châteaux à vendre - lot-et-garonne - dans le lot et garonne

Dans le Lot et Garonne, un château néo-classique et ses communs
entièrement restaurés entourés d’un parc de plus d’un hectare

Situation

Une petite route quasi-privée mène à la propriété qui domine la vallée. Agen avec ses dessertes TGV et aéroport est à vingt minutes. Une entrée de l’autoroute Bordeaux-Toulouse est à moins d’un quart d’heure. En contrebas, la petite route débouche sur un bourg animé, fier de sa collégiale clunisienne. Une école et un lycée sont tout proches. Cette Gascogne s'enorgueillit d'un riche patrimoine, déjà prisé des Romains et tire une bonne partie de sa réputation de son climat toujours doux et ensoleillé.

Description

Le château et les communs sont dressés en surplomb d’une combe qui descend vers la vallée du Gers. La propriété s'étend sur un peu plus d’un hectare clos entouré de prairies. Le parc est planté de belles essences : cèdres de l’Atlas, févier, sophora pleureur… Prunes, mirabelles et cerises murissent dans le petit verger. Plus bas, une haie de fusain entoure le bassin de la piscine qui devra être restaurée. Orientée plein sud, la terrasse aménagée devant le château domine tout le parc et la plaine, livrant une vue spectaculaire sur la campagne et les Pyrénées qu'on peut voir par temps clair. Trois vieux tilleuls lui apportent leur ombre. Placée en retour d’angle à l’ouest, l’aile des communs renforce son caractère intime. Au nord, le château est séparé de la petite route par une butte herbeuse. Là se trouve le portail ancien en ferronnerie encadré de deux marronniers qui donne accès à la propriété.
Durant quelques années, l'ensemble a hébergé une famille installée dans le château mais aussi les locaux d'une entreprise aménagés dans les communs, permettant d'associer ici vie privée et vie professionnelle.

Le château

Sa façade néo-classique du 19ème siècle est flanquée d’une tour carrée à l’est, et de deux tours rondes à l’ouest. Les toits dont le faîtage est en terre cuite sont percés de cheminées dont certaines ont conservé leurs mitres. La grande porte d’entrée donne sur un vaste perron couvert par la structure en fer ouvragé soutenant le balcon du dessus. Le petit air colonial qu'il donne à la maison semble un clin d'oeil à Saint-Domingue, île avec laquelle la région entretenait jadis d'intenses échanges commerciaux.


Rez-de-chaussée
Le grand vestibule occupe toute la profondeur du corps de logis. Le sol est en carreaux de ciment à motifs de tapis. La cage d’escalier, au fond, fait toute la largeur de la pièce dont elle est séparée par un lambrequin de bois de style Haussmannien. Deux portes à double battant donnent sur un salon et la salle à manger. Eclairé par deux fenêtres au sud, le salon arbore un parquet à chevrons et un plafond à moulures. Ses murs sont tendus d’une perse posée sur un molleton encadrant une cheminée de marbre. Il faut souligner le raffinement des revêtements des murs : perses ou tissus unis en soie posés sur un molleton, papier peint assorti dans la cage d’escalier, peintures aux tons subtils…
Un boudoir communique avec le salon par une porte à double-battant. Une pièce de forme ovale tendue de tissu rose est aménagée à l'extrémité dans la tour. Le parquet est à chevrons, le plafond mouluré, et quatre niches marquent les angles. Une fenêtre donne sur le parc et une autre sur l’entrée de la propriété. Un petit boudoir adjacent est équipé d'un lavabo.
A partir du vestibule, une double porte ouvre à l’ouest sur la salle à manger recouverte d'un parquet à chevrons et portant des boiseries de cimaise en frisette peintes en gris. Les murs sont blancs et le plafond en plâtre décoré d'une rosace. Deux portes sont placées de part et d’autre d’une grande cheminée de marbre gris. L'une ouvre sur une petite cage d’escalier de service située dans la tour nord, l’autre sur la cuisine et la petite pièce ronde installée à la base de la tour sud, qui sert de cellier. La cuisine est située dans une partie ancienne, comme en témoignent son plafond à grosses poutres et sa cheminée de pierre. En son milieu, une différence de niveau sépare la partie cuisine de la partie repas. Le sol est en carreaux de terre cuite à cabochons ; le plan de travail en béton gris foncé et les murs gris clair donnent à la pièce un esprit contemporain. Eclairée par trois fenêtres et une porte-fenêtre donnant sur une courette dallée de carreaux de terre cuite, elle située à l’emplacement d’une très ancienne maison dont il ne reste que les murs. Il a été question d’y installer une piscine.

Premier étage
L’escalier monte en une large courbe jusqu'à un vaste palier commandant les deux ailes de la maison. De beaux lambrequins encadrent les portes, les murs sont tendus de Perse. Une porte-fenêtre ouvre sur un balcon à rambarde en dentelle de ferronnerie.
A l’est, un couloir très lumineux recouvert de tissu sur molleton dessert deux chambres. La première a un plancher à lames droites et un plafond à moulures et rosace de plâtre. Sa fenêtre rehaussée d'une belle crémone en lyre contemple un arbre de Judée dont la splendeur envahit la chambre lors de ses floraisons. Aux murs toujours, des toiles de Perse à ramages posées sur molleton. La deuxième chambre, aménagée au bout du couloir dans la tour rectangulaire, est décorée d'une toile de Jouy. Très lumineuse, son plancher est à lames droites et son plafond plâtré. Une porte dissimulée ouvre sur une salle de bain avec baignoire. Les toilettes sont isolés par un muret. Le parquet est à larges lames. Un passage fait communiquer la pièce avec la chambre précédente.
En revenant vers le palier, une double porte ouvre sur une grande chambre très lumineuse avec un parquet à lames droites et une grande cheminée en marbre gris. Une première porte donne dans la salle de bain prise dans la tour ronde. Habilement restaurée, son sol est en pavement de mosaïque et sa douche à l’italienne protégée par un écran de verre arrondi.
Une porte dans un angle donne sur un palier d’où part l’escalier de service. Sur le même palier, adossée à la grande chambre, une salle de bain à rénover pourrait être associée au grenier en cours de restauration placé au-dessus de la cuisine pour former un logement : tout est doublé, la charpente et les murs sont isolés. Une trémie d’escalier est prévue pour relier la cuisine par un sas.

La partie professionnelle

Les communs de l’aile perpendiculaire au château ont été récemment restaurés par un architecte qui les a surélevés d'un étage, créant une surface professionnelle de presque 100 m² communiquant avec la partie privée. A la suite du grenier en cours de restauration s'ouvre une très grande pièce au sol en béton, éclairée par trois fenestrons à l’est et trois fenêtres à l’ouest. Elle abrite le système de ventilation, les nombreuses lignes de téléphone et l’arrivée du câblage numérique pour l'internet. Un escalier de bois central donne accès à l’étage inférieur où se trouvent le garage et l’ancienne écurie. Le garage a un sol en ciment et un plafond soutenu par des poutrelles de fer. Il ouvre sur la cour d’arrivée par une haute porte de bois. A la suite, l’ancienne écurie au sol de galet a également un plafond soutenu par des poutrelles de fer. Au fond, la cuve à fuel de 3000 L.
Une chapelle se trouve au bout de cette aile sur la cour. Elle donne sur une terrasse en surplomb dallée de grands carreaux de pierre reconstituée. Sous la terrasse, une cave en brique voûtée témoigne peut-être d’une histoire plus ancienne. Sa porte de bois aux belles pentures est surmontée d’une niche abritant une reproduction en miniature de l’Ange au sourire de la cathédrale de Reims. Elle ouvre sur un volume d'environ 50 m² avec mezzanine. Le plafond est cathédrale, le sol en plancher "clipsé". Sous la mezzanine sont installées une kitchenette et des toilettes avec douche et lavabo. Cette partie pourrait donner un appartement indépendant.
Vastes et séparés par des cloisons vitrées amovibles, les bureaux installés en vis-à-vis ouvrent sur une terrasse de plus de 60 m² par trois grandes baies vitrées. Ici, la restauration d’esprit très contemporain a privilégié l’isolation des murs et des toitures dont les fermes imposantes ont été laissées apparentes. Chaque pièce est équipée d’un programmateur de température. Cinq fenêtres lui assurent un bel éclairage. Une porte-fenêtre ouvre sur l’escalier métallique donnant accès à la partie professionnelle. Une cuisine d'angle ouverte sur la terrasse fait le lien avec les communs. Un large escalier tournant en fer de style industriel accède à un grand espace très lumineux éclairé par des baies vitrées coulissantes donnant accès au parking. entièrement modulable, la surface de ces deux niveaux de bureau avoisine les 300 m².
.

Ce que nous en pensons

Le demeure ainsi remaniée et aménagée est une aubaine pour tout entrepreneur désireux de travailler chez lui dans un somptueux cadre naturel, comme ont su le faire les précédents propriétaires. Campée au-dessus d'un village encore vivace, la propriété n'est nullement isolée , les métropoles de Bordeaux et Toulouse n'étant qu'à une heure et la capitale bientôt à trois heures. Pour ces mêmes raisons, le château pourrait être avantageusement converti en un lieu d’accueil pour mariages ou séminaires, ou mieux encore comme site dédié à la restauration avec la création sur place d’une filière d’apprentissage sélective basée sur les produits locaux. Sans oublier que la propriété se trouve en pleine région touristique, juste à côté d'une collégiale clunisienne, et que les petites routes des environs n'ont pas fini d'enchanter les visiteurs : le château leur ferait une halte idéale.

998 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 316256

Surface cadastrale 13497 m2
Surface du bâtiment principal 270 m2
Surface des dépendances 500 m2

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Lot-et-garonne

Armelle Chiberry du Vignau    +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus