A 40 km de Paris, château du 18è S. avec façades et toiture IMH,
douves en eau, parc et jardins à la française, plan d'eau et forêt sur environ 40 ha

Situation

Le domaine est stratégiquement situé à 40 km de Paris, et à 50 km de l'aéroport Roissy Charles de Gaulle.
Accès direct par voies rapides via l'autoroute A4 puis la Nationale 4.

Description

Un peu d'histoire :

En 1782, la "Terre des Boullets", érigée en seigneurie au 16ème siècle et possession de la maison de Ségur sous louis XIV, appartenait à Dame Angélique Labouré, veuve d'un gentilhomme de la vénerie du roi et capitaine de cavalerie à Saint Domingue. A sa mort, son neveu Claude Bellanger, colonel de la Garde et très haut dignitaire de la Maison du roi, fut désigné comme son héritier à condition qu'il rebâtisse la vieille demeure qui commençait à s'effondrer.
Claude Bellanger, né sans fortune, était un brillant aventurier comme on en rencontrait à cette époque. Il était en outre fort bel homme, le plus séduisant dit-on de son régiment. Il devint à ce titre le protégé de Madame du Barry, favorite du roi, à qui il se proposa d'aller en Angleterre enlever l'auteur d'un libel qui l'avait outragée. Le joli coeur faillit y laisser la vie car suite a une indiscrétion, l'auteur du libel l'attendait et Bellanger manqua de peu de finir noyé dans la Tamise. Devenu plus tard premier officier de la Garde des corps et en passe d'hériter de la fortune de sa tante, il rencontra Adélaïde Giambonne, fille d'un banquier génois et d'une ancienne "pensionnaire du Parc-aux-Cerfs", comme on désignait alors pudiquement les maîtresses de Louis XV. Bellanger épousa la belle Adélaïde, mais cette dernière, peut-être inspirée par l'exemple maternel, céda bientôt aux ardeurs d'un grand aristocrate, le prince de Conti. Après un divorce qui défraya la chronique et quelques duels qui l'opposèrent à divers amis de Conti, Bellanger se replia sur ses terres et, plutôt que réparer la vieille demeure, décida de la remplacer par un château tout neuf, digne de son nouveau rang. Après maintes péripéties, c'est à Nicolas-Claude Girardin que le chantier fut confié. Cet architecte de renom, troisième au prix de Rome en 1772, dirigeait d'agence d'Etienne-Louis Boullée, un des plus grands architectes du siècle, auquel il avait succédé. On doit entre autres à Girardin les serres du palais de l'Elysée, la chapelle Saint Nicolas du Roule et l'hôpital Beaujon. Son style était marqué par la simplicité des calculs et l'articulation des volumes, ainsi que par son goût des surfaces nues et des arêtes vives qui donnait à ses réalisations un caractère austère et puissant, très admiré de ses contemporains.

Description :

Le domaine, d'une superficie totale d'environ 40ha, réunit :
- le château et ses dépendances
- les jardins à la française qui s'étendent de part et d'autre de l'édifice dont les douves sont en eau et les abords largement dégagés. L'allée principale arborée mène à la cour d'honneur entre des parterres de gazon, de buis et autres topiaires. A l'arrière de l'édifice, un double allée de tilleuls compose une perspective remarquable sur le domaine forestier. Des parterres d'eau rectangulaires sont également bordés de tilleuls
- le parc boisé de 30 ha environ, clos d'un grillage de 2 m de hauteur, percé de somptueuses allées forestières et planté de feuillus (chênes, frênes, hêtres)
- un étang de 10 ha environ, classé, dont les berges sont aménagées de pierres plates issues de l'ancien château
- un ancien jardin potager clos de mur, d'une superficie de 2 ha environ.

Le château

Achevé par Nicolas-Claude Girardin en 1785, le château est certainement l'une des plus brillantes réussites architecturales de la fin de règne de Louis XVI. Ses douves, toujours en eau, épousent en arrondi les contours de la façade donnant sur le parc.
L'édifice présente un schéma de construction simple et dépouillé décliné sur trois niveaux hors les caves qui s'étendent sous une partie du château. La modénature des quatre façades est cadencée par une suite ininterrompue de quarante deux pilastres colossaux qui ceignent toute la bâtisse, de sorte que les travées qu'ils encadrent sont parfaitement identiques.
A l'étage, une croisée rectangulaire surmonte chaque baie cintrée du rez de chaussée, dont les proportions sont plus élancées. Au centre des deux façades, un léger ressaut rassemble cinq travées pour former un avant-corps. L'entablement est couronné par une balustrade rehaussée de pots à feu sur les avants-corps et d'angelots dans les angles.


Rez-de-chaussée
Superficie totale : 580 m²
Hauteur sous plafond : 4,80 m
Un large vestibule au sol en dallage et cabochons conduit au grand salon et son parquet Versailles en chêne. Une cheminée Louis XVI en marbre y côtoie huit trumeaux peints qui alternent avec huit portes à double battant. Quatre d'entre elles sont surmontées d'admirables putti en stuc, trois portes-fenêtres ouvrent sur le parc, les volets intérieurs sont en chêne.
A gauche du vestibule se trouve un ancien salon de chasse transformé en salon de lecture, pièce réchauffée par une cheminée en brique sur un sol en dallage à cabochons.
La pièce précède une cuisine assez vétuste au sol en dallage crème et marron et une arrière-cuisine au sol en pierre. En retour, un dégagement abritant un départ d'escalier de service dessert un espace buanderie, un office, puis un salon de couture carrelé placé en angle. Dans le prolongement s'ouvre la salle a manger avec son dallage à cabochons, percée de trois portes fenêtre qui donnent sur le parc, tandis que six autres ouvrent sur le salon d'angle, le grand salon, la cuisine et le salon de lecture. Les murs sont en faux marbre remarquablement peint.
A droite du vestibule s'ouvre une pièce au sol en dallage à cabochons d'où part l'escalier d'honneur, dont l'admirable rampe du 18ème siècle en ferronnerie grise et or porte un pommeau doré.
En face, dans le prolongement du grand salon à parquet Versailles, se trouve un petit salon parqueté à l'anglaise avec cheminée de marbre et plafond sculpté. Les murs sont couverts à mi-hauteur de lambris d'appui en chêne peints en gris et dorés au pourtour, qui alternent avec des tapisseries. Deux fenêtres munies de volets intérieurs en chêne ouvrent sur le parc.
La partie droite du château, juste à droite de l'escalier d'honneur, réunit les "petits appartements d'hiver". Une entrée avec départ d'escalier en pin massif descendant vers l'entresol précède deux pièces élégantes faisant office de salon et salle à manger et une petite cuisine. L'ensemble est carrelé.
Une chambre au parquet à point de Hongrie rehaussée de boiseries peintes est prolongée par une seconde chambre parquetée à l'anglaise, pièce avec fenêtre sur parc et cheminée où une alcôve a été aménagée entre les lambris de hauteur. Une salle de bain est attenante.
Entresol
Superficie totale : 131 m²
Hauteur sous plafond : 2,10 m
L'entresol abrite trois chambres et une salle de bain qui font partie des "petits appartements d'hiver".
Premier étage
L'escalier d'honneur débouche au premier étage sur un grand palier d'où partent deux couloirs, l'ensemble couvert d'un carrelage noir et blanc.
A partir du fond du couloir de gauche s'échelonnent une succession de pièces. D'abord la chambre n°1 avec cabinet de toilettes et sanitaires ; puis la chambre n°2 avec ses deux fenêtres sur parc, son dressing et son cabinet de toilette ; la salle de bain n°1 ; enfin un très beau salon-bibliothèque (ou chambre de maître) parqueté a l'anglaise, largement éclairé par trois fenêtres sur parc, équipé d'une cheminée en marbre et associée à un dressing. A sa suite se trouve la chambre n°3 qui fait face à l'escalier d'honneur, pièce parquetée de chêne à l'anglaise avec toilettes, dressing et cabinet de toilette. Enfin, une salle d'eau et des toilettes précèdent la chambre n°4 qui termine le couloir côté droit.
En face à droite se succèdent la chambre n°5 parquetée a l'anglaise, puis, une lingerie, un office et une pièce de service suivis de l'escalier d'honneur. A gauche s'ouvrent en enfilade la chambre n°6, parquetée, qui partage la salle de bain attenante avec la chambre n°7, elle aussi parquetée et associée à un dressing et un cabinet de toilette. Les chambre parquetée n°8 et n°9 précèdent immédiatement l'escalier de service.
Combles
Ce niveau au sol recouvert de tomettes anciennes est accessible par deux escaliers de service disposés à chacune de ses extrémités. Entièrement à rénover, il abrite de nombreuses petites pièces qui étaient d'anciennes chambres de service.

Les dépendances

Il s'agit de deux bâtiments, anciennes maisons de gardien utilisées comme remises, dont les pièces sont toutes à rénover.

Ce que nous en pensons

Les origines et l'histoire du château comme de ses occupants pourraient inspirer plus d'un cinéaste, qui trouverait ici un décor resté presque intact depuis plus de deux siècles. A sa manière, le long parallélépipède blanc évoque si fortement le Grand Trianon de Versailles que l'ensemble pourrait facilement passer pour la demeure d'un souverain. Construit en six mois selon une vision architecturale remarquablement cohérente et aboutie, ce château d'agrément affiche une identité singulière tant sa perfection néoclassique se combine magnifiquement à sa préciosité intérieure et à la somptuosité de son parc. Même son environnement et son emplacement, à proximité immédiate de la capitale, le désignent comme une demeure hors du commun. Confortée par son statut de monument historique, cette pure expression d'un passé éclatant ne peut qu'être promise à un avenir radieux.

Vente en exclusivité

Prix : nous consulter

Référence 491546

Surface cadastrale 40 ha
Surface du bâtiment principal 1260 m2
Surface des dépendances 500 m2

Responsable régional
Seine & Marne, Aube

Corinne Angeli       +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte


Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus