maison de village à vendre dans le lot - collonges-la-rouge

Dans le nord du Lot, une ancienne manufacture de confection
avec magasin, ateliers et maison d'habitation

Situation

À 2h15 de Bordeaux et 1h45 de Toulouse, au carrefour touristique du Haut-Quercy, de la Basse Corrèze et du Périgord Noir, la région est parmi les plus appréciées de France tant pour sa richesse environnementale que pour son patrimoine historique ou la qualité de sa gastronomie. La position est privilégiée pour découvrir la vallée de la Dordogne (classée Grand Site national), celles du Lot et du Célé, le parc des Grands Causses, les villages médiévaux de Martel, Carennac, Collonges-la-Rouge ou Rocamadour, les gouffres, dont celui de Padirac, ainsi que d'innombrables châteaux. Le centre-ville de Brive-la-Gaillarde (aéroport international et desserte ferroviaire) est à une vingtaine de minutes. La ville, dynamique, est située à la croisée des autoroutes A20 (Paris-Toulouse) et A89 (Lyon- Bordeaux).

Description

L'établissement se tient au coeur d'un village disposant de toutes les commodités. Idéalement placé pour être vu de toutes parts, à la croisée de deux routes, et à une centaine de mètres de la gare permettant de rallier les villes de Brive, Figeac, Rodez, ou encore Aurillac. C'est l'arrivée du chemin de fer, au début du siècle dernier, qui permit la création et le développement de la commune à partir de 1912. Devenue au fil des ans un véritable pôle d'attraction, on y trouva bientôt des commerces en nombre, mais aussi des bars et des restaurants, des établissements de négoce, des professions libérales, ainsi que des industries de transformation. En 1934 fut ouverte la manufacture de confection Vauzou . L'édifice est l'oeuvre de l'architecte Louis Macary, dont plusieurs ouvrages ont été reconnus pour leur qualité et protégés par les Monuments Historiques, comme l'hôtel de la Truffe Noire à Brive. En 1944, l'entreprise compte une cinquantaine d'employés et envoie sa production dans sept départements. Si sa notoriété ne fera que s'accroître au fil des ans, la maison Vauzou devra toutefois mettre un terme à ses activités de confection en 1987. Pour échapper à la crise du textile, elle a capitalise sur la distribution tout en diversifiant sa marchandise. Le magasin restera ouvert jusqu'en 2014.
Solidement construit en béton, paré de grès régional, l'édifice s'élève sur quatre niveaux (dont un sous-sol et des combles partiellement aménagés). Couvert par des toitures en ardoise à deux pans ajourées, ou à la Mansart avec de hautes lucarnes, l'ouvrage se compose de deux corps mitoyens distincts placés en retour d'équerre : le logis et son extension professionnelle avec magasin et anciens ateliers. Au premier, le toit de l'une des grandes salles de vente sert pour partie de terrasse à certaines chambres de l'habitation. Une aire de stationnement privative fermée par un large portail , ainsi qu'un petit jardin accompagnent l'ensemble.

La maison d'habitation

L'architecture du logis emprunte certains codes du bon goût des années 30, époque de sa construction. Les façades sont sobres, percées par de nombreuses ouvertures (à l'ouest), dont certaines en plein cintre, agrémentées ça et là de petits balcons accompagnés d'un beau travail de ferronnerie.
Les intérieurs à restaurer n'en demeurent pas moins agréables. Les pièces sont de bonnes dimensions et bien éclairées. Le bâti ne souffre d'aucun problème de structure. La décoration est celle d'une autre époque, tout comme les installations (plomberie, électricité, chauffage), qui n'en restent pas moins fonctionnelles.
Le hall d'entrée distribue tant les pièces de vie du rez-de-chaussée que la grande salle de vente du magasin. Les étages sont desservis par un bel escalier en bois demi-tournant avec paliers. La plupart des sols sont en parquets (droits, à points-de-Hongrie), ou en carrelage d'époque. Le rez-de-chaussée comprend un salon, une salle à manger, une cuisine, et des toilettes. Aux étages : 8 chambres équipées de cabinets de toilette (dont certaines ouvertes sur une terrasse ou un balcon), une salle de bain, deux pièces à aménager, et des toilettes. Un grenier aménageable complète l'ensemble.


Rez-de-chaussée
Le hall d'entrée distribue tant les pièces de vie du rez-de-chaussée que la grande salle de vente du magasin. Les étages sont desservis par un bel escalier en bois demi-tournant avec paliers. Les sols sont en parquets (droit et à points-de-Hongrie), ou en carrelage d'époque.
Le petit jardin arrière est accessible par la cuisine et la salle à manger.
Premier étage
Le palier et un long couloir distribuent l'ensemble des pièces du niveau. Six sont actuellement des chambres, toutes parquetées, équipées de cabinets de toilette, et notamment éclairées par de grandes portes fenêtres. Cinq d'entre elles s'ouvrent d'ailleurs sur le toit-terrasse du magasin, la sixième sur un balcon. Une grande salle de bain à trois entrées (sol en carrelage d'époque), des toilettes, et un débarras complètent l'ensemble.
Deuxième étage
À ce niveau également, le palier et un long couloir distribuent l'ensemble des pièces. Deux chambres sont parquetées et équipées de cabinets de toilette. Celle donnant sur la façade ouest est éclairée par une élégante baie en plein cintre prolongée par un balcon doté d'un garde-corps en fer forgé de style Art déco. Deux pièces percées de hautes lucarnes restent à aménager. L’extrémité nord du couloir s'ouvre sur un important grenier aménageable, lui aussi éclairé de hautes lucarnes, dont la charpente à la Mansart mériterait d'être exposée.

L'ancienne manufacture

Placé en extension et en équerre du logis, le bâtiment abrite les ateliers et les salles d'exposition. D'aspect plus austère, il dispose toutefois de nombreuses baies vitrées, notamment au nord comme en clin d'oeil à la mode de l'atelier d'artiste des années 20 et 30 qui se trouvait en ville sous forme de duplex. C'est également dans cette façade que l'on trouve les entrées secondaires de la manufacture donnant accès aux ateliers, dont le garage aménagé pour la réparation des véhicules.
L'entrée principale est située à l'ouest. Elle dessert la grande salle de vente du rez-de-chaussée (185 m2 environ). Trois grandes baies vitrées permettent de l'éclairer. L'atmosphère du lieu est encore celle d'autrefois. Le sol recouvert de lino cache l'ancien parquet plus difficile à entretenir. Sur la gauche de l'entrée, un bureau. À l'autre extrémité, l'ancienne pièce dévolue au reprisage, ainsi que celle qui servait à l'accueil et à l'encaissement. Un escalier droit en bois donne accès à l'ancien atelier de couture (196 m2 environ) situé au premier étage. Un autre escalier en bois demi-tournant à palier dessert directement le second niveau où se trouvent les autres salles d'exposition.
L'ancien atelier de couture est largement éclairé par les grandes baies vitrées des façades ouest et nord. Le sol est couvert d'un parquet droit de qualité qu'il faudrait juste raviver. Dans l'après-guerre, vêtements de travail et habits «fantaisie» étaient coupés et cousus au rythme soutenu de deux cent cinquante chemises par jour. Un escalier droit dessert le rez-de-jardin autrefois dévolu aux expéditions et aux livraisons.
A l'étage supérieur se succèdent quatre salles d'exposition semblables à celles du rez-de-chaussée (35 m2, 97 m2, 100 m2, 85 m2 environ). La lumière est apportée par les toitures ajourées et les grandes baies vitrées. Les sols sont couverts par un carrelage d'époque, par du lino, ou encore un parquet droit.

Ce que nous en pensons

La maison a été bien dessinée en deux parties pour intégrer le magasin et la manufacture bien conçue et bâtie au profit d'une marque dont le nom raisonne encore dans la mémoire collective de la région. L'ensemble figurera sûrement dans l'inventaire du patrimoine industriel remarquable du Lot. Longtemps lié à une enseigne de qualité, le lieu en reste une à lui tout seul : le projet qui sera développé ici en bénéficiera immédiatement. Avec l'atout essentiel d'une excellente desserte en train, par la route ou même par avion.

Vente en exclusivité

350 000 € Honoraires de négociation inclus
320 000 € Honoraires exclus
Honoraires de 9.38% TTC à la charge de l'acquéreur


Voir le Barème d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 850990

Surface cadastrale 1015 m2
Surface du bâtiment principal 295 m2
Surface des dépendances 824 m2

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Périgord, Limousin, Quercy

Ilan Libert       +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus