Dans le Calvados, au commencement de la Brêche au Diable,
un romantique manoir des 16e et 17e s. bordé par une rivière
Potigny, CALVADOS basse-normandie 14420 FR

Situation

A 30 km au sud de Caen, la propriété est en bordure de la plaine, adossée à un coteau. Paris se rejoint en 2h par le train de la gare de Caen avec de nombreuses liaisons quotidiennes. Par la route, l'accès à l'A13 part de la capitale normande et le trajet est d'environ 2h30. Falaise, avec lycées et grandes infrastructures, est à 6 km. Le premier village, avec beaucoup de commerces de proximité et de services, est à 3 km.

Description

Dans la campagne, entre champs et prés, le chemin d'accès est une impasse. Il longe les murs d'une grange et aboutit à l'entrée fermée par un portail. Un double garage est à proximité. Une allée conduit au manoir, en position dominante, entouré de vastes pelouses. La propriété est bordée au sud par la rivière qui alimente un étang et au nord par une parcelle boisée qui remonte jusqu'au plateau. Elle s'étend sur une surface d'environ trois hectares.

Le manoir

Édifié au 16ème siècle sur trois niveaux, deux extensions de chaque côté ont été ajoutées au 17ème siècle. Puis, un pavillon à pan de bois a été flanqué dans l'alignement de la construction au 19ème siècle. Le manoir est construit en moellons de pierre, les encadrements des ouvertures et les chaînes d'angle en pierre de Caen. Les toitures, à deux pans et quatre pans à égout légèrement retroussé pour le pavillon, sont recouvertes de tuiles plates. La façade principale, orientée au sud, est percée au rez-de-chaussée de hautes baies, certaines sont des portes-fenêtres. La porte d'entrée est surmontée d'une archivolte. Deux baies du premier étage et trois lucarnes sont remarquables par leur fronton triangulaire mouluré décoré de trois pinacles.


Rez-de-chaussée
La porte d'entrée ouvre sur un vestibule dallé de pierre de Caen à l'extrémité duquel l'escalier en vis en pierre grimpe vers les deux étages. A ce niveau, les plafonds ont été peints et les poutres coffrées. Les sols sont soit carrelés, soit parquetés ou recouverts de dalles de pierre. Le vestibule donne accès d'un côté à un dégagement qui dessert une arrière-cuisine avec une salle d'eau et toilettes et la cuisine à l'extrémité du manoir. Elle est éclairée par trois baies et une porte-fenêtre. De l'autre côté, quatre pièces sont en enfilade. Une salle à manger avec lambris de soubassement et cheminée en marbre dont les piedroits sont sculptés, un salon d'hiver avec une grande cheminée en pierre, baie et porte-fenêtre, une bibliothèque avec baie et porte-fenêtre et enfin, un vaste salon, situé dans le pavillon, avec lambris de soubassement et largement éclairé par trois larges baies. Une cheminée en marbre a été placée dans un angle.
Premier étage
Les sols de cet étage sont faits d'un parquet de lames droites naturel ou peint. Les plafonds sont le plus souvent de couleur claire et parfois les poutres et solives sont apparentes. L'escalier en vis débouche sur un palier qui dessert d'un côté une antichambre avec deux ouvertures vers deux chambres dont l'une avec un point d'eau et, de l'autre, un long couloir, le long de la façade arrière, qui dessert successivement une salle de bains, deux chambres, une seconde salle de bains et la dernière vaste chambre logée dans le pavillon. Les salles de bains communiquent à chaque fois avec deux chambres. Une porte dans le couloir ouvre sur des toilettes et un escalier qui rejoint le salon situé dans le pavillon au rez-de-chaussée.
Combles
Seule la partie correspondant au corps de logis du 16ème siècle a été aménagée. A chaque extrémité, une porte ouvre sur deux greniers avec charpente apparente. L'escalier en vis débouche sur une pièce palière avec salle d'eau et toilettes. Une porte ouvre sur un grand couloir qui dessert deux chambres, éclairées par les lucarnes à fronton, dont l'une avec un point d'eau.

Les dépendances

Elles sont situées de part et d'autre du portail d'entrée. Elles sont construites en moellons de pierre et leur toiture est couverte de tuiles mécaniques. L'une, sur deux niveaux, est à usage de double garage. L'autre est une grange composée de deux bâtiments accolés. Le sol est en terre battue.

Le jardin

Il est composé majoritairement de grandes surfaces enherbées parsemées de petites allées, de grands arbres caractéristiques comme un cèdre, un hêtre pourpre, un majestueux saule pleureur, un liquidambar, des magnolias, un ginkgo biloba, des chênes et d'autres. Une piscine bien dissimulée par des massifs arbustifs précède une rangée de vénérables pommiers. Partout des massifs de fleurs se sont épanouis et ressemés. Les rosiers sont nombreux et les grimpants ont colonisé la façade principale du manoir. Le Laizon borde une grande partie de la propriété et alimente l'étang avec son île. C'est en quatre mots, le royaume du jardinier. A l'arrière du manoir, en remontant vers le coteau, deux piles de pierre supportent une grille qui ouvre sur un chemin. Celui-ci sépare la partie jardin de la partie boisée qui remonte jusqu'au plateau. C'est une jolie promenade qui descend vers la Brêche au Diable et le Laizon qui s'écoule en cascade. De majestueux blocs de grès poussent entre les arbres.

Ce que nous en pensons

Les témoins d'une occupation plusieurs fois millénaire sont nombreux, jusqu'au pied de la propriété. Cependant, c'est le début du 19ème siècle qui est le plus marquant. Outre l'étang, avec son île et la promenade qui l'entoure, les allées fleuries, l'inclination décidément anglaise qui a été donnée au jardin, le manoir a abrité les amours d'une actrice de la Comédie Française qui a côtoyé Olympe de Gouges et autre Fabre d’Églantine. Elle a donné son nom au point culminant de cette Brêche au Diable où son tombeau sculpté par Lesueur domine l'à-pic de la gorge située à l'arrière de la propriété. Le manoir, quant à lui, semble enchâssé au creux du vallon. La lumière qui s'en dégage est accentuée par la couleur des arbres en arrière-plan. Les courbes du jardin sont douces. L'inspiration dans la nature, l'histoire et les passions humaines sont en ce lieu la définition même du romantisme.

810 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 364565

Surface cadastrale 3 ha 6 a 50 ca
Surface du bâtiment principal 440 m2
Nombre de chambres 5
Surface des dépendances 186 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Caen et sa région


Yann Campion +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus