Dans un hameau en pleine nature de la petite Toscane du Lot-et-Garonne,
une maison de maître et ses communs

Nérac, LOT-ET-GARONNE aquitaine 47600 FR
Aquitaine

Situation

A la limite du Lot-et-Garonne et du Gers, une petite route sans autre issue mène à la propriété. Elle fait partie de ces hameaux très anciens caractéristiques de la Gascogne : un habitat rural groupé autour de la maison de maître.
Son cadre naturel, son passé, ses coutumes populaires ont donné toutes ses lettres de noblesse au village proche dont une tradition multiséculaire a fait l'incontestable capitale mondiale des menteurs...
A une dizaine de kilomètres seulement, une cité du Gers est célèbre pour son armagnac et son patrimoine.
La ville d'Agen, équidistante de Bordeaux et Toulouse, est à une trentaine de kilomètres, et concentre tous les réseaux de communication : aérien pour Paris, ferré avec le TGV et autoroutier avec l'A62.

Description

Le nom que porte la propriété raconte son histoire : ce pays d’habitat dispersé était composé de hameaux regroupés, comme ici, autour de fermes-châteaux. Les communs actuels en faisaient sans doute partie. La maison de maître fut greffée, au 19ème s., sur un noyau plus ancien. L’ensemble des bâtiments est entouré d’un vieux mur de pierre qui surplombe le chemin d’accès et fait le tour d’un jardin. Dans la partie la plus étendue, au nord, poussent quelques beaux arbres : pin parasol, micocoulier, arbre de Judée, cognassier…Une haute grille ouvragée entre des piliers de pierre donne accès à cet espace clos qui semble hors du temps.

La maison de maître

La façade principale est en pierre couverte d’un enduit ocre. L’ordonnance est classique : un large perron aux marches de pierre, une porte d’entrée à deux battants avec une fenêtre de chaque côté. Un vaste hall au plafond droit, présentant 3 petites rosaces centrales où étaient fixés, autrefois, des lustres, a un sol couvert d’un damier de carreaux de la Gironde anciens, beiges et roses. Quatre portes à double battant se font face, à gauche et à droite. Au fond, deux portes à un battant séparées par un panneau central donnent l’une sur une penderie, l’autre sur la cage d’escalier et l’accès à la cuisine. Tous les plafonds de ce niveau sont droits et plâtrés.


Rez-de-chaussée
A gauche, donnant sur le hall par une double porte, un salon a un sol recouvert de carreaux de marbre et un plafond traversé par deux poutres plâtrées elles aussi. Deux fenêtres ouvrent l’une à l’ouest et l’autre au sud. Le mur nord est orné d'une cheminée de marbre noir en état de fonctionnement avec deux placards profonds de part et d’autre. Celui de gauche réserve un petit passage vers la salle à manger qui suit.
Du même côté que le salon, avec lequel elle communique ainsi, la salle à manger ouvre sur le hall par une porte à double battant. Le sol est carrelé de marbre comme celui du salon. Sur le mur sud une cheminée au manteau de bois à motifs Directoire, avec des placards de chaque côté. Une porte-fenêtre vers l’ouest, dont les vitres sont prises dans des boiseries en accolade, donne sur le jardin et reçoit la lumière des couchers de soleil.
A l’opposé du salon dans le hall et fermée par une porte à double battant, une chambre indépendante, sur un plancher à lames droites, est éclairée par une fenêtre au sud. Les dimensions de la pièce ont été modifiées pour ménager la place d'une salle de bain prise sur toute la profondeur. Une cheminée de marbre se retrouve excentrée sur le mur nord, laissant à gauche l'espace d'un grand placard. La salle de bain, avec baignoire et lavabo, est carrelée de marbre et est tournée vers l’ouest.
Dernière pièce donnant sur le hall par sa porte à double battant face à la salle à manger, la bibliothèque regarde l'est. Le plancher est droit, en bois clair et le plafond est décoré d'une rosace centrale. Sur le mur sud, une grande cheminée de marbre gris a un décor de gypseries Directoire. A sa gauche, des planches formant une bibliothèque et à droite, un grand placard.
Communicant avec la bibliothèque, une petite chambre au même plancher à lames droites. Une petite porte-fenêtre s'ouvre à l’est. En face, à l’ouest, se trouve la porte d'une grande salle de bain au sol carrelé de marbre et équipée d’une baignoire et d’un double lavabo. Un accès à une grande penderie-réserve au sol en carreaux de terre cuite permet de rejoindre le hall d’entrée.
Sur le même mur de fond du hall, la deuxième porte est celle de la cage de l'escalier qui mène à l’étage et de l'accès à la cuisine. Des toilettes éclairées par une petite fenêtre ont trouvé leur place en angle sous l’escalier. La cuisine, à gauche, ferme cet angle nord-ouest de la maison. Le sol est couvert de terres cuites récentes. Les murs sont en pierre apparente. Sur le mur occidental, une grande et ancienne cheminée de pierre est divisée en deux afin de laisser la place d'un insert. Les plans de travail ont été placés en angle, et l’évier sous la fenêtre au nord qui donne sur le jardin. Un grand placard fermé par des portes anciennes a été créé sur le mur sud. Une porte-fenêtre ouvre à l'ouest sur le jardin. Dans l’angle au nord une porte mène à l’arrière cuisine-buanderie. Le sol est identique à celui de la cuisine et le plafond recouvert de frisette. Le vieil évier de pierre a été conservé. Là se trouve aussi la chaudière.
Premier étage
L’escalier de bois part du petit vestibule suivant le vaste hall d’entrée. Les marches sont en bois clair et les balustres peints. Il donne sur un palier distribuant une chambre au plancher à lames droites, au plafond droit et plâtré. Une fenêtre au nord a vue sur la ferme-château voisine. De part et d’autre de la porte un grand placard dressing et des toilettes.
Dans l’angle du palier une salle de douche carrelée de bleu a aussi vue sur le château. En bout de palier, une autre chambre au plancher à lames droites et au plafond droit. La fenêtre, à l’ouest, donne sur le jardin.
Au fond du palier au sud une porte ouvre sur un large dégagement commandant deux chambres de part et d’autre et un débarras en angle, qui sont encore dans la partie maison de maître. Curieusement, un couloir très étroit sépare, de part et d’autre, les quatre chambres et les paliers qui les commandent : un sas-boyau astucieux dans lequel ont été placés les canalisations et les câbles EDF.
Dans cette seconde partie, les murs ont été doublés d'un matériau isolant et les sols recouverts de lino sur plancher en aggloméré. Elle comprend une chambre avec une petite fenêtre carrée à l’ouest et un plafond droit avec ferme apparente; à l’opposé, une chambre qui surplombe le jardin à l'est avec le même plafond droit à ferme apparente. Un œil-de-bœuf donne sur le jardin. Le conduit de l’ancienne cheminée a été laissé apparent avec son appareil de briquettes. La partie terminale de cet étage est composé d’une grande salle de jeux et d’une dernière chambre.
Une pièce centrale de grande dimension qui fait aussi office de lingerie a longtemps été destinée aux jeux des enfants. Plafond sous la pente du toit et deux œils-de-bœuf au sud. A l’est, une pièce étroite fait toute la longueur du mur. Le chauffe-eau électrique y a été installé. Avec sa fenêtre à l’est, cette partie pourrait devenir une agréable salle de bain.
La dernière chambre de cet étage, sur moquette, est contiguë à la salle de jeux. Dans l’angle, la belle structure de la ferme est apparente. Là aussi, le conduit de l’ancienne cheminée apporte son décor de briquettes. Un œil-de-bœuf donne au sud et une fenêtre à l’ouest.

Les dépendances

En entrant dans la propriété, un long corps de bâtiment ferme la cour d’arrivée. Il est composé, en enfilade, d’un pigeonnier, d'un chai, d'un garage et d'un bureau. Les murs de l’ensemble sont recouverts d’un vieil enduit chaux et sable ocre clair. Cette partie semble plus ancienne que la maison de maître.
La haute porte du pigeonnier, sous un arc, donne sur une vaste pièce au sol présentant un passage de grosses pierres. Une partie cimentée devait correspondre à l’écurie. Un plafond aux grosses poutres soutient un plancher…à consolider. Le chai a une porte du même type. C'est une pièce au sol en pierre et terre battue. Les poutres du plafond portent un plancher. Un escalier de bois, vétuste, monte à l’étage.
Le garage qui vient ensuite ouvre sur la cour par une haute porte à deux battants. L'arc en anse de panier est daté 1790. Le sol est en terre battue et le plafond à poutres et solives. Un demi-étage a été édifié, à gauche. Le tout est en mauvais état.
Un bureau termine cette aile de communs. La porte d’accès et les marches de pierre qui y mènent se trouvent sur le mur de refend au nord. Au sol un plancher à larges lames rustiques. Le plafond plâtré, dégradé, laisse apparaître le bacula. Deux hautes fenêtres à petits carreaux se font face. La pièce serait à restaurer.
Au fond du jardin, adossée au mur d’enceinte, une serre ne demande qu’à revivre. La porte-fenêtre est encadrée de deux fenêtres qui donnent beaucoup de lumière à la pièce à vocation d’orangerie. Le sol est en terre battue. Le toit a été refait récemment.
Sur le côté, un puits et un petit bassin ovale bordé de grosses pierres assurent l’arrosage du jardin.
Un ensemble de communs tout en longueur est accolé à la maison principale. Un passage traversant sépare le séchoir du poulailler. Le séchoir a conservé son four à pain (traditionnel dans ces hameaux) et sa haute cheminée. Le sol est en terre battue. Un escalier de bois donne accès à une grande pièce au sol en plancher de bois brut. La ferme est apparente sous le toit de tuiles plates. A cet étage, une haute porte à deux battants donnant sur l’arrière a conservé la poulie qui servait à monter les sacs de grain. Un accès condamné permettait de rejoindre une chambre à l’étage de la maison principale.
Le poulailler donne sur la cour d’arrivée. Les petites marches de pierre formant comme une échelle vers le niveau supérieur sont encore visibles. A l’intérieur, greffées dans le mur, des niches de pierre semblent avoir eu une fonction de couvoir.
Adossée au mur d’enceinte, une ancienne porcherie laisse encore apparaître les encoches où se trouvaient les auges.

Ce que nous en pensons

En pleine nature, la maison est aussi valorisée par le patrimoine régional, à commencer par l'ancien château gascon proche. Elle a la taille d'être le cocon d'une grande famille. Les vastes communs à restaurer donnent aussi des idées d'activités d'accueil amplement justifiées par l'intérêt touristique de la contrée. Les nouveaux occupants seront sensibles à l'accord entre simplicité et qualité qui se dégage des lieux.

530 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 232860

Surface cadastrale 4585 m2
Surface du bâtiment principal 360 m2
Surface des dépendances 260 m2

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Lot-et-garonne

Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus