À la limite de la Haute Cornouaille et du Trégor, près d'un lac,
une ferme du 17ème siècle sur près de 50 ha de bois et de prairie
Guingamp, COTES-D'ARMOR bretagne 22200 FR

Situation

La propriété est nichée dans un écrin de verdure de près de cinquante hectares d'un seul tenant. L'ancienne ferme du 17ème siècle et ses bâtiments, sont accessibles par une petite route privée, goudronnée, en impasse. Le premier voisin est à distance. À l'ouest, les terres s'étendent jusqu'à un plan d'eau de plus de dix hectares autour de laquelle viennent se rafraîchir de nombreux animaux sauvages. Également lieu de repos pour les différentes espèces ornithologiques, ici la nature a été préservée dans son intégrité depuis des décennies.

Description

La ferme est composée de plusieurs bâtiments dont un qui servait de lieu d'habitation. L'ensemble du bâti, en parti en état de ruine, prend la forme d'un espace rectangulaire au milieu duquel la verdure explose à l'abris du vent. À proximité, un puits alimente en eau la demeure. À l'écart de l'habitation et dissimulé par la végétation, pour l'un d'entre eux, trois hangars de grande superficie où l'on peut remiser engins et matériels agricoles, ou encore installer des abris pour un élevage. Le corps de ferme est situé à l'orée des presque cinquante hectares de la propriété qui alternent entre bois, prairie, vallée, chemins d'accès et berges. Aussi, la frontière ouest/sud-ouest du territoire est délimité par une barrière relativement infranchissable, le lac.

L'ensemble du bâti

À l'origine, la propriété était scindée en deux fermes. Elle est aujourd'hui réunie en une seule propriété. L'une des anciennes maison d'habitation fût longtemps le pied à terre pour venir se ressourcer en pleine nature, du propriétaire actuel. Cette maison est aujourd'hui essentiellement utilisée comme pavillon de chasse. Celui-ci est composé d'une vaste salle de séjour au rez-de-chaussée avec une grande cheminée de granit. L'étage, jadis rénové et transformé en chambres et salle de bain, est aujourd'hui à réhabiliter. Curiosité du pavillon de chasse, sont incrustées au-dessus de la porte d'entrée, trois sculptures d'animaux. On y devine un serpent avec la date gravée de 1858. Quant aux deux autres, ils semblent davantage fantastiques, même si sous l'un d'entre eux est indiqué cigogne. Des cigognes en Bretagne ? de part et d'autre du linteau droit, comme deux gargouilles elles semblent monter la garde. L'histoire et l'origine de ces sculptures n'ont pas traversé les âges. Les autres dépendances sont pour certaines hors d'eau et closes de porte, et d'autres à l'état de ruine plus ou moins avancée. L'appareillage de certains murs laisse apparaître des pierres de taille de grande dimension.

Les terres

Elles s'étalent sur l'ensemble des rives situées à l'est du vaste plan d'eau. Alternent de grandes et vertes prairies laissant imaginer de très anciennes terres cultivables et de plus ou moins jeunes forêts. Trois sources et un ancien lavoir à réhabiliter.

Le plan d'eau

Le lac ne fait pas partie de la propriété, et l'ensemble des berges de la rive Est forment la limite cadastrale du bien. Le lieu est connu pour sa pêche à la carpe et aux carnassiers ainsi que pour sa facilité à y pêcher très rapidement de nombreux vifs. Sur les berges viennent s'abreuver chevreuils, sangliers, cerf et biches ainsi que d'autres mammifères. Deux espèces pourront être observées tout particulièrement ; la loutre d'Europe et la bécassine des marais. De nombreux oiseaux marins font escale sur le plan d'eau, comme quelques cormorans plantés sur leurs rochers. Alouettes, canards, hérons, pinsons, geais, bergeronnettes, mésanges bleues et autres bécasses des bois, ne sont que quelques exemples parmi les nombreuses espèces observées sur et aux alentours du lac. Pour les plantes, outre les épilobes, gaillets et autres myosotis des marais, de nombreuses espèces rares ont été référencées. La nature est là, et s'impose.

Ce que nous en pensons

Idéal pour toute personne qui souhaite quitter le tumulte de la ville et mettre pied à la campagne avec un projet de vie de type autarcique. Les terres sont vierges, en friche, depuis des décennies. Les prairies sont grandes et peuvent accueillir des animaux (équidés, bovins ou caprins). Un des points forts du lieu est la proximité et la disponibilité d'une vaste étendue d'eau ainsi que la présence d'un puits et de plusieurs sources qui assurent l'autonomie en eau, aussi bien pour les hommes que pour les animaux.
Tout autre projet où la qualité de la préservation de la nature s'impose pourra naître dans cet écosystème d'une rare qualité.

380 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 357066

Surface cadastrale 46 ha 45 a 30 ca
Surface du bâtiment principal 150 m2
Surface des dépendances 250 m2

Responsable régional
Côte de Granit Rose - Trégor


Jérôme Masson +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest twitter Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus