Aux confins du Maine et du Perche, sur un peu plus de 3 hectares, en hameau,
un prieuré bénédictin IMH, sa chapelle d’origine 15ème siècle et ses dépendances
Mamers, SARTHE pays-de-loire 72600 FR

Situation

À 200Km de Paris, 15 minutes d’une sortie de l’autoroute A28.
Aux portes des parcs régionaux du Perche et du Maine Normandie, de la majestueuse forêt de Perseigne. Le pays de la Haute-Sarthe compte un important patrimoine religieux bâti. Le territoire est aussi privilégié pour la pratique des sports de nature, randonnées, VTT, équitation. Une offre diversifiée d'activités permet d'en découvrir les paysages et les richesses cachées.
Dans un hameau rural. À moins de 5 minutes, une petite ville apporte toutes les commodités et à 15 minutes, une ville plus importante avec cinéma, hypermarché, lycée…

Description

Clos de murs et de haies, on découvre là, flanqué de hauts frontons, ce sobre prieuré du 13ème s., reconstruit fin 15ème, au début de la Renaissance. Dès l’entrée et accessible depuis l’extérieur de la propriété une chapelle dont l'origine remonte au 12ème. Passé le portail, on pénètre, côté ouest, dans le parc fermé à gauche par la chapelle, puis par un bâtiment 19ème, à la suite duquel se trouve le logis prioral. A l’origine, le domaine devait être entouré de douves : il en reste une petite partie devant le prieuré, surplombée par la terrasse exposée au sud-est, ombragée de grands arbres. A l’arrière de cet ensemble de bâtiments, un parc, en partie verger, mais aussi habillé au plus près des bâtis de rosiers anciens, de jasmins, de buis. Derrière les haies de cet ensemble, un chemin d’accès aux cultures et prairies. Faisant face au logis prioral, derrière un vieux mur, en partie ouvert, une ferme, ancienne basse cour des lieux, à rénover, dotée d'un four banal coiffée d'une toiture remarquable. A ses pieds, et en faisant le contour, se situe l'ancienne douve. L'ensemble se prolonge par un champs de plus de deux hectares sur lequel se trouve dans la partie haute, un autre petit clos à rénover avec logis, bâtiments de dépendance, four à chanvre.

Le prieuré

Logis en L sur trois niveaux, avec une tour de défense post-guerre de Cent Ans. Toiture couverte en tuile ISMH. Murs en pierres de moellons apparentes. Meurtrières, derniers témoignages parlant de l'époque troublée des guerres de religion sévissant au 16ème siècle dans la région. Fenêtres à meneaux. Huisseries en chêne avec volets intérieurs. Tomettes anciennes d’origine. Eléments architecturaux remarquables tels que les portes cintrées 15ème dans la tour d’escalier, les cheminées, dont l’une datant de la fin du Moyen-Age dotée de son four à pain et de son potager... l'autre récupérée dans une dépendance du château de Fontainebleau... Les murs revêtent un badigeon au lait de chaux immaculé d'une belle facture. Tous les matériaux sont beaux, travaillés pour une belle mise en lumière. Exposition sud/nord L’étage élevé, la générosité des ouvertures en façade apportent lumière et sensation de vivre en prise avec la nature. Chauffage au sol sur l'ensemble pour le plus grand des conforts dans ce type de bâti.


Rez-de-chaussée
Deux entrées, toutes deux sur la façade sud, l’une ouvrant sur les anciens cachots transformés aujourd’hui en vestibule et débotté et sur un escalier à vis pour monter à l’ancienne salle haute de justice. En enfilade à partir de l’entrée, la partie « technique » du logis avec l’arrière du four à pain, la salle à manger avec sa grande cheminée dans l’ancienne salle commune des moines et un accès de l'extérieur. Cuisine aménagée contemporaine, très bien intégrée. Un passage vers un petit salon qui donne sur le jardin situé à l'est. De la salle à manger une porte cintrée permet d'accéder à des toilettes et une salle d'eau épurée. Il y a ici le départ d’un autre escalier à vis, situé dans une tour, et une sortie vers le jardin arrière.
Premier étage
Le grand salon dans l’ancienne salle haute de justice, dotée d’une monumentale cheminée Renaissance habillée, sur son manteau, d’un décor où la rose est un symbole de dévotion à Marie. Cette grande pièce seigneuriale, généreusement éclairée des deux côtés par ses fenêtres à meneaux, ouvre sur l’ancienne salle du trésor transformée en chambrette. L’autre escalier permet d'accéder à la deuxième branche du L formé par le bâtiment, exposée au sud est. Cette partie est composée de deux chambres avec des cheminées et alcôves du 18ème très représentatives. Une salle de bains des plus monacale est aménagée dans l’une des chambres, avec vue sur les champs.
Combles
L'escalier conduit jusqu'aux combles aménageables isolées au sol et dotés en partie de fenêtres à meneaux. Une pièce close permet le stockage.

Le bâtiment de dépendance 19ème

De plan rectangulaire sur deux niveaux, avec un pignon vitré, ouvrant à l'est sur le jardin arrière du prieuré. Charpente surélevée, toiture couverte en tuile ISMH. Isolation en laine de chanvre à poser, matériaux disponibles. Chappe à la chaux. Encadrement des portes et des fenêtres en pierres de moellon. Huisseries changées. A finir d’aménager.

La chapelle ISMH

Consacrée. Entièrement rénovée, couverte en tuile ISMH sur une magnifique charpente de coque de bateau inversée, bel exemple représentatif de l’époque de la première Renaissance. Subsistent les enduits d’origine 15ème avec de nombreux éléments décoratifs d’époque : 5 croix de consécration, poinçon à la rose (dévotion à Marie) dans la poutre centrale, piscine Renaissance,… Des artistes ont su créer une harmonieuse alliance en intégrant, aux trois fenêtres ogivales d’époque gothique finissante et autres occuli, des vitraux d’une facture et d’un design contemporains. Chauffage au sol.

La basse cour

Ensemble fermant la propriété au sud et faisant face au Prieuré. Doté de deux entrées indépendantes, cet ensemble est une succession de bâtis à rénover. Le corps de ferme comprend une entrée dans la cuisine, une salle à manger, trois chambres et un dégagement avec évier et douche, des toilettes et une pièce froide à usage de cave. Dans le
prolongement de la maison, une ancienne étable, une chaufferie, des soues. Des greniers sont au-dessus.

L'ancienne boulangerie

Bâtiment de plan rectangulaire à rénover, en cours d'inscription au titre des monuments historiques. Rattaché à la basse-cour, ce four banal est doté d'une remarquable charpente en coque de bateau inversée. Proche de l'ancienne douve, cerné d'eau, ce bâti est composé, en rez-de-chaussée, d'une pièce. Au-dessus une autre pièce est atteignable par un escalier en pierre extérieur posé en pignon.

Le second petit clos à rénover

A l'extrémité est du hameau, séparé par le champs et avec son entrée indépendante, cet harmonieux clos à rénover comprend un logis d'habitation avec une cuisine, une salle à manger avec cheminée, trois chambres, une salle d'eau et une arrière-cuisine. De jolies dépendances en pierres de pays complètes l'ensemble, deux granges dont l'une attenante, des soues à porcs, un four à chanvre.

Ce que nous en pensons

L'Histoire vibre dans ces murs. La rénovation de premier ordre entreprise récemment n'a rien enlevé des témoignages architecturaux et décoratifs du long parcours de ces bâtiments à travers les siècles. Dans un esprit monacal, se trouve ici un lieu de vie d'un grand confort. L'endroit est fait pour rêver, à l'abri de son enceinte. Il n'est ni isolé, ni difficile d'accès, ni loin de tout ce qui est nécessaire à la vie. Ce peut être un lieu ouvert, un prolongement du village proche pour y déployer moult activités, les deux petites fermes proches ouvrent les possibilités. La chapelle, chauffée, lumineuse, appelle à la méditation, à la création. Elle peut être un lieu de travail. Les nouveaux occupants auront tous ces choix.

Vente en exclusivité

1 064 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 992392

Surface cadastrale 3 ha 39 a 70 ca
Surface du bâtiment principal 416 m2
Nombre de chambres 4
Surface des dépendances 280 m2

Conseiller
Sarthe


Catherine Boivin +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus