demeures à vendre - lot-et-garonne - au confluent du lot et de la garonne

Au confluent du Lot et de la Garonne,grande maison de ville du 19ème et son jardin

Agen, LOT-ET-GARONNE aquitaine 47000 FR
Aquitaine

Situation

Située près du centre historique d’une bastide du 13ème siècle, au confluent du Lot et de la Garonne, cette propriété 19ème est caractérisée par ses vastes volumes et son jardin planté de beaux arbres centenaires.
La gare pour Bordeaux ou Agen est si proche qu’il est possible de s’y rendre à pied. L’autoroute Toulouse-Bordeaux est à sept kilomètres et l’aéroport d’Agen à trois quarts d’heure. Grâce au TGV, Paris est désormais à 3h12 min d’Agen.
La région bénéficie d’un climat doux et ensoleillé. Les marchés des environs offrent en abondance les produits du terroir. Tout un art de vivre a perduré ici.

Description

Construite en 1830, cette grande bâtisse montre une longue façade à un étage le long de la rue. Comme le veut la tradition, l’enduit des murs a été peint d’un jaune très doux et l’entourage des fenêtres souligné de blanc.
Dressée dans l’alignement de plusieurs maisons, elle est prolongée vers le nord par un petit logement, dit du cocher, moins haut, traversant, avec garage sur la rue.
La façade ouest donnent de toutes ses baies et portes-fenêtres sur un jardin clos de murs qui intègre une grange, une serre et une remise.
La demeure est à environ cinq cents mètres du centre-ville, où se trouvent tous les services, supermarchés, médecins, pharmacies et un établissement scolaire assurant le parcours des plus petits jusqu’aux bacheliers.

La maison

La maison est typiquement 19ème, bien construite, avec des matériaux nobles. La lumière pénètre à flots à l'intérieur par de nombreuses fenêtres.
La distribution est simple, cohérente, fonctionnelle. L'esthétique n'a pas été sacrifiée au confort


Rez-de-chaussée
L'accès se fait côté est par quelques marches.
Une porte à double battant ouvre sur une entrée suivie d’une longue galerie traversante.
Une cloison entièrement vitrée les sépare, formant ainsi un petit hall. Les vitres anciennes à décor « mousseline » créent une limite sans occulter la lumière qui vient de la grande porte-fenêtre qui donne sur le jardin à l'opposé. L’entrée comme la galerie sont dallées de carreaux de la Gironde anciens, rouges et brun clair et tirent une certaine majesté de la hauteur du plafond.
Au centre de la galerie, la cage ouverte de l'escalier qui dessert le premier étage.
En vis-à-vis, un large couloir distribue les pièces de réception.
Au sud, une double porte permet de pénétrer dans la salle à manger qui a deux fenêtres sur la rue, un plancher à points-de-Hongrie, et une cheminée de marbre gris à piédroit travaillé.
Au bout du couloir, un passage en « tambour », où se trouve un très haut placard, mène au petit salon dont le plancher est à larges lames, et la cheminée, droite, en marbre gris. Une fenêtre donne sur la rue.
En face de la salle à manger, la porte à double battant du grand salon où la lumière pénètre par deux fenêtres sur le jardin vers le soleil couchant; le plancher est à lames droites, une rosace occupe le centre du plafond. Une cheminée en marbre gris-rose à piédroit sculpté orne la pièce.
Un passe-plat communique avec la cuisine qui lui fait suite, laissant supposer que cette pièce était autrefois une salle-à-manger.
La cuisine donne sur le jardin par une porte-fenêtre et une fenêtre. Elle est dallée de carreaux de la Gironde.
Une grande cheminée, sur le mur nord, en briquette et à manteau de bois, fonctionne aux demi-saisons.
Dans l’angle sud-est un placard cache la descente de cave. Celle-ci, au sol en terre battue, se trouve sous le petit salon et la salle-à-manger. Une autre partie de cave est sous le couloir d'entrée, mais son accès est inconnu !
Retour à la galerie, où un dégagement sous l’escalier mène, à l’est, à une chambre, et à l’ouest, à la buanderie.
La chambre est précédée par une salle de douche en angle, avec lavabo et toilettes. La chambre ouvre sur le couloir d’accès par une porte à imposte vitrée.
Unique chambre indépendante au rez-de-chaussée, elle a une fenêtre sur rue, un plancher à lames droites et une cheminée de marbre gris.
La buanderie avec son carrelage de terre cuite donne sur le jardin par une porte-fenêtre.
Premier étage
L’escalier qui monte au premier étage est tournant, à marches de bois et rampe à barreaux de fonte.
Il donne sur le grand couloir qui traverse la maison de part en part du nord au sud et distribue latéralement sept chambres.
Tout ce niveau est en plancher, à lames plus ou moins larges, et la quasi-totalité des chambres ont une cheminée de marbre gris.
Côté rue, une chambre précédée d’une antichambre ouvrant, d’un côté, sur un dressing, et, en face, sur une salle de douche avec lavabo et toilettes.
Cette chambre est éclairée sur la rue par deux fenêtres.
A la suite, une petite pièce, chambre de bébé, avec un placard couvrant tout le mur ouest, communique avec la chambre des enfants qui se trouve à l’aplomb de la salle-à-manger dont elle a la même surface. Deux fenêtres donnent sur la rue. Elle ouvre sur le grand couloir par une porte à double battant.
En bout de couloir, un passage assorti d’un vaste dressing conduit à une autre chambre qui fait l’angle de la maison. Elle a une fenêtre sur rue. Un placard couvre une partie du mur ouest.
En face, le bureau, avec deux fenêtres côté jardin et un très haut placard attenant à la cheminée.
La chambre parentale s'ouvre sur le couloir par une porte à double battant en face à la chambre des enfants. A l’aplomb du salon, elle en a la même surface et regarde vers le jardin par deux fenêtres.
Communicante avec la chambre parentale et accessible du couloir, une petite chambre qui pourrait, plus judicieusement, devenir un grand dressing; éclairée par une fenêtre sur le jardin, elle communique avec une salle de bain avec baignoire, lavabo et bidet, aérée par une fenêtre étroite côté jardin. Un couloir, par lequel il est possible d'entrer, en fait le tour pour revenir au grand corridor transversal. Tout en bout de maison, des toilettes et un lavabo en émail d’origine ont été conservés.
Combles
L’escalier de bois se poursuit jusqu’au grenier qui fait toute la surface de la maison.
La belle charpente est apparente et le plancher au sol à larges lames.
Le côté est avait été aménagé en réserves et en chambres pour les domestiques.
Une grande pièce au plafond surbaissé en frisette, avec trois fenêtres donnant sur la rue.
A sa suite, deux chambres modestes au plafond de plâtre dégradé et au plancher à larges lames. L’une d’elle a une petite cheminée en bois et un radiateur. Un grand placard occupe tout un mur. Chacune a une fenêtre sur la rue.
Enfin, une pièce aveugle, en bout. Sans doute une réserve.
Côté ouest, un grenier occupe la moitié du niveau, éclairé par six fenestrons.
La hauteur de plafond est suffisante pour envisager un aménagement de chambres supplémentaires.

Les dépendances

Deux petits corps de logis, plus bas de toiture, sont dans leur jus.
Ils ont un double accès, côté rue et côté jardin. Ils mériteraient une restauration par exemple pour être transformé en gîte ou en chambres d'hôtes.


Ecuries
Les anciennes écuries sont attenantes à la maison côté nord.
Au rez-de-chaussée, une première pièce avec une porte de bois donnant sur le jardin et une fenêtre à petits carreaux. Le sol est en calade, le plafond à grosses poutres.
A la suite, une pièce au sol en terre battue ouvrant sur la rue par une haute porte de bois à deux battants.
A côté, un haut placard servant au rangement des harnachements.
Cette pièce est devenue le garage.
Maison du jardinier
Contiguë aux écuries, la maison du cocher ou du jardinier. Une bulle de verdure la sépare de la grange, en fond. La pièce d’habitation donne sur la rue par une porte-fenêtre.
Le sol est pavé de terre cuite et le plafond est à poutres apparentes. Elle a une grande cheminée paysanne en bois sur le mur nord. La pièce précédente, donnant sur le jardin, a la même surface. Le sol est en terre battue, un escalier de bois file vers l’étage.
A l’étage, qui donne sur la rue, une petite pièce avec sa cheminée de marbre, et un grand placard sur le même pan de mur, un plancher rustique à larges lames.
Donnant sur le jardin, face à la grange, une petite pièce de rangement et un accès aux greniers au-dessus des écuries et du garage.

Bâtiment de dépendances
La grange, la serre et la remise sont les trois parties d’un même bâtiment adossé au mur ouest du jardin.
La grange, une simple construction de larges voliges, est en vis-à-vis avec la maison du cocher. Une bonne surface pour mettre le bois à l’abri. Elle confère aussi du charme à l'ensemble.
La serre accolée, à l’ouest, a été équipée d’une cloison entièrement vitrée à baies coulissantes de façon à pouvoir hiverner les plantes fragiles.
Dans la partie sud, une remise destinée au rangement du jardinage.
Détail de charme, le toit de tuile de ce bâtiment est bordé d’un lambrequin de bois découpé, comme les cases créoles des Antilles…

Le jardin

Sans vis-à-vis, clos de murs au nord et au sud, il a la longueur de la maison.
Le fond donne sur un talus qui descend vers la petite route en contrebas. Au centre un imposant cèdre du Liban déploie sa ramure.
Toute une végétation d’arbrisseaux pousse à son ombre.
Un puits de pierre, condamné pour le moment, se trouve à côté de la grange.
Sous les fenêtres du salon une terrasse longe la maison permettant ainsi de profiter de la douceur du climat de la région, soit en plein soleil, soit à l’ombre de la végétation, selon la saison.

Ce que nous en pensons

La maison est d'une noble simplicité, par l'équilibre de ses façades, par la rationalité de la distribution de ses pièces. A la fois en ville, côté rue, et à la campagne, côté jardin, où la terrasse fait la transition entre intérieur et extérieur. Une grande famille y sera d'autant plus à l'aise que la scolarité des enfants se fera tout près, jusqu'au bac. Les dépendances, qui ne manquent pas de charme, augmentent la capacité de réception et les possibilités d'autonomie. La chambre du rez-de-chaussée de la demeure principale est aussi bien pratique. Les lieux se prêteraient également à une activité de gîte ou d'accueil d'hôtes.

372 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 105506

Surface cadastrale 1325 m2
Surface du bâtiment principal 400 m2
Surface des dépendances 140 m2

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Lot-et-garonne

Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus