À Uzès, veillant sur l’horizon, un mas fortifié du 16e siècle inscrit MH,
son parc et ses grottes artificielles préhistoriques, entourés de 10ha de terres
Uzès, GARD languedoc-roussillon 30700 FR

Situation

À Uzès, dans le triangle d'or du Gard, à deux lieues du Pont-du-Gard et à moins d'une demi-heure des grands axes de communication, à trente minutes de Nîmes (gare TGV et aéroport) et quarante minutes d'Avignon (gare TGV et aéroport).
La propriété occupe un vaste territoire en lisière de la cité ducale, à un jet de pierres de la Place aux Herbes, rendue illustre par son marché et ses foires, autant que par sa librairie. Plus ancien Duché-Pairie de France, un temps Sous-Préfecture du département, et aujourd'hui ville d’art et d’histoire tirée de l’oubli par un ambitieux plan de sauvegarde, Uzès exerce un magnétisme particulier, pouvant s'expliquer par l'authenticité d'une ville animée de 8000 habitants, associée à une unité architecturale remarquable qui la classe parmi les joyaux architecturaux d'Occitanie.

Description

Point cardinal à l’entrée nord de la cité ducale, la propriété est campée à l’extrémité occidentale d’un plateau calcaire dominant au couchant les plaines qui s’étendent jusqu’aux Cévennes. Ancienne métairie du chapitre cathédral d'Uzès aux allures de forteresse, elle veillait avec un mas voisin plus à l’est sur de vastes étendues de terres cultivées depuis l'antiquité. De l'ancien domaine agricole, la propriété actuelle conserve une importante entité foncière de 10 hectares d’un seul tenant à l'entrée d'Uzès qui s'étend vers le couchant en bordure d'une voie d'accès à la ville, jusqu'à l'arrête rocheuse sur laquelle elle est bâtie. Se détachant fièrement du paysage et abrité des regards depuis les voies de communication, le mas est entouré de prairies à peine troublées par un simple chemin d'accès en terre depuis la voie départementale. Les bâtiments forment un ensemble quadrangulaire sur cour, prolongé au midi par un parc ceint au levant par un long mur de pierre, ouvert au sud sur une prairie vallonnée, et délimité à l'ouest par un talus abritant d'ancienne grottes artificielles préhistoriques. La propriété possède également une maison indépendante, aménagée dans une ancienne dépendance agricole située à proximité du mas.

La Mas fortifié

Le mas actuel est issu d'une succession de constructions, débutées à la fin du 15e siècle par deux corps de bâtiments formant aujourd'hui les ailes nord et ouest, complétées au fil des siècles et des nécessités jusqu'à la fin du 19e siècle, formant aujourd'hui un ensemble développant une surface habitable de plus de 1000 m2.
L'angle nord-ouest est comblé par une tour-escalier surmontée d'un couronnement romantique. Elle présente un bel exemple de tourelle d’angle sur trompe contenant l’escalier d’accès à la terrasse sommitale. Les élévations des deux corps du logis Renaissance conservent de nombreuses baies des 16e et 17e siècles, ainsi qu'une reconstruction en encorbellement sur corbeaux à triple ressauts à l'ouest (jadis à usage de latrines au premier niveau et de bretèche au second). L'aile sud affiche une élévation externe en pierres de taille de style plus classique, marquée d'une part par la galerie reliant deux corps de bâtiments, percée de deux triplets de baies rectangulaires soigneusement alignés au premier et au second niveau, soulignés par de fins bandeaux, et d'autre part par deux petits pavillons en avant-corps d'un seul niveau et surmontés de terrasses. La cour du mas est fermée au levant par un corps de deux niveaux à usage d'habitation et un porche contenant un escalier ouvert en équerre. Les couvertures en tuiles canal sont toutes à deux versants, à l'exception de celle recouvrant le porche d'entrée.


Rez-de-chaussée
Le logis principal du mas occupe la plus importante surface de cet étage qui contient plusieurs pièces voûtées (en berceau ou d'arêtes). Elles bénéficient toutes d'une orientation leur assurant un éclairage à toutes les heures du jour, du levant au couchant, ainsi qu'au midi sur le parc. Plusieurs d'entre elles possèdent une cheminée, dont la vaste salle à manger qui conserve également un ancien potager et un accès à l'unique cave du mas. Une terrasse au couchant prolonge les pièces de ce niveau qui est percé de nombreuses baies et portes-fenêtres. Les sols sont recouverts de carreaux anciens ou d'un dallage en bars gris, les mur sont chaulés et les voûtes en pierre ont été soigneusement rejointoyées. Les corps de bâtiments sud-est et nord-est contiennent quant à eux plusieurs pièces également voutées (dont une salle ouverte sur le porche d'entrée contenant un puits dans l’angle qu’elle forme avec la cour intérieure). Outre des remises, certaines de ces pièces sont reliées aux appartements indépendants du logis principal, desservis pour deux d’entre eux par un escalier ouvert sous le porche et pour le corps sud-est par deux cages d'escalier secondaires accessibles depuis la cour.
Premier étage
L'accès au premier étage du logis principal est assuré par un large escalier en vis contenu dans la tour d'angle sur cour. Les élévations du palier sont percées de deux remarquable portes surmontées de linteaux à accolades finement sculptées desservant d'une part les pièces contenues dans l'aile nord et d'autre part dans l'aile ouest. Deux réceptions en enfilade occupent l'aile nord : un salon à plafond à solives apparentes, éclairé par deux larges meneaux et une bibliothèque percée de baies au nord et à l'ouest. Le salon permet de gagner à l'est deux plus petites pièces communiquant avec un des appartements indépendants, dont l’une est éclairée par porte-fenêtre ouvrant sur terrasse nord du mas. La bibliothèque assure le lien quant à elle avec l'aile ouest du logis et dispose d'une porte-fenêtre débouchant sur la terrasse nord. Elle dissimule également derrière une petite porte, l'accès à une minuscule pièce jadis à usage de latrines, contenue dans la reconstruction en encorbellement sur l'élévation ouest et éclairée d'un simple jour. L’aile ouest qui s’étend de la bibliothèque jusqu’au midi est également accessible depuis la second porte palière. Elle contient une suite de pièces à usage d’habitation : bureau, antichambre et salle de bain, éclairées au levant sur cour et au couchant sur les plaines. Elles desservent enfin une vaste pièce à usage de chambre à coucher formant l’angle de l’aile ouest et son retour d’équerre face au parc. Elle bénéficie d’une orientation au sud et au couchant, ainsi que d’une petite terrasse sur le pavillon ouest du parc. Cette pièce est prolongée par une élégante galerie la reliant à la cage d’escalier secondaire contenue dans le corps sud, dont le palier permet de rejoindre l’appartement qui occupe le retour d’équerre du mas au levant. Ce dernier dispose au premier étage d’un séjour (jouissant de la terrasse du pavillon est), d’une cuisine et d’une chambre à coucher. Il possède également un escalier intérieur le reliant directement à la cour. L’appartement contenu dans le pignon nord-est dispose quant à lui d’un séjour et d’une cuisine, de deux chambres à coucher avec salle de bain et cabinet de toilette. Son entrée principale, percée d’une porte fenêtre cintrée dans l'enceinte externe est du mas, qui se situe au rez-de-chaussée, est accessible par un escalier intérieur. En revanche, l'appartement dispose de deux accès secondaires au premier étage, l’un par l’escalier ouvert sous le porche, et l’autre par une porte dérobée le reliant au grand salon. Hormis les aménagements des appartements avec des matériaux modernes, toutes les pièces du logis principal ont été restaurées avec des carreaux et tomettes en terre cuite anciens, ainsi que des boiseries et cheminées également anciennes. Certains pans de murs en pierre apparente voisinent avec les couleurs vives des peintures jusqu’aux sous-faces des planchers supérieurs, à l’exception du plafond à solives apparente du grand salon dont seuls les entrevous sont peints.
Deuxième étage
Le deuxième étage, qui se développe sous les combles suit une distribution des pièces sensiblement similaire à l’étage inférieur. Elles sont éclairées par de petite baies sous l’avant toit, sur cour à l’est, au midi côté parc et au couchant surplombant la plaine. Le logis principal y dispose d'importants espaces aisément aménageables (tous les réseaux y ont été amenés et les combles sont entièrement isolés) actuellement à usage de rangement, sauf au-dessus du grand salon en raison d’une faible hauteur. L’escalier en vis contenu dans la tour-escalier dessert les pièces du logis principal, tandis que les appartements des corps de bâtiments sud-est et nord-est sont desservis pour le premier par la cage d’escalier sud et pour le second par un escalier intérieur faisant suite à l’escalier ouvert sous le porche. Ces deux volumes contiennent respectivement au sud-est une chambre liée à l’appartement du premier étage, et au nord-est un dernier appartement contenant un séjour, une cuisine, une chambre à coucher et une salle d’eau. Le dernier palier présente un bel exemple de colonne dans le prolongement du tambour du noyau soutenant les retombées du voûtement de la cage d’escalier.
Tour
Accessible par un étroit escalier en vis contenu dans la tourelle en encorbellement, la terrasse sommitale offre une vue à 360 degrés. Couronnées de créneaux et merlons au 19e siècle, la tour et sa tourelle à dôme de pierre surmontée d'une girouette participent à la singularité de l'ancienne métairie, à mi-chemin entre mas et forteresse.
Maison de gardien
La propriété possède une maison indépendante au nord, à usage de maison d'amis ou pouvant héberger un gardien. Aménagée dans une ancienne soue, elle est flanquée à l'est d'un large appentis permettant le stationnement de plusieurs automobiles, tandis qu'elle se prolonge à l'ouest par une terrasse bâtie contre le talus. L'intérieur est entièrement aménagé autour d'une colonne centrale contenant une cheminée ouverte sur le séjour à double hauteur sous le plafond rampant. L'étage au dessus de la cuisine et d'une partie du séjour contient quant à lui une petite pièce, une salle d'eau et une chambre à coucher. La maison est agréablement éclairée par des baies contemporaines au rez-de-chaussée et des petites fenêtres sous l'avant-toit l'étage.

Le parc et les grottes artificielles préhistoriques

Planté harmonieusement dans un souci de préserver les perspectives depuis le mas, le parc s'étend vers le sud dans l'alignement du mas sur près de cent toises formant un long parterre de gazon majoritairement découvert, planté de massifs et de hautes futaies, agrémenté de pièces d'eau (une fontaine et un long bassin d'agrément contemporain), ainsi que de nombreux éléments bâtis (murets, belvédères, fossés). Ces aménagements sont autant les témoins des nécessités agricoles passées que des fabriques destinées à l'agrément dans un goût romantique, à l'instar d'un ancien oratoire, d'un pavillon dépourvu de couverture, de gloriettes et tonnelles couvertes de roses Lady Banks à la belle saison. Le parc s'évanouit à l'extrémité méridionale en rejoignant les prairies vallonnées qui bordent la propriété. Au couchant, l'arrête formée par le talus contient plusieurs grottes préhistoriques façonnées par l'homme et attestant d'une utilisation régulière. En revenant vers le mas en contrebas de la terrasse ouest, un terre-plein contient un jardin potager se prolongeant en plates-bandes aromatiques.

Les terres

Les prairies entourant le mas sont les témoins des vastes terres qui furent cultivées depuis l'antiquité et firent la richesse du chapitre cathédral d'Uzès. Elles sont aujourd'hui pour partie dévolues au pâturage des ânes de la propriété. Les prairies du versant méridional sont réputées posséder plusieurs sources. Une haute butte arborée ceint l'ensemble du domaine à l'est et au sud, en bordure de la route et des zones urbanisées, abritant la propriété des nuisances contemporaines.

Ce que nous en pensons

Veillant sur l'horizon et les monts des Cévennes qui s'esquissent au loin, cet édifice singulier appartient autant au paysage dont il constitue un élément emblématique, qu'il est un témoin précieux de siècles d'histoire. Il aura accompagné les hommes durant leurs riches heures autant que par temps d’infortune. Intimement lié à la vie de la cité ducale qu’il enrichira en assurant la subsistance de ses ouailles, le mas servira à l’aune du siècle passé les fantaisies romantiques d'un notable local et archéologue à ses heures avant de tomber dans l'oubli jusqu'à sa renaissance réussie au terme d’une remarquable restauration et son inscription au titre des Monuments Historiques.
"En vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit." (Jean 12:24). Ce verset qui inspira l'auteur uzétien André Gide pour son récit autobiographique "Si le grain ne meurt", trouve ici un écho particulier, résonnant dans l’éternité d’une renaissance admirable.

Vente en exclusivité

2 920 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 747125

Surface cadastrale 9 ha 7 a
Surface du bâtiment principal 1100 m2
Surface des dépendances 100 m2
Nombre de chambres 8

Conseiller
Uzès et sa région


Ménélik Plojoux +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus