Surplombant la vallée préservée du Léguer, en Basse-Bretagne,
un château du début du 19ème, et ses origines improbables
Paimpol, COTES-D'ARMOR bretagne 22500 FR

Situation

La vallée du Léguer, paradis des pêcheurs et des randonneurs, s'est vue décerner il y a peu le label européen « Site Rivière Sauvage ». Ce petit fleuve côtier de l'ouest de la France, qui coule dans le Trégor en Bretagne, est un cours d'eau à saumon, mélange d'eau douce et d'eau de mer. Son embouchure, fréquentée depuis le néolithique, est un paysage valloné et verdoyant. C'est sur l'une des hauteurs qui la bordent que notre château a vu le jour dans les premières années du dix-neuvième siècle, tout près d'un ancien manoir caractéristique du seizième siècle, logis seigneurial. En pleine nature, les plages de sable fin sont à vingt-cinq minutes de route alors qu'une gare TGV fort bien desservie n'est qu'à dix minutes.

Description

Le lieu est qualifié de « château », car il s'agit d'une demeure de plaisance, séparé des servitudes et parties agricoles. Il est isolé dans la campagne ; seule une ancienne métairie du début du dix-septième siècle est proche. Il s'agit là probablement du manoir primitif. Les parcelles qui cernent la résidence seigneuriale sont d'assez grandes dimensions comparées à celles entourant les manoirs à fonction agricole, communs sur ce territoire. Elles traduisent une action de concentration inaccoutumée des terres autour du domaine manorial ce qui fait que le genre de ce petit château est exceptionnel. Jardins et vergers sont reconnaissables sur le cadastre ancien et conforte l'idée d'une ambition de grandeur omniprésente lors de l'élaboration du domaine. L'entrée à piliers est flanquée d'une chapelle. De type à cour fermée, la propriété comprend un grand corps de logis de style classique construit en pierre de taille de moyen appareil. Sept travées sont présentes et percées d'ouvertures régulières. Un perron précède la porte d'entrée du corps central, légèrement saillant. Le décor est souligné par des chaînes d'angle formant pilastres terminés par des chapiteaux, des bandeaux saillants ainsi que par une belle corniche moulurée en égout de toiture équipée d'anneaux en fer forgé. La façade arrière est épaulée par une tour carré coiffée en pavillon, de construction très récente, et stylistiquement authentique.

Le château

Sur trois niveaux à réhabiliter, les volumes et les surfaces sont vastes. La restauration aura, entre autres, permis une mise hors d'eau, hors d'aire du logis. L'agencement des pièces de chacun des niveaux à conservé son plan d'origine.


Rez-de-chaussée
Une fois passé la porte d'entrée sur perron, le vestibule ouvre sur un imposant escalier en bois. Une porte d'accès à la cour fermée fait face. D'un côté, un salon flanqué d'une cheminée monumentale en pierre de taille portant un écu vide encadré de deux anges, surmonté d'une mitre d'abbé ; de l'autre, une vaste salle de réception et son antichambre. Des sanitaires récents ont été installés dans la tour carrée attenante.
Premier étage
Sept chambres occupent le premier niveau. Cinq sur la façade sud, une sur chaque pignon, aucune au nord. Elles se jouxtent le long d'un palier lumineux.
Deuxième étage
Sous comble, la présence d'entrées hautes sous toit le rendent aménageable. La charpente est à poinçons épaulés de contre-fiches en forme de calice. Deux ailes distinctes sont séparées par un mur se refend. Dans l'aile ouest, une petite cheminée de pierre.

La Chapelle

Le petit édifice religieux du quinzième siècle, en pierre de taille est surmonté d'un clocher. Les ouvertures de style gothique flamboyant sont intactes. Deux portes et des vitraux.

La maison du gardien

À l'angle de la cour fermée, une maison en trapèze irrégulier, comme prise dans le mur d'enceinte, semble monter la garde, tout près d'un porche. Probable logis d'un gardien naguère, elle est aujourd'hui aménageable sur trois niveaux, sous une charpente et une couverture de restauration très récente. Quelques travaux de maçonnerie sont à prévoir.


Rez-de-chaussée
Une petite cheminée
Premier étage
De cet étage ne subsiste plus que les tirants. Le plancher est à reconstituer.
Deuxième étage
Sous comble, la vue sera à exploiter. Elle dominera au dessus du mur d'enceinte totalement remanié très récemment et en parfait état.

Le four à pain

Faisant face à la chapelle, caché au fond d'une cheminée dans une dépendance, il est orné d'un quadrilobe. On y devine également le blason de la Maison de Coëtmen-Penthièvre. Une famille de haute noblesse de Bretagne, issue en ligne directe des comtes de Rennes, et éteinte dans la maison de Rougé au milieu du dix-huitième siècle.

Ce que nous en pensons

Il y eut les « folies » des années trente, ce château et sa chapelle sont une folie du tout début dix-neuvième siècle. La surprise ne manquera pas de suivre lorsque la visite vous fera découvrir la véritable origine de cette propriété. Au vingt-et-unième siècle, saurions nous seulement encore bâtir un tel ensemble si nous le souhaitions ? et surtout, avec les moyens et conditions de l'époque.

530 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 244928

Surface cadastrale 10181 m2
Surface du bâtiment principal 395 m2
Surface des dépendances 150 m2

Responsable régional
Côte de Granit Rose - Trégor


Jérôme Masson       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plus