manoir à vendre bretagne tregor

En Bretagne, au cœur d'un village, à vingt minutes de la mer,
une commanderie de Templier, son logis-porche du 15ème siècle et son manoir du 18ème
Guingamp, COTES-D'ARMOR bretagne 22200 FR

Situation

Situé au nord immédiat de la RN12, qu'on n'entend pas davantage qu'on ne la voit, et qui relie Paris à Brest et à égale distance de Lannion, Guingamp et Morlaix, les trois principales villes touristiques et économiques de l'historique Trégor. Bourgade vivante, agrémentée des commerces et services du quotidien. Gare TGV à neuf minutes ; la mer et ses plages, à vingt minutes.

Description

La propriété fut tout d'abord une commanderie de Templiers dans sa partie la plus ancienne, et près de quatre-cents ans après, demeure de l'illustre général Le Bouedec. Ce dernier s'illustra dans la Campagne d'Orient (1849), puis en tant que commandant du camp de Conlie (1870). Il participa au premier pont aérien de l'histoire (en montgolfière) entre Paris et Tours lors du siège de la capitale en 1871. Une épopée qui le mena avec deux camarades, à près de 5.000 m d'altitude, record absolu de l'époque. Ce manoir fut son camp retranché où il vint prendre du repos et terminer sa vie.
Devenue domaine de la famille actuelle en 1909, elle fut à l'époque achetée à un descendant du général. La bâtisse et son porche cachent, sans qu'il n'y paraisse, un parc des plus bucoliques (près de 9.000 m2). Un jardinet agrémenté d'un puits et d'une auge gigantesque, autrefois lieu d'une vie sociale intense, dégage agréablement la façade ouest donnant sur la rue. Face à face, le caractéristique enclos paroissial et le manoir se saluent. Entre les deux, une petite ruelle paisible.
D'un côté, le logis-porche du 15ème siècle, comprenant une porte cochère accostée d'un guichet, le tout couvert de rouge, chose peu banale en Trégor ; de l'autre, le manoir du 18ème siècle à l'architecture aussi peu vernaculaire. L'ensemble du bâti et ses jardins sont entièrement clos de murs en moellon de granit.

Le bâtiment dans son ensemble

Il dissimule sa forme en retour d'équerre dans la cour pour surprendre le visiteur par une harmonie cachée alors que la façade d'un bloc dans la ruelle en impose.
Le logis-porche, dans le prolongement du manoir, avec sa couverture en tuile rouge et sa façade caractéristique du 15ème siècle, avec ses portes en arc plein cintre et brisée, allège délicatement l'ensemble.
Ce couple atypique : le manoir et le logis-porche, séduit au premier coup d'oeil. Tout pourrait les opposer alors que les opposés s'attirent, aussi en architecture.

Le manoir

Vue de la rue, sa façade présente un bloc de toiture aux pans asymétriques. Le pignon semble plus ancien que la façade, de par ses fenêtres chanfreinées. Se devine la présence, jadis, de volets de bois.


Rez-de-chaussée
La porte d'entrée se découvre dans l'angle de l'équerre, du côté parc, à côté d'une remarquable fenêtre en accolade. Elle ouvre sur une cuisine avec cheminée monumentale. Des figures mystérieuses ornent encore, autant qu'elles le peuvent, les corbeaux des jambages. Qui sont-elles pour avoir été ainsi maltraitées au temps de la Révolution ?
Le vestibule présente un bel escalier en bois. Deux portes accèdent, l'une à un petit boudoir ; la seconde à la salle à manger et son salon en enfilade. Tous deux sont ornés de boiseries remarquables avec des médaillons insérés. Minerve déesse de la stratégie (de bon aloi pour la demeure d'un illustre général), semble contempler la période Renaissance, d'Anne de Bretagne à Henri IV en passant par François Ier.
Premier étage
Sa disposition s'avère bien venue pour agencer la plus grande chambre avec sa propre salle de bains. Deux autres chambres se partageront une salle d'eau commune située entre elles.
Des hauteurs de plafond élevées donnent beaucoup de volume et d'ampleur à cet étage.
Deuxième étage
Sous combles, ce niveau se prête aisément à toute sorte d'aménagement : espace unique, pièces séparées.

Le logis-porche

Il est un élément essentiel de la propriété, tant par son authenticité que par son utilité. La porte-charretière en plein cintre est large, à deux vantaux et a sous clef la hauteur d'un chariot très chargé. Elle ouvre sur le parc du manoir, et une fois celle-ci passée, plus aucun vis-à-vis. Ce porche est flanqué d'une porte piétonne en arc brisé, qui rappelle une poterne, la propriété étant entièrement ceinte de murs. Les pilastres qui l'entourent, polis par le temps, rappellent les portes travaillées des chapelles Renaissance de la région. Le logis se prêterait aussi à d'autres aménagements.

Le belvédère

Comme il se doit, il est le lieu d'où se dégage une perspective particulièrement remarquable. Cas exceptionnel : ici, c'est d'une tour que la vue doit être considérée.

La remise

Elle se situe au milieu du parc, d'une taille moyenne avec une cave et un petit grenier. Cet espace sert à l'entreposage de fruits, de vins, de légumes du potager etc. La transformer en maison secondaire demeure une possibilité.

La grange

Sur une base en pierre de granit et des murs en bois, elle est accolée à un des côtés du manoir.

Les divers jardins

Ils se découvrent dès le passage du porche, et étalent de suite une végétation luxuriante et prometteuse. Le bois, le jardin du haut et le jardin du bas, constituent le parc de la propriété. Les deux jardins sont séparés par un muret de pierre. C'est ici que le Général Le Bouedec avait choisi d'installer un souvenir de l'une de ses campagnes d'Orient. On devine un visage sculpté dans une pierre, plantée sur un promontoire. Une recherche s'imposerait pour découvrir les origines de cette pièce.

Ce que nous en pensons

Par sa situation d'abord, enchassé dans le village comme dans l'histoire, cet ensemble de bâti surprend. La diversité des éléments architecturaux et décoratifs datant d'époque diverses forment pourtant un ensemble harmonieux : il en va jusqu'aux interrupteurs électriques des années trente, de la même couleur brune que les chambranles. Authentique témoignage d'une noblesse campagnarde, ici bretonne, où les milieux sociaux dans leur variété ne cesse jamais de communiquer profondément par le terroir, cette propriété est vraiment un tout qu'on embrasse comme le fait le village.

268 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 658977

Surface cadastrale 8342 m2
Surface du bâtiment principal 208 m2
Surface des dépendances 150 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Guingamp et Sa Région


Jérôme Masson       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus