Rive droite, dans la prestigieuse villa des Ternes du 17e arrondissement,
un appartement de 95 m² et ses deux chambres, au sein d'une résidence de 1932
Paris, PARIS paris 75017 FR

Situation

La villa des Ternes est une parcelle chargée d’histoire qui, au 17e s., appartenait au domaine du château du même nom, alors implanté dans la partie de la commune de Neuilly-sur-Seine que la ville de Paris a annexée en 1860. Devenu par la suite un jardin public connu pour ses fameuses montagnes russes, le lieu fut transformé, en 1822, en cité résidentielle par son propriétaire, monsieur de Versy. L’endroit est privilégié, car les arbres y sont protégés et les commerces proscrits. Le stationnement y est règlementé.
C’est là, dans cet environnement végétal hors du commun, protégé du tumulte de Lutèce, que l’appartement prend place. La porte Maillot et les premiers transports sont à moins de 500 m, notamment la station de métro Argentine, desservie par la ligne, et divers arrêts de la ligne de bus 43.

Description

La villa des Ternes est accessible par deux artères : l'avenue des Ternes et l’avenue Yves-du-Manoir. Les entrées y sont sécurisées par deux grilles avec digicode. La voie privée qu'elle constitue ne tient pas seulement son prestige de son histoire ou de sa position géographique, mais aussi de la volonté d’y maintenir un espace de vie agréable, calme, sécurisé, marqué tant par la végétation que par les habitations.
L’immeuble où se trouve l’appartement fut construit en 1932. Il a été édifié en brique rouge et sa façade agrémentée de fins éléments décoratifs géométriques au troisième étage. Les volumes sont harmonieux et les décrochés nets. Tout autour de l’immeuble, la végétation, omniprésente, est riche de multiples variétés de plantes à fleurs dont un magnifique rosier.
L’accès à l’immeuble se fait par digicode. L'entrée, qui comporte une loge attenante où la gardienne réside à demeure, est entretenue avec soin et rigueur, comme l’ensemble des parties communes. Son sol est carrelé dans des tonalités vives rouge et orange. La porte principale, double, métallique et vitrée, présente des ferronneries à motifs également géométriques. L’appartement se trouve au rez-de-chaussée de l’immeuble, qui compte trois étages, limitant le nombre de lots à seulement sept biens. L’appartement se compose d’une grande entrée d'environ 14 m², d’une salle de séjour double de près de 30 m², mais aussi de deux chambres avec une salle de bain communicante, d’une cuisine avec rangement et de toilettes indépendantes. Une cave est associée au bien.

L'appartement

L'entrée de l’appartement, d’une vaste surface d'environ 14 m², distribue à sa droite la salle de séjour double, à sa gauche les toilettes et en face les chambres, la cuisine et la salle de bains. Le sol de l'entrée, ainsi que celui de la salle de séjour, est couvert d’un parquet d’origine en point de Hongrie. La hauteur sous plafond des pièces de réception est de près de 3 m. L’appartement répond aux codes des habitations bourgeoises avec ses corniches, ses moulures, son lustre, ses huisseries en bois et ses lambris, qui habillent murs ou plafonds. Dans la salle de séjour double, d’une superficie de près de 30 m², quatre ouvrants procurent une luminosité agréable. Selon les besoins des futurs occupants, une troisième chambre peut aisément être créée dans cette spacieuse pièce facile à diviser en deux parties égales, que délimite déjà une cloison percée d'une arche.
Au fond de l’entrée à gauche, avant d’accéder à la cuisine, se trouve un cellier d'environ 4 m², qui donne des possibilités de stockage non négligeables. La cuisine, d’une superficie de près de 9 m², est aujourd’hui carrelée en blanc et éclairée par une fenêtre sur cour. Depuis cette pièce, une porte de service, deuxième entrée de l’appartement, permet d’accéder aux parties communes de l’immeuble.
À l’extrémité de l’entrée se trouve un dégagement de près de 6 m², équipé d’espaces de rangement intégrés. Une moquette de couleur beige recouvre le parquet de cette pièce intermédiaire ainsi que ceux des deux chambres de l’appartement, qu'elle distribue de part et d'autre. La première, orientée à l’est, bénéficie d'une belle lumière par ses ouvrants, comme la salle de séjour. Sa surface est d'environ 13 m², son sol parqueté recouvert d'une moquette beige et ses murs sont habillés d’un tissu vert clair. L’appartement est bordé par le jardin de la résidence dont le rosier comble la vue depuis la fenêtre de la première pièce à coucher. La seconde chambre, au sol également recouvert d'une moquette beige et aux murs parés d’un tissu orange, occupe une surface de près de 11 m², où une fenêtre qui donne sur la végétation laisse entrer une douce lumière. Les deux chambres communiquent par leur salle de bains commune, carrelée et peinte dans des tonalités beiges, ouvrant également sur le jardin.

Ce que nous en pensons

La villa des Ternes, par son histoire et la préservation du mode de vie qu'elle a fait sien, constitue un lieu de résidence privilégié. Au rez-de-chaussée donc en position idéale pour profiter de la végétation abondante du jardin commun, l'appartement ne manque pas d’attraits : le charme des matériaux anciens qui y ont été conservés, la modularité des espaces, qui laisse la possibilité d'aménager une chambre supplémentaire, la luminosité verdoyante qu'apportent ses larges fenêtres.
Après quelques travaux de rafraîchissement, les futurs occupants pourront jouir de la quiétude du lieu et de la végétation environnante, qui apportent un bien-être précieux, au quotidien, pour une vie au cœur de la capitale. L’accès rapide aux transports en commun et à la porte Maillot constitue un atout supplémentaire. Une belle opportunité à saisir, assurément.

1 090 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 233762

Surface totale intérieure 95 m2
Surface Carrez 95 m2
Nombre de pièces 4
Hauteur sous plafond 3
Surface réception 95 m2
Nombre de chambres 2
Nombre de chambres possible 3
Surface Cave 6 m2

Montant moyen annuel de la
quote-part de charges courantes
5260 €

Aucune procédure en cours menée sur le fondement des articles 29-1 A et 29-1 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 et de l’article L.615-6 du CCH

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller

Julien Charbonniaud +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus