Dans la cité d'Avranches, à quinze minutes des plages,
un manoir du 12ème siècle classé MH avec son jardin clos de murs
Avranches, MANCHE basse-normandie 50300 FR

Situation

Avranches, cité historique de la Manche, est intimement liée au Mont-Saint-Michel qui lui fait face (trente minutes de route). La cité balnéaire de Granville est également à trente minutes. Saint-Malo et Rennes sont accessibles en moins d’une heure. En centre-ville d’Avranches, à quelques pas de la Basilique Saint-Gervais et du Jardin des Plantes qui ouvre un panorama sur la baie du Mont-Saint-Michel. Le manoir est à la fois au calme dans le quartier de la haute ville et tout proche de la vie citadine avec toutes ses facilités (commerces, écoles etc.).

Description

Sur les hauteurs de la ville, en surplomb d’une petite place, un portail en arc plein-cintre à voussure se dessine dans un haut mur de pierre derrière lequel se devine la large frondaison d’un sycomore. La porte cochère à imposte fixe ouvre sur une cour gravillonnée prolongée d'un jardin. Ce vaste enclos urbain, où minéral et végétal se partagent l’espace, donne au regard le recul nécessaire pour embrasser l’imposante façade du manoir. Cette grande et haute bâtisse est couverte d’ardoise, les baies à linteaux dessinant des arcs surbaissés caractéristiques de la seconde moitié du dix-huitième siècle rythment la façade de granit. L’impression dominante est celle d’un bâtiment à l’architecture résolument moderne. Pourtant derrière cette sobre façade se cache le dernier grand édifice médiéval d’Avranches construit au douzième siècle. Jusqu’à la Révolution Française, l’édifice était le siège du doyenné d’Avranches. Le doyen présidait le chapitre. Toutefois, l’édifice ne fut pas toujours la résidence des doyens. En 1790, l’édifice est mis en vente comme bien national. Sous la terreur, en 1793, le cellier sert de maison d’arrêt et c’est vraisemblablement là que tout ou partie de l’aristocratie locale fut enfermée avant d’être expédiée vers Paris pour y être guillotinée. Durant la Seconde Guerre Mondiale, le grand doyenné joue également un rôle important dans l’histoire locale. En effet, craignant les dégâts que pourrait causer un conflit armé avec l’Allemagne sur le fond important de livres anciens de la bibliothèque d’Avranches, il est décidé de mettre à l’abri ce dernier dans le cellier du doyenné. Après les bombardements, le cellier devient un refuge pour les sinistrés. L’ensemble manoir et parcelle d’assiette est classé MH.

Le manoir

D’une surface habitable d’environ 500 m², il mesure plus de vingt-huit mètres de longueur sur environ quatorze mètres en largeur et plus de vingt mètres de hauteur. Extérieurement, sa physionomie n’a pas évolué depuis le douzième siècle, conservant son emprise au sol et son volume initial intact. Les deux pignons sont dentelés par un étroit escalier de pierre que coiffe la haute toiture couverte d’ardoise. L'escalier qui prend son départ dans le cellier se prolongeait autrefois sur toute la longueur du mur nord par un exigu chemin de ronde. Du haut de ses restes, la vue est imprenable sur la campagne environnante et, notamment sur l’estuaire de la Sée. Au nord, la façade d'environ 2,26 m d’épaisseur, à l’appareillage en opus incertain de moellon granitique, rythmée par cinq contreforts plats et très peu saillants n’a pas été modifiée tandis que la façade sud ouvrant sur le jardin a été reconstruite au dix-huitième siècle et probablement diminuée de moitié à cette occasion pour ne faire que 75 cm d’épaisseur. La nouvelle façade sur deux niveaux est alors organisée selon sept travées de baies qui laissent deviner aisément la disposition intérieure des pièces caractéristiques du Siècle des Lumières.


Les caves
Elles sont accessibles intérieurement par un escalier et extérieurement sur la façade nord par une large porte cochère. Cette salle basse romane voûtée d’arêtes a des proportions peu communes, mesurant environ 22,65 m de longueur sur 9,40 m de largeur pour une hauteur de 4,20 m sous voûte. Elle est divisée en deux salles. Trois piliers maçonnés de plan carré reçoivent la retombée du voûtement. Un tailloir épais et fort saillant au profil en quart de boudin couronne chacun de ces piliers. Élément essentiel de la vie domestique, un bassin alimenté par une source d’eau naturelle et potable. Sur le pignon est, une ouverture dans la tour où un escalier en pierre accède au départ de l’ancien chemin de ronde au niveau du toit. En vis de Saint-Gilles, technique mise en œuvre jusqu’au treizième siècle, cet escalier permit de corroborer la date de construction de l’édifice au douzième siècle. Historiquement, cette salle basse fut dès son origine utilisée comme cellier et assurait la conservation des denrées. Dans un premier temps, vitrine de la richesse de ses seigneurs le cellier devient ensuite réserve des doyens qui y remisent leurs biens en nature, productions des terres environnantes dont, notamment, le vin. Dans cet espace se trouve actuellement la chaudière au fioul.
Rez-de-jardin
Sur la façade sud, la porte d’entrée ouvre sur un large vestibule avec le départ d'un escalier en chêne. D'un côté, un couloir menant à la porte de la cave et à celle de la cuisine dont la grande cheminée du seizème siècle en granit fait face à une fenêtre donnant sur le Mont-Saint-Michel. Dans le prolongement de la cuisine, une petite salle à manger et une véranda. De l'autre côté, une double porte moulurée, surmontée d’un panneau en bois sculpté à décor de putti, accède à un vestibule à usage de bureau. Ce vestibule distribue et accède à la salle à manger, à la bibliothèque et au grand salon. Dans la salle à manger, en face de la cheminée, un buffet de boiserie mouluré. Cette pièce communique d’un côté, à l’arrière cuisine et de l’autre, à la bibliothèque. La bibliothèque est une grande et longue salle décorée par un papier peint des années 1930 à motif floral parsemé d’oiseaux bleus. Dans le prolongement de la bibliothèque, une pièce à usage de garde-robe et une chambre. Le grand salon sur parquet en chêne est éclairé par une baie et une porte-fenêtre ouvrant sur le jardin. Une cheminée en marbre gris veiné de blanc. Une porte accède à une chambre, dite « chambre du doyen ». Cette pièce a conservé ses boiseries du dix-huitième siècle et son alcôve à moulures chantournées avec en son sommet une coquille sculptée de style rocaille. Une porte donne accès à une salle d’eau avec douche et toilettes.
Premier étage
L’escalier de chêne avec sa rampe de fer forgé conduit jusqu’à un premier palier (demi-niveau). Une porte donne sur un couloir, aménagé dans l’épaisseur du mur du pignon, menant à une chambre avec salle de bain et toilettes. Au palier supérieur, une porte ouvre sur une pièce garde-robe dont les murs sont occupés par deux rangées de grands placards aux portes moulurées. Cet espace de rangement sert également de pièce de distribution vers les différentes chambres ; une première porte accède à une chambre avec salle de douche et balcon donnant sur la vallée de la Sée, une seconde à une deuxième chambre avec cheminée, une troisième porte ouvre sur l’escalier du grenier, une quatrième mène à un couloir. Ce couloir distribue d'un côté, une grande chambre avec salle de bain et toilettes et de l'autre, une salle de bains et deux plus petites chambres éclairées par des fenêtres prenant place au sommet des anciennes baies ogivales de la façade nord.
Combles
Ils sont constitués d’un seul et grand grenier coiffant l’ensemble de la surface du manoir. La charpente date du seizième siècle. Elle est divisée en sept fermes de huit mètres de haut.

Le jardin

D’une superficie d’environ 1200 m², il se divise en quatre espaces distincts. Le premier, auquel on accède en entrant dans la propriété, est une cour gravillonnée ombragée par un tilleul et un érable sycomore. Un préau permet d’abriter deux véhicules. Un petit muret en pierre délimite cette cour. Deux piliers de pierre marquent l’entrée d’un premier jardin ; deux parterres de pelouse symétriques entre lesquelles s’épanouissent des rosiers grimpants font face au grand salon. En surplomb, un second espace du jardin représente l’emplacement de l’ancien logis seigneurial du douzième siècle aujourd’hui détruit. Enfin, le long du pignon, à l’emplacement du petit doyenné détruit au dix-huitième siècle, un troisième jardin clos de murs ; un escalier accède à une porte donnant sur la rue en contrebas.

La dépendance

Un petit bâtiment se situant à côté du portail d’entrée avec accès indépendant sur la rue fait partie de la propriété. Il se compose de cinq pièces à usage de bureaux.

Ce que nous en pensons

De loin, la situation d'Avranches a quelque chose de surprenant ; la ville est perchée au sommet d'une colline escarpée. Le visiteur qui découvre le grand doyenné, l'un des derniers représentants du passé médiéval de la cité, émergeant au-dessus des constructions voisines, est agréablement surpris par le contraste entre des éléments bien présents du douzième siècle et ceux d'un confortable hôtel du Siècle des Lumières. Prenant le temps de s'asseoir sous les voûtes de la salle basse ou s'appuyant contre les poutres de la charpente, l'hésitation serait grande, de devoir choisir entre ces deux lieux, un « refuge » au tumulte de la vie d'aujourd'hui. La majestueuse salle basse répondant dans un écho à l’impressionnante charpente qui la coiffe, ce bâtiment et ses neuf siècles d’histoire nous donnent ainsi comme à la fois des « racines » et des « ailes ».

985 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 904334

Surface cadastrale 1700 m2
Nombre de chambres 8
Surface du bâtiment principal 500 m2

Responsable régional
Ouest des pays de Rennes et de Broceliande


Lucie Riaux +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus