Dans un village du bocage vendéen, tout près du Puy du Fou,
un logis ancien minutieusement rénové
Saint-Mesmin, VENDEE pays-de-loire 85700 FR

Situation

Avec ses pentes douces mais bien présentes, ses perspectives subitement lointaines, ses haies, ses prés, ses bois, ses ruisseaux, la contrée réjouit la vue quelle que soit la saison. Le logis est à l'unisson de la tranquillité ambiante sans être isolé, grâce à sa situation de village. Les problèmes sociaux ne sont pas pour ici : au contraire les villes petites ou moyennes de la région connaissent des taux de chômage parmi les plus bas de France.
A 35 km, la gare de Cholet programme plus d'une dizaine de liaisons quotidiennes avec Paris en 2h30 environ. L'aéroport de Nantes - vols nationaux et internationaux -, est à 67 km.
A moins d'un quart d'heure, le Puy du Fou déploie des spectacles historiques qui attirent des spectateurs du monde entier.

Description

Le logis est entre cour et jardin, entre l'église du village et le parc d'un château médiéval reconstruit au 19e s. Un mur spectaculaire et en très bon état le sépare, comme une enceinte, de la rue en contrebas. La cour s'ouvre par deux arcs inégaux aux piédroits et aux claveaux de granit. La demeure principale s'éclaire de grandes fenêtres et portes-fenêtres : il en est de même du côté jardin. Les pièces de réception sont au rez-de-chaussée, les quatre chambres et les trois salles d'eau à l'étage. Les 250 m2 ont été entièrement et minutieusement rénovés des sols aux plafonds, comme la plomberie et l'électricité. Toutes les huisseries ont été refaites à l'identique et dotées de doubles vitrages. Le chauffage est assuré par une pompe à chaleur air/eau neuve. Le garage de 34 m2 est attenant. En haut du jardin étagé, compartimenté, les 100 m2 de la maison annexe sont un potentiel supplémentaire. Le domaine s'étend sur plus de 4000 m2 dont la moitié est occupée par une futaie.

Le "Petit château"

C'est une appellation bien méritée tant, au voisinage d'un édifice plus important, celui-ci a d'allure. Sa construction remonte au tout début de la Renaissance, sur une cave plus ancienne encore. Au 17e s., le seigneur local y aurait établi la salorge royale où toute la région venait s'approvisionner. L'accès au "Petit château" se fait sous deux arcs dans le mur qui ferme les 181 m2 de la cour, l'un pour les voitures, l'autre pour les piétons : leurs piédroits de granit sont surmontés de chapiteaux stylisés tandis que le claveau central est décoré d'une clé à cabochon. La cour est à peu près triangulaire, s'élargissant vers le logis qui la regarde de toutes ses grandes ouvertures. Le toit de tuiles canal est peu pentu : il a fait l'objet d'une réfection totale il y a cinq ans, de même que la zinguerie tandis que les combles perdus étaient isolés. A gauche, le garage est attenant au bâtiment.
La façade sur le jardin est dans le même esprit, avec deux portes-fenêtres au lieu d'une. Cette fois le garage, accessible aussi de ce côté-là, est à droite.


Rez-de-chaussée
Le vestibule traversant, entre cour et jardin, entre deux portes-fenêtres, n'a ni l'exiguïté d'un couloir ni la trop grande ampleur d'un espace inutile. Au sol les tomettes à l'ancienne créent une unité avec la salle à manger située immédiatement à droite, derrière une paroi de bois, vitrée dans sa partie haute et dont une partie coulisse pour donner accès à la pièce. Le regard est alors immédiatement attiré par la cheminée monumentale de la première Renaissance : l'espace entre la tablette et une corniche en hauteur accueille une peinture représentant une scène bucolique. Son encadrement est celui d'un tableau. De part et d'autre deux panneaux étroits forment avec elle une sorte de triptyque et surmontent ceux des piédroits. Sur chaque côté de la cheminée les espaces disponibles - quatre au total -, ont été remplis par d'autres peintures de la même veine. L'iconographie est naïve et procure une sensation de tranquillité et de bien-être. Le mur de la salle à manger opposé à la fenêtre sur la cour est couvert de la boiserie compartimentée d'origine. Dans l'épaisseur de l'isolation du plafond ont été installés des éclairages indirects. En face de la salle à manger la grande cuisine - ou salle des petits-déjeuners -, reste à équiper. Le décor est là : imposante cheminée et dalles de pierre au sol, traitées par sablage et rejointées. Une porte-fenêtre s'ouvre sur la cour. Une porte mène à la petite cuisine, pensée pour être immédiatement fonctionnelle, une autre au garage. Au fond du vestibule, près de l'accès au jardin, le salon fait face à l'escalier. Il est en partie en avant-corps sur la deuxième façade, très lumineux grâce à deux fenêtres et deux portes-fenêtres qui assurent une fluidité, l'été, entre intérieur et extérieur. Sous le carrelage, un réseau de drainage évacue l'humidité éventuelle. Comme dans la salle à manger, le plafond, traversé par une grosse poutre sur corbeaux, est isolé.
Premier étage
L'escalier droit à retour est en granit, comme la rampe de la deuxième volée. Sur le repos éclairé par une petite fenêtre à coussiège s'ouvrent des toilettes avec lave-mains. Le plan de ce niveau a été entièrement repensé pour que quatre chambre y prennent place après travaux d'isolation des plafonds, des cloisons, des portes. La première chambre donne sur le palier très lumineux grâce à sa fenêtre sur le jardin vers lequel sont aussi tournées la partie couchage et la salle d'eau attenante (toilettes séparées). Un petit dégagement central distribue les trois autres chambres. Les deux plus grandes ont leur salle d'eau avec toilettes (séparées dans l'une) et sont décorées d'une cheminée Renaissance : l'une d'elles est ornée de peintures du même artiste que celles de la salle à manger. Dans cette même chambre une porte coulissante fort esthétique ferme la pièce d'eau. Les sols de l'étage sont des parquets huilés ou vernis très chaleureux.
Les caves
La cave sous partie, voûtée, est une construction antérieure au reste de l'édifice, peut-être du 12e s. D'une surface de 34 m2, elle est accessible à la fois de la rue et du vestibule d'entrée où une porte isolée débouche sur l'escalier qui y mène.

La petite maison

Elle a des airs de chalet avec son toit en accent circonflexe, débordant sur le côté gauche pour abriter l'escalier extérieur. La grande salle du bas (coin cuisine) est restée rustique avec son sol de tomettes anciennes, sa cheminée et ses poutres au plafond. Elle est éclairée par une porte-fenêtre et deux fenêtres qui regardent le jardin. Les huisseries sont récentes. L'escalier de pierre extérieur conduit à deux pièces qui reçoivent la lumière du jour par des fenêtres de toit ou des oeils-de-boeuf. Salle d'eau et toilettes indépendantes. Surface totale de cette petite maison : 108 m2.

Le jardin et le bois

Le jardin ménage des espaces variés que des murets bas de pierre ou des différences de niveau distinguent les uns des autres. Le logis s'ouvre sur une grande terrasse herbeuse. Puis vient l'ancien verger, incliné vers la rue. Le mur du parc du château voisin le clôt à droite. Au fond un portail dans un autre mur est l'accès au bois planté par les propriétaires précédents, il y a quelques décennies. Son aspect de futaie convient à la noblesse des lieux. En-dessous du bois, au pied d'un autre mur, l'ancien potager, où démarre un chemin qui permet de remonter vers la terrasse par un escalier de pierre.

Ce que nous en pensons

La rénovation du "Petit château", poussée jusqu'au câblage informatique de chaque pièce, le prédestine à accueillir les innombrables spectateurs du Puy du Fou tout proche. Il serait néanmoins injuste de refuser un endroit si harmonieux à une famille chez qui l'excitation de l'ancien n'exclurait pas les exigences de confort. Nulle platitude ici, aussi bien physique que décorative. Le mur de soubassement qui épouse la pente du terrain a des allures de rempart. Les peintures naïves des cheminées plongent dans une campagne des débuts de la Renaissance. Il est peut-être temps de concilier, dans le logis et la petite maison, indépendance et vie sociale, goût de la pierre et aspiration à la nature.

Vente en exclusivité

695 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 537713

Surface cadastrale 4169 m2
Surface du bâtiment principal 250 m2
Nombre de chambres 4
Surface des dépendances 108 m2

Conseiller
Deux-Sèvres


Jean-Pascal Guiot +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus