châteaux à vendre - côte-d'or - bourgogne

Non loin de Beaune, une «folie» bourguignonne
avec son théâtre à l'italienne, ses dépendances et son parc naturel

Beaune, COTE-D'OR bourgogne 21200 FR
Bourgogne

Situation

A 3h20 de Paris via l'A6, 2h30 de Genève via l'A40 et à peine 20 minutes de Beaune. Les "Climats de Bourgogne", inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, sont à quelques minutes seulement. Dominée par son église du 16e siècle, la commune est traversée par deux rivières et un ruisseau : la Dheune, la Vandène et le Reuil de Champseuil. La propriété est sise à l'entrée de village face aux champs qui se déclinent à perte de vue dans un paysage bocager. Les commerces les plus proches sont à Beaune, ville hautement réputée pour son art de vivre et son patrimoine.

Description

Cette "folie" est due à la fantaisie d'un homme à la fin du 19e siècle, début du 20e siècle. La demeure était à l'origine une simple maison de vignerons formée de deux logements dont l'origine remonterait au règne de Louis XIII. En témoignent la cuverie, la cave et les anciennes dépendances qui devaient être à usage agricole et subsistent en l'état. Il la rachète vers 1870 et la transforme en "château" de style néogothique à la faveur de travaux sans cesse renouvelés jusqu'à son décès en 1905. Ainsi surgissent des donjons et tourelles ainsi qu'un corps de logis gothique auquel s'ajoute bientôt un véritable théâtre à l'italienne avec une salle de bal. De cet ensemble architectural haut en couleur, certains éléments ont depuis disparu. Ce qu'il en reste n'en est pas moins hétéroclite et fantasque.
Un châtelet d'entrée au nord ouvre sur une cour intérieure. A l'ouest, le corps de logis fait face aux dépendances. Le fond de la cour au sud est clôturé par une grille de fer. Au delà, un parc descend en pente douce jusqu'à une petite rivière. Tout autour des bâtiments, des prés en herbe et quelques arbres. A l'est, un pavillon et un mur de prolongement séparent la propriété du village, au nord une haie de clôture. Au sud et à l'ouest, la vue est entièrement dégagée sur le paysage bocager tout juste coupé par la rivière, les chemins de campagne, des haies d'arbres et quelques fossés. Une grotte de pierre trouée apporte au lieu une petite touche de mystère.

Le châtelet d'entrée

Un chemin mène tout droit à la grille d'entrée du châtelet, authentique pièce du 18e siècle rapportée d'un ancien monument. Le porche du châtelet, également appelé dôme, est fermé par une porte en chêne qui provient également d'un ancien hôtel particulier. Les murs adjacents en brique et pierre de taille sont surmontés d'un balustre. Les murs ont été surélevés pour supporter une galerie formant un passage entre l'habitation principale et les dépendances du théâtre. Côté cour, une série d'arcades entremêlées de pilastres rythme la façade. Le dôme flanqué de tourelles est couvert de tuiles plates vernissées très colorées. Côté entrée du porche, les murs sont à hourdis de brique. L'avant-corps a une fausse balustrade et une colonnade qui semble soutenir le dôme. Cette architecture étonnante est volontairement accentuée par les toitures vernissées, bien visibles depuis la route, la couverture étant plus plus simple et sans coloris sur le versant intérieur. La galerie mesure près de 16 m x 24 m.

Le corps de logis

Situé à l'ouest, le corps d'habitation principal, avec ses deux ailes de pierre de taille en retrait, est de style néogothique. Les toits couverts de tuiles plates bourguignonnes sont percés de lucarnes dont une rentrante. Des acrotères décorent les faîtages. La façade est ordonnancée par des colonnes doriques à petits chapiteaux et des baies à arc en anse de panier au rez-de-chaussée. Les arcs sont à lancettes avec des vitraux colorés à l'étage sur le corps central. Les ailes en retrait sont percées de vastes fenêtres rectangulaires à modillons sculptés d'accolades et de petits blasons.


Les caves
Une petite cave voûtée est accessible par l'intérieur du corps de logis. Elle est malheureusement inutilisable car souvent inondée.
Rez-de-chaussée
Les marches d'un perron mènent depuis la cour dans le vestibule qui dessert à gauche une petite pièce servant de vestiaire, et un salon à plafond blanc qui précède la grande cuisine avec cheminée et plafond à poutres décorées de motifs géométriques. Une buanderie et une petite chambre ainsi que des toilettes se partagent le reste du niveau. Le vestibule abrite aussi l'escalier unique en chêne ouvragé de style gothique à motifs chevronnés, croix et petits personnages d'aspect médiéval au départ des rambardes. Le sol est formé de carreaux de ciment, celui du vestiaire en tomette. Le carrelage du salon est plus moderne mais à cabochons à l'ancienne et celui de la cuisine en carreaux de terre cuite.
Premier étage
L'escalier débouche sur une galerie ouvrant sur deux pièces entièrement décorées, avec parquet à chevrons et plafonds à la française en chêne. La galerie est percée de plusieurs grandes fenêtres à lancette avec vitraux aux ornements crucifères qui rappellent les baies quadrilobées de l'époque médiévale. Les teintes ocre-rouge et jaune sont aussi une référence au Moyen-Âge. La première pièce, appelée salle à manger, est ouverte côté cour par de grandes fenêtres animant les boiseries intérieures et la cheminée gothique. Les boiseries forment des panneaux peints sombres avec quelques touches d'azur et d'or comme les affectionnait Charles Suisse, un des premiers architectes des monuments historiques. Le plafond peint est à motifs floraux dorés ou rouges, arabesques et petits damiers dorés. La cheminée est surmontée d'une sorte de dais sculpté de motifs semblables à ceux des vitraux de la galerie. Les portes de cette pièce sont rapportées d'un ancien hôtel particulier. La deuxième pièce appelée salon est fastueuse. Le plafond à la française est de couleur rouge et or, rehaussé de demi-poutres, consoles, culs-de-lampe et ornements divers tels que des modillons dorés. Les boiseries blanc et or sont décorées de panneaux peints par Druard et Couturier. L'iconographie est riche : une chasse aux renards, des cailles au nid dans les blés, des bécassines, un jeune faune avec sa mère, un paysan gardant des vaches... le propriétaire des lieux lui-même y paraît, entouré de sa soeur et de sa nièce - il est également représenté sur un autre panneau avec un lièvre et son épouse encadrée de sa nièce et son petit-neveu. Une fausse cheminée de bois peint a remplacé une cheminée d'époque. Cinq portes de chêne dont la provenance en étonnera plus d'un affichent deux vantaux de couleur blanc et or. A l'étage également, deux chambres avec parquet et plafond peint et un ancien fumoir ou bureau. Ce dernier communique avec le salon et la galerie. Les murs enduits de plâtre bleu et le plafond sont compartimentés par des baguettes dorées. Les plafonds des chambres sont décorés de colombes dans des ciels bleus, les panneaux centraux sont entourés d'un encadrement doré avec écoinçons à fleurs de lys. Les boiseries sont d'origine. Une salle de bain est contiguë aux deux chambres.
Deuxième étage
Les combles ont été confortablement aménagés en un appartement individuel. Les sols sont couverts de moquette claire, les murs et les plafonds sont blancs. Il réunissent plusieurs pièces dont une grande qui occupe toute la longueur, formant un bureau et un salon d'une part, et de l'autre un dégagement desservant une chambre, une cuisine et une salle de douche avec toilettes neufs.

Les dépendances

La principale est un ouvrage en brique sur une base en pierre. Construite d'un seul niveau elle est couverte d'une toiture en tuiles grises surmontée d'un occulus. Elle est rejointe par le retour d'aile du pavillon d'entrée dans lequel se situe l'entrée du théâtre. Au bout de ce bâtiment, un ancien faux-donjon aux murs enduits de faux joints imitant la pierre de taille est de belle stature, et surmonté d'une terrasse supérieure à créneaux. L'ensemble est donc divisé en trois bâtiments distincts. Au niveau du rez-de-chaussée, dans l'ordre depuis l'entrée du châtelet, une cuverie et une cave adjacente suivis d'une grande pièce avec cheminée ouvrant sur une autre grande pièce, qui sont toutes deux des remises. Puis une pièce large comprenant un sauna fermé et une autre pièce accessibles depuis les remises. Enfin une écurie et une sellerie. Au premier niveau du donjon, se trouve un grand garage.


Cuverie
Cette belle pièce en pierres de moellons abrite la cuve de fuel et du bois de chauffe.
Cave
Elle est attenante à la cuverie et n'est pas enterrée.
Ecuries
L'écurie proprement dite est fastueuse. Les mangeoires en marbre griotte foncé des Flandres, proviennent de la démolition d'un palais parisien. La sellerie est quant à elle une pièce nue sans décor.
Réserve
Il s'agit d'une grande pièce située entre les anciennes écuries et la cave, d'une autre attenante et d'une troisième de 17m² avec un sauna de plus de 3 m². On y trouve une cheminée gothique.
Garage
Il est au rez-de-chaussée du donjon. L'entrée depuis la cour intérieure est fermée par une belle grande porte de chêne peinte en rouge.

Le théâtre

Vers 1882, l'aile gauche qui abritait les communs a été surélevée pour en faire le pendant de l'aile droite, constituée par l'habitation. Cette aile abrite le théâtre qui est donc à l'étage mais dont l'entrée est sur la cour au rez-de-chaussée. Son ancien foyer a été utilisé en salle de billard. Au fond du théâtre, côté scène, une porte s'ouvre sur les greniers des dépendances, au bout desquels on accède au donjon par un étage intermédiaire. Un grand escalier monte à un étage supérieur et à une grande pièce avec un escalier "Chambord" en bois qui a été construit sur le modèle du célèbre château. Il monte vers une terrasse offrant un beau panorama sur le château et les environs. La dernière grande salle dite "salle de bal" comporte des boiseries peintes à motifs floraux. Un petit fumoir lui est contigu. Le parquet a subi une inondation, il est par endroit troué.


Rez-de-chaussée
L'escalier en marbre de l'entrée s'inspire de celui de l'Opéra de Paris. Les socles sont vert de mer, les balustres rouge antique et la main-courante blanche à filets verts. Les panneaux muraux sont en imitation de marbre du Languedoc.
Premier étage
Les loges et la scène sont surmontés d'une coupole formant un puits de lumière. Elle est décorée de motifs floraux d'une grande finesse. Le théâtre est une véritable bonbonnière. La grande loge centrale capitonnée de satin rouge est flanquée de loges latérales du même ton. Le style de l'ensemble est assez étrange et évoque l'égyptien, le persan et le chinois. La richesse de l'ornementation mêle les motifs géométriques, musicaux et floraux à profusion. Les grandes portes sont Louis XV avec dorures et décors de feuilles. L'ancien foyer du théâtre est aujourd'hui appelé "salle de billard". Une poutre de fer a été installée sur toute la largeur du bâtiment de ferme en surplomb au-dessus de la cour. Le plafond de bois à caissons a été exécuté sur dessin. Les tons sont rouge brun avec dorures en contraste, la partie centrale est ornée d'un carré doré avec petites fleurs.

La chapelle

Elle a été édifiée vers 1899 à l'écart des autres bâtiments. A nef unique avec des murs extérieurs enduits, elle est surmontée d'un clocheton avec une croix en fer. La porte d'entrée est de style gothiques avec vitraux. La voûte est formée de médaillons ornés, avec des caissons intermédiaires. Les médaillons sont rouge et or avec motif floral qui se répète sur l'ensemble des médaillons. Les caissons sont bleu ciel. Le dallage à cabochons est d'une belle teinte claire.

Ce que nous en pensons

Conformément à la volonté de son concepteur, la demeure est on ne peut plus théâtrale. Elle traduit le naturel fantasque du propriétaire et son goût très prononcé pour les références artistiques ou architecturales auquel sa prospérité n'imposait aucune retenue. L'ensemble est particulièrement hétérogène, émaillé de références qui vont des anciennes demeures médiévales aux représentations de théâtre. Sagesse du fou, folie du sage, le tout n'est pas dénué de charme voire de magie Ses décors ont été souvent prélevés à la fin du 19ème siècle dans d'anciens hôtels particulier parisiens, certains proviennent de l'ambassade de Russie et même du palais des Tuileries, d'où leur qualité et leur caractère parfois impressionnants. Malgré ses aspects originaux, le corps de logis compose une maison de type résidentiel au confort appréciable, même si des aménagements intérieurs et des travaux d'entretien seront nécessaires.

Vente en exclusivité

640 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 130037

Surface cadastrale 4 ha 86 a 71 ca
Surface du bâtiment principal 300 m2
Surface des dépendances 1800 m2

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Côte-d’or

Céline Berrette       +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus