monument historique à vendre près de montpellier

Pas très loin de Montpellier , environné par 400 ha de nature,
un prieuré de la fin du 12e s. classé MH
Lodève, HERAULT languedoc-roussillon 34700 FR

Situation

A une heure de Montpellier (aéroport, TGV), en pleine nature , avec vue dominante jusqu'à la mer, l'horizon. Le climat est méditerranéen.

Description

Dans un paisible cadre inchangé de collines boisées s’inclinant vers le sud de point de vue panoramique en point de vue panoramique, le lieu a mérité plusieurs labels comme "site d'exception en Languedoc" et "chemins historiques du Languedoc-Roussillon". L'histoire a laissé ici ses marques depuis les temps les plus reculés. Sur ce plateau de grès, à 430 m d'altitude, des traces d'occupation remontent au néolithique, il y a 5000 ans. A partir du douzième siècle, des moines édifièrent le prieuré à peu près tel qu'il subsiste aujourd'hui.
Au 19e s. la propriété devint un domaine viticole et agricole, ce qui nécessita l'aménagement des dépendances, des changements d'affectation (ainsi l'église servit de chai), et la transformation de l'aile sud et du premier étage du prieuré en résidence.

Le prieuré

Fondé en 1126, il est le mieux conservé et le plus complet de cet ordre monastique dont il respecte le parti pris de sobriété dans son architecture sans fioriture. Les bâtiments sont élevés en grès extrait sur place et couverts de tuile. Ils s'ordonnent autour du cloître de plan carré du début du 13e s., aux colonnettes jumelées alternant avec des piles rectangulaires recevant les retombées d'arcs géminés et en plein cintre. Trois des galeries sont couvertes de voûtes sur croisées d'ogives.
Au nord l'église de la fin du 12e s. a remplacé la chapelle primitive. Elle est à nef unique voûtée en berceau sensiblement brisé avec abside semi-circulaire en cul-de-four, éclairée par trois hautes fenêtres. Son acoustique est remarquable. Contre le mur nord une chapelle indépendante fut ajoutée en 1335.
A l'ouest la salle d’accueil des hôtes, du 13e s., est gothique avec croisées d'ogives.
A l'est salle capitulaire et cellier voûtés ne sont plus séparés par un mur de refend depuis le 19e s. et forment donc une seule pièce.
Au sud, cuisine et ancien réfectoire, et accès au premier étage par un large escalier créé au 19e s.

Le premier étage, qui totalise 310 m², a été transformé en résidence au 19e. Il a besoin de travaux de restauration et d'aménagements. Les voûtes subsistent en grande partie. Sur trois côtés se répartissent sept pièces principales souvent voûtées et avec cheminée. Les sols sont anciens. Les terrasses du cloître sont accessibles de ce niveau, et côté sud, deux portes-fenêtres donnent sur une terrasse de 42 m² avec vue sur l'esplanade des marronniers et le parc.

Les dépendances

Séparées de la façade ouest du prieuré par une grande cour triangulaire, les deux principales dépendances aux longues façades sur deux niveaux servaient autrefois aux activités agricoles et de bergeries. Construites en pierre en partie revêtue d'enduit, à toitures en tuile, elles se rejoignent pour former un V.
Dans le premier bâtiment, de plus de 300 m², le rez-de-chaussée, ancienne bergerie, sert de salle de réception avec restaurant et cuisine, tandis que d'autres pièces sont inoccupées. Au premier étage deux appartements à usage de logements, dont un d'environ 80 m² comprenant salle de séjour, cuisine, deux chambres et salle d'eau, est occupé par les gardiens. Le second, d'un peu plus de 50 m², se répartit entre une salle de séjour avec cuisine et deux chambres.
Dans le second bâtiment, d'environ 730 m², communiquant avec la salle de restaurant, le rez-de-chaussée est notamment consacré à un bureau, un espace d'accueil et une salle de réunion. A l'étage l'aménagement de chambres d’hostellerie est à peine entamé sur environ 313 m². Un appartement à réhabiliter de 60 m² environ se trouve à l'extrémité.
Du côté de l'arrivée, un dernier bâtiment de 120 m² environ sur deux niveaux avec ateliers au rez-de-chaussée et ancien appartement à l'étage.
Bien que l'ensemble ait été toujours entretenu, des travaux sont à prévoir pour parfaire l'utilisation de ces bâtiments qui représentent 1170 m2.

Parc paysager, dolmens, mégalithes et plan d'eau

Entourant les bâtiments et s’étendant vers le sud, 32 hectares clôturés, d’où émergent de très vieux arbres, protègent des cervidés. Deux dolmens intacts, datant du néolithique, sont classés MH ainsi qu'un ensemble de mégalithes rituels et des sarcophages wisigoths eux aussi taillés dans la pierre.
Face à l'aile est du prieuré un harmonieux plan d'eau alimenté par une source, tout à fait inattendu ici, s'étend sur environ 8000 m2, avec île reliée par un pont.
A proximité de la façade sud subsiste l'ancien vivier dévolu à l'élevage de carpes à l'époque monastique.

Les bois

330 hectares environ de forêts, de bois et de landes, ont fait l'objet d'un plan simple de gestion datant de 1997, d'une durée de 20 ans. Ils sont bien desservis par chemins et pistes. Les principales essences sont le chêne pubescent, le chêne vert, le pin noir d'Autriche, le pin Laricio de Corse, le pin Laricio de Calabre, le pin pignon, le pin maritime, et le cèdre de l'Atlas.
La couverture en landes fait approximativement 50 hectares.

Les terres labourables

Environ 60 hectares de terres labourables sont répartis sur le domaine. Certaines, il n'y a pas si longtemps, étaient plantées en vignes dans une zone d’appellation actuelle "Terrasses du Larzac". Les parties basses de la propriété peuvent convenir également à la culture de l'olivier.

Ce que nous en pensons

L'intérêt du lieu est inscrit dans la pierre : dolmens et mégalithes témoignent d'une occupation dès le néolithique. Il n'y a d'ailleurs aucune raison de dénier à nos lointains ancêtres un goût esthétique affûté : le site est d'une époustouflante beauté. La vue le prolonge jusqu'à la mer et l'horizon sur le moutonnement du relief. Cinq siècles de présence monastique ont laissé un ensemble de bâtiments, religieux et agricoles, d'une sobriété, d'une puissance, d'une vérité en un sens, qui impressionnent et émeuvent. Il ressort de la nef de l'église une sorte de perfection. Autant dire tout le parti, notamment touristique, qui peut être tiré de ces constructions classées MH mais aussi de l'immense domaine. La culture de la vigne pourrait renaître, celle de l'olivier faire son apparition tandis que l'exploitation de la forêt promet un bon rapport. Le vaste plan d'eau, alimenté par une source, dans cet environnement méditerranéen, est une bénédiction supplémentaire.

4 346 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 261987

Surface cadastrale 394 ha 13 a 64 ca
Surface du bâtiment principal 1084 m2
Surface des dépendances 1171 m2

Responsable régional
Gard


Regis Senseby       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus