A Sedan, près de la frontière belge,
une demeure Second Empire remaniée dans les années 70

Situation

A 2h30 de Paris par l'autoroute A4, 2h de Bruxelles et 1h30 du Luxembourg. Placée sur la Route des fortifications, Sedan, ville d'art et d'histoire, revendique détenir le plus vaste château-fort d'Europe, où se déroule chaque année un festival médiéval. La propriété se trouve non loin de cette vieille forteresse, à 10 minutes à pied du centre ville et de la majestueuse forêt domaniale qui ceinture la ville.

Description

Dissimulée derrière ses murs de pierre et un écran de grands arbres, à l'angle d'une artère principale et d'une petite ruelle qui monte vers la forêt, la propriété s'ouvre par un portail en fer forgé automatisé. La demeure se dresse au fond du jardin, précédée par une terrasse bordée de buis. A l'arrière s'étend une petite cour pavée où a été aménagé un barbecue maçonné.

La bâtisse

Construite en 1870 en cette pierre de taille dont la teinte est très caractéristique de la région, elle se compose d'un corps principal à deux étages et un niveau de combles flanqué de chaque côté de deux pavillons en retour d'angle. La toiture légèrement coyautée est couverte d'ardoise. A gauche, une mitoyenneté due à la division de la propriété d'origine, à droite, un garage. Les nombreuses baies qui rythment la façade sont sagement alignées, le sas vitré précédant le vestibule apportant une touche un peu plus contemporaine. L'entrée d'honneur devait se trouver jadis dans le pavillon de gauche, où l'on remarque dans la maçonnerie les traces de ce qui devait être un large fronton sculpté. Le pavillon de droite conserve une riche ornementation faite de colonnes ioniques encadrant une porte-fenêtre surmontée des initiales du maître d'ouvrage et d'un fronton triangulaire.


Rez-de-chaussée
Le grand vestibule vitré sur une double hauteur fait face à l'escalier qui mène à l'étage. A gauche, côté jardin, le petit salon, pièce de charme avec son plancher de chêne posé à l'anglaise, sa cheminée en marbre blanc du 18ème siècle et son tissu mural délicatement fané par le temps. A ses côtés, une pièce actuellement utilisée comme dressing. A l'arrière, un petit couloir latéral mène à la cuisine. Parfaitement équipée et meublée d'éléments en chêne massif, son sol dallé de gris rappelle celui de l'arrière-cuisine et de la lingerie avec leur damier d'ardoises patinées. Une porte conduit à une petite arrière-cour où l'on peut prendre les repas à l'abri. La salle à manger ainsi que le grand salon, disposés côté jardin, sont des pièces de belles proportions, inondées de lumière, et réchauffées par une plancher de chêne à bâtons rompus. Deux caves voûtées aménagées dans les pavillons abritent pour l'une le vin de garde et pour l'autre la chaudière à gaz de ville.

Premier étage
Le palier relie deux espaces nuit. D'un côté se trouvent deux chambres et une salle de bain avec toilettes ; de l'autre, un couloir en L distribue deux chambres, des toilettes et une luxueuse salle de bain des années 70 à laquelle une spacieuse baignoire en marbre et robinetterie ouvragée apporte une touche plus qu'originale. La faïence murale et le mobilier mériteraient toutefois d'être modernisés. Les trois chambres principales ont vue sur le jardin côté sud. Les sols sont parquetés de chêne.

Deuxième étage
Quelque peu laissé à l'abandon, ce niveau exige un sérieux rafraîchissement. Il réunit deux chambres dont une avec une douche et des toilettes, une salle de jeux de 30m² et un grenier sous comble de 45m². Les planchers de pitchpin sont couverts de moquette dans certaines pièces.

Ce que nous en pensons

Achevée l'année même où Napoléon III capitulait devant les Prussiens à deux pas d'ici, la demeure semble ostensiblement tourner le dos aux vents mauvais. Est-ce de s'être ainsi enivrées des rayons du Sud que ses façades ont pris leur teinte tournesol ? Cette humeur héliotrope se traduit en tout cas par une luminosité aussi intense qu'inattendue, qui contraste avec des lignes d'apparence fort sage. Si l'intérieur a conservé son esprit Second Empire, il y règne également un mélange des genres agréable et pratique, chic et sobre à la fois. Avec encore plus de 100 m² à aménager au deuxième niveau, les nouveaux-venus pourront y introduire leur propre sens esthétique. Ils croiseront en ville des habitants réputés accueillants et bons vivants, comme leurs voisins du Nord et de la Belgique dont ils sont presque la caricature. L'atout majeur des Ardennes reste toutefois sa nature opulente qui se gorge de sève au printemps, s'illumine en été, s'enflamme à l'automne et se couvre de neige en hiver, quand les sentiers se transforment en pistes de ski de fond balisées.

440 000 €
Les prix indiqués incluent nos honoraires de négociation.

Référence 434515

Surface cadastrale 2116 m2
Surface du bâtiment principal 410 m2

Responsable régional
Aube, Marne

Florence Fornara       +33 1 42 84 80 85


contacter

Mes favoris

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook Google Plus

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.


E-carte


Envoyer


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus