Aux confins du Maine et du Perche, dans une campagne vallonnée et proche d’une forêt,
un logis rural d’origine 18ème siècle et ses dépendances sur près de sept hectares
Alençon, SARTHE pays-de-loire 61000 FR

Situation

À proximité d’Alençon, moins de 15 km du centre-ville ; 200 km du centre de Paris ; 15 km de l’autoroute A28 ; 50 km du Mans, qui a de très bonnes liaisons autoroutières et ferroviaires (gare de Paris-Montparnasse en 55 mn ; aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en 1h45). Des commerces de proximité et restaurants dans les villages alentours. Aux portes du Parc Régional Maine-Normandie et de la majestueuse forêt de Perseigne, le pays du Saosnois compte un important patrimoine religieux bâti. Le territoire est aussi privilégié pour la pratique des sports de nature, randonnées, VTT, équitation. Une offre diversifiée d'activités permet d'en découvrir les paysages et les richesses cachées.

Description

Établi au creux d’un vallon avec vue, à la fois, sur un village rural préservé et la campagne. Le domaine s'étend sur un peu moins de sept hectares de parc, prairies, étang et bois. Une allée plantée de chênes et doublée de hêtres traverse des prairies et longe un bois et accède au logis qui est, de ce fait, immergé dans la nature. La demeure se présente sur sa face nord, côté cour avec, à ses pieds, un parterre de pelouse encadré de deux conséquents corps de bâtiments. Côté jardin, des terrasses aménagées sur trois niveaux ouvrent des perspectives au-delà de la propriété sur une campagne vallonnée. D'un côté de la demeure, proche de la sortie de la cave, un puits maçonné ; de l'autre, un potager et un verger ont été plantés. Un chemin bordé de hêtres descend en une promenade jusqu’à un étang d’une superficie d’environ un hectare. La promenade chemine autour de l’étang sous de beaux arbres et se prolonge jusqu’au bois planté de grands chênes pour s’achever face au logis dans la cour d’entrée. C’est à l’origine un vaste domaine de plus de 70 ha constitué au cours des siècles par une noble famille, négociante en bois tiré de la forêt proche. Le logis achevé sous Louis XV, en 1772, fut construit pour y vivre en noble campagnard. Délaissé en 1838, par l’une des héritières et affecté au logement de fermiers jusqu’en 1987. À partir de 2001, et pendant deux ans et demi, le domaine laissé jusque-là à l’abandon et fortement dégradé a fait l’objet de nombreux travaux sous l'égide de l’architecte des Bâtiments de France. Un effort tout particulier a été porté au respect des matériaux et techniques traditionnels utilisés. Louis Benech, jardinier de renom, a été commandité pour penser et structurer les paysages et redonner un axe à l’ensemble. De titanesques travaux ont été entrepris, enterrement des fluxs, terrassement des abords et chemins, plantations en nombre d’essences diverses s’étageant sur plusieurs niveaux.

Le logis du 18ème siècle

Quasiment orienté nord-sud, le logis affiche une sobre architecture régionale caractéristique des demeures construites au 18ème siècle. De plan rectangulaire, il est de trois niveaux, en partie sur cave. Une toiture à quatre pans est couverte de tuile au petit moule. La zinguerie est de cuivre. Façades enduites à la chaux de composition classique largement ajourées de baies symétriquement réparties. Les baies consistent en fenêtres ou portes à double battant, hautes, avec impostes cintrés au rez–de–chaussée, huisseries à petits bois au premier étage et fenêtres de toit au second couvertes sur leurs côtés de bardeau de châtaignier. Elles ont toutes des volets intérieurs. La lumière étant traversantes, les pièces sont lumineuses. Nombres d’éléments architecturaux remarquables ont été remis en valeur, tel les cheminées Louis XV décorées de motifs végétaux, des portes Louis XV ou des crémones refaites à l’identique, des copies de portes anciennes. D'environ 400 m², le logis abrite en rez-de-chaussée une succession de pièces de réception et une cuisine. Un escalier central « bois et tomettes » et à balustres Louis XIV dessert au premier étage via un large palier desservant trois chambres avec salles de bain, douches et toilettes, garde-robe. L’escalier continue sa progression jusqu’au deuxième étage où un couloir dessert trois chambres et deux salles de douches et toilettes, l'une avec salle de bain.


Rez-de-chaussée
L’entrée avec une porte à double battant ouvre sur un large vestibule. Derrière le grand escalier, la descente intérieure vers la cave. Derrière des portes de style Louis XV, en enfilade, deux grands salons communiquent l’un avec l’autre. Chaque pièce a une cheminée en fonction. Un couloir dessert un cabinet de toilettes, une salle à manger ou bureau avec cheminée et une spacieuse cuisine équipée (Bulthaupt) avec une cheminée en pierre de roussard. Les pièces de réception ont leurs murs enduits à la chaux chanvrée et d'anciennes cheminées en pierre avec des ornements sculptés. Les poutraisons des plafonds parquetés en sous face entre poutres et solives font écho au sol revêtu de tomette des Rairies 15 cm x15 cm posées en diagonale.
Premier étage
L'escalier y conduit. Le palier est large et derrière deux portes, de part et d’autres, il distribue deux espaces de couchage. D'un côté, une spacieuse pièce à usage de garde-robe, à la suite de laquelle une chambre puis une grande salle de bains avec douche et toilettes. De l'autre côté, un couloir dessert deux chambres avec cheminée, chacune avec une salle de bain avec douche et toilettes. Les sols sont parquetés de chêne d’un décor à lame droite sur lambourdes. Les plafonds ont leur poutraison apparente. Volets intérieurs.
Deuxième étage
L’escalier se prolonge jusqu'au deuxième étage et dessert un large palier avec de nombreux placards de rangement. Les combles ont été aménagés. Des éléments de charpente sont apparents. D'un côté, une chambre et une salle d'eau privée avec toilettes ; de l'autre côté, deux chambres avec placards et une salle d'eau avec toilettes. Les sols sont en parquet de chêne à lame droite. Les rampants sont isolés et couverts d’enduits ou de bois en cèdre du Liban.
Les caves
Voûtées et accessibles de l’intérieur, à partir du vestibule, ou de l’extérieur du côté du pignon proche du puits. Elles se composent de trois parties. L’une à usage de chaufferie avec la cuve à fioul, la cuve à eau avec pompe immergée pour l'arrosage du parc et l’adoucisseur d’eau ; une autre, en cellier et lingerie ; la dernière, en cave à vin.

Les bâtiments de dépendance

De part et d’autres de la demeure, orientés est-ouest, l’ensemble des bâtis forme un U. Se faisant face, coiffés d’un toit à quatre pans couvert en tuiles, les deux communs ont leurs murs enduits à la chaux. L’un est à usage de grange, et pour partie de garages. Sous structure poteaux-poutres traditionnels, une charreterie. L’autre commun est aménageable. Deux grandes espaces percés de baies habillées de volets en bois et une troisième faisant office de fournil avec un four à pain en fonction. À l’étage, des fenêtres attendent d'être posées.

Les espaces extérieurs

Ils sont composés d’un bois d'agrément d'une surface approximative d'un hectare, d’un étang de même superficie, d'environ quatre hectares de prairies et de parc, ainsi que d'un verger et des allées totalisant une surface d'environ un hectare. Les paysages du parc sont structurés en différents jardins composés de buis et d’ifs taillés en topiaire. Ils sont plantés d'un grand nombre d’essences diverses s’étageant sur divers niveaux. De belles perspectives s’offrent tout au long des promenades. À l’est et à l’ouest du logis, sont plantés des alignements d'arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, mirabelliers, abricotiers). Les prairies sont libres de toute occupation.

Ce que nous en pensons

L'ensemble architectural témoigne d’une complicité de plus de trois siècles entre une famille et des terres. Le dernier propriétaire s’est donné pour mission de restituer au domaine sa splendeur d’antan par la mise en œuvre de travaux de qualité assortis d’une mise aux normes contemporaines sans nuire à l’équilibre général. C’est en toute quiétude que tout l'ensemble bien équilibré dans sa composition et sa taille peut être transmis. Il subsistera pour les nouveaux détenteurs la possibilité d’y apposer leur marque avec les possibilités d'aménageant de l’un des communs. La situation géographique est d'autant plus commode que l'accès de Paris est très direct. Un lieu idéal pour vivre à la campagne avec la capitale rendue si proche.

Vente en exclusivité

980 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 940783

Surface cadastrale 7 ha
Surface du bâtiment principal 405 m2
Surface des dépendances 414 m2
Nombre de chambres 6

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Sarthe


Catherine Boivin +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus