Aux portes de l'Eure, au confluent de deux rivières, proche de Paris,
un moulin d'époque Louis XIV, son mécanisme et ses logis, sur 3 ha
Dreux, EURE haute-normandie 28100 FR

Situation

Au cœur d'un village à deux pas d'une ville, la propriété est proche d'une gare qui relie facilement Paris. La situation géographique au carrefour de l'Ile-de-France, la Normandie et la région Centre-Val-de-Loire en fait un bassin de vie dynamique avec une population jeune. Des filières performantes et innovantes s'y installent, marqueurs des potentialités régionales. Les commerces de bouche ainsi que les services de proximité et de santé sont rapidement accessibles par la route, transports en commun ou même à pied.

Description

Véritable témoignage d'une politique précoce d'aménagement du territoire, mise en place dès le début du règne personnel de Louis XIV puis appliquée par son ministre Colbert, le « petit moulin » à blé date précisément de 1663. Aux 17ème et 18ème siècles, plusieurs bras de rivière sont canalisés afin de réguler les cours d'eau et permettre la navigation d'embarcations à fond plat et à faible tirant d'eau pour transporter des pondéreux jusqu'à l'Eure et au-delà, vers Rouen. Se situant à la confluence entre deux régions historiques et souvent conflictuelles au Moyen-Âge, le moulin est construit à l'emplacement d'un « limes » romain, véritable espace frontalier marqué physiquement par la présence d'une motte castrale pour contrôler le trafic routier et surtout fluvial, d'une seigneurie à l'autre. Son site majestueux témoigne encore des grands travaux d'une île remblayée pour mettre la bâtisse hors toutes eaux et crues. La propriété, composite, semble être un petit village à elle seule : logis de gardien ou maison d'hôtes, vaste logis d'habitation ayant appartenu à d'antiques seigneurs, dépendances et autres petites maisons le long d'un cours d'eau dans un environnement vallonné. Une route départementale dessert la propriété. Celle-ci s'étend sur un large parcellaire insulaire et de forme triangulaire. Les différents corps de bâtiment se situent à bonne distance du portail. L'accès au logis principal se fait par une pente douce tandis qu'à proximité de l'entrée principale, l'accueil se fait près d'un premier logis de plain-pied. Accolé à celui-ci, une petite serre et un bâtiment couvert en appentis. À proximité de ces premières dépendances, le logis d'habitation. De forme rectangulaire à l'avant, il est marqué d'une forme concave à l'arrière qui en adoucit la rigueur et la linéarité. Derrière le logis, le mécanisme du moulin et son bief. Le logis donne sur l'importante piscine couverte et sur un second bâtiment d'annexe. Opposé au logis, le domaine insulaire : ponts de bois, chemins bordés de rives bordant le cours d'eau, profondes pelouses ouvrant sur mille perspectives fleuries et champêtres.

Le logis d'habitation

Véritable petit manoir, le moulin est coiffé d'une toiture à quatre pans couverte de tuile de pays. Celle-ci est surmontée en façade de deux vigoureux chiens assis et de discrètes lucarnes. Le logis est construit sur deux niveaux et recouvert d'un enduit à l'ancienne de ton ocre. Quatre baies au premier étage, dont trois habillées de volets de bois aux décors en forme de cœur, répondent aux deux mêmes autres baies du rez-de-chaussée. Une vigne vierge court entre les fenêtres aux petits bois. La paire de portes anciennes ouvrant sur la demeure, tiercée et brune, n'est pas sans rappeler la Haute-Époque et les premiers temps du style Louis XIII. Sa rigueur est tempérée par des ferrures aux allures de moucharabieh, conférant à la vigoureuse bâtisse des allures de petit château des débuts du 17ème siècle.


Rez-de-chaussée
L'entrée se fait directement par la salle de séjour, vaste pièce maîtresse : dallage rappelant les pierres de monastère au sol et qui fait écho aux larges poutraisons cérusées de gris-blanc. Décorée de flambeaux, la salle est d'une atmosphère toute moyenâgeuse et oriente les regards au fond de la pièce sur une imposante cheminée de pierre blanche, la brique rouge du manteau et les bois vernis apportant chaleur à l'ensemble. Bordée par un escalier de chêne, la cheminée est un témoignage de l'époque où, sur le modèle de l'« Aula » médiévale, la pièce de séjour était aussi la salle d'apparat, là même où tout se passait. Un cellier et des toilettes complètent le niveau. Plus loin, une vaste cuisine et son annexe présentent la singulière particularité d'être le cœur du moulin : mécanisme complexe et innovant où la tradition se mêle à la modernité : l'anatomie de l'appareillage se complète par une vitre posée au sol laissant apercevoir sous les pieds le sinueux cheminement de l'eau du moulin à son bief. Un bureau prolonge l'espace et une véranda ouvre une perspective sur les canaux du moulin.
Premier étage
La surface au sol est de 130 m² environ. Un escalier de chêne accède à un palier éclairé par une fenêtre. Deux spacieuses chambres dont l'une se prolonge jusqu'à un solarium. Celui-ci permet d'admirer de tous côtés l'ensemble des logis et ses jardins. Dans le sens opposé, le palier donne accède à un vaste bureau au mur de placards en boiseries et de style louis XV puis à une troisième chambre au décor japonisant. Deux toilettes et deux salles de douche complètent l'ensemble tandis que du côté de cette chambre, un autre escalier de chêne accède au salon côté cheminée.
Deuxième étage
Sous combles, il n'a rien à envier aux autres espaces de la maison. Posées sur un parquet droit aux tons chauds, les trois chambres et la salle de jeux aux poutraisons d'un léger gris poudré dégagent une ambiance chatoyante que des lustres à pampilles de style Louis XV viennent décorer. Une autre salle de bain et ses toilettes complètent le niveau.
Maison de gardien
De même facture que la maison principale, la première dépendance fait suite au portail de la propriété. Une porte vitrée ouvre sur deux niveaux d'habitation. Un des pignons de la façade de la maison est précédé d'un puits de pierre avec sa potence en fer forgé : macramé, jardinières et pots fleuris aux mille couleurs habillent l'ensemble. C'est une ambiance extérieure bucolique qui se dégage, tandis que l'intérieur du pavillon marque de vastes espaces et des éléments décoratifs de qualité : une grande salle de séjour habillée d'une imposante cheminée en pierre blanche de type « Renaissance », une confortable cuisine, une vaste chambre et tous les éléments de confort nécessaires. Un remarquable escalier de chêne tourné apporte une touche Louis XIII à l'ensemble et débouche sur une mezzanine ainsi qu'une chambre aux placards de boiseries galbés.
La piscine
Une piscine dans des tons bleu-turquoise au centre d'une pelouse près des différents corps de bâtiment. Son armature moderne au toit ouvrant et son eau chauffée. Le bâtiment annexe composé de trois espaces : le local piscine, une douche et un singulier espace aménagé en sauna finlandais. L'ensemble, moderne et du meilleur goût, s'intègre délicatement aux espaces plus anciens de la propriété.
Grange
Un dernier bâtiment de caractère ménage à son tour certaines surprises : au rez-de-chaussée, un vaste espace aux solides poutraisons de chêne fait office de grange. Dans la seconde moitié du 20ème siècle, celle-ci était fréquentée par quelques personnalités de renom. Plus loin, un bureau et une cave à vin. À l'étage, une mezzanine avec vue dégagée sur le rez-de-chaussée. Un atelier et un abri de jardin terminent cet ensemble. Par ailleurs, la façade sud de la dépendance est équipée de panneaux photovoltaïques dont la production permet une rentabilité appréciable. Une petite serre près d'un mur où court une vigne apportent une touche toute bucolique à ce tableau d'ensemble.
Le parc
Sur plus de trois hectares, ce sont des chemins sinueux qu'auraient volontiers fréquentés les héros de l'Antiquité tant ces espaces, chimériques, et construits par touche, donnent le sentiment d'un « ailleurs ». Nul doute qu'au Ier siècle avant J.-C.,alors que le site est déjà fréquenté par les Gaulois Durocasses, les divinités celtes ont dû, dans ce lieu, disputer la primauté aux nymphes romaines. L'ensemble est en effet propice à la poésie et à la méditation. Chemins d'eau, prairies arborées, ponts de bois et jardins japonisants. Ici, tout sourit à « Gaia Promantis » : la terre féconde y ayant donné ses plus belles essences : cèdre, magnolia, aulnes, charmes, lauriers et rosiers à foison. Un verger apporte la récolte de cerises, prunes et poires. Ici et là, la présence de chevaux.

Ce que nous en pensons

« Dieu fluvial riant de l'eau qui le chatouille » écrivait Henri de Régnier dans le Mercure Galant à propos des « Jeux d'eau », merveille pianistique composée par Maurice Ravel en 1901. Cet éloge s'accorde si bien à ce petit domaine et à son environnement où de nombreuses personnalités sont venues s'établir au siècle dernier. Les curiosités n'en finissent pas puisque le logis d'habitation intègre lui-même le cœur de cette machinerie savante et inventive. Pourtant, l'eau est sage et bien apprivoisée en tous lieux du domaine. C'est la quiétude qui règne ici, jalousement gardée par les équidés qui complètent le tableau bucolique dont l'eau est l'élément central.

Vente en exclusivité

1 011 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 650886

Surface cadastrale 3 ha 66 a 12 ca
Surface du bâtiment principal 355 m2
Nombre de chambres 7
Surface des dépendances 102 m2
dont aménagées102

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Maintenon


Olivier Borget +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus