En plein Beaujolais, dans un petit cirque naturel,
une demeure palladienne du 18e S. et ses jardins en terrasses

Situation

En plein cœur du Beaujolais, au pied d’un site historique très ancien et emblématique, où la vigne et le patrimoine bâti se mêlent pour composer une sorte de Toscane française... Un "géoparc" soutenu par l'Unesco est en cours de création dans ce territoire célèbre pour ses vins et riche d’un beau patrimoine architectural, que traversent les chemins de Compostelle. Situé au seuil de la métropole lyonnaise, le Beaujolais attire les actifs autant que les touristes par son dynamisme économique et la douceur de ses paysages. La demeure est au centre du département du Rhône, à 45 mn de Lyon par l’A6, 30 mn de de la gare TGV de Mâcon-Loché (Paris à 1 h 30), et à 20 mn du sanctuaire du curé d’Ars, de renommée mondiale.

Description

Accessible soit via une départementale, soit par le centre-ville, la propriété domine un petit cirque naturel que ne trouble aucune nuisance. Jadis à vocation purement viticole, l’ancien domaine a été morcelé au gré des successions mais de manière cohérente, afin de préserver l'intimité des différents propriétaires et l’intégrité de l’ancienne maison de maître. Montant depuis la localité, le chemin municipal entretenu à l’année mène à la maison avant de se transformer en sentier de grande randonnée. Préservée des vents et exposée au soleil levant, la maison est posée sur une terrasse qui en surplombe une autre, constituant le parc clos. Le bâti est constitué d’un corps central à un étage construit sur caves et d’une tour attenante, auxquels s'ajoutent un cabanon (ancienne laverie) et un four à pain couvert. A proximité de la maison, une impressionnante citerne maçonnée conserve les eaux de sources pour l’arrosage.
Construit à la fin du 18ème siècle, l'édifice fut transformé au milieu du siècle suivant par un amoureux de l’Italie selon le modèle des villas italo-mauresques. Il fut habillé d’une façade palladienne, coiffé d’un faux toit-terrasse, et l’intérieur fut redécoré avec un soin rare pour une demeure des champs. La propriété conserve les traces de la présence d’un évêque sous le second Empire et d'artistes qui y séjournèrent au 20ème siècle.

La maison de maître


Rez-de-chaussée
Le corps central repose sur un sous-sol qui couvre la totalité du tènement. Ses quatre caves étaient autrefois utilisées pour conserver le vin des propriétaires, le pressoir et les citernes étant située dans le cuvage voisin (séparé de la propriété au moment des partages). Leur volume permettrait d'y installer une chaudière et son combustible tout en maintenant conjointement son usage originel.

Premier étage
Le premier niveau, accessible par la cour via un perron de pierre, est organisé autour d’une pièce abritant l'escalier central. Elle dessert d’une part la salle à manger et la cuisine donnant sur une petite terrasse et sur la buanderie, d’autre part un petit et un grand salon, actuellement bureau-bibliothèque. Un ancien petit couloir de service mène à l’arrière du bâtiment où se trouvent des toilettes avec branchement d'eau. Les éléments d’origine sont nombreux : parquets de chêne, boiseries, moulures, cheminées, peintures en faux-marbres, fresques.
Deuxième étage
L’escalier de chêne conduit aux cinq chambres et à la salle de bain, ainsi qu’au grenier, les combles étant inutilisables du fait du toit-terrasse.

La tour

Inhabitée, elle abrite une cave voûtée qui constituait l'ancien garde-manger, où se trouve un petit bassin alimenté toute l’année par l’eau des sources. On y lavait les bouteilles. Au premier étage, desservie par un escalier extérieur en pierre avec rampe en fer forgé, une salle de billard depuis longtemps désaffectée a conservé des éléments d’origine. Au-dessus, l'étage et sa mezzanine sont aménageables, les baies étant déjà percées.

Les communs

L’ancienne buanderie où on lavait le linge est une annexe pratique de l’office. Elle sert pour l'heure d’abri de jardin. Son petit bassin recueille l'eau de la citerne.
Derrière la maison subsiste un vieux four à pain.

Ce que nous en pensons

La nature intacte et le décor presque inaltéré du Second Empire, dont les remarquables fresques du rez-de-chaussée, donnent l’impression qu'on vient de sauter à pieds joints dans un tableau de Bazille, l'ensemble composant un témoignage vivant de ce style et de cette époque actuellement en pleine redécouverte. A l’écart des nuisances sonores tout en étant à proche des commerces et services d’un chef-lieu de canton, la demeure est un havre de paix profondément attachant. La métropole régionale qu'on devine au loin derrière le splendide panorama des collines est en fait si proche que des Lyonnais pourraient en faire leur résidence principale moyennant de sérieux travaux. Les besoins locaux en hébergement touristique comme le charme de l’endroit suggèrent aussi l’ouverture de chambres d’hôtes.

Vente en exclusivité

390 000 €
Les prix indiqués incluent nos honoraires de négociation.

Référence 767921

Surface cadastrale 16690 m2
Surface du bâtiment principal 220 m2

Responsable régional
Parc Naturel Du Pilat Et Ouest Isère

Florence Granier       +33 1 42 84 80 85


contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte


Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus