Au nord de la Bourgogne, un château du 15ème siècle,
classé Monument Historique et ses dépendances
, COTE-D'OR bourgogne FR

Situation

À moins de 3h de Paris et de Lyon par la route, liaison TGV Paris-Rhône, gares de Montbard et Dijon, aéroport Dijon-Longvic.

Description

Édifié au cœur d’un parc de 24 ha planté de feuillus centenaires, le château se situe dans une plaine vallonnée parmi des prés en pente douce. La vue depuis le corps de logis est dégagée. La façade principale surplombe la campagne environnante. Les origines remontent au 15ème siècle. Diverses dépendances (880 m² environ) dont une maison d’habitation, une maison de gardien, un pavillon à l’entrée du parc, une petite ferme et divers hangars et granges ainsi qu'un ancien lavoir. L'ensemble est agencé autour d'un parc entièrement clos de murs, murets et haies. La propriété est sillonnée de sentiers et aussi, de voies carrossables. Les parcelles en prairie sont fermées par des haies naturelles, formant un paysage de bocage.

Le château

Le corps de logis principal a été édifié au le 15ème siècle par un homme né de l’aristocratie bourguignonne, mécène des arts qui le fit construire avec sa façade principale, ses deux tours octogonales, fenêtres à meneaux, portes à accolade et cheminées monumentales, sous sa haute toiture couverte d’ardoise. Au 16ème siècle, il subit d’importantes transformations et accueille en juin 1595 Henri IV, roi de France e de Navarre, suite à sa victoire de Fontaine-Française. À l’époque, le château est un grand corps de logis avec deux salles basses lambrissées et dorées, des chambres et une chapelle d’une taille exceptionnelle pour être castrale, voûtes peintes et sculptures en bois ; autel et mobilier sont encore présents, intacts. Celle-ci est consacrée le 6 novembre 1610 sous le vocable de Saint-Pierre, Saint-Denis et Sainte-Reine. Au 17ème siècle, la propriété est vendue au premier président du Parlement de Bourgogne; la marquise de Choiseul lui succéde en 1740. Au 18ème siècle, par le mariage de la dernière descendante de la marquise, le château passa en d’autres mains. En 1844, le propriétaire fit réaliser d'importants travaux de rénovation faisant appel à l’architecte Charles Suisse et au sculpteur Schanosky. Tous deux font référence dans l’histoire de l’architecture bourguignonne. Le premier a dirigé la restauration de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon; le second est réputé pour la restauration du château de Stephen-Liégeard ou encore pour les sculptures de la « maison romane » de la rue des forges. Au château il a notamment fait ordonné des travaux de menuiserie en chêne dans la galerie, les chambres du premier étage et la chapelle. À la fin du 19ème siècle, les peintures de la chambre Henri IV sont rénovées par le maître L. B. Vernachet. C’est de cette époque que datent les dorures actuelles, on y a utilisé 14.200 feuilles or jaune vif, or, vert et platine (d’où le surnom de chambre verte). Enfin à l’extérieur, les jardins et le parc du château ont été dessinés par Friant et Buhler, ce dernier ayant également travaillé au château de Stephen-Liégeard.
C’est donc une équipe reconnue qui a œuvré dans le château et lui a donné son aspect actuel.


Rez-de-chaussée
Les pièces de l’ensemble du château sont toutes peintes, des plafonds à la française aux murs. Les boiseries, lambris plafonds, huisseries et parquets sont remarquables. Les grands salons du rez-de-chaussée avec d’imposantes cheminées d’époque comportent des scènes figurées. Les murs sont ornés d’entrelacs et lettres dorées, faisant référence aux seigneurs du lieu.
Premier étage
Une grande galerie de près de trente-huit mètres de long distribue une enfilade de portes sculptées alternant avec de grandes toiles marouflées reflétant les hauts faits des châtelains.

Ce que nous en pensons

Un voyage à travers le temps du 15ème siècle au milieu du 19ème. La qualité de l'ensemble est manifeste dans toutes les parties, qu'elles datent du 15ème ou du 19ème siècle. L'état de conservation et d'entretien mérite le respect et a permis de conserver une authenticité devenue d'autant plus rare par la variété des époques concernées. La composition de l'ensemble et l’entretien du parc ne laissent rien à désirer. Le logis principal pourrait être en soi un musée. Quinze pièces du dernier étage mériteraient une rénovation. Sinon, un minimum d’entretien, pour ne surtout rien altérer, suffit à la conservation de ce petit monument architectural.

Vente en exclusivité

2 380 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 694810

Surface cadastrale 24 ha
Surface du bâtiment principal 1500 m2
Surface des dépendances 880 m2
Nombre de chambres 8

Responsable régional
Nord Côte d'Or


Michel Monot +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus