Dans l'Oise, à 1h30 de Paris,
une ancienne abbaye cistercienne (1 540 m2)
Beauvais, OISE picardie 60000 FR

Situation

Paris est à 1h30 heure par l’A16. Beauvais, son aéroport ainsi que sa gare qui met la capitale à 1h15, est à 25 km. Les côtes de la Manche sont à une heure de route ; Rouen, à 72 km ; le premier bourg avec les commerces de proximité, à quatre minutes. C’est un lieu bucolique demeurant proche des facilités citadines. C'est une région de bocage, favorable aux herbages pour l'élevage bovin. La partie du pays de Bray où se situe cette ancienne abbaye se situe dans l'Oise et appartient historiquement au Beauvaisis, plus précisément dans le pays de Bray picard.

Description

Fondée en 1134 au creux d’une petite vallée, vendue comme Bien National à la Révolution, cette riche abbaye cistercienne fut fortement démantelée, essentiellement par la destruction de l'église abbatiale et du cloître au dix-neuvième siècle. Il ne subsiste aujourd'hui que le réfectoire et les constructions attenantes. Deux pavillons à l'extrémité concave encadrant un porche monumental accueillent le visiteur. Une fois franchi la grande grille, des bâtiments du dix-huitième siècle, en brique et pierre correspondent, d’après les historiens, aux lieux où vivaient les moines. Ils encadrent une cour gravillonnée. En face, la perspective d’une campagne bocagère avec une rivière qui longe la propriété. Un pont médiéval l’enjambe et rejoint un vieux moulin à eau.
Cette ancienne abbaye fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments Historiques. Cette protection concerne principalement l'entrée monumentale, les anciens bâtiments réguliers datant du dix-huitième siècle, et les vestiges du moulin abbatial.

Le porche d'entrée

D’architecture classique, le porche est un des rares éléments du dix-huitième siècle resté intact. L'entrée est encadrée par deux pilastres en pierre de taille, avec une arcade en plein cintre, et surmonté d'un fronton triangulaire d'où la décoration centrale semble avoir disparu, une grille en fer forgé. Cette grille est chapeautée par une ferronnerie de style Louis XV, elle se situe au milieu d’une composition en demi-lune faite de vieille brique rehaussé par un parement en pierre. Au sol, de vieux pavés, et sur chaque bord, accolé aux murs, deux bancs de pierre.

Les derniers bâtiments conventuels

Ils se composent de deux ailes situées de part et d’autre du porche d’entrée et développent au total une superficie approximative de 1.540 m2 de plancher. La pureté des lignes, l'économie des matériaux et la simplicité du plan d'ensemble caractérisent bien ce lieu comme toute architecture cistercienne. La robustesse de la construction se juge à l’épaisseur des murs (environ un mètre).
D’un côté de l’entrée se dressent les bâtiments d’habitation du propriétaire actuel qui se prolongent par des espaces à aménager, le tout sur une surface d’environ 600 m2. Les façades sont rythmées par quatre travées de pierre dont les deux dernières se composent d’arcades en plein cintre englobant les fenêtres hautes et basses. Le toit à la Mansart est imposant puisqu’il est, peu ou prou, de la même hauteur que la façade. Il est couvert d’ardoise et de petite tuile. Dans le prolongement, en retour d’équerre, l'ancien réfectoire.
De l’autre coté de la grande cour s’élèvent les bâtiments de service d’une superficie approximative de 634 m2. La façade se caractérise principalement par une large verrière rendant lumineux un grand atelier qui abritait l’activité d’un menuisier.

L'intérieur du bâtiment d'habitation

Un soin particulier a été apporté à la restauration de ce qui est désormais une demeure où le confort le dispute au respect de la structure d'origine.


Rez-de-chaussée
L’habitation actuelle a été pensée pour y vivre au quotidien dans un confort contemporain. Au rez-de-chaussée, la lumière traversante grâce à des fenêtres donnant côté porche et côté jardin éclaire les pièces de séjour en hiver comme en été. Deux portes d’entrée accèdent au logis, soit par la cuisine, soit par le salon. La pièce qui constitue le cœur du logis est la cuisine avec un îlot central et surtout avec un poêle à bois qui chauffe l’ensemble de la maison et complète ainsi le chauffage électrique. Dans la salle de réception, une cheminée et de vieilles poutres. Dans le prolongement du salon, de grandes pièces sont à aménager dont une salle voûtée correspondant à l’ancien réfectoire des moines.
Premier étage
Un palier central et un long dégagement desservent trois chambres. Toutes leurs fenêtres donnent sur le jardin. Elles ont certes gagné en confort par rapport au temps des moines et les poutres son toujours présentes. L’une d’elles ouvre sur un petit balcon situé sous l’arcade. Là aussi, comme au rez-de-chaussée, de grands espaces sont prêts à être aménagés.
Deuxième étage
Un escalier en bois accède à ce dernier niveau, au plancher d’une surface de plus de 200 m2 sous une immémoriale charpente de chêne.

Le jardin

Le jardin est le prolongement naturel des bâtiments. Il est visible de toutes les fenêtres. Différentes essences d’arbres et de fleurs sont disposées d'une façon qui rappelle les jardins du Kent. La présence de grands pins conserve en hiver une touche d'un ton vert. Une pâture appartenant à la propriété prolonge la perspective vers la campagne environnante. Sur un des côtés, le regard se perd dans l’ancien bois des moines.

Ce que nous en pensons

Un lieu qui a été martyrisé, brisé par les événements, presque disparu mais c’est un lieu où flotte encore une âme qu’on peut définir en un mot : la dignité. Les cisterciens savaient créer un tel ressenti avec leurs bâtiments. Ici, en s’appropriant le style du dix-huitième siècle, ils ont su conserver leur « marque de fabrique » : des bâtiments droits et majestueux. Ces derniers bâtiments rescapés ne demandent qu'à être réhabilités.
En bref, une belle campagne, la proximité de Paris et des côtes normandes : les éléments pour un vrai projet tel un havre de paix pour des artistes en résidence, un restaurant étoilé pour amateur de bonne table, des chambres d’hôtes pour parisiens en quête de verdure, de l’événementiel, un lieu de réception, ou tout simplement un lieu de résidence.

682 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 511106

Surface cadastrale 14900 m2
Surface du bâtiment principal 880 m2
Surface des dépendances 660 m2
Nombre de chambres 3

Responsable régional
Pays du Valois


Jérôme Ferchaud +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus