Au cœur du Sud-Ouest, proche d'Agen et surplombant la Garonne,
un imposant château 18ème inscrit MH et entouré d'environ 4 ha
Agen, LOT-ET-GARONNE aquitaine 47000 FR

Situation

Située à flanc de coteau, avec une vue panoramique sur la vallée marquant la limite avec la Gascogne visible tout au loin, à l’abri des crues de la Garonne, cette demeure représente l'archétype de la maison noble en Agenais au 18ème siècle.
La ville d’Agen, ainsi que l'entrée d'autoroute Bordeaux-Toulouse, se situent à vingt kilomètres. Paris est désormais à 3h10 (TGV) ou 1h20 (aéroport Paris-Orly).
La voie ferrée, en contrebas, ne porte aucune atteinte à la tranquillité du lieu.

Description

Une allée forestière traversant les futaies et les bois de chênes monte vers la cour d’arrivée qui domine la vallée.
Un vaste terre-plein sépare le château, enclos de murs, des dépendances agricoles et du pigeonnier.
L'édifice se dresse au-dessus de la plaine, en surplomb d'une terrasse pourvue de robustes murs de soutènement.
Le château, reconstruit dans la première moitié du 18ème siècle, fut surélevé dans les années 1840.
Le parc et les jardins sont structurés en terrasses.

Le château

Un large passage voûté ouvre sur la grande cour intérieure : la partie habitation et les deux ailes en retour d'équerre. Fermant la cour, les dépendances et le logement des gardiens.
La façade côté cour est d'une disposition classique eu égard aux ouvertures : une porte-fenêtre au centre et deux fenêtres de part et d’autre, cinq fenêtres au premier étage.
Les murs de moellon, comme ceux des communs, sont couverts d’un vieil enduit au sable et à la chaux, patiné par le temps.


Rez-de-chaussée
Un large vestibule traverse le château du nord au sud. Très lumineux avec deux portes-fenêtres, il est dallé de carreaux gris et blanc. Dès l’entrée, deux couloirs-galeries opposés distribuent les pièces du rez-de-chaussée, toutes orientées au sud.
L’embrasure de la porte du salon est à caissons, et les portes ornées de motifs sculptés, comme toutes celles de la maison. Une cheminée de marbre gris surmontée d’un trumeau à décor Directoire. Ce décor raffiné est visible au-dessus de la plupart des cheminées. Dans l’angle ouest du salon, une porte ouvrant sur une petite bibliothèque communique également avec le vestibule dont les murs sont tapissés d’étagères vitrées formant, en fond, un arrondi en alcôve.
Contigu au salon, mais non communicante, une pièce aménagée avec un billard. Un parquet à larges lames, une fenêtre au sud et une cheminée de marbre gris surmontée d’un trumeau Directoire.
Une chambre dans l'angle sud-est reçoit la lumière de ces deux directions. Elle communique avec une salle de bain qu’elle partage avec deux petites chambres.
De la galerie traversante, le même large couloir, plancher au sol et plafond droit, deux fenêtres sur la cour intérieure, dessert la partie ouest de la maison : salon, salle-à-manger, chambre avec salle de douche et les cuisines.
Le grand salon est entièrement lambrissé de boiseries du 18ème siècle blanc de roi. Parquet Versailles, deux fenêtres au sud, donnent sur la terrasse. Il ouvre aussi sur la galerie et sur la salle à manger. Les doubles-portes sont ornées, en tympan, de trumeaux peints représentant des anges musiciens. Large cheminée de marbre gris au manteau soutenu par des colonnes en volutes sculptées. Plafond aux poutres plâtrées et rosace centrale.
La salle à manger, au parquet point de Hongrie. est entourée de lambris d’appui ; cheminée de marbre gris à trumeau Directoire. Au nord, le mur est entièrement couvert de boiseries en bois naturel dont les portes ouvrent sur des placards destinés à la vaisselle. La dernière donne sur le bout du couloir-galerie, départ de l’escalier. Une dernière chambre, communicante avec la salle à manger, se situe dans l’angle de ce corps principal. Une fenêtre au sud, avec, de part et d’autre, en angle, deux larges placards cintrés et des lambris d’appui ornés de sculpture à faisceaux croisés de style Directoire. Une petite salle d’eau contigüe revient également vers le couloir, au pied de l’escalier.
En vis-à-vis de la salle à manger, et au départ de l’aile ouest, une ancienne cuisine avec cheminée monumentale ayant un accès sur la cour intérieure. Tomette rouge au sol et grande cheminée traditionnelle en bois. Dans son prolongement, une nouvelle cuisine entièrement équipée et buanderie longées par un passage d’où monte un escalier droit vers l’étage : ici, trois petites chambres mansardées et équipées d’une salle de douche et toilettes.
Tout le confort contemporain dans cet ensemble récemment installé : sol en travertin, plafond droit dans lequel sont inscrits des spots. Au-dessus des plans de travail, carrelage à motifs d’Azulejos. Adossé au mur nord, un très bel évier de pierre ancien.

Premier étage
À l’extrémité ouest du couloir-galerie, l’escalier de pierre monte à l’étage. L’escalier principal, en pierre, montre l’appareillage ancien des murs de sa cage : en brique et pierre. Un palier, à mi-course, ouvre par une porte-fenêtre, sur une petite terrasse, à l’ouest, face à la chapelle privée du château.
Sur le palier d’arrivée, la distribution est identique à celle du rez-de-chaussée : un couloir longe la façade nord et distribue quatre grandes chambres donnant au sud. L’une d’elles n’a pas encore été restaurée. Ses trois portes moulurées à double battants, sa cheminée de marbre gris surmontée d’un trumeau représentant un char antique en feront une pièce raffinée. Elle donne, à l’identique de la chambre en angle sud-ouest, sur la seule salle de bain de l’étage. À l’aplomb du grand salon, une troisième chambre éclairée par deux fenêtres est entièrement couverte de boiseries à panneaux moulurés. Cheminée de marbre gris au linteau à cannelures et jambages à colonnes. Au-dessus, pris dans la boiserie, un trumeau peint représente une scène galante, de même que les trumeaux figurant au-dessus de la porte à double vantaux qui donne sur le couloir de distribution. La dernière chambre avec moquette au sol, deux fenêtres au sud et murs tendus de toile bleue. Plus à l’est, l’immense grenier à charpente apparente marque l'extrémité de cette aile. Pour respecter la symétrie de la façade, celui-ci est éclairé par trois fenêtres au sud, de la même dimension que celles des chambres précédentes, et d'une quatrième à l’est. Inaccessible de cet étage, mais de même niveau, une petite chambre isolée et défraîchie, avec escalier indépendant pour rejoindre le rez-de-chaussée.

L'aile est

Plus basse que le corps de la maison principale, elle réunit le logement du gardien à l’étage, un espace sanitaire et la sellerie, puis le porche d’accès et l’écurie. Sous le porche d’entrée, une volée de marches en pierre donne sur un palier ouvrant sur le logement destiné aux gardiens : une grande pièce en angle et une partie cuisine au fond. La salle d’eau, pièce aveugle avec douche et toilettes, se situe sur le palier d’arrivée de l’escalier. De là, quelques marches et un couloir distribue trois chambres mansardées. Un profond placard dans la partie cuisine à usage de buanderie. Une cheminée et un poêle à bois chauffent confortablement tout l’ensemble de cet appartement d’environ 85 m².
Sous l’appartement du gardien, un local a été aménagé à l’occasion d’un mariage familial : une pièce carrelée avec deux lavabos et, en retour d'équerre, une petite pièce avec douche et lavabo. Deux toilettes indépendantes. Sous le porche, une porte voisine de celle qui monte au logement du gardien, donne sur l’ancienne sellerie aux murs lambrissés. Cette dernière sert aujourd’hui de réserve à bois et d’abri pour les plantes en pot.
Une cave, située sous la partie est de l’habitation principale, est accessible à partir de la cour intérieure, par une volée de marches en pierre. Le sol est en terre battue et le plafond à poutres et voliges apparentes. Deux petites pièces voûtées.

L'aile ouest

Beau volume au sol cimenté et charpente apparente, elle communique avec le chai. La même symétrie des ouvertures avec une toiture un peu plus basse. Dans l'angle, la grande vieille cuisine décrite plus haut à l’aplomb de la lingerie. Dans son prolongement, un corps de bâtiment plus bas de plafond avec cuisine et des petites chambres mansardées. La grange ouvre sur la cour par une haute arche de pierre.

L'aile nord

Entre les deux ailes et adossés au chai, les logements qui furent ceux des domestiques, sont en partie sans toit, formant ainsi une succession de petites cours. Au fond, deux petites pièces : l’une sert d’atelier ; l’autre a un escalier d’accès au grenier du chai sur lequel s’appuient ces communs. Dans le prolongement, un vaste garage avec un sol en ciment et calade dans lequel peuvent se garer aisément deux véhicules en enfilade. Plafond à poutres et solives apparentes. Au-dessus, un grand grenier sous la charpente, communicant avec l’étage du chai.
À la suite, précédant l’écurie, un jardinet fermé par un muret sur lequel donne un petit préau à pans de bois et sol de terre cuite. Un escalier de bois monte vers le grenier de l’écurie. Celle-ci ferme la cour intérieure. Ici, le sol est en calade de gros galet. Les râteliers à foin et les portes fermant les stalles ont été conservés.
Les chais sont très vastes et forment tout l’arrière de l’aile nord. Accessible, à l’est, par une haute porte-cochère, ils sont séparés en deux parties : le cuvier, avec les foudres et un sol en terre battue, et la seconde partie où sont rangées les barriques. Une rampe et quelques marches accèdent au grenier. Avec ses murs de planche et les ventelles, côté est, il est probable que ce lieu servit au séchage du tabac. Plusieurs grandes fenêtres donnent au sud, sur la cour intérieure. Ce large espace, d’environ 320 m² au sol est sur deux niveaux. Ils pourraient devenir le lieu de réceptions ce qui représenterait ainsi un vrai potentiel économique.

Les dépendances de l'arrivée

Une fontaine de style toscan, distribue l’eau captée d'une source située plus haut, dans la colline. Elle est accolée à l’extrémité du long bâtiment des dépendances ayant servi d’étable, d’écurie : l’aile des animaux. Il est maintenant utilisé pour le remisage du bois de chauffe. Sa charpente est en très bon état.
Une vaste maison sur deux niveaux pourrait être restaurée. Sol en terre cuite, plafond à poutres apparentes. Au rez-de-chaussée, une pièce éclairée en est et ouest, équipée d’une cheminée. Une pièce donnant dans l’entrée ; une autre éclairée par deux lucarnes. Un escalier de bois tournant monte à l’étage où se situent trois chambres. Plancher au sol et plafond à poutres et à solives apparentes.
Un pigeonnier dont la toiture n’est pas en bon état, a été construit à la limite de la cour d’arrivée et en surplomb de la vallée. Un escalier de pierre à deux volées monte vers la grande pièce carrée dallée de terre cuite et plafond à poutres et solives. Deux fenêtres à meneaux, l’une à l’est, l’autre au sud. Au-dessus, accessible par une échelle, le colombier. Quelques marches à l’extérieur donnent sur une pièce semi enterrée avec trois petites cellules : des soues à cochon. Elle est éclairée par des lucarnes. Un larmier ceinture le pigeonnier à mi-hauteur.

Les extérieurs

La cour d’arrivée surplombe le verger situé en contrebas ; au-delà, la plaine de la Garonne. Au centre du mur de soutènement part un étonnant escalier de pierre à double révolution. Un petit local destiné à remiser les outils et les produits nécessaires à l’entretien du verger est situé sous les volées.
Devant la façade sud du château, une large terrasse, également en surplomb, a été dessiné un jardin à la française : des broderies de buis et caisses à oranger, mettent en valeur la longue façade dont l’enduit au ton ocre jaune de Sienne accentue le côté italianisant de la demeure. (L’Italie a marqué cette région sous François Ier, revenu des campagnes d’Italie avec des notables qui se sont fixés dans l'actuel Lot-et-Garonne.) Un escalier de pierre descend vers le jardin en contrebas. À côté, une orangerie couverte d’un toit-terrasse soutenu par des IPN a sa façade rythmée par cinq hautes et larges portes-fenêtres. Le long du toit en terrasse, une large allée s’enfonce dans les bois, vers l’ouest. À l'extrémité, un belvédère dominant la vallée et, au-delà, les lointaines collines du Gers, soulignées parfois par la chaîne des Pyrénées et le massif forestier des Landes. La piscine (14 m x 5,5 m) est située en surplomb de l’allée, avec une vue très dégagée. Construite en 2007, son revêtement est en résine et son assainissement se fait au sel.
La chapelle, qui n'est pas consacrée, est un simple bâtiment d'environ 27 m², presque accolée à l’aile ouest du château. À l’intérieur, l’ancien appareil de brique et pierre a été laissé apparent, afin de souligner la simplicité du lieu. La belle charpente du toit a été restaurée. Le sol est en ciment et une grande fenêtre ouvre au sud.

Ce que nous en pensons

Une très belle demeure, aristocratique et raffinée qui mériterait davantage de confort pour lui rendre le faste et le rayonnement qu’elle a connus.
Située dans un environnement où la nature prédomine, elle se prête à de nombreux projets stimulés par la surface des dépendances, permettant ainsi de répondre à un usage à la fois privé et aussi, commercial. La proximité d’Agen, qui connaît un développement culturel et social notable, représente également un atout majeur.
Ici, l’excellence est envisageable.

980 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 283122

Surface cadastrale 4 ha 40 a 89 ca
Surface du bâtiment principal 710 m2
Surface des dépendances 600 m2
Nombre de chambres 12

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Sud-Ouest du Lot-et-Garonne


Armelle Chiberry du Vignau +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus