châteaux à vendre - landes - aquitaine

Dans le sud de l'Aquitaine, une demeure historique
réenchantée par deux artistes

Dax, LANDES aquitaine 40100 FR
Aquitaine

Situation

En plein cœur de l’Aquitaine, Bayonne est à une heure, l’Espagne toute proche. La Chalosse bénéficie d’un climat doux, l’océan Atlantique et les Pyrénées sont à équidistance.

Description

Le château est situé à l’orée d’un petit village mais le parc forestier qui les sépare lui préserve tout son mystère. L’allée d'accès passe à travers bois et franchit des douves en eau. La motte castrale, entourée de douves sèches, est encore visible et place le château légèrement en hauteur. Jadis se trouvait là un oppidum avant que soit construit un premier château. Au 13ème siècle apparaît une tour fortifiée dont on voit encore les vestiges dans le bâti médiéval actuel. Au 16ème siècle, le nouveau propriétaire procède à d’importantes transformations. Le 18ème siècle voit la construction de l’aile nord. Le château est vendu à la Révolution comme Bien national. La chapelle disparaît alors, remplacée par l’orangerie qui forme l’aile orientale prolongée d’une tour-porche. Des communs, à droite et à gauche de la grille du portail, ferment la cour en formant un plan rectangulaire.

Les extérieurs

En faisant le tour du château vers le nord, on longe les hauts murs à petites ouvertures du corps de bâtiment nord-sud. C’est la partie la plus élevée, la plus ancienne et la plus évocatrice de son passé médiéval. A ses pieds, un potager « monastique » formé de carrés ceinturés de pierre pour cultiver des herbes et des légumes anciens. Puis se dessine la partie centrale qui donne sur une étroite terrasse bordée de buis. En dessous, l’ancien glacis féodal. Devant la porte-fenêtre, au milieu de la façade, une volée de marches conduit à un petit belvédère placé en suspens au-dessus de la pente. En contrebas, un jardin à la française a été conçu selon un modèle du 17ème siècle, avec sur le côté une allée cavalière bordée de hauts marronniers. Puis, sur la grande terrasse, à l’aplomb du mur arrière de l’orangerie, s'étend le jardin à la française avec ses larges carrés de buis taillés haut, centrés par des buissons de roses anciennes. Des charmes formés en cône ajoutent une ponctuation verticale. Dans le fond, une fontaine-bassin de pierre. A droite et à gauche, une haie d’hortensias roses qui longe l’orée de la forêt. Un large escalier de pierre placé dans l’axe de la porte-cochère de la tour-pigeonnier mène à ce jardin comme enchâssé dans les bois qui l’entourent. Enfin se dressent les communs et leur haute grille en ferronnerie du 18ème siècle qui ouvre sur une vaste cour d’honneur.

L’ancienne maison forte ou aile médiévale

Sa haute et imposante façade s'élève sur trois étages. La porte de la tour d’angle octogonale donne sur une petite pièce dallée d'ophite, une roche volcanique des Pyrénées ressemblant à de l’ardoise. Les sols de toute l'aile médiévale sont recouverts de ces grandes dalles.


Rez-de-chaussée
Sur la gauche, un escalier hélicoïdal déploie, en éventail, ses longues marches de terres cuites octogonales avec un nez de bois. La ferronnerie de la rampe est du 18ème siècle. Au fond, une porte donne sur une deuxième petite pièce d’où part un escalier de bois rustique. Il donne sur un demi-étage, au-dessus de la cave. Dans le mur nord, une porte en ogive ouvre sur une immense pièce dallée d’ophite, plafond à la française soutenu par des corbeaux de pierre. Dite "Salle des gardes", elle est éclairée par une grande porte-fenêtre et trois hautes fenêtres à petits carreaux donnant sur la cour. Côté ouest, une porte ouvre sur un jardin médiéval placé en contrebas. Une seconde porte ogivale donne sur la cave hors sol : le château, bâti sur de la roche, n’a pas de cave enterrée. Le sol est en terre battue. A la suite de la "Salle des gardes", une autre pièce dallée avec une mezzanine en bois. Elle ouvre sur la cour par une haute porte à double battants.
Puis, dans le prolongement, le garage ouvrant sur la cour par une grande porte de bois avec sol en ciment et plafond rustique à grosses poutres.

Premier étage
L’escalier hélicoïdal aux parois blanchies à la chaux monte sous un plafond en arrondi, décoré d'une gypserie qu'éclaire une haute fenêtre à deux battants surmontée d'une imposte vitrée. L’ensemble est très lumineux. Le palier donne, au nord et en angle, sur une chambre avec salle de douche et toilettes.
Du palier part un couloir, vers le sud, qui dessert toute l’aile ancienne et ses trois grandes chambres avec ou sans cheminée, ainsi qu'une salle de douche avec toilettes. Toutes orientées sur la cour d'honneur, leurs planchers sont à lames larges et les plafonds à la française.

Deuxième étage
A ce niveau, qui devait être un grand grenier, un long couloir dessert quatre chambres qui ont été aménagées au 18ème siècle pour accueillir des religieux ainsi qu'une salle de bain en bout de couloir. L’ensemble est d'une sobriété toute monacale.
En revenant vers la tour octogonale, quelques marches de bois mènent à une petite chambre en rotonde, à l’aplomb de la cage d’escalier et éclairée par une fenêtre donnant sur la cour.
De là, un escalier de bois mène à une grande pièce haute d’allure médiévale avec sa très grande cheminée de pierre du 15ème siècle. Le sol a été refait avec des petits carreaux 15x15 et un calepinage introduisant des carreaux de terre cuite décorés de fleurs, posés en diagonale. Une fenêtre, anciennement à meneaux, donne sur la cour. A l’ouest, la fenêtre a été garnie de vitraux à petits carreaux cernés de plomb. Les murs sont en grosses pierres apparentes.
Troisième étage
Un escalier de bois mène au troisième niveau, presque entièrement occupé par une pièce qui s'étend sur toute l'emprise de l’ancienne maison forte et fait penser à un belvédère. Percée de fenêtres ovales, quatre sur chaque mur, elle est baignée de lumière et offre une vue panoramique sur toute la campagne environnante. Une petite bibliothèque est adjacente.

L'aile du 18ème siècle

De l'entrée de la tour octogonale part un large couloir ouest/est qui longe la cuisine, encore enchâssée dans le vieux noyau féodal, et donne accès à une enfilade de pièces de réception éclairées nord et sud.


Rez-de-chaussée
Dans la vaste cuisine dallée de pierre se dresse une haute cheminée avec sur le côté le mécanisme du tournebroche. Le mur ouest est à colombages. Au sud, en surplomb, une mezzanine. La vieille cuisine a conservé son caractère traditionnel. Une porte, à l’ouest, ouvre sur une arrière-cuisine plus au goût du jour. La mezzanine qui surplombe cette cuisine est accessible par un petit escalier de bois partant du couloir qui donne accès à plusieurs pièces traversantes en enfilade, disposition chère au 18ème siècle. D'abord s'ouvre une salle-à-manger au sol en carreaux anciens de terre cuite et murs à panneaux moulurés. Trophée en gypserie sur le manteau de la cheminée de bois, de style rocaille et peinte en faux-marbre. Dans l’angle nord/est, une niche avec décor en trompe-l’œil ; lave-main coquille et décor en faux marbre.
Vient ensuite le petit salon, ou hall d’entrée, situé au centre de l’aile du18ème siècle. Une porte fenêtre ouvre au nord sur la petite terrasse bordée de buis, l’autre au sud face à la grille d’entrée. Le linteau extérieur de cette porte fenêtre est orné d’un blason de pierre, bûché à la Révolution. A la suite, le grand salon, dont les murs sont entièrement lambrissés avec des ornements végétaux dans les moulures. Cheminée de bois peinte en faux-marbre, plafond de plâtre à cuvette et sol en parquet à bâtons rompus. Puis une bibliothèque par laquelle on peut accéder à l’étage.

Premier étage
Le palier précède un large couloir percé de trois fenêtres à imposte au sud, sur lequel ouvrent deux chambres avec salle de bain. Puis le couloir disparait pour donner toute la largeur de l’aile à un très grand boudoir éclairé au nord et au sud. Plafond en plâtre, plancher à larges lames ; grande fenêtre à imposte au nord et au sud. Boiseries à caissons en cimaise. Cheminée en bois ciré du 18ème siècle et gypseries sur le manteau. Par un petit passage en tambour, on accède à un petit appartement indépendant : chambre avec une profonde alcôve appuyée entre un placard vitré et le passage en tambour. Une fenêtre au nord, deux au sud. Cheminée du 18ème siècle en bois sculpté, manteau à gypseries. Sur le mur est, deux portes à double battants du 18ème siècle donnent sur un petit bureau séparant la chambre de la salle-de-bain, tout au bout. Dans l’angle nord/est du bureau part un escalier de bois redescendant au rez-de-chaussée.

L'orangerie

Aile nord/sud formant le côté est de la cour intérieure. Elle ouvre sur cette cour par une grande porte centrale à double battants et quatre fenêtres cintrées, deux à droite de la porte et deux à gauche. L’intérieur est très lumineux, comme il se doit dans une orangerie. Le sol est en terre battue.
A son extrémité sud, la tour-porche. Un escalier de bois mène à une petite pièce au-dessus du porche. Elle a une fenêtre voûtée et les traces d’une petite meurtrière aux niveaux supérieurs où se trouvait le pigeonnier, comme en témoignent les boulins dans les murs.

Les communs

Placés à droite et à gauche du portail d’entrée, les bâtiments ont un toit mono-pente; seule leur façade symétrique est visible de la cour. Elevés sur deux niveaux assez bas de plafond, ils servent d’atelier, de réserve à bois et de rangement..

Ce que nous en pensons

Lorsqu’elle fut acquise par les actuels propriétaires, la vaste demeure était envahie par la végétation. Restaurée avec beaucoup de sensibilité par ces deux artistes, elle est aujourd'hui l'émouvant témoin de sept cents ans d'Histoire concentrés dans ses murs depuis l’époque féodale jusqu'au 19ème siècle. Murs qui rappellent aussi que le château abrita durant de nombreuses années des artisans d’art spécialisés dans la reproduction de papiers peints avec les méthodes et techniques du 18ème siècle. Cette empreinte artistique qui marque l'ensemble pourrait perdurer par la re-création d'ateliers ou la tenue d'expositions, mais bien d'autres possibilités s'offrent devant une telle richesse : exploiter son patrimoine architectural et son histoire, sa vaste surface habitable, sa situation à proximité d’une ville d’eaux masquée toutefois par un environnement forestier qui lui préserve sa part de mystère... Le château peut être le vecteur de bien des projets professionnels tels que l'organisation de concerts, pièces de théâtre ou cérémonies de mariage. Le lieu séduira aussi une famille nombreuse dont les différentes générations pourront se mêler ici en toute indépendance.

904 000 € Honoraires de négociation inclus
850 000 € Honoraires exclus
Honoraires de 6.35% TTC à la charge de l'acquéreur


Voir le Barême d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 397631

Surface cadastrale 4 ha 25 a 23 ca
Surface du bâtiment principal 650 m2
Surface des dépendances 485 m2

Responsable régional
Lot-et-garonne

Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus