hôtels particuliers à vendre - paris - jardin du luxembourg

Paris , Jardin du Luxembourg, proche de l'Observatoire et du Panthéon,
un hôtel particulier entre cour et jardin édifié par un élève de l'architecte Garnier

Situation

A Paris, à la limite des 5ème et 6ème arrondissements, proche du Panthéon et du jardin du Luxembourg où Marie de Médicis fit ériger au 17ème siècle son palais, actuel siège du Sénat de la République.

A proximité immédiat, le jardin du Luxembourg recèle une des plus belles fontaines de la capitale, œuvre qui porte toujours le nom de la célèbre reine de France. Dans ce parc de 25 hectares de verdure émaillés de 106 statues, les enfants se sentent chez eux grâce à son fameux théâtre de marionnettes, ses ânes et ses manèges. Leurs aînés y jouent plus tranquillement aux échecs, au bridge ou au tennis. Les plus sportifs y pratiquent assidûment la course à pied.

Situé dans une rue confidentielle, entre le jardin et le Panthéon, l’hôtel particulier est en retrait des axes les plus empruntés,comme s'il avait voulu se faire discret et préserver sa tranquillité.

Les lignes 4 et 10 du métro ainsi que de multiples lignes de bus qui passent non loin permettent de rejoindre facilement les quatre coins de la capitale, notamment les principales gares SNCF. Le RER B mène directement à l'aéroport de Roissy / Charles de Gaulle.

Description

Vers 1870, l’hôtel particulier sortit de terre, élevé sur le jardin d’un monastère qui occupait autrefois le quartier. Il fut dessiné et construit par un ancien élève de Charles Garnier, l’architecte de l'opéra de Paris, prix de Rome, médaillé lors de l’Exposition universelle de 1889.

L’édifice était alors décrit comme une « belle propriété avec cour et jardin, construite avec quatre escaliers, pierres de taille, moellons, fer et bois, couverture d’ardoise. Edifié sur cave, rez-de-chaussée, un étage carré et un deuxième mansardé et deux étages ». Il porte déjà la mention d’hôtel particulier.

Depuis il a connu différents propriétaires dont une veuve qui le transforma pour le louer en 13 appartements et un atelier de sculpteur pendant quelques années. Il retrouva ensuite son unité pour l’usage d’un seul occupant.

C’est en 1923 que fut construit le passage couvert qui longe le jardin et dessert la propriété voisine depuis la rue.

La Demeure

L’hôtel particulier, de style classique éclectique, s’inspire des demeures privées de style Louis XV. Côté cour, la blancheur des façades à l’important décor sculpté se fond avec celle du tapis gravillonné. Côté jardin, elle s’harmonise discrètement avec le camaïeu de verts de la pelouse et de diverses essences d’arbres du jardin.

L’édifice est bâti selon un plan carré qui enserre la cour gravillonnée. Le rez de chaussée, les deux étages et le sous-sol représentent une surface d’environ 1400 m². Sa configuration, exploitée par quatre escaliers intérieurs, autorise une circulation tournante aux étages supérieurs ainsi que des déclinaisons différentes des lieux de vie ou encore l’aménagement d’appartements indépendants.

Chaque niveau jouit du privilège rare à Paris de bénéficier, pour les deux façades principales, de la lumière, du calme et d’une vue dégagée vers de grands jardins arborés et agrémentés de fontaines en eau.

Côté jardin, de part et d’autre de l’avant-corps central, trois travées largement ouvertes à la lumière et à la vue par leurs baies. L’avant-corps a un toit en pavillon percé d'oculi. Il repose sur une corniche à modillons sur consoles qui dessine un fronton triangulaire et se poursuit, droite, sur les travées latérales. La porte-fenêtre centrale est inscrite dans un arc. Un décor en bas-relief remplit le tympan. Une corniche simplifiée sur consoles à triglyphes et gouttes marque la séparation entre le bossage lisse du rez-de-chaussée et le premier étage où des pilastres à chapiteau composite alternent avec les portes-fenêtres droites ou en plein cintre, surmontées de corniches sur consoles. Alors qu’au rez-de-chaussée, les baies sont dotées de persiennes de bois gris, à l’étage, les balustrades de pierre et garde-corps en fer forgé des portes-fenêtres diversifient ce décor inspiré du néo-classicisme.

Sur la rue, les appuis de fenêtres représentent toute une variété d’usages de la ferronnerie de l’époque du Second Empire, variantes inspirées des établissements Antoine Durenne. Le néo-Louis XV se retrouve pour la rampe de l’escalier d’honneur.


Rez-de-chaussée
Remanié depuis sa construction, le rez-de-chaussée a donné place à une loge de gardien, tout de suite à gauche sous le passage d'entrée, avec un petit appartement fonctionnel de deux pièces et toutes ses commodités. Immédiatement après, un départ d’escalier secondaire à crémaillère, marches amples et amortissement en fonte, de belle allure quoique plus modeste que l’escalier d’honneur. Sous l’escalier, un des deux départs vers le sous-sol.

Communiquant par la cour, dans l’aile centrale de gauche : deux bureaux, avec commodités, placard et salle d’eau.

A droite du passage cocher, le garage dont la porte d’accès ouvre sur la cour avec près de 35 m² de superficie.

Dans l’aile droite, l’office en deux cuisines et un studio de service avec salle d’eau et toilettes. Un départ vers le sous-sol se situe le long du garage.

La partie noble, entre cour et jardin, se déploie avec une profondeur de près de 10 mètres sur 18 mètres de large. Le hall central est en pleine perspective du passage couvert avec l’escalier d’honneur sur le côté. Cabochons de marbre noir au sol, pilastres et corniches moulurées constituent les seuls décors.

La volée d’escalier en pierre de travertin, majestueuse, souligne d’emblée le rang de la demeure, captant le regard vers l’étage noble. La rampe en fer forgé se déroule dans son décor typiquement inspiré du 18è siècle, à motifs d’entrelacs et courbes, répondant aux motifs des garde-corps des fenêtres.

En symétrie de part et d’autre du hall, deux salons ouverts sur le jardin par de larges baies. L’un a conservé son décor mural marbré en trompe l’oeil.

Une antichambre avec cheminée rejoint les bureaux de l’aile gauche.

Premier étage
Le premier étage est accessible par les deux escaliers principaux et deux escaliers de service qui, eux, se prolongent jusqu’au deuxième étage. Comme à l’étage supérieur, la circulation permet de faire le tour complet du bâtiment. Les pièces les plus nobles de l’hôtel se trouvent à ce niveau.

Côté jardin, l’escalier principal conduit au grand palier qui fait face à la salle à manger d’apparat, trois baies vitrées en arc-de-cercle sur le jardin, trompe-l’œil aux murs et aux plafonds, dans l’ambiance d’un jardin d’hiver.

Suit le grand salon qui donne sur le jardin : un style d’inspiration typiquement néo-classique avec ses panneaux à décor de grotesques et paysages méditerranéens. En imposte, des bas-reliefs en trompe-l’oeil. Au plafond, de même, une arcature à l’antique s’élève sur un fond de ciel azuréen. Au sol, un parquet de chêne à points-de-Hongrie. Puis, dans la grande bibliothèque, des lambris de panneaux de chêne moulurés et décor rocaille encadre une scène de chasse à courre. Au sol, un parquet à points-de-Hongrie. Les cheminées ont été conservées en majorité.

Vers l’arrière, des espaces privatifs formant trois appartements en communication et autant de cuisines, salons et chambres, salles de bain et commodités. Trois escaliers desservent les espaces, de quoi les rendre totalement indépendants. Les vues des chambres et des salons donnent principalement soit sur le grand jardin privatif d’une autre propriété, soit sur la cour de l’hôtel particulier ou son jardin. Parmi les chambres, la plus agréable, d’une superficie de 32 m², possède deux fenêtres regardant le jardin arboré, sa pelouse et les fontaines.

Deuxième étage
Autrefois très compartimenté en appartements, le deuxième étage se compose au-jourd’hui de 11 chambres et de nombreux points d’eau à répartir selon la destination choisie.

Si certaines pièces sont traversées d’éléments de charpente -ce qui rend complexe leur aménagement-, d’autres offrent de très beaux volumes et vues sur jardin.

Sous-sol
Le sous-sol ne manque pas d’intérêt, avec des pièces destinées aux loisirs. Il est accessible par deux escaliers différents. L’un mène prioritairement aux pièces techniques dont la salle des machines qui produit la chaleur depuis le Système de chauffage urbain parisien (CPCU). L’autre, plus confortable, permet de se rendre dans une série de pièces hautes sous plafond, d’un bon volume. Un grand couloir en L amène vers une salle de projection avec un bar, trois salles de jeux dites de ping-pong, de billard et de baby-foot.

Enfin, trois caves dont deux dédiées à la conservation du vin. Différentes pièces de rangement ou techniques.

Dans un projet étudié avec un architecte, une piscine pouvait y trouver place pour côtoyer une salle de gymnastique et des pièces de détente.

Le garage

Le garage se situe à droite du passage d'entrée, en face de la loge de gardien. Il faut passer par la cour pour y pénétrer. C’est un espace éclairé naturellement par des fenêtres sécurisées sur la rue, bétonné au sol, de 35 m². On peut y garer deux voitures en manœuvrant un peu.

La cour

C’est le premier espace qu’on découvre après le porche. Sur la gauche, le logement de gardien, immédiatement à proximité du portail, aménagé simplement avec deux pièces, cuisine et salle d’eau.

Cour carrée, elle est l’antichambre de la maison avec ses nombreuses portes d’accès au bâtiment.

Dans la perspective du porche, l’entrée principale vers les salons et le jardin, est surmontée d’un fronton coiffant deux figurines adossées à un cartouche. De part et d’autre, des pilastres à chapiteaux alternant cannelures et bossages.

Au sol, un tapis de gravier.

Le jardin

D’une superficie de plus de 600 m², il a la fraîcheur et le calme absolu d’un parc bucolique.

Deux balustrades en pierre de taille et leurs vases à l’antique de part et d'autre de l’entrée, encadrent l’accès à une vaste pelouse d’où émergent un bassin et sa fontaine à têtes de lion. A l’ombre d’un pin, nichées sous un érable et des arbustes divers, une table en pierre et une fontaine. Des massifs de buis et de rosiers sauvages côtoient des amours et un banc sur pied sculpté.

Au fond, sous un abri discret, une cuisine d’été.

Le jardin est clos de murs et s’étend sur toute la largeur de la maison.

Ce que nous en pensons

Il est incontestablement en pleine ville, cet hôtel particulier, même si le quartier est l'un des plus aérés de la capitale grâce au jardin du Luxembourg, à la majestueuse place du Panthéon, aux axes tracés par le préfet Haussmann, aux jardins de l'Observatoire. En même temps il constitue un petit monde clos, sur sa cour élégante, sur son jardin délicat. L'architecture du 19ème, associée ici à la meilleure signature, est celle par laquelle Paris est le plus souvent identifié. Le dessin a été soigné, peaufiné, le décor a voulu rendre hommage aux styles des siècles précédents. L'éclectisme veut tout embrasser, à la fois sûr de lui et modeste : il est ici sans exubérance.
Dans sa configuration actuelle l'hôtel particulier se prête à toutes les destinations sur la base solide de l'ampleur des volumes, du confort des équipements, du raffinement de la décoration, des multiples aménagements possibles. Il compte au nombre des plus belles demeures de Paris.

Vente en exclusivité

25 000 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Barème d'honoraires
au 1er Avril 2017

Ventes d'immeubles

À Paris et en Ile-de-France
Prix de vente au-delà de 600 000 euros       5% TTC*
Prix de vente de 400 000 à 600 000 euros   6% TTC*
Prix de vente de 200 000 À 400 000 euros   7% TTC*
Prix de vente jusqu'à 200 000 euros             9% TTC*
Honoraires à la charge du Vendeur

En Province
Prix de vente au-delà de 500 000 euros       6% TTC*
Prix de vente jusqu'à 500 000 euros   30 000 Euros TTC* (forfait)
Honoraires à la charge du Vendeur

Expertise

Avis de valeur argumenté : 1 800 Euros TTC*
Expertise à partir de 2 400 Euros TTC*
Les tarifs des expertises sont communiqués sur devis personnalisé établi sur la base d’un taux horaire moyen de 120 Euros TTC*

   

*TTC : TVA incluse au taux de 20 %

Référence 993160

Nombre de pièces 20
Nombre de chambres + 10
Surface cadastrale 1300 m2
Hauteur sous plafond3.50
Surface totale intérieure1490.0 m2
Surface Carrez 1200.0 m2

Aucune procédure en cours menée sur le fondement des articles 29-1 A et 29-1 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 et de l’article L.615-6 du CCH

 

 Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable

Xavier Fonquernie       +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte

Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus