Au nord d'Uzès, sur les bords de la Cèze,
un ancien moulin du Moyen-Âge, entouré de bois et prairies
Uzès, GARD languedoc-roussillon 30700 FR

Situation

À trente-cinq minutes d'Uzès, vingt minutes des axes autoroutiers, à quarante-cinq minutes d'Avignon (gare TGV), une heure de Nîmes (gare TGV et aéroport). Au bord de la Cèze et à deux pas de la Roque-sur-Cèze classé parmi les beaux villages de France et des illustres « Cascade du Sautadet ».

Description

Jusqu’à la Révolution, les moines de la chartreuse de Valbonne (fondée au 12ème siècle quelques lieues plus au nord) exploitaient un important moulin bladier (à blé) et un foulon (laine et peaux), situé en aval des chutes du Sautadet à l'extrémité méridionale d'un méandre de la Cèze (affluent du Rhône prenant sa source dans les Cévennes).
Le moulin des chartreux était entouré de plusieurs hectares de terres, où ils cultivaient alors le blé, les oliviers et la vigne. La propriété actuelle s'étend toujours sur près de six hectares d'un seul tenant.
Contournée au nord par une étroite voie réservée à quelques riverains, elle dispose de deux accès clos de hautes grilles, l'un au cœur des bois au levant et l'autre au couchant s'ouvrant sur de vastes prairies.
Les bâtiments ayant résisté aux caprices des eaux et du temps sont composés de deux corps distincts, d'une part le moulin et d'autre part un bâti jadis à usage d'atelier et d'entrepôt. La déclivité du terrain naturel a été façonnée en restanques soutenues par d'importants murs en pierre de taille. Le moulin, bâti sur la rive gauche de la Cèze, perpendiculairement au rivage, s'élève sur quatre niveaux ; de la berge jusqu'aux terres cultivées qui s'étendent au nord. Le second bâtiment de deux niveaux est implanté à bonne distance du cours d'eau, le long de la deuxième restanque. L'ensemble bâti entoure aujourd'hui une cour orientée au sud et agréablement ombragée, délimitée en parties occidentale et septentrionale par les deux corps de bâtiment.

Le moulin

Le moulin est une haute construction quadrangulaire issue de plusieurs phases de constructions, bâtie dans un axe nord/sud. Les élévations en calcaires de surface simplement équarris sur une face sont percées de jours en partie basse et de baies alignées aux niveaux supérieurs. La couverture de tuile canal est divisée en deux toitures à trois pans suivant deux altitudes distinctes. Moult fois modifié au fil des siècles, suivant les évolutions technologiques, le moulin témoigne de deux périodes de fonctionnement, la première étant antérieure au 17e siècle. Les constructions étaient alors en retrait de la berge et le moulin était équipé d'une roue à aube (montée sur un arbre à came horizontal). Le seconde phase (clairement perceptible sur les élévations est et ouest qui portent la trace de coups de sabre) témoigne d'une extension enjambant la berge, accueillant un mécanisme à rodet (roue horizontale dont l'arbre vertical transmet directement la force motrice aux meules) dont il subsiste encore quelques éléments.


Niveau inférieur 1
La partie basse du moulin contient encore une haute salle voûtée en berceau contenant encore une meule. Le canal bâti parallèlement au cours d'eau est encore partiellement visible et alimentait deux bouches équipées d'un trop-plein contre le soubassement ouest du moulin. L'eau canalisée s'engouffrait sous la salle dans la partie « humide », entraînant la rotation du rodet qui alimentait la meuble de la salle supérieure. Elle ressortait du moulin en aval pour rejoindre le cours d'eau. Des aménagements contenus dans la restanque se prolongeant à l'est indiquent un possible usage simultané du canal pour actionner un autre mécanisme dont il ne subsiste en revanche plus d'éléments suffisants pour en connaître la nature précise.
Les caves
Deux caves constituent un demi-niveau entre la salle contenant les meules et le rez-de-rivière en-dessus. Elles ont dû connaître un usage lorsque le moulin était équipé d'une roue à aube. L'accès se fait par par deux portes percées en aval du cours. Salles de faible hauteur entièrement voûtées en berceau, elle ont aujourd'hui fonction de remises et sont éclairées chacune par une étroite baie au couchant.
Rez-de-rivière
Contrairement aux parties basses du moulin, le rez-de-rivière dispose d'accès en amont et en aval du cours d'eau. Ce niveau se situe au-dessus de celui des crues de la Cèze. Au couchant, une porte accède à un premier appartement bâti dans la partie nord du moulin sur trois niveaux (rez-de-rivière, rez-de-chaussée et combles). Un deuxième appartement, contenu quant à lui dans la partie sud du moulin, est accessible par deux portes percées à l'est face à la cour formée par le moulin et le second corps de bâtiment. Il est largement éclairé par des baies orientées au sud, à l'est et à l'ouest. Au couchant, une terrasse ouvre une perspective dégagée sur la rivière et, au loin, sur les collines de la Cèze. Les trois logements sont indépendants les uns des autres et disposent chacun d'une cuisine, d'un séjour avec cheminée, de plusieurs chambres à coucher, de salles d'eau et de cabinets de toilette.
Rez-de-chaussée
L'avant dernier niveau du moulin constitue un rez-de-chaussée de plain-pied avec les terres qui s'étendent au nord. Ce niveau est également celui de la chaussée reliant les deux accès à la propriété. Il contient d'une part les étages supérieurs des deux appartements accessibles depuis de rez-de-rivière ; d'autre part, l'accès au troisième logement de deux étages, contenu dans la partie nord du moulin.
Combles
Les pièces aménagées sous les combles de la partie nord se rattachent à deux des trois appartements du moulin. L'appartement du rez-de-rivière y dispose de plusieurs chambres à coucher orientées à l'ouest et au nord, tandis que le logement accessible depuis le rez-de-chaussée s'y prolonge également par une suite de chambres ainsi qu'une terrasse de toit percée dans le couvert orientée au levant.

Le corps de bâtiment secondaire

Bâti en suivant un axe est-ouest contre la butte le long de la deuxième restanque surplombant la Cèze, ce corps attenant au moulin témoigne comme son voisin de plusieurs phases de construction. Implanté au droit du moulin et séparé de ce dernier par un étroit chemin en pente reliant le terrain supérieur et la terrasse au rez-de-rivière, ce bâtiment secondaire (possible atelier ou destiné au remisage) est aujourd'hui aménagé en trois logements distincts. Accessibles soit au sud depuis le rez-de-rivière, soit au nord par le rez-de-chaussée, ces trois appartements ayant chacun une salle de séjour avec cheminée, une cuisine, plusieurs chambres à coucher, salles d'eau et cabinets de toilette, se développent sur les deux niveaux du bâtiment. Sa couverture à deux pans asymétriques avec un long-pan à l'ouest et son pendant plus court à l'est forme deux pignons au nord et au sud. La façade méridionale qui s'élève sur les deux niveaux est percée d'ouvertures (arcade, portes-fenêtre et petites baies) sans préoccupation d'alignement. Le pignon nord reprenant un niveau unique en raison du terrain naturel surélevé est percé selon un ordonnancement sensiblement similaire.
L'élévation sud conserve encore la trace de deux cadrans solaires, ayant malheureusement perdu leurs axes. En partie haute de la façade, la table du premier (et le plus grand) est pratiquement effacée, tandis que le second (de taille plus petite), placé à l'extrémité orientale de la façade, est encore clairement lisible.

Les terres et les bois

Le moulin est entouré de 5,8 hectare de terres et de bois. Les terres sont situées sur la partie haute du terrain, suivant la pente naturelle de la limite nord de la propriété jusqu'aux boisements qui suivent et recouvrent entièrement les berges de la Cèze. Vastes prairies, plantées de quelques oliviers, lauriers et autres essences méditerranéennes, les versants fertiles de la Cèze constituent une réserve foncière importante qui pourrait aisément être cultivée (vignes, oliviers, lavandes, etc.).
Les bois occupant les berges de la rivière accueillent une végétation exubérante appréciant les milieux frais et humides : frênes, peupliers, aulnes, saules forment ici une ripisylve constituant un refuge pour une faune protégée (notamment le castor et le faucon hobereau).

Les berges et les plages de galets

La propriété, qui longe le cours d'eau sur plus de six cents mètres, dispose en divers points de plages de galets, abritées des regards et à peine troublées à la belle saison par quelques baigneurs. La plus vaste s'étend sur une cinquantaine de mètres.

La piscine

Au nord-est du moulin, à mi-hauteur d'une prairie à la pente adoucie, la propriété possède une piscine (16 m x 6,5 m) bordée par une construction d'un niveau ayant un vaste auvent ainsi que des pièces techniques et destinés à l'intendance de la propriété.

Ce que nous en pensons

« Deus sive Natura » (en latin : « Dieu sinon la nature »), expression de René Descartes, reprise par Baruch Spinoza prend ici un sens particulier par la relation que l'homme et la nature ont entretenu au fil des siècles. La nature lui a offert sur ces rivages tout ce de quoi il avait besoin. Le génie humain, parfois heurté par celle qui lui rappelait ses lois, s'y est illustré à travers une innovation sans cesse renouvelée et source de prospérité. Aujourd'hui, ce moulin témoin d'un âge d'or, coule des jours paisibles, à l'écart des vicissitudes contemporaines et à peine troublés par l'attrait touristique des lieux. Le moulin mériterait une valorisation de sa fonction originelle tout en poursuivant son usage actuel d'accueil moyennant quelques travaux de rafraîchissement. Il offria à qui saura en jouir, le bonheur et la contemplation d'un luxe impalpable : l'espace.

1 595 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 761236

Surface cadastrale 5 ha 69 a 6 ca
Surface du bâtiment principal 855 m2
Nombre de chambres 19

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Uzès et sa région


Ménélik Plojoux +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus