur orientation, leur configuration et leur décoration.

Deuxième étage
De structure saine, en partie sous un niveau de combles, il est à rénover, à l'exception de la grande pièce située au plus haut du pignon de la demeure, orientée sud/ouest-nord, qui n'aurait besoin que d'un rafraîchissement. Le couloir accède à d'anciens sanitaires collectifs, à l'escalier de service et à un espace d'une centaine de mètres carrés. Un autre grand espace termine l'étage. Il est orienté sud/est-nord.
Les caves
Dans la partie la plus ancienne, deux caves voûtées sont en pierre apparente, les sols en tout-venant. Dans la partie la plus récente, l'ancien escalier en pierre continue par un couloir longeant le fruitier et conduisant jusqu'à la pièce à usage de local technique où se situent les chaudières, adoucisseur d'eau etc.

La maison de gardiens

Entièrement rénovée, elle est en pierre, avec une implantation d'environ 65 m² au sol. Au rez-de-jardin, la cuisine, le coin repas et le salon sont agencés dans le même espace. À l'étage, trois chambres, une salle de bain et des toilettes. Elle est actuellement à usage de gîte. Connexion internet et téléphonique par fibre optique. Une remise est sous l'habitat.

L'atelier

D'une surface au sol d'environ 67 m², il est construit en pierre pour ses deux niveaux. Les murs sont sains ; l'escalier et le plancher, en état. L'ouverture principale se fait côté jardin, et une autre, à l'étage, est accessible par la galerie. L'électricité vient d'être entièrement refaite. Devant, sur la courette gravillonnée, se situe une petite serre en verre et métal.

Le pigeonnier

D'une vingtaine de mètres carrés, le pigeonnier en pierre constitue l'élément symétrique de l'atelier par rapport au bâtiment principal. Sur deux niveaux, le rez-de-jardin sert de rangement et un escalier neuf en métal donne sur une pièce propre. Celle-ci servait d'atelier de peintre. Sur son flanc, un appentis est utilisé comme abri de véhicule. Un point d'eau.

Ce que nous en pensons

La demeure bugiste, habitée par des particuliers et dont une partie est actuellement convertie en chambre d'hôtes, brille par la qualité de sa restauration. Les propriétaires ont su lui rendre son éclat, perdu au cours des transformations passées, tout en y adjoignant le confort par des sources d'énergies renouvelables. Avec le gîte, le domaine peut convenir à des personnes désirant continuer une activité allant en ce sens. Il peut également accueillir une famille en quête de calme et de beauté de l'environnement. Toutes sortes d'activités de plein air ou la découverte de son territoire avec ses puits, gorges, plateaux et cascades sont couramment pratiquées. Aussi, du proche à l'infini, il n'y a qu'un pas grâce au voisinage d'un observatoire astronomique. La culture n'est pas en reste dans cette vallée préservée, où viennent s'installer des artistes, des acteurs du tourisme, créant un renouveau sans négliger la tradition et le passé des lieux.

Vente en exclusivité

1 470 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 314260

Surface cadastrale 3 ha 18 a 36 ca
Surface du bâtiment principal 860 m2
Surface des dépendances 125 m2
Nombre de chambres 6

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Savoie & Nord Isère


Annie Berthet +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus