monument historique à vendre lyon

Au centre-ville de Lyon, dans un parc avec une pièce d'eau, une villa Art Déco inscrite MH et un immeuble de bureaux
Lyon, RHONE rhones-alpes 69003 FR

Situation

Classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, Lyon, ville historique, culturelle et gastronomique, a su conserver un patrimoine architectural important allant de l'époque gallo-romaine au 20ème siècle en passant par la Renaissance. Elle s'enrichit sans cesse de créations contemporaines. Située en centre-ville, la villa se dresse dans un parc, à deux pas d'une gare TGV qui relie Paris en deux heures. L'aéroport international Lyon-Saint-Exupéry est à vingt minutes en voiture. Genève est à une heure et demie de route.

Description

La propriété, située au centre-ville de Lyon, consiste en une villa dans un parc d'environ 2000 m² avec une pièce d'eau ainsi qu'un immeuble moderne de bureaux bâti en bordure de propriété. La demeure a été construite en 1921 à l'apogée de l'Art Déco avec certains éléments Art Nouveau rapportés. Elle est inspirée par la modernité de Tony Garnier avec un toit-terrasse et entièrement bâtie en béton armé par deux ingénieurs spécialistes de ce matériau, Léon Lelièvre et Léon Barbier. Commandée par un riche industriel du textile dont l'épouse était passionnée des villas pompéiennes, la villa revêt intérieurement un style italien mêlé à l'Art Nouveau. Elle recèle de décors qui émanent de ce mouvement et d’œuvres d'artistes italiens. Elle est inscrite MH par un arrêté du 23 avril 1991. Autrefois beaucoup plus grand, le parc entoure aujourd'hui la demeure sur environ 2000m² et a conservé sa pièce d'eau.

La demeure inscrite MH

La villa, en béton armé, est construite sur deux niveaux sur caves. Elle est orientée nord-sud dans le sens de la longueur. Le bâti, rectangulaire, est flanqué d'une tourelle en encorbellement. Le toit est un toit-terrasse et deux pergolas surplombent la tour et l'entrée de la bâtisse. Les bow-windows rythment les façades symétriques et géométriques de la villa. La conception intérieure de la villa s’éloigne des distributions traditionnelles et répond à un mode de vie nouveau. Le niveau d'habitation principale se situe au premier étage. Le niveau en rez-de-jardin, autrefois réservé aux gens de maison, permet aux invités de conserver leur intimité. L’élévation montre une architecture fermée sur elle-même, complètement détachée du jardin, configuration souvent présente dans l’Art Nouveau.


Rez-de-chaussée
Dans le vestibule, deux portes ouvrent sur le niveau inférieur de la demeure. Ainsi, le sous-sol abrite une buanderie, un garage occupant toute la largeur de l’édifice et un appartement autrefois destiné aux domestiques. Une entrée indépendante par le jardin accède à deux chambres ainsi qu'à une salle d'eau avec des toilettes. Les baies revêtent de magnifiques vitraux signés. Dans le couloir, des tableaux sont incrustés aux murs suivant les principes de l’Art Nouveau, tout comme une partie du mobilier qui est intégrée dans le gros-œuvre de la villa. À l'époque, la villa intégrait les dernières innovations techniques telles qu’un monte-charge, un vide-ordures, un garde-manger, un chauffage central et un arrosage intégré pour la végétation. L’habitation était reliée, à l’origine, à l’usine des propriétaires par un souterrain.
Premier étage
L'entrée de la maison est surmontée d'une verrière en vitrail et surplombée par une pergola. Une porte vitrée ouvre sur un vestibule qui commande un escalier aux marches en marbre bordé par des jardinières. L'escalier mène à un large atrium éclairé par une verrière zénithale. L'atrium est décoré par une frise peinte de R. Burretta, des bas-reliefs de Cavina et un décor de marbre d'Ernesto Giavina. De part et d'autre, l'atrium est soutenu par quatre colonnes et ouvre sur un bain romain qui fait face à un exedrat qui jouxte une volière aux baies de vitraux et vitres gravées. Les murs et le sol de la volière sont recouverts de mosaïque. L'atrium constitue le cœur de l’édifice autour duquel s’articulent la cuisine-salle à manger, les chambres et leur salle de bain. Cette configuration autorise l’absence de couloir. L'atrium distribue une vaste cuisine ayant aussi fonction de salle à manger ainsi que trois chambres dont deux disposent d'une salle de bain particulière, la troisième jouxte un vaste garde-robe. Les pièces sont spacieuses et lumineuses grâce aux larges baies de vitraux et vitres gravées. Plusieurs vitraux dans la demeure sont signés J. Mayosson, d'autres Jacques Grüber, tous deux célèbres maîtres verriers de Nancy. Ils représentent pour la plupart des paysages de Pompéi à la nature stylisée et forment un écran avec l’extérieur selon les caractéristiques de l’Art nouveau. La distribution ouverte de la villa l’a fait qualifier de « maison sans porte ». L’organisation est à la fois inspirée des villas de la Renaissance italienne et de la maison antique romaine. Un petit escalier en colimaçon permet d'accéder au toit-terrasse.

Le jardin et l'immeuble de bureaux à l'architecture moderne

Le jardin, autrefois aménagé en roseraie, est clôturé par un mur réalisé en béton et recouvert d’un treillage décoratif et d'une fresque signée J. Mayosson entièrement réalisée en mosaïque. La pièce d'eau a été conservée et mériterait d'être remise en eau. Une longue pergola recouverte de vigne isole la propriété de l'immeuble de bureaux construit en limite de propriété. Le bâtiment à l'architecture moderne se dresse sur trois niveaux coiffé d'un toit terrasse sur lequel se dresse une pergola qui répond aux deux pergolas de la villa. Un pan de mur est arrondi et largement percé de pavés de verre. Les trois niveaux abritent des bureaux sur environ 450m², ainsi qu'un local à archives. En sous-sol, dix places de stationnement sont réservées aux bureaux. L'entrée de l'immeuble se fait directement de la rue et est indépendante de la propriété. L'immeuble est actuellement loué sous forme de bail commercial.

Ce que nous en pensons

Audace, luxe exacerbé et qualité, tels sont les qualificatifs qui s'imposent au visiteur. Exceptionnelle combinaison dans une très grande perfection. L'effet d'ensemble demeure époustouflant. Très rares sont aujourd'hui les édifices où une telle unité stylistique a pu être si bien préservée. Alors que l'architecture et l'essentiel des éléments décoratifs sont délibérément Art Déco, les verreries tranchent quelque peu par leur style Art Nouveau rappelant celui de Guimard. (Elles ont d'ailleurs été rapportées d'une ancienne propriété des maîtres-d'ouvrage.)
L'aspect quelque peu mégalomaniaque digne d'un césar ne saurait pourtant rebuter ici le véritable esthète et ce, d'autant moins que les références antiques qui marquent l'édifice demeurent pour nous doucement familières.

Vente en exclusivité

4 500 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barême d'Honoraires

Référence 302859

Surface cadastrale 2112 m2
Surface du bâtiment principal 500 m2
Surface des dépendances 450 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable régional
Parc Naturel Du Pilat et Ouest Isère


Florence Granier       +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus