Dans la vallée de l’Ubaye, aux portes du Mercantour,
une ancienne ferme réaménagée et fidèle à ses montagnes

Jausiers, Alpes-de-Haute-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur FR
Chambres d'hôtes, Provence-Alpes-Côte d'Azur

paroles de propriétaires

Pourquoi vous êtes vous installé dans cette région, en ce lieu et pas ailleurs ?

Nous voulions nous « mettre au vert », être au calme et proches de la nature. Avoir du soleil toute l’année, de la lumière et des saisons. Nous voulions une maison pour nous, mais aussi pour recevoir, accueillir et partager. Par-dessus tout, nous voulions tomber amoureux d’un petit coin où poser nos valises et démarrer notre nouvelle vie. C’est après plus de trois ans de recherches que nous sommes tombés par hasard sur la Bousquetière et, tout naturellement, la vallée de l’Ubaye nous est alors apparue comme une évidence : son charme, ses couleurs, son ciel bleu, son histoire, ses montagnes, ses paysages. Une nature préservée, à l'état pur, authentique, offrant à tous une multitudes d’activités en toutes saisons.

Qu'offrez vous aux personnes qui viennent séjourner chez vous ?

Authenticité, simplicité, gourmandise, détente et partage… Pleine de charme et de caractère, la maison séduit. On s’y sent bien, tout simplement. Les chambres sont confortables et chaleureuses. Le spa en béton ciré sous les voûtes est propice à la détente et à la relaxation. Les repas du soir sont conviviaux et la conversation est joyeuse. La cuisine est gourmande et les vins savoureux. Les petits déjeuners sont généreux, et se dégustent avec vue sur les montagnes. Le salon de jardin à l’ombre des frênes est parfait pour la sieste, tandis que la terrasse et la cuisine d’été sont parfaits pour l’apéritif du soir.

Quelles sont les particularités architecturales
de votre édifice ?

Située dans un hameau de montagne à 1300 m d'altitude, la Bousquetière est une ancienne ferme du 18e siècle. Restaurée et modernisée au fils des ans par ses propriétaires successifs, elle a néanmoins gardé son authenticité avec ses murs en pierre, ses vieux parquets et ses vieilles poutres. En harmonie entre montagne et campagne, elle allie simplicité, modernité et confort.

Vos bonnes adresses alentour, en dehors des sentiers battus ?

On vient en Ubaye pour profiter de la nature, faire du sport, se ressourcer, se reposer. Mais aussi pour tous ces petits trésors : descendre la Bonnette à vélo au coucher du soleil, se lever devant le lac du Chambeyron avec les premiers rayons, visiter le cimetière de Fouillouse pour sa prose, la chapelle des Davis, les cadrans solaires pour leur pertinence. Et aussi pour savourer La Sauvage, une bière locale, un chèvre frais du Villard, une tome de brebis d'Abries, un chocolat au lait de noisette dans une yourte. Mais encore, pour apprendre à faire les pâtes locales à l'atelier, se régaler d'un bol de polenta chez nos voisins italiens au refuge, découvrir une histoire de famille à la distillerie ou chez Jojo, goûter une délicate gelée au génépi de Bayasse, et enfin déguster un dîner rustique à la ferme ou en altitude.

Quelle est son histoire ?

Ancienne ferme de montagne classique de la vallée de l’Ubaye, la bâtisse figure au cadastre napoléonien de 1833, mais est sans doute bien plus ancienne. Contrairement à d'autres maisons plus bourgeoises du hameau, la ferme possédait une bergerie et non une étable. Laissée dans son état originel pendant de nombreuses années, la bâtisse fut récemment transformée en maison d’hôtes accueillante et chaleureuse.

Ce que nous en pensons

Quand on parcourt la vallée de l’Ubaye, on ne peut s’empêcher de penser à ces familles qui, au début du 19e siècle, l’ont quittée pour tenter leur chance en Louisiane, d’abord, puis au Mexique, et devenir les fameux « Barcelonnettes ». Certains revinrent, fortune faite, pour y construire de somptueuses villas que l’on nomme aujourd’hui encore « les mexicaines ». Rien de tel ici. Solidement arrimée sur les hauteurs de la vallée, cette ancienne ferme aurait davantage des allures de gardienne du temps et des traditions montagnardes. Tandis que les rêves de gloire emportaient les plus fougueux au-delà des mers, elle gardait le cap droit sur les sommets de Pointe Fine et Siguret. Et les confortables aménagements dont elle bénéficie désormais n’ont fait que rendre plus sensible sa nature profonde, accueillante et apaisante. Et pour rencontrer l’aventure, plus besoin d’aller loin, il suffit d’écouter l’appel les montagnes tout autour. C’est la douce revanche des oubliés…

Tarif

entre 80 € et 115 € / nuit

Réf 953270

Ouverture du 1 janvier au 31 décembre

Capacité d'accueil

8 3 3

La maison dispose de trois chambres d'hôtes avec salle de bains et toilettes indépendantes séparées. « Églantine », d'une surface de 24 m2 et équipée d'un lit double de 160 cm, peut accueillir deux personnes. « Symphorine », chambre-salon de 42 m2 équipée de deux lits, dont un de 180 cm et le second de 120 cm, peut accueillir deux à quatre personnes. Enfin, « Épine Vinette », chambre-salon de 35 m2 équipée de deux lits, dont un de 180 cm et le second de 90 cm, peut accueillir deux à trois personnes.

Équipements et services
  • Table d'hôtes
  • Lit bébé
  • Service de ménage quotidien sur demande
  • Spa
  • Internet WIFI

Langues parlées

Anglais - Espagnol

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

Ajouter à mes favoris


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus